Karim Rissouli traité de « barbu » : le CV gratiné de Jean-François Mancel, député LR

Karim Rissouli traité de « barbu » : le CV gratiné de Jean-François Mancel, député LR

Pendant « l’Emission politique » sur France 2, le député LR Jean-François Mancel, soutien de Fillon, a cru bon de qualifier le journaliste Karim Rissouli de « barbu ». Cet ami d’Eric Woerth n’en est pas à son premier propos polémique et présente un CV intéressant…

Le député LR Jean-François Mancel devait fulminer devant son écran, ce jeudi 23 mars. Le journaliste de France 2 Karim Rissouli était en train de passer en revue quelques tweets diffusés sur François Fillon, dans l’Emission politique. Pas forcément positifs. Alors ce parlementaire a tweeté : « Je ne sais pas qui est ce barbu mais il n’est pas pour François Fillon. Ça vous étonne ? »

Karim Rissouli, barbu ? Le présentateur de France Télévisions ne revêt pourtant qu’un collier de barbe de quelques jours. La périphrase « barbu », en vogue au sein de la fachosphère, désigne en réalité un musulman, voire un islamiste. Le journaliste de France 2 a d’ailleurs immédiatement dénonce le « racisme ordinaire » induit par cette phrase.

Je ne sais pas qui est ce barbu mais il n’est pas pour @FrancoisFillon !!!!
Ça vous étonne?LEmissionPolitique

Jean-François Mancel s’est lui défendu de toute insinuation dans un nouveau tweet : « Un pays de cinglés ? Sidéré par l’interprétation de mon tweet ! Un barbu c’est quelqu’un qui porte la barbe et rien de plus« . Ce qui n’explique pas le rapport entre la pilosité du visage et la défiance vis-à-vis de François Fillon, sous-entendu par le député dans son premier message…

Un pays de cinglés?Sidéré par l’interprétation de mon tweet!Un barbu c’est quelqu’un qui porte la barbe et rien de plus.

S’il n’est pas habituel de voir un élu Les Républicains reprendre à son compte ce vocabulaire, cela a peut-être rappelé des souvenirs à Jean-François Mancel : en 1998, il avait prôné une alliance avec le FN… Cela lui avait valu une exclusion du RPR, dont il avait pourtant été secrétaire général entre 1995 et 1997.

Aujourd’hui, ce fervent soutien de François Fillon – après avoir penché pour Nicolas Sarkozy au premier tour de la primaire à droite – défend avec acharnement la théorie d’un complot « politico-médiatique » contre son candidat. Depuis le début de l’affaire Penelope, il multiplie les propos fielleux contre les juges et les journalistes. « Des décennies que le pouvoir judiciaire et le pouvoir médiatique cherchent à s’emparer du pouvoir politique seul légitime, nous y sommes« , imaginait-il le 1er mars dernier. Le 16 mars dernier, il proposait la suppression du secret des sources des journalistes, au nom de la transparence : « Ma proposition sur la levée du secret des sources des journalistes: ne
pas exiger des autres la transparence que l’on refuse pour soi-même
. »

Des décennies que le pouvoir judiciaire et le pouvoir médiatique cherchent à s’emparer du pouvoir politique seul légitime: nous y sommes!

Ma proposition sur la levée du secret des sources des journalistes: ne pas exiger des autres la transparence que l’on refuse pour soi meme.

PME familiale

Si Jean-François Mancel défend si ardemment François Fillon, c’est aussi peut-être parce que la situation du candidat de LR lui rappelle un peu la sienne. Selon sa déclaration d’intérêts publiée en 2014, le député de l’Oise employait en tant qu’assistante parlementaire sa fille Chloé, salariée, ainsi que son épouse Brigitte et son fils Alexis, par ailleurs conseiller régional, bénévoles. Aujourd’hui, sa fille a quitté ses fonctions pour devenir comédienne, remplacée par son épouse. En janvier dernier, il pestait auprès du Parisien contre l’interdiction de payer celle-ci plus de 4.569 euros mensuels, soit 50% de l’enveloppe parlementaire consacrée aux collaborateurs : « Dans le privé, elle toucherait deux ou trois fois plus« , expliquait-il, en évoquant son précédent poste de directrice de la communication chez Alain Afflelou.

Comme François Fillon aujourd’hui, cet énarque a de plus connu quelques déboires en justice. En 2005, il a été condamné par la Cour d’appel de Paris à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende pour « prise illégale d’intérêts », pour avoir un peu trop confondu son activité d’homme d’affaires et l’attribution de marchés publics au sein du Conseil général de l’Oise. En 2010, interrogé au sujet d’Eric Woerth, un de ses meilleurs amis, il confiait au Monde combien il était dur « d’être accusé de choses dont on n’est pas coupable« .

 https://www.marianne.net/politique/karim-rissouli-traite-de-barbu-le-cv-gratine-de-jean-francois-mancel-depute-lr

23 avril 2017 : Fillon est éliminé de la présidentielle, la droite explose…

23 avril 2017 : Fillon est éliminé de la présidentielle, la droite explose…

Alors que François Fillon, embourbé dans les affaires, est distancé par le duo Le Pen/Macron dans les sondages, ils sont de plus en plus nombreux chez Les Républicains à imaginer le « 21 avril de droite ». Et à rivaliser de prédictions apocalyptiques…

« C’est sordide… » Attablé dans un restaurant parisien, ce député Les Républicains consulte fébrilement son iPhone. Il parcourt un sondage Ifop/Atlantico paru lundi sur la crédibilité des candidats à l’élection présidentielle dans différents domaines. Sur le terrorisme, l’immigration, la sécurité ou la lutte contre l’extrémisme religieux, Marine Le Pen a une très large avance sur tous ses concurrents. Emmanuel Macron est numéro un lorsqu’il s’agit de chômage et de pouvoir d’achat. François Fillon, lui, ne s’impose sur aucune des thématiques… Conclusion lapidaire de notre élu : « On va se faire niquer ! »

Ainsi va la droite française, toujours plus assommée à chaque révélation sur les petites combines financières de François Fillon et sa famille. Alors que le candidat est désormais distancé par Marine Le Pen et Emmanuel Macron dans les sondages, ils sont de plus en plus nombreux chez LR à anticiper le scénario catastrophe qui se dessine : celui d’un « 21 avril de droite ». Fillon éliminé dès le soir du premier tour, le 23 avril, que se passerait-il ?

« Les Républicains vont exploser »

Loin des micros, les cadres LR se plaisent presque à rivaliser de prédictions apocalyptiques. « Si on perd la présidentielle après ce naufrage moral, on aura la défaite, le déshonneur, puis l’hallali », assène un député. « Les Républicains vont exploser », abonde l’un de ses collègues, incapable d’évaluer les conséquences précises : « Un feu d’artifice, on voit quand il explose, mais on ne sait pas où retombent les morceaux. »

« Dans tous les cas, on va entrer dans une période de grande incertitude sur le fonctionnement de la vie politique », analyse le député Thierry Solère, organisateur de la primaire de la droite. Un seul pronostic fait plutôt consensus : la digue tiendra face au FN… chez les élus. En cas de second tour Emmanuel Macron/Marine Le Pen, « Sarkozy et Juppé seront à la télé dès 20h30 pour appeler à voter contre Le Pen », assure un ténor. « Il y aura toujours le couillon de service dans le Vaucluse, le Var ou le Pas-de-Calais pour rejoindre le FN mais sinon, personne n’osera franchir le pas », se rassure un député expérimenté, qui craint beaucoup plus le comportement du « noyau dur des militants radicalisés par la campagne de Fillon ».

C’est tout le problème : si le barrage anti-FN semble tenir chez les dirigeants de la droite, la tentation frontiste est réelle parmi la base. « Quand, dans un parti politique, pas un élu ne dit qu’il votera Le Pen mais que 40% des électeurs le feront, il y a un problème », se lamente un député. D’autant, ajoute-t-il, que les grandes leçons de morale n’y feront rien : « Dire que c’est l’extrême droite, le mal absolu, les gens s’en foutent complètement maintenant. »

La violence de la défaite sera telle que chacun va tirer la couverture à lui

Un député-maire LR

Du côté de l’appareil LR, chacun s’attend à ce que les petites manœuvres s’engagent immédiatement. « Paradoxalement, nous avons une homogénéité idéologique plus forte que la gauche. Mais la violence de la défaite sera telle que chacun va tirer la couverture à lui, prédit un député-maire de l’Est. On voit très bien que certains sont déjà en position. » Les yeux se tournent vers les ambitieux quadras, et principalement Laurent Wauquiez, déjà dans les starting-blocks pour mettre la main sur LR. « Il joue la défaite, c’est pour ça qu’il veut les clés du parti », grince un élu francilien.

En attendant que le navire Fillon percute l’iceberg, chacun tente de gagner un canot de sauvetage… et de s’y planquer ! « On ne bouge pas, confie un ancien cadre de la campagne. D’un côté, on ne roule plus pour Fillon mais si on se met à soutenir Macron, on va pousser encore plus d’électeurs vers le FN. »Certains ont même déjà fait une croix sur la présidentielle pour se concentrer sur les législatives de juin. « Les élus sont peu engagés dans la campagne, mais les candidats aux législatives sont au turbin », raconte ainsi Dominique Bussereau, député et patron de la Charente-Maritime. De quoi mettre en fureur cet autre élu de l’Assemblée, lui-même candidat à sa réélection : « Ils n’y sont pas du tout ! Qu’est-ce que ça veut dire, de ne parler que des législatives quand on ne sait même pas qui sera président ? » Et, surtout, quand on ne sait pas si son propre parti survivra à cette présidentielle…

Déclaration de patrimoine : François Fillon, ce candidat richissime… mais sans le sou !

Déclaration de patrimoine : François Fillon, ce candidat richissime… mais sans le sou !

D’après sa déclaration de patrimoine, François Fillon a dû recourir à un « prêt familial » de 30.000 euros pour régler ses impôts en 2016. Ce qui intrigue, étant donné que l’ex-Premier ministre peut revendiquer plus d’un million d’euros de revenus entre 2012 et 2017…

Contrairement à ce que le prix de ses costumes pourrait inciter à penser, François Fillon ne roule pas sur l’or. S’il dispose de trois biens immobiliers (dont deux en indivision), les (nombreux) comptes dont il dispose seul ou avec son épouse Penelope affichent un actif qui s’élève péniblement à 50.000 euros, selon sa déclaration de patrimoine publiée ce mercredi 22 mars sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Tous les candidats s’étant pliés au même exercice. Fillon dispose par ailleurs de deux placements PEA au Crédit agricole d’une valeur globale d’environ 24.000 euros et d’une assurance-vie de 18.056 euros (celle de son épouse s’élevant à environ 19.000 euros).

Loin d’être extravagant au regard de ses quarante ans de vie politique et d’indemnités, d’autant plus que François Fillon n’a pas à rembourser un quelconque emprunt immobilier. Ce manque de liquidités sonnantes et trébuchantes l’a amené à… recourir à un prêt familial de 30.000 euros pour payer ses impôts en 2016 ! Un prêt qu’il n’a d’ailleurs pas déclaré auprès de la Haute autorité, ce que la loi lui imposait de faire.

D’après une déclaration de l’entourage du candidat à l’AFP, ce prêteur familial ne serait autre que… la fille de François Fillon. Décidément, les années passent et les transactions entre Marie Fillon et son père se multiplient. En 2006, l’ainée de la famille Fillon avait versé 33.000 euros à ses parents qui avaient avancé l’argent de son mariage. Un remboursement qu’elle avait pu effectuer après avoir touché 3.800 euros brut mensuels pendant 15 mois en tant qu’assistante parlementaire de son père sénateur, de 2005 à 2006 (lorsqu’elle était pendant un temps stagiaire dans un cabinet d’avocats en parallèle).

On savait par ailleurs que François Fillon avait emprunté 50.000 euros à son ami milliardaire Marc de Lacharrière, en 2012. Le tout sans intérêts. Ce qu’on ignorait jusqu’à présent, c’était le motif de ce prêt. La déclaration de patrimoine du candidat à la présidentielle lève le voile sur ce point. Il devait payer… des travaux dans son château sarthois ! En tout, ces travaux réalisés dans la belle bâtisse de plus de 3.000 mètres carrés dont disposent les époux Fillon dans la Sarthe ont coûté 300.000 euros.

Plus d’un million d’euros de revenus

Voilà qui n’est pas sans poser certaines questions sur le train de vie de François Fillon : comment a-t-il pu se retrouver avec aussi peu d’argent frais, au point de ne pouvoir payer ses impôts ? Entre 2012 et 2017, les époux Fillon ont pourtant gagné beaucoup d’argent. En plus de son indemnité de député de 7 209,74 euros brut mensuels à laquelle s’ajoutent 5 840 euros brut mensuels d’indemnités de frais de mandat, François Fillon a touché quelque 600.000 euros net entre 2012 et 2015 au titre de ses activités en tant que consultant pour sa société 2F conseil. Ce qui revient au total à une somme rondelette dépassant sans mal le million d’euros net… Et ce sans prendre en compte ses revenus de 2016 avec 2F Conseil, pas encore déposés.

Quant à Penelope Fillon, elle a touché environ 100.000 euros en tant que « conseillère éditoriale » de la Revue des deux Mondes, entre 2012 et 2013, et 65.839,55 euros en tant qu’assistante parlementaire de son mari, entre juin 2012 et novembre 2013. Malgré ces rentrées, l’ex-tandem parlementaire a donc eu besoin de l’apport ponctuel de l’ainée de la fratrie pour boucler les factures en 2016…

De surcroît, François Fillon ne dispose pas d’énormément d’objets de valeur. Selon sa déclaration, ce passionné d’automobile possède deux véhicules dont le plus cher, une Toyota Land Cruiser achetée 22.000 euros en 2001, coûte aujourd’hui… 5.000 euros. L’ex-premier ministre dispose seulement de deux belles montres, une estimée à 12.000 euros et une autre à 15.000 euros. Pas sûr qu’il les ait achetées, toutefois : dans son calcul, le candidat de LR précise bien qu’il ne s’agit pas là de la valeur d’achat, mais d’une « évaluation personnelle »…

 https://www.marianne.net/politique/declaration-de-patrimoine-francois-fillon-ce-candidat-richissime-mais-sans-le-sou

François Fillon dément avoir été conseillé par SMS pendant le premier débat présidentiel

LA CETTE FOIS CA DEVIENT VRAIMENT GRAVE !!

François Fillon dément avoir été conseillé par SMS pendant le premier débat présidentiel

Dans les coulisses rapportées par Le Parisien et Le Figaro vingt-quatre heures après le débat présidentiel, on apprenait que François Fillon avait été conseillé par SMS durant le débat. Selon les informations du Figaro, le candidat de la droite échangeait avec sa conseillère en communication, Anne Méaux. Que nenni. François Fillon a démenti jeudi 23 mars sur France 2 dans L’Emission politique. Voici l’échange qu’il a eu avec David Pujadas, en tout début d’émission :

– David Pujadas : Bonsoir François Fillon, soyez le bienvenu. Juste un petit mot : vous avez éteint votre téléphone portable ?

– François Fillon : Je ne l’ai pas sur moi et je vous assure que je ne reçois jamais de SMS pendant les émissions.

– David Pujadas : Ah ? Parce qu’on s’était aperçu que vous échangiez des SMS pendant le débat, c’est faux ?

– François Fillon : Encore une calomnie supplémentaire. 

Jeudi 23 mars, Marine Le Pen a tenu à corroborer l’information du Parisien et du Figaro. « C’est assez incroyable. Il a passé au moins la première partie du débat à lire ses SMS ou à envoyer des SMS », a expliqué la candidate FN à l’élection présidentielle sur BFMTV.

Les captures d’écran prises par des internautes lundi dernier ne laissent pourtant pas vraiment de doute.

http://imgur.com/a/XjBp9/embed?pub=true&ref=http%3A%2F%2Flelab.europe1.fr%2Ffrancois-fillon-dement-avoir-ete-conseille-par-sms-pendant-le-premier-debat-presidentiel-3144974&w=540

 

Une question se pose quand même : s’il n’a pas échangé de SMS pendant l’émission, que faisait-il avec son téléphone devant lui ? Est-ce qu’il jouait à Angry Birds ? Est-ce qu’il faisait sa liste de course pour le lendemain ? Ou est-ce qu’il regardait les réactions des internautes en temps réel ?


 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB

Où l’on apprend que Fillon a passé le débat présidentiel à envoyer et recevoir des SMS

……….. http://lelab.europe1.fr/francois-fillon-dement-avoir-ete-conseille-par-sms-pendant-le-premier-debat-presidentiel-3144974

Quand Fillon regrettait que la presse n’en fasse pas assez sur les affaires

allez les amies amis de Twitter on partage voila encore la preuve que fillon est un type méprisable

SITE D INFORMATIONS

QUAND c était Nicolas Sarkozy qui était calomnié par la presse a scandale dont monsieur Fillon avait été un de pires  traîtres en allant voir Hollande  pour briser Nicolas ? Fillon trouvait que la justice n allait pas assez vite , par contre quand c est lui qui a des problèmes il pleure crie hurle a tous les vents qu il vit un  calvaire  , et qu il est déstabilisé ? et il fait quoi , il court demander de l aide a celui qu il a trahi  , il n as pas honte ?

Quand Fillon regrettait que la presse n’en fasse pas assez sur les affaires

Une interview de François Fillon sur France Info refait surface : il y regrette que la presse ne passe pas assez de temps sur les affaires judiciaires de certains hommes politiques. Il accusait alors le système « politico-médiatique » d’avoir la mémoire courte.

View original post 162 mots de plus

Fillon a-t-il incité l’Elysée à « taper » sur Sarkozy ? Hollande confirme

A PARTAGER EN MASSE VOILA QUI EST FILLON UN HOMME QUI TRAHI UN GRAND CHEF D’ ETAT QUI L A NOMMÉ MINISTRE ET QU’Il
POIGNARDE DANS LE DOS ET CAPABLE DE TOUT .

SITE D INFORMATIONS

HONTE A FILLON QUI OSE DE PRÉSENTER EN MONSIEUR PROPRE DEVANT LES FRANCAIS qui pense a Nicolas Sarkozy au mal qu il a enduré a cause de son ex 1 ministre ?

Fillon a-t-il incité l’Elysée à « taper » sur Sarkozy ? Hollande confirme

Dans un nouveau livre de confidences qui paraît ce mercredi, le chef de l’Etat affirme que François Fillon a bien demandé au secrétaire général de l’Elysée d’accélérer les procédures judiciaires contre son rival Nicolas Sarkozy.

Oui, François Fillon a bien demandé à Jean-Pierre Jouyet d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy lors d’un déjeuner entre les deux hommes le 24 juin 2014. C’est ce qu’affirme François Hollande dans Un président ne devrait pas dire ça… (Stock), un nouveau livre de confidences du chef de l’Etat, signé Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qui paraît ce mercredi 12 octobre. C’est à ces deux journalistes du Monde que Jean-Pierre Jouyet…

View original post 441 mots de plus

Jean de Boishue : « J’étais à Matignon pour aider Fillon à se débarrasser de Sarkozy »

POUR LES FELONATRES QUI ONT LA MÉMOIRE SÉLECTIVE VOILA DE QUOI ETAIT CAPABLE FILLON

SITE D INFORMATIONS

Quand je dis que monsieur Fillion n est qu un félon j ai bien raison !! une honte comment vous les politiciens de droite  vous pouvez accorder crédit a cet homme ? et le soutenir j ai honte pour vous !! voila encore une bassesse de ce félon   et ce monsieur est aussi un grand hypocrite !

Jean de Boishue : « J’étais à Matignon pour aider Fillon à se débarrasser de Sarkozy »

Homme politique, ex-RPR, classé comme séguiniste, il a été secrétaire d’État du gouvernement Juppé, mais aussi député, maire, conseiller général, ami et surtout conseiller de François Fillon.

Jean de Boishue a travaillé avec François Fillon pendant les cinq années où il a occupé l’hôtel Matignon sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Dans le livre « Anti-secrets », qui sort ces jours-ci, il raconte les coulisses de cette période qu’il qualifie de « cohabitation« .

En prenant la plume, Jean…

View original post 65 mots de plus