PROPOS HALLUCINANTS DE CELUI QUI EST LE  » CHEF D ETAT  » Macron interrogé par la chaîne américaine CBS : “Nous devons déconstruire notre propre histoire”

Francois19/04/2021 à 14h50https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=F_Desouche&dnt=true&embedId=twitter-widget-

MARGARET BRENNAN : OK, compris. M. le Président, la race est un sujet très chaud dans ce pays en ce moment. Et je veux vous interroger sur quelque chose que vous avez dit récemment. La France est une ancienne puissance coloniale, mais vous avez dit en comparant nos deux pays, “Je suis sûr d’une chose, nous ne sommes pas les États-Unis d’Amérique. Nous avons une préférence pour l’égalité qui est fondée – qui ne se trouve pas aux États-Unis. Nos valeurs ne sont pas tout à fait les mêmes. Nous avons un attachement à la social-démocratie, à plus d’égalité.” Qu’entendez-vous par là ?

PRÉSIDENT MACRON : Je pense que les Etats-Unis et l’Europe sont- sont confrontés à des défis communs, à des réseaux d’inégalités, à des discours de haine, etc. et à des tensions dans nos sociétés. Et la race arrive, je dirais en plus de cela, parce que nous n’avons pas réglé cette question. Et c’est une question qui existe dans notre société. Dans votre société, il y avait de la ségrégation et vous avez réussi à réagir précisément et à réorganiser votre société dans les années 60 avec une action positive et affirmative et des politiques nucléaires, afin de faire face à ce phénomène. Notre histoire est très différente parce que nous étions des États coloniaux et que nous sommes maintenant – nous sommes au centre et nous étions et nous sommes toujours des contrariétés de l’immigration avec beaucoup de gens venant des anciennes colonies et, par exemple, du continent africain. Et nous avons définitivement cette question de la race, qui est au cœur même de notre société, et qui crée de nombreuses tensions lorsque des personnes sont victimes de discrimination et lorsque des personnes poussent des discours racistes, du racisme ou des discours inacceptables. Ma conviction est que nous devons aborder cette question en commençant par la transparence et une évaluation équitable. C’est pourquoi j’ai lancé de nouvelles plateformes pour lutter contre la discrimination, le racisme, etc. Deuxièmement, un dialogue calme et ouvert pour comprendre comment cela s’est passé et, d’une certaine manière, pour déconstruire notre propre histoire. Mais sans aucune confusion, nos histoires sont très différentes. La façon dont nous nous sommes comportés dans le passé, la façon dont nous avons construit notre propre traumatisme sont très différentes, même si nous avons des phénomènes communs. Je pense donc que nous devons – nous devons essentiellement – aller aux racines mêmes de ce phénomène. Mais nous devons lancer de nouvelles politiques, concrètes et déterminées, pour nous débarrasser du racisme dans notre société. C’est essentiel. Mais troisièmement, nous devons reconstruire l’unité de nos sociétés. Et l’un des grands risques aujourd’hui est d’être inefficace dans la gestion de la discrimination et, d’une certaine manière, de pousser à la fragmentation de toutes les sociétés en encourageant, je dirais, une sorte de construction où une nation serait l’addition de différentes races ou l’addition de différentes minorités. Je ne le pense pas. Je pense qu’une nation est basée sur l’unité avec les différences, est basée sur l’unité des projets, et nous ne devrions jamais accepter la fragmentation de ce projet à travers toutes ces différences et spécificités. Donc ce dont nous avons besoin d’une certaine manière des deux côtés de l’Atlantique, c’est d’une politique de reconnaissance, de construire notre unité en étant plus efficace contre les inégalités, contre la discrimination, et en travaillant pour l’unité et en reconnaissant toutes les différences. C’est un défi énorme, mais c’est l’un des défis essentiels de notre génération.

CBS

https://www.fdesouche.com/2021/04/19/macron-interroge-par-la-chaine-americaine-cbs-nous-devons-deconstruire-notre-propre-histoire/

FRANCE VACHE A LAIT DES PAYS AFRICAINS ET ARABES, PENDANT QUE LES FRANCAIS SONT saignés aux 4 veines, que les hôpitaux ferment les uns après les autres sans aides, et que les commerces crèvent … a cause de la gestion de l usurpateur macron lui distribue l argent aux étrangers … Exclusif : Macron débloque 1 million d’euros pour financer l’élection présidentielle de 2021 en Libye

Le gouvernement d’Emmanuel Macron débloque 1 million d’euros pour financer la présidentielle libyenne prévue ce 24 décembre 2021

Dans la guerre pour la reconstruction de la Libye, pays très riche en pétrole, la France ne veut surtout pas se faire devancer par ses concurrents tels que les Etats-Unis, l’Italie, les pays du Golfe ou encore la Turquie et la Russie. Pour ce faire, Paris ne se gêne plus d’injecter des millions d’euros dans le système politique libyen avec l’objectif de recevoir, en retour, des contrats pétroliers plus avantageux.

C’est en tout cas la remarque que l’on peut faire après avoir observé la stratégie de Paris de reconquérir un pays dévasté par plus de 8 ans de guerre civile. Ainsi, d’après le média saoudien Saudi Gazette, le gouvernement français a signé avec l’ONU un accord qui engage la France à financer les élections libyennes à hauteur de 1 850 000 euros.

“12 000 urnes et des bulletins de vote”

Toujours selon la même source, l’accord a été signé mardi entre Béatrice Le Fraper du Hellen, ambassadrice de France en Libye et Gerardo Noto, représentant du Programme des Nations-Unies pour le Développement (UNDP). D’après Saudi Gazette, les 1 millions d’euros serviront à acheter 12 000 urnes et à confectionner des bulletins de votes.

Prenant la parole en marge de la cérémonie, l’ambassadrice de France a réitéré la volonté de Paris de participer pleinement aux élections présidentielles et législatives libyennes prévues ce 24 décembre 2021. Pour sa part, Gerardo Noto salue l’engagement de Paris à mener la Libye vers un “développement inclusif durable”.

Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que la France s’engage financièrement auprès du peuple libyen. En effet, en août 2020, Paris avait débloqué 1 million d’euros pour aider au retour des Libyens forcés à l’exil dans leur propre pays en raison de la guerre.

L’argent devait servir à équiper la police scientifique et les unités de protection civile afin qu’elles puissent permettre l’arrivée des déplacés. Les fonds, comme l’explique un communiqué du PNUD, seront gérés par le ministre libyen de l’Intérieur. “Avec le soutien de la France, nous avons comme objectif d’aider le ministère de l’Intérieur à récupérer les zones touchées par la guerre et à les aménager pour le retours des populations en toute sécurité”, soulignait Gerardo Noto.

Didier Raoult donne une leçon mémorable à un journaliste sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine

Cette vidéo est extraite de l’entretien accordé par le professeur Didier Raoult à Bruce Toussaint, et diffusé sur BFMTV le vendredi 16 avril 2021.

L’impressionnante leçon du professeur Didier Raoult au journaliste de BFMTV Bruce Toussaint sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine.https://www.youtube.com/embed/HL4AszyQm8Asource:https://www.youtube.com/

image_pdf
image_print

MOTS CLÉS:CONFLITS D’INTÉRÊTSCOVID-19DIDIER RAOULTGILEADHYDROXYCHLOROQUINEAUTHOR(S) AND CONTRIBUTOR(S) :

Réseau International

RÉSEAU INTERNATIONAL

Des passeports pour les vaccins ont été planifiés avant même le début de la « pandémie »

par Joseph Stroberg.

La plupart d’entre nous n’ont entendu parler des « passeports de vaccins » qu’après la pandémie, lorsque différents gouvernements ont commencé à insister sur l’exigence de « passeports pour les vaccins » pour voyager dans d’autres pays ou même pour se rendre dans des lieux publics.

Cependant, la planification de l’exécution du concept de « passeport de vaccins » a commencé 20 mois avant le déclenchement de la pandémie. Ce dont parlent ces feuilles de route, ce n’est pas seulement un document qui restreindrait votre entrée ou votre mouvement à certains endroits. Ce qu’ils envisagent est un écosystème COVID complet, un avenir où chaque aspect de votre vie est surveillé et réglementé selon les caprices et la fantaisie de ces Pharma Overlords.

Contenus

1- Feuille de route des passeports de vaccins

2- Sommet mondial sur la vaccination 2019

2.1- Les 3 tables rondes

2.2- Membres notables du panel

2.3- Planification en cas de pandémie

3- À qui profitent réellement les passeports de vaccins ?

4- projets en développement

4.1- Microchip COVID du Pentagone

4.2- Sceau de santé pour les entreprises

4.3- Propagande vaccinale

4.4- Seringues volantes

4.5- Pas de vaccin Pas de salaire

4.6- Passeports de liberté basés sur le code QR

4.7- Projet Commons

4.8- Tatouage de vaccin quantique invisible

4.9- Carte santé numérique

4.10- Balises électroniques pour le suivi de l’activité comportementale

4.11- Tomates GM comme vaccin comestible contre le coronavirus

4.12- Timbre de confiance

4.13- COVI PASS basé sur la RFID

Feuille de route des passeports de vaccins

La proposition initiale de « passeports de vaccins » a été publiée pour la première fois le 26 avril 2018 par la Commission européenne. La proposition, ignorée par les médias mainstream, a été profondément enfouie dans un document (lire ci-dessous) traitant du « renforcement de la coopération contre les maladies évitables par la vaccination ».

Conformément à la feuille de route initiale (publiée au début de 2019) pour mettre en œuvre la proposition de la Commission européenne, l’action principale consistait à « examiner la faisabilité de développer une carte/passeport de vaccination commun » pour les citoyens européens qui soit « compatible avec les systèmes électroniques d’information sur la vaccination et reconnu pour une utilisation au-delà des frontières ».

Il était prévu de faire émettre une proposition législative d’ici 2022, en Europe.

Des termes – tels que « contrer l’hésitation à la vaccination », « flambées inattendues » – qui n’étaient pas si courants avant l’épidémie étaient également mentionnés dans la proposition.

Parmi les autres points du document de feuille de route figuraient le soutien à l’autorisation de « vaccins innovants, y compris pour les menaces sanitaires émergentes ».

Déclarant que « l’industrie de la fabrication des vaccins » a un « rôle clé » dans la réalisation des objectifs décrits dans le document de la feuille de route, il énumère « l’amélioration de la capacité de fabrication de l’UE » et le stockage des vaccins comme d’autres points d’action à mettre en œuvre.

La feuille de route met également l’accent sur le renforcement des « partenariats existants » et de la « collaboration avec les acteurs et initiatives internationaux » et fait référence au Sommet mondial sur la vaccination qui s’est tenu en 2019. Les participants et l’agenda de ce sommet sont également révélateurs.

Sommet mondial de la vaccination 2019

Les 3 tables rondes

Le sommet s’est tenu le 12 septembre 2019, à Bruxelles, en Belgique, à peine 3 mois avant l’épidémie de COVID-19. Le sommet n’a pas été rapporté par la plupart des grands médias. Il a été organisé par la Commission européenne en coopération avec l’OMS.

Le sommet s’est structuré autour de trois tables rondes intitulées :

  • Dans les vaccins auxquels nous faisons confiance
  • La magie de la science
  • Les vaccins protègent tout le monde, partout
Membres notables du panel

Les participants à ce sommet étaient des dirigeants politiques, des représentants de haut niveau des ministères de la santé, des Nations unies, des universitaires de premier plan, des professionnels de la santé et des scientifiques, des secteurs non gouvernementaux et privés.

Parmi les membres notables de ces tables rondes figuraient le Dr Seth Berkley, PDG de GAVI, Nanette Cocero, présidente mondiale de Pfizer Vaccines, la Global Vaccine Alliance – une organisation qui a reçu d’énormes montants de financement de la Fondation Bill & Melinda Gates ; et Joe Cerrell, directeur général de la Fondation Bill & Melinda Gates pour la politique mondiale et le plaidoyer.

Lanceur d’alerte de l’OMS, le Dr Astrid Stuckelberger, dans une confession stupéfiante, a dénoncé les activités suspectes de Bill Gates et de GAVI.

Lors de la 41ème session du Comité d’enquête Corona, elle a déclaré que les règles en vertu desquelles les pays collaborent avec l’OMS placent pratiquement l’OMS en charge de toutes les règles et édits et annonces formels – Gates étant juste là en tant que membre du conseil exécutif comme un État membre non officiel, prendre des décisions qui affectent le monde entier.

Planification en cas de pandémie

La planification de la pandémie était clairement mise en évidence lors de cette réunion au sommet. Les principaux documents distribués aux participants comprenaient des rapports sur :

  • Planification de la préparation à la grippe pandémique
  • Un exercice de grippe pandémique pour l’Union européenne
  • Planification de la préparation à la grippe aviaire et à la pandémie de grippe
  • Préparation et planification de la riposte à la grippe pandémique
  • Vers une suffisance des vaccins contre la grippe pandémique dans l’UE
  • Un « partenariat public-privé » sur les vaccins européens contre la grippe pandémique

Dans tous ces documents, l’objectif de renforcement de la collaboration avec l’industrie pharmaceutique est souligné à maintes reprises, tout comme le message selon lequel une pandémie mondiale était désormais inévitable.

Selon de nombreux échanges de courriers électroniques obtenus par un groupe d’avocats dans le cadre d’un litige juridique, le Ministère allemand de l’Intérieur a engagé des scientifiques pour développer un faux modèle de coronavirus afin de justifier un verrouillage strict.

À qui profitent réellement les passeports de vaccins ?

Le principal bénéficiaire de ces projets de passeport de vaccins sera l’industrie pharmaceutique multinationale et non l’homme ordinaire.

En plus de cela, les gens ordinaires devront partager leurs dossiers médicaux afin de prouver qu’ils sont aptes à voyager à l’étranger ou même à regarder un film.

L’activité estimée que visent ces géants pharmaceutiques vaut 1 500 milliards de dollars rien qu’en 2021.

Dès que le nouveau président américain a été installé, un décret a été signé imposant de nouvelles restrictions de voyage et de commencer à tester la faisabilité des passeports vaccinaux COVID-19.

Projets en développement

[Ndlr : la plupart de ces projets dignes de docteurs Folamour et autres psychopathes ne verront pas nécessairement le jour, ceci dépendant de leur degré de faisabilité, notamment à grande échelle.]

Ce dont parlent ces feuilles de route, ce n’est pas seulement un document qui restreindrait votre entrée ou votre mouvement à certains endroits. Ce qu’ils envisagent est un écosystème COVID complet, un avenir où chaque aspect de votre vie est surveillé et réglementé selon les caprices et la fantaisie de ces Pharma Overlords.

Ci-dessous, nous mentionnons quelques projets qui vous donneraient une idée de ce à quoi ressemblerait cet avenir.

Microchip COVID du Pentagone

Les scientifiques du Pentagone ont créé une micropuce qu’ils veulent injecter dans votre corps pour détecter le coronavirus dans votre corps avant même que vous ne présentiez des symptômes. Ils ont également créé un filtre pour extraire le virus de votre sang.

Sceau de santé pour les entreprises

Après les passeports de vaccins pour les personnes, Hollywood propose maintenant le sceau de santé COVID-19 pour les entreprises. Des célébrités comme Lady Gaga et Robert De Niro utilisent Covid-19 pour promouvoir un système coûteux de « sceau de santé » qui certifiera l’emplacement de votre entreprise comme étant exempt de COVID-19.

Ces célébrités prêchent aux gens d’acheter ce sceau de santé qui pourrait vous coûter plus de 12 000 $ et qui « ne garantit pas qu’un espace est sûr ou exempt d’agents pathogènes ». La norme de construction WELL est alignée sur les Nations unies.

Propagande vaccinale

Avec l’augmentation des cas de réactions indésirables multiples au vaccin COVID-19, des vidéos de propagande de vaccination désormais épuisées et sans base scientifique apparaissent pour vous inciter à aimer les vaccins et à ne poser aucune question et à continuer à injecter les vaccins année après année après année .

Seringues volantes

Flying Syringes est une expression utilisée pour désigner un projet proposé financé par Bill Gates pour créer des moustiques génétiquement modifiés qui injectent des vaccins aux personnes lorsqu’elles les piquent.

Pas de vaccin Pas de salaire

Une ordonnance controversée de Pas de vaccination Pas de salaire a été émise par les autorités sanitaires de l’État indien de Jharkhand, qui a été forcée d’être retirée après la réaction des employés.

Ce n’est pas un événement aléatoire. C’est un aperçu de ce qui est à venir.

Passeports de liberté basés sur le code QR

La Grande-Bretagne pourrait bientôt déployer le Coronavirus Freedom Passport basé sur QR pour déterminer si vous êtes innocent COVID-19. Si la COVID-19 est positive, vous pouvez être interdit d’entrer dans les pubs, les écoles et les lieux de travail.

Projet Commons

La Fondation Rockefeller et la Fondation Clinton ont développé une série d’applications COVID qui contrôleront étroitement votre vie post-Covid.

L’initiative est lancée par la fondation à but non lucratif Commons Project Foundation, qui fait partie du Forum économique mondial.

Le projet Commons comprend trois applications COVID – CommonHealthCOVIDcheck et CommonPass.

Ensemble, ils collecteront, stockeront et surveilleront vos données de santé en fonction desquelles les applications décideront si vous êtes éligible pour voyager, étudier, aller au bureau, etc.

Tatouage de vaccin quantique invisible

Un projet financé par Bill Gates vise à fournir un tatouage quantique invisible caché dans le vaccin contre le coronavirus pour stocker votre historique de vaccination.

Les chercheurs ont montré que leur nouveau colorant, constitué de nanocristaux appelés points quantiques, peut rester au moins cinq ans sous la peau, où il émet une lumière proche infrarouge qui peut être détectée par un smartphone spécialement équipé.

Carte santé numérique

Le gouvernement indien envisage de lancer une carte santé numérique obligatoire inspirée du concept de Bill Gates.

Dans le cadre du programme « One Nation One Health Card », les antécédents médicaux d’une personne, y compris tous les traitements et tests qu’elle a subis, seront enregistrés numériquement sur cette carte.

Les hôpitaux, les cliniques et les médecins seront tous reliés à un serveur central. Le mouvement vise à cartographier les dossiers de santé de chaque citoyen du pays dans un format numérique.

Balises électroniques pour le suivi de l’activité comportementale

Après que les robots IA appliquent les règles obligatoires des masques faciaux, Singapour a déployé des balises électroniques COVID-19 pour suivre l’activité comportementale afin de mettre en quarantaine.

Si vous tentez de quitter votre domicile, il alertera les autorités, à la suite de quoi il y aura peut-être une amende de 10 000 dollars singapouriens ou six mois de prison ou les deux.

Les tomates GM comme vaccin comestible contre le coronavirus

Des scientifiques mexicains cultivent des tomates génétiquement modifiées comme vaccin comestible contre le coronavirus.

Un groupe de recherche d’une université mexicaine utilise la bioinformatique et le génie génétique informatique pour identifier des antigènes candidats pour un vaccin qui peut être exprimé dans les plants de tomates.

Manger les fruits de ces plantes conférerait alors une immunité contre la COVID-19, affirment les scientifiques.

Timbre de confiance

Trust Stamp est un programme d’identité numérique basé sur la vaccination financé par Bill Gates et mis en œuvre par Mastercard et GAVI, qui reliera bientôt votre identité numérique biométrique à vos dossiers de vaccination.

Le programme dit « évoluer à mesure que vous évoluez » fait partie de la guerre mondiale contre l’argent liquide et a le potentiel d’un double usage à des fins de surveillance et de « police prédictive » en fonction de vos antécédents de vaccination.

Ceux qui ne souhaitent pas être vaccinés peuvent être exclus du système en fonction de leur score de confiance.

COVI PASS basé sur RFID

Le gouvernement britannique se prépare à déployer COVI PASS – Les passeports de santé numériques à coronavirus compatibles avec la RFID biométrique pour surveiller presque tous les aspects de la vie des citoyens au nom du renforcement de la gestion de la santé publique.

source : https://greatgameindia.com

traduit par MIRASTNEWS

via https://nouveau-monde.ca

Le vaccin AstraZeneca a créé une nouvelle maladie nommée VITT

La vaccin d’AstraZeneca contre la Covid-19 est la cause d’une nouvelle maladie qui risque de tuer plus de gens en raison des caillots sanguins qu’elle provoque, selon un infectiologue danois.

+

« Une nouvelle maladie a été diagnostiquée et identifiée, et maintenant nous savons que c’est le vaccin qui en est la cause », a déclaré Jens Lundgren, professeur de médecine des infections, dans l’émission « Lippert » diffusée mercredi 14 avril sur TV 2 News.

La nouvelle maladie appelée VITT (thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par un vaccin) a été détectée, le 9 avril, par une équipe de recherche allemande ayant démontré pour la première fois un lien entre le vaccin AstraZeneca et cette maladie.

Dans une étude publiée dans le célèbre « New England Journal of Medicine », l’équipe allemande a démontré que la maladie survient lorsque les personnes vaccinées dans de très rares cas forment non seulement des anticorps contre la Covid-19, mais aussi des anticorps contre les plaquettes, qui régulent la capacité du sang à coaguler.

Les chercheurs allemands ont pu montrer que les anticorps causaient la coagulation du sang au fil des ans et provoquaient des saignements potentiellement mortels.

Interrogé si la nouvelle maladie était mortelle, Jens Lundgren a répondu: « Oui, c’est essentiellement de ça qu’il s’agit. Et quand on a alors une nouvelle maladie que nous avons eue avec la Covid-19 l’année dernière, nous devons découvrir quelle en est la cause. Qui est à risque? Comment diagnostiquons-nous et comment traiter? ».

Le Danemark est devenu mercredi le premier pays à cesser d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca en raison d’un lien potentiel avec une forme rare mais grave de caillot sanguin.

Plus tôt dans la journée, le directeur de l’Agence danoise de santé, Soren Brostrom, a déclaré que les résultats des enquêtes sur les caillots sanguins associés à AstraZeneca « ont montré des effets secondaires réels et graves« .

Selon lui, des études conjointes basées sur des données de santé danoises et norvégiennes estiment qu’une personne sur 40.000 ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca pourrait s’attendre à subir cette complication grave.

(Avec MAP)

I-Média n°344 – Notre-Dame : l’enquête patine, les médias enfument

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours dominant.

I-Média n°344 – Notre-Dame : l’enquête patine, les médias enfumentLire cette vidéo sur YouTube.

Sommaire

01:32 L’image de la semaine

Des inscriptions considérées comme islamophobes ont été taguées sur les murs d’un centre culturel musulman à Rennes. L’émoi politico-médiatique qui a suivi a été impressionnant.

07:22 Notre-Dame : l’enquête patine, les médias enfument

Deux ans jour pour jour après le terrible drame de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, l’enquête semble au point mort. Les médias, comme le gouvernement, avaient très vite écarté l’hypothèse d’un acte criminel. Un empressement étrange.

14:43 Revue de presse

36:10 Le scandale autour du fils de Joe Biden s’intensifie

Hunter Biden, le fils de l’actuel président des États-Unis, est au cœur d’un scandale politico-financier qui a été soigneusement caché par les médias américains et français durant la campagne présidentielle.

https://www.polemia.com/i-media-n344-notre-dame-lenquete-patine-les-medias-enfument/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=la_lettre_de_polemia&utm_term=2021-04-16

100 000 morts du Covid-19 : la grande dyscalculie !

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Gouvernement et médias s’apprêtent à saluer avec emphase les 100 000 morts attribués au Covid-19. Un chiffre qui sonne comme un désaveu de la politique gouvernementale.
La France du génial Macron approche le même nombre de morts par habitants (150 pour 100 000) que le Brésil ou les États-Unis dont les dirigeants Bolsonaro et Trump sont ou ont été vilipendés. Et il s’agit d’un chiffre largement supérieur à celui de la Suède qui n’a connu ni confinement, ni couvre feu, ni fermeture de restaurants, ni paralysie économique.
Reste que ce chiffre de 100 000 morts est largement exagéré par rapport à la surmortalité réelle. En tout cas, les 65 000 morts officiellement comptabilisés comme dus au Covid-19 sur 2020 étaient largement surévalués puisque l’INED et l’INSEE ont évalué entre 38 000 et 42 000 le nombre de morts en excédents par rapport à 2019, compte tenu de l’évolution de la pyramide démographique.
En faisant porter la comparaison de 2020 sur 2017/2018/2019, l’IRSAN limite même son évaluation de la surmortalité à 23 000.
Suffisant pour ne pas prendre le Covid à la légère. Mais ne justifiant pas un délire sanitaire liberticide et à l’efficacité douteuse. Sachons raison garder !
Nos lecteurs trouveront dans l’article ci-dessous – publié initialement le 31 mars dernier – des faits rien que des faits, y compris sur les conséquences catastrophiques de la politique conduite sur le nombre des naissances.
Polémia.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfX0%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1382302103226482688&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.polemia.com%2F100-000-morts-du-covid-19-la-grande-dyscalculie%2F&sessionId=4e8b25d8bccf6d318fbe69557b6cc455a3bd8685&theme=light&widgetsVersion=ff2e7cf%3A1618526400629&width=550px

« Je ne crois aux statistiques que si je les ai moi-même falsifiées. » D’après Churchill

« La guerre ? Je ne peux pas trouver cela si horrible ! La mort d’un être humain : c’est une catastrophe. Cent mille morts : c’est une statistique ! » Quintessence de l’esprit français d’après l’écrivain allemand Kurt Tucholsky

***

Depuis plus d’un an maintenant l’épidémie de Covid-19 occupe les médias et les esprits de manière obsessionnelle. Il est encore trop tôt pour établir un bilan définitif. Mais pas trop tard pour prendre du recul sur les conséquences démographiques : sur la mortalité en 2020, sur la natalité en 2021. Commençons par la mortalité.

68 000 morts du Covid-19 en 2020 ? Vraiment ?

De mars à juin 2020, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a égrené quotidiennement le nombre de morts du Covid-19. En fin de compte, Santé publique France a estimé à 65 000 le nombre de morts du Covid-19 dans les hôpitaux ou les établissements de soins ou d’accueil. 68 000, selon une extrapolation de l’INED prenant en compte les décès à domicile. C’est-à-dire un mort par millier d’habitants. Et un peu plus de 10 % des décès de l’année 2020.

55 000 morts de plus en 2020 qu’en 2019

À partir du 15 mars 2020, l’Insee a publié tous les jours le chiffre des morts. Et les a additionnés depuis cette date. Une statistique quotidienne sans grand sens mais contribuant à l’affolement général en mettant en avant les pics de décès, généralement le lundi ou le mardi par effet de rattrapage statistique du week-end… Au bout du compte, selon l’INSEE, la France métropolitaine a enregistré 654 000 décès soit 55 000 décès de plus que les 599 000 de 2019.

42 000 excès de décès en 2020 par rapport à 2019 (en prenant en compte la structure démographique)

Une hausse de 9,2 % dont l’INED nous dit qu’une partie – 13 000 – est due « au vieillissement de la population qui s’observe chaque année en l’absence de gain d’espérance de vie ».

On notera un écart important (40 %) entre les 68 000 morts attribués au Covid-19 et les 42 000 morts supplémentaires d’une année sur l’autre dénombrés par l’INED. Les 694 morts en moins dans les accidents de la route (2 550 au lieu de 3 244) ne suffisent pas à expliquer la différence. Deux explications complémentaires sont nécessaires :

  • l’absence de morts dus à la grippe saisonnière du 1er janvier au 15 mars ;
  • la baisse des décès attribués à une autre cause (diabète, maladies cardio-vasculaires, cancers, insuffisance chronique respiratoire).

L’étude de l’INED est très prudente. Le titre de sa revue officielle Population et Sociétés est d’ailleurs formellement faux : « France 2020 : 68 000 décès supplémentaires imputables à l’épidémie de Covid-19 », puisque l’article démontre a contrario que le bon chiffre est celui de 42 000… Il est vrai que le directeur de l’INED est un fonctionnaire à disposition du bon vouloir gouvernemental… Il nous faut donc pousser l’étude du côté de chercheurs plus indépendants.

23 000 excès de décès observés en 2020 sur les décès attendus (en prenant en compte la structure démographique et par rapport à la moyenne des années 2017 à 2019)

Laurent Toubiana, physicien, biostatisticien, chercheur à l’INSERM, a publié dans le cadre de l’IRSAN (Institut pour la valorisation des données de santé) une étude statistique très documentée, titrée : « L’épidémie de Covid-19 a eu un impact relativement faible sur la mortalité en France ». Et il chiffre cet impact à 23 000 : c’est-à-dire la surmortalité de 2020 par rapport à la moyenne attendue – à structure démographique identique – sur les années 2017 à 2019. C’est effectivement l’habitude en démographie de comparer les chiffres de mortalité sur plusieurs années pour lisser les effets, soit de moissons épidémiques (plus de morts), soit de rattrapage de la moisson épidémique précédente (moins de morts). Pour Toubiana l’écart entre 23 000 (excès de décès par rapport aux « morts attendus ») et 68 000 (morts attribués au Covid-19) s’explique par les raisons évoquées plus haut mais surtout par l’attribution au seul Covid-19 des morts à comorbidités. De manière plaisante un journal régional avait parlé du « premier mort local du Covid-19 » à propos d’un homme qui s’était tué… en tombant de son échelle (mais testé positif !).

https://www.polemia.com/covid-19-le-gouvernement-allemand-a-commande-a-des-scientifiques-des-projections-alarmistes-pour-justifier-des-mesures-repressives/embed/#?secret=tDZgFNnpv1

Ni grippette, ni grande peste

Ces chiffres ont le mérite de remettre les faits en place.

Contrairement à l’incessante campagne médiatique, le Covid-19 n’est pas une grande peste.

Mais, avec 23 000 morts observés de plus que de morts attendus, ce n’est pas non plus une grippette, d’autant que :

  • les vagues épidémiques se succèdent (deux en 2020, une troisième en 2021) ;
  • le nombre des morts et l’encombrement des services d’urgence ont sans doute été limités par les précautions prises et les « gestes barrières » ;
  • la maladie laisse des séquelles à certains patients touchés.

En revanche, on ne peut négliger de prendre en compte les conséquences économiques, sanitaires (opérations chirurgicales et traitements différés) et encore moins démographiques.

La chute des naissances

Le confinement total a été annoncé le 12 mars 2020 et a duré jusqu’au 10 mai avant d’être remplacé par des mesures moins drastiques. L’effet a été immédiat sur le nombre des naissances : − 8 % en décembre, − 13 % en janvier, − 8 % en février. Au total, sur ces trois mois : 155 900 naissances au lieu de 172 399 par rapport aux trois mois de référence de l’année précédente, soit moins 10 %.

Bien sûr, ce sont des chiffres dont l’interprétation devra être affinée en fonction de la structure démographique et de l’évolution du comportement des femmes en âge fécond.
Mais la tendance est très claire : si elle se poursuit, il y aura de l’ordre de 60 000 naissances en moins en 2021.

https://www.polemia.com/reconfinement-jean-yves-le-gallou-il-est-temps-darreter-de-sacrifier-les-naissances-les-enfants-et-les-jeunes/embed/#?secret=4zMtkcTiTi

En 2020 le solde naturel de la population française a été de 82 000.
Ce solde naturel pourrait être de zéro, voire négatif, en 2021 sous un double effet :

  • de baisse des naissances : tendance lourde accentuée par le décrochage dû à la dictature sanitaire ;
  • de l’augmentation du nombre des décès indépendamment du Covid-19 mais en raison de l’arrivée aux âges élevés de la vague des « baby-boomers ».

Une menace de plus dans l’accélération du Grand Remplacement.

Jean-Yves Le Gallou
14/04/2021

Article initialement publié le 31 mars 2021

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le GallouJean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration (ER), ancien député européen est le président de Polémia. Essayiste il a publié de nombreux ouvrages dont « La Tyrannie médiatique » et « Immigration : la catastrophe, que faire ? ». Jean-Yves Le Gallou présente chaque semaine sur TVlibertés i-média, émission d’analyse critique des médias.

https://www.polemia.com/100-000-morts-du-covid-19-la-grande-dyscalculie/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=la_lettre_de_polemia&utm_term=2021-04-16

A Toulouse, pourtant doublement vaccinés, des résidents d’Ehpad attrapent le Covid-19

Des résidents d’au moins un Ehpad de Toulouse et de sa région ont été contaminés par le Covid-19 alors qu’ils avaient été vaccinés. Aucun n’a développé une forme grave de la maladie nécessitant une hospitalisation.

Le 13 avril 2021, l’Agence régionale de santé d’Occitanie annonce que 97, 9 % des résidents des 880 Ehpad de la région ont bénéficié d’une première injection du vaccin contre le Covid-19. Un véritable soulagement et une lueur d’espoir après un an de crise sanitaire. Mais le problème n’est pourtant toujours pas résolu.

Selon les informations de France 3 Occitanie, plusieurs résidents de l’Ehpad Marie Lehmann à Balma (Haute-Garonne) ont contracté la maladie alors qu’ils avaient été vaccinés. Au début du mois d’avril, un salarié de l’établissement a attrapé le Covid infectant trois personnes de l’Ehpad : l’une ayant été doublement vaccinée, une deuxième n’ayant reçu qu’une seule injection et une troisième n’ayant pas été vaccinée.

Positifs au Covid mais sans forme grave

« Nous avons été très surpris, explique le directeur de l’Ehpad, Simon Aymes. Nous savions plus ou moins que le Pfizer n’empêchait pas de contracter le virus mais ce qui nous a rassuré c’est qu’aucune forme grave ne s’est développée. » 

Plusieurs autres membres de la résidence, également vaccinés, ont également développé la maladie appartenant au variant anglais sous une forme asymptomatique ou ne nécessitant pas une hospitalisation.

Toujours selon nos informations, plusieurs autres Ehpad de Toulouse et de ses environs sont concernés par ce phénomène.

Délai d’immunisation long chez les personnes âgées

Cette situation s’explique de plusieurs façons. Le délai d’immunisation contre le Covid-19 est long, particulièrement chez les personnes âgées. Après la première injection, il faut compter 15 jours avant que l’immunité ne commence à se mettre en place. La quantité d’anticorps augmente ensuite progressivement puis intervient la seconde injection, trois semaines plus tard pour une immunité complète. 

Le vaccin est sûrement actuellement la meilleure protection contre la maladie. Mais la probabilité de développer le Covid n’est pas nulle. L’objectif de ce vaccin est avant tout de limiter les formes graves du coronavirus. 

Même contaminés, des vaccins efficaces

Dans un récent article, présent dans le tweet ci-dessous, évoquant des études menées en Israël et au Royaume-Uni, le CNRS constate que « le résultat majeur de l’étude est la démonstration d’une réduction drastique de la mortalité : elle est réduite de 72 % deux à trois semaines après la première dose, et, une semaine après la deuxième dose, aucun décès n’a été répertorié.« https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-1&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfX0%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1382978699818065920&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Ffrance3-regions.francetvinfo.fr%2Foccitanie%2Fhaute-garonne%2Ftoulouse%2Fa-toulouse-pourtant-doublement-vaccines-des-residents-d-ehpad-attrapent-le-covid-19-2049124.html&sessionId=e63f11748d79c988a889e6118f829284a218eb8a&siteScreenName=France%203%20Occitanie&theme=light&widgetsVersion=ff2e7cf%3A1618526400629&width=550px

Concernant plus spécifiquement les séniors et leur réponse immunitaire plus faible en raison de l’âge, le constat est également positif « sur 62 000 personnes de plus de 80 ans ayant reçu le Pfizer-BioNTech, l’efficacité est de 60 à 70 % après la première dose et de 89 % deux semaines après la seconde, soit des valeurs très similaires à celles obtenues sur des personnes plus jeunes. »
  
Autre élément non-négligeable : le taux d’hospitalisation et la mortalité sont aussi fortement réduits. Sylvain Duchampt

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/a-toulouse-pourtant-doublement-vaccines-des-residents-d-ehpad-attrapent-le-covid-19-2049124.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2c7c7nVA6EOt6Mkcba01d_hOw7Edb7JL53n_O6INvspNEN3GrSC1tY7-4#Echobox=1618593798

Robert F. Kennedy Jr. MET EN GARDE : Ne prenez en aucun cas un vaccin COVID-19

Si vous envisagez ne serait-ce que de vous faire vacciner contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19), Robert F. Kennedy Jr. a un message pour vous : ne le faites pas !

Le neveu de l’ancien président John F. Kennedy a récemment publié une déclaration publique exhortant les gens à éviter à tout prix le vaccin COVID-19, car il contient une nouvelle technologie non testée appelée ARNm, dont les effets secondaires à long terme sont totalement inconnus.

L’ARNm modifie directement le matériel génétique de ceux qui le reçoivent, un peu comme ce qui se passe lorsque des « scientifiques » modifient génétiquement (OGM) des cultures alimentaires comme le soja ou le maïs pour les rendre résistantes aux insectes ou à la sécheresse.

« Cette intervention peut être comparée aux aliments génétiquement modifiés, qui sont également très controversés », explique M. Kennedy.

Contrairement à tous les autres vaccins, dont les dommages génétiques ne sont pas nécessairement permanents, les dommages génétiques de l’ARNm sont « irréversibles et irréparables », note Kennedy.

Comment manifester tout ce que vous désirez dans la vie

« Même si les médias et les politiciens banalisent actuellement le problème et appellent même bêtement à un nouveau type de vaccin pour revenir à la normalité, cette vaccination est problématique en termes de santé, de moralité et d’éthique, mais aussi en termes de dommages génétiques », affirme Kennedy.

KENNEDY : LES VACCINS COVID-19 SONT UN  » CRIME CONTRE L’HUMANITÉ « .

Contrairement aux anciens vaccins, dont beaucoup peuvent être « désintoxiqués » après injection, les vaccins à ARNm COVID-19 vivent à perpétuité dans l’organisme. Les dommages qu’ils causent, en d’autres termes, sont éternels.

« Vous devrez vivre avec les conséquences parce qu’il ne sera plus possible de vous guérir simplement en éliminant les toxines du corps humain », explique Kennedy, en comparant les dommages génétiques au type de ceux qui causent le syndrome de Down ou la mucoviscidose.

L’ARNm est presque comme un « moteur » de vaccin continu qui vaccine une personne de manière répétée pour le reste de sa vie. De ce fait, il n’y a aucun moyen de « réparer » ou de « guérir » les problèmes qui surviennent.

« Cela signifie clairement : si un symptôme de vaccination se développe après une vaccination à ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne pourra vous aider, car les dommages causés par cette vaccination seront génétiquement irréversibles », prévient Kennedy.

Depuis l’Holocauste, on n’a jamais imposé au monde quelque chose d’aussi diabolique au nom de la « santé publique ». Les vaccins COVID-19 ne sont pas seulement dangereux, affirme Kennedy, mais ils représentent un « crime contre l’humanité qui n’a jamais été commis de manière aussi significative dans l’histoire. »

« Comme l’a dit le Dr Wolfgang Wodarg, médecin expérimenté : « En fait, ce ‘vaccin prometteur’ pour la grande majorité des gens devrait être interdit parce qu’il s’agit de génie génétique ! ».

En d’autres termes, se faire vacciner contre le COVID-19 signifie qu’une personne deviendra un zombie OGM, en quelque sorte, sans possibilité de revenir à son ancien moi. Cela ressemble beaucoup à la marque de la bête du livre de l’Apocalypse, n’êtes-vous pas d’accord ?

Dans le passé, Kennedy, qui est considéré par beaucoup comme le meilleur Kennedy, a averti que les vaccins traditionnels sont déjà assez mauvais, causant de graves dommages au cerveau qui, pour beaucoup, sont irréversibles. Et les vaccins contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) sont bien pires que cela, dit-il, c’est pourquoi personne ne devrait en aucun cas les prendre.

« Étudiez l’histoire de la vaccination, de Jenner à Pasteur et Polk », a écrit un commentateur de Strange Sounds. « Il n’y a aucune preuve qu’ils fassent autre chose que de vous injecter (dans le meilleur des cas) une partie du virus ».

« Un virus est simplement un morceau d’ADN ou d’ARN et, parce qu’il n’est PAS une forme de vie cellulaire, il n’est pas désactivé ou mort », ajoute ce même commentateur. « La théorie est que vous devez éduquer ou exercer votre système immunitaire. C’est faux. La médecine moderne peut simplement être décrite par le film Frankenstein. »

Robert F. Kennedy Jr. MET EN GARDE : Ne prenez en aucun cas un vaccin COVID-19

https://beforeitsnews.com/eu/2021/04/robert-f-kennedy-jr-warns-dont-take-a-covid-19-vaccine-under-any-circumstances-2670738.html

C EST IGNOBLE VOS VACCINS VOUS VOUS LES COLLEZ OU JE PENSE C EST PAS DE LA DEMOCRATIE DE VACCINER DES GENS CONTRE LEURS VOLONTES C EST DE LA DICTATURE UN GENOCIDE SACHANT QUE CES VACCINS SONT PAS FIABLES ET PIRE MORTELS … La CEDH juge la vaccination obligatoire « nécessaire dans une société démocratique »

La Cour européenne des droits de l’Homme, saisie par des parents d’enfants refusés par des écoles maternelles en République tchèque faute d’avoir été vaccinés, a estimé que la vaccination obligatoire était « nécessaire dans une société démocratique ».

Dans un arrêt rendu par sa formation suprême ce 8 avril, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a estimé que la vaccination obligatoire était « nécessaire dans une société démocratique ». L’institution avait au préalable été saisie par des parents d’enfants refusés par des écoles maternelles en République tchèque, faute d’avoir été vaccinés .

Dans son arrêt, la CEDH estime que la vaccination obligatoire des enfants en République tchèque contre neuf maladies (diphtérie, tétanos, poliomyélite…), ne constitue pas une violation des dispositions de la Convention européenne des droits de l’Homme sur le « droit au respect de la vie privée ».

« La politique de vaccination poursuit les objectifs légitimes de protection de la santé ainsi que des droits d’autrui, en ce qu’elle protège à la fois ceux qui reçoivent les vaccins en question et ceux qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales », a souligné la Cour.

Ainsi que le rapporte l’AFP, l’institution a déclaré que ceux qui ne se faisaient pas vacciner étaient « tributaires de l’immunité collective pour se protéger contre les maladies graves contagieuses en cause ». La République tchèque « bénéficie donc d’une ample marge d’appréciation dans ce contexte », a poursuivi la Grande chambre de la cour, dont les décisions ne peuvent pas faire l’objet d’un appel, estimant que « l’intérêt supérieur des enfants doit primer dans toutes les décisions qui les concernent ».

Dans le cas d’espèce, si « la non-admission des enfants requérants à l’école maternelle [a] impliqué pour eux la perte d’une occasion cruciale de développer leur personnalité […] il s’agissait d’une mesure préventive plutôt que punitive dont les effets ont été limités dans le temps », a jugé la CEDH.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment critiqué la lenteur « inacceptable » de la vaccination contre le Covid-19 en Europe, confrontée à la situation épidémique « la plus inquiétante » depuis « des mois »« Le rythme lent de la vaccination prolonge la pandémie », a déploré le 1er avril la branche européenne de l’organisation onusienne, en soulignant que le nombre de nouveaux cas en Europe a fortement progressé ces cinq dernières semaines.

Lire aussi : Le Dr Fauci ne peut pas expliquer pourquoi les cas de COVID au Texas continuent de chuter malgré la réouverture

Source : RT France

La CEDH juge la vaccination obligatoire « nécessaire dans une société démocratique »