La directrice d’une ONG explique comment piéger ces «abrutis» d’agents aux frontières (VIDEO)

Cette femme est une collabo ,et un danger pour l ‘Europe ,elle fait rentrer des millions de racailles les faisant passer pour des migrants ,il est temps de virer ces ordures et couper les vivre a ces assos de fumiers  payés par SOROS Junker pour le grand remplacement .

La directrice d’une ONG explique comment piéger ces «abrutis» d’agents aux frontières (VIDEO)

L’ONG Advocates Abroad aide les migrants à entrer en Europe par la Grèce depuis 2016 et revendique la réussite de 15 000 dossiers. Or, selon de récentes révélations, les membres de l’ONG encouragent les migrants à mentir aux agents aux frontières.

Ariel Ricker, la directrice de l’ONG Advocates Abroad qui aide les migrants à passer les frontières européennes, a été filmée à son insu alors qu’elle expliquait comment elle prodiguait ses conseils aux migrants qui voulaient pénétrer les territoires européens, notamment par la Grèce. L’entretien a été diffusé sur Internet le 12 novembre par une militante canadienne marquée à droite, Lauren Southern.

Advocates Abroad est une ONG à but non-lucratif fondée en 2016 qui opère principalement en Grèce et se targue sur son site internet d’avoir fait passer 15 000 réfugiés en Europe.

Au cours de la discussion, Ariel Ricker détaille les conseils qu’elle livre aux migrants que son association cherche à aider. Elle insiste notamment sur l’impression qu’ils doivent inspirer aux agents qui les prennent en charge aux frontières de se trouver dans une situation traumatique et de se sentir persécutés.

Vidéo intégrée

Lauren Southern

@Lauren_Southern

Director of a major NGO in Europe tells our undercover team how she teaches migrants to lie & pretend to be persecuted Christians to border police. Last year they worked w/ 15,000 migrants. The UN has responded to our investigation calling it ‘alarming’ – https://youtu.be/K4XhLiiu0is 

8 688 personnes parlent à ce sujet

«Je leur dis qu’il faut jouer la comédie, que tout cela, c’est du théâtre. Et leur rôle, c’est celui du réfugié traumatisé, parce que ces EASO [l’European asylum support office, soit les agents aux frontières du bureau de gestion des demandes d’asile] sont tellement des putains d’abrutis… Tout ce qu’ils savent, c’est ce qu’il y a écrit sur leur papier qui dit ce que c’est qu’un réfugié traumatisé, avec telle ou telle caractéristique. Donc, nous entraînons les gens à présenter ces caractéristiques. Ils [les agents] prennent en compte l’attitude des gens, s’ils sont émotifs ou pas. Alors ils doivent pleurer ou vomir et demander une pause. […] On organise des jeux de rôles avec eux. […] D’abord, nous jouons leur rôle à eux et ils doivent se mettre dans la peau de l’agent, puis on inverse. Comment entrer dans la pièce, comment se présenter, comment s’asseoir, comment se lever et comment prier. C’est une bonne manière de démontrer sa sincérité. […] Parfois ils [les agents] demandent « quelles sont vos vacances préférées ? » et certaines personnes [migrantes] répondent juste « Noël ». Nous leur expliquons donc que ce n’est pas une réponse suffisante. Ils doivent aussi préciser que c’est le 25 décembre et que c’est le jour de naissance de Notre Seigneur.»

Dans un premier temps, l’organisation a décidé de répondre sur Twitter à la publication de la vidéo en évoquant une vidéo «lourdement modifiée», «filmée sans consentement» et utilisée «à des fins de politique de droite». Avant que les comptes Twitter et Facebook de l’ONG ne soient subitement supprimés.

Lire aussi : Renvoi illégal de migrants de la France vers l’Italie ? Salvini demande des «réponses claires»

Raconter l’actualité

Publicités

« Vous écrasez les gens », « escroc », « on n’en peut plus » : une semaine de colère française au visage de Macron

ET OUI MACRON DÉTRUIT LA FRANCE, A RUINÉ LES CLASSES MOYENNES, ET PLUME LES PLUS PETITES RETRAITES DE FRANCE ,POUR DONNER AUX ÉTRANGERS, AUX RACAILLES ,ET AUX AFRICAINS ,PRÉSIDENT ARROGANT, NARCISSIQUE ,FRANCOPHOBE QUI PASSE SA VIE A INSULTER LES FRANÇAIS, CET HOMME EST LA PIRE ERREUR DE LA FRANCE , ON A MIS AU POUVOIR UN INCAPABLE MYTHOMANE  QUI TRAÎNE LE PAYS DANS LA FANGE .

« Vous écrasez les gens », « escroc », « on n’en peut plus » : une semaine de colère française au visage de Macron

Avec son « itinérance mémorielle » sur les routes de la Guerre de 14-18, Emmanuel Macron voulait recréer du lien avec une partie du pays. Il a surtout recueilli pendant quatre jours le ressentiment des habitants du Nord et de l’Est…

Le président l’envisageait comme une opération reconquête. Son « itinérance mémorielle » sur les traces de la guerre de 1914-1918 a finalement viré au chemin de croix. Pendant cinq jours, Emmanuel Macron a pris la colère des Français en pleine figure. A Verdun, Charleville-Mézières, Rozoy-sur-Serre, Maubeuge, dans la Meuse, les Ardennes, l’Aisne, le Pas-de-Calais ou le Nord, le président de la République a rencontré des habitants excédés. La hausse du carburant et des inquiétudes autour de leur pouvoir d’achat sont fréquemment revenues dans la bouche des passants venus à la rencontre du premier magistrat du pays. Dans le même temps, ce mercredi, le chef de l’Etat a lancé une polémique regrettable sur le maréchal Pétain. Retour sur la semaine cauchemardesque de l’Elysée, qui s’achèvera ce samedi par un hommage aux maréchaux… parmi lesquels ne figurera pas l’homme de Vichy.

Lundi

La semaine commence bien pour le président. Dans toutes les matinales TV et radio, les journalistes ont repris l’expression un rien ampoulée d' »itinérance mémorielle« , qu’utilise l’Elysée pour évoquer ces cinq jours de visites dans l’Est et le Nord de la France, sur les routes qui ont connu la Grande Guerre. Auprès des journaux du groupe Ebra, Emmanuel Macron « assume parfaitement » la hausse des taxes sur le carburant… tout en imaginant quelques aménagements. A Morhange, en Moselle, la commémoration de la bataille des 19-23 août 1914 se déroule sans accroc. Il faut dire que la population locale a été tenue loin de la rencontre avec les élus. Le ministre Stéphane Travert annonce toutefois des bains de foule pour le reste de la semaine : « Il faut expliquer, nous devons nous mettre à portée d’engueulade. Si les gens sont inquiets, c’est qu’on s’est mal expliqués ». Seule alerte, à Pont-à-Mousson, un étudiant de 20 ans déguisé en nonne tented’approcher le président. Il voulait « se faire entendre du président ». Les policiers l’arrêtent.

Mardi

Retour sur le terrain pour le président. Au détour d’une « déambulation » – comme on dit dans le jargon présidentiel – à Verdun (Meuse), Emmanuel Macron en profite pour argumenter sur la hausse de l’essence et du diesel. « Le carburant, c’est pas bibi« , lance-t-il à un retraité, sous l’œil des caméras. Mission accomplie. Mais à jouer ce jeu de la mise en scène médiatique, le fondateur d’En Marche prend aussi le risque de susciter des images plus gênantes. « Vous écrasez les gens« , lui lance un homme en veste de cuir, ce qui n’échappe pas aux micros de Quotidien. Puis, un autre retraité véhément s’approche du chef de l’Etat : « Sentez le malaise qui monte de Paris, sentez-le, car vous allez le sentir le 17 novembre… » Le président sourit jaune, gêné. « Je le sens chaque jour, je n’ai pas attendu« , répond-il en pressant la main de son interlocuteur. Les chaînes d’infos diffusent en boucle la séquence, peu flatteuse pour le locataire de l’Elysée.

Embedded video

BFMTV

@BFMTV

« Le carburant, c’est pas bibi ! » Interpellé sur le terrain, Emmanuel Macron s’explique

841 people are talking about this

Mercredi

La journée n’a pas très bien commencé. Devant la préfecture des Ardennes, à Charleville-Mézières, où doit se dérouler un conseil des ministres décentralisé, Emmanuel Macron est alpagué par une assistante maternelle: « J’ai 57 ans, je ne suis jamais descendue dans la rue. Mais (…) le 17je vais descendre ». Le président répond ensuite aux questions de quelques journalistes. L’une porte sur le maréchal Pétain, dont un dossier de presse sur l' »itinérance mémorielle » précisait qu’il devait être honoré ce samedi, en compagnie des sept autres maréchaux français. La ministre Florence Parly a réfuté l’initiative, mais le président confirme à demi-mot : « On connaît le rôle que Pétain a eu pendant la Première guerre mondiale en tant que maréchal. On connaît ensuite son rôle dans l’Histoire. La vie politique française et les historiens l’ont jugé. Mais je considère qu’il est tout à fait légitime que nous rendions hommage aux maréchaux qui ont conduit l’armée à la victoire ». Tollé immédiat. L’opposition mais aussi le Crif s’indignent. L’Elysée fait rapidement savoir que Philippe Pétain ne sera finalement pas honoré.

Embedded video

Élysée Infos

@ElyseeInfos

STOP AUX RACCOURCIS : « On peut avoir été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale ET CONDUIRE À DES CHOIX FUNESTES PENDANT LA DEUXIÈME. » Le Président Emmanuel Macron regarde l’histoire en face. Écoutez sa déclaration sur le maréchal Pétain dans son intégralité :

1,799 people are talking about this

Pendant ce temps, le chef de l’Etat continue d’essuyer la colère des Français qu’il croise. « Vous faites du racket, vous êtes un escroc. Attendez le 17 novembre, vous allez voir », lui glisse un passant à Charleville-Mézières. Un autre s’adresse au président, la voix éraillée par l’émotion : « Rien ne sera de votre faute! Mais n’empêche que pour nous, on est impactés tous les jours. Et on n’en peut plus« . A l’Ehpad de Rozoy-sur-Serre, dans l’Aisne, Emmanuel Macron rencontre une aide-soignante qui fait 100 kilomètres par jour pour aller travailler. Aux journalistes qui l’interrogent devant la maison de retraite, il répond par le mépris : « Vous créez des polémiques tout seuls mes enfants, moi je suis pas dans votre bocal hein« .

Embedded video

Gilles Gallinaro@GallinaroG

Polémique Pétain, Emmanuel Macron, hier, devant l’EHPAD de Rozoy-sur-Serre , s’adressant aux journalistes: « Vous créez des polémiques tous seuls mes enfants, moi je suis pas dans votre bocal hein? »

19 people are talking about this

 Jeudi

Les interpellations courroucées des Français se poursuivent pour le Président dans le Nord. A Maubeuge, une manifestation a été organisée à l’initiative de la CGT. A l’usine Renault, un syndicaliste invectiveEmmanuel Macron alors qu’il prononce un discours : « On réussit sans vous, Monsieur Macron (…) vous êtes en train de prendre aux salariés, vous êtes en train de prendre aux retraités« . Interrogé par la presse, le chef de l’Etat ne se démonte pas : « C’est un vrai bonheur (…) Je suis très heureux de cette itinérance« . Et de pointer une prétendue mauvaise foi des journalistes : « Vous voyez une chose et vous voulez cacher le reste (…) Si vous êtes honnête, vous avez suivi tout le déplacement, vous n’avez vu que des gens heureux d’accueillir le président« . A défaut de profil bas, il reste toujours la méthode Coué.

Embedded video

Quotidien

@Qofficiel

« C’est un vrai bonheur. Je suis très heureux de cette itinérance. »

Interpellé aujourd’hui à l’usine de Maubeuge et plusieurs fois pendant son déplacement mémoriel, Emmanuel Macron retient « les gens heureux de l’accueillir ».@PaulLarrouturou

L’impôt des Français finit en Afrique : Macron envoie 1 milliard d’euros de dons supplémentaires

PENDANT QU IL PLUME ET DÉTRUIT LES FRANÇAIS NOS IMPÔTS FINISSENT EN AFRIQUE MACRON CET USURPATEUR EST UNE HONTE , PRÉSIDENT DES ÉTRANGERS DES BARBOUZES CET HOMME DOIT ETRE VIRÉ AU PLUS VITE  , MACRON EST UN VOLEUR .

Les contribuables français peuvent désespérer d’Emmanuel Macron. Paris renforce ses dons pour l’Afrique avec un don de 1 milliard d’euros supplémentaires pour 2019. Le Quai d’Orsay annonce de sa part que les aides étrangères quadrupleront. 

En effet, l’Agence française de développement (AFD) annonce un milliard d’euros de dons supplémentaires pour les pays africains. Outre cette enveloppe de dons, l’AFD gère déjà 11 milliards d’euros de projets développements pour renforcer le prestige de la France en Afrique.

 

L’AFD, bras financier de la diplomatie française, vient même de se doter d’un nouvel outil, un Fonds d’investissement commun avec la Caisse des Dépôts.

Selon la logique de Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, la France veut se mesurer à la donne chinoise.

« On a, à dire vrai, une question chinoise, les Chinois sont nombreux Afrique. Le président l’a dit dernièrement. Quand les projets répondent aux critères, on les finance. On ne va pas, en plus, pénaliser les populations de tel ou tel pays. C’est sur les projets, sous réserve que la gouvernance des projets soit une gouvernance qui corresponde à nos propres engagements et à nos propres valeurs, la gouvernance des projets. »

La France qui veut séduire les Africains a déjà créé un fonds d’investissement qui s’appelle le fond Stoa qui est doté de 600 millions d’euros pour générer des financements de projets en Afrique.

En 2017, Rémy Rioux, Directeur général de l’AFD, et Pierre-René Lemas, Directeur général de la Caisse des Dépôts, ont annoncé à l’occasion de leur premier déplacement commun en Afrique de l’Ouest, la création d’un véhicule commun d’investissement dans les infrastructures doté de 600 millions d’euros de fonds propres.

L’objectif est de soutenir des projets d’infrastructures africains dans les secteurs de l’énergie, de l’eau et de l’assainissement, du traitement des déchets, ou encore de la santé et de l’éducation.

« En effetça, c’est l’instrument dont nous avions besoin pour revenir dans les grands deals d’infrastructures où les Chinois sont nombreux dans les pays du Sud », précise le directeur général de l’Agence française de développement.

Alors que l’AFD ambitionne d’atteindre un engagement de 12,7 milliards d’euros en 2020, l’Aide française au développement atteint déjà un nouveau record.  9,4 milliards d’euros ont été engagés l’année dernière pour 657 projets de développement à travers le monde.

Les financements de l’institution publique, qui visent les pays en développement, ont ciblé en priorité l’Afrique. Ces financements, en hausse depuis 2010, doivent représenter un montant global de 23 milliards d’engagements d’ici 2021, conformément au souhait du président Emmanuel Macron.

Un cinquième des engagements financiers de l’agence ont été consacrés à l’Asie, autant au continent sud-américain et 10% au Proche et Moyen-Orient. En Jordanie par exemple, c’est un projet d’assainissement et d’approvisionnement en eau qui a pu être financé dans les villes qui accueillent le plus de réfugiés des pays voisins comme la Syrie et l’Irak.

 

Selon le Quai d’Orsay la part des dons français quadruplera

Le ministre des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian a rappelé, le lundi 3 septembre 2018, les priorités de la politique d’aide publique au développement de la France : hausse de l’aide publique au développement, multiplication par quatre des dons, ciblage de 18 pays africains et d’Haïti.

Au cours d’une conférence de presse donnée le 3 septembre au siège de l’Agence française de développement, Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, a confirmé les priorités assignées à l’aide française par le chef de l’État Emmanuel Macron depuis le début de l’année 2018.

Ce seront 18 pays africains et Haïti qui bénéficieront d’abord du nouvel effort budgétaire en faveur de cette aide qui passera, au cours du quinquennat, de 0,38% du revenu national brut à 0,55% d’ici 2022, soit « six milliards d’euros supplémentaires », a-t-il déclaré.

Dès 2019, la part des dons dans cette aide quadruplera pour passer de 300 millions à 1,3 milliard d’euros et iront aux « pays pauvres et fragiles » annonce Le Drian.

500 millions d’euros pourront être alloués à l’éducation, la jeunesse, l’égalité homme-femme, la santé et la nutrition, a-t-il détaillé. Le traitement des crises et des fragilités bénéficiera d’environ 200 millions.

Jean-Yves Le Drian a précisé qu’il s’agira de «renforcer la part de l’aide bilatérale dans notre action afin de faire levier sur les décisions de nos partenaires». Conformément aux vœux du rapport Berville publié le 27 août, la politique d’évaluation de l’efficacité de l’aide sera renforcée.

Après lui, Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, a qualifié de « gros défi » l’accélération de l’aide au développement française aux pays africains.

Favoriser les aides bilatérales, augmenter les dons, réserver une part importante des fonds au Sahel… La feuille de route du gouvernement français concernant l’aide publique au développement accorde plus de place à l’Afrique.

La mauvaise gouvernance et la corruption sont pourtant des fléaux qui persistent en Afrique. Déjà, 23 sur les 54 États que compte l’Afrique, soit 43% d’entre eux, se trouvent dans le quatrième niveau des pays à forte prévalence de corruption.

 

Les Français s’attendent au « big bang fiscal » du prélèvement à la source

Le « big bang fiscal » du prélèvement à la source aura bien lieu en 2019. Le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé ce mardi 4 septembre 2018 que la réforme de l’impôt à la source serait maintenue et le calendrier, qui prévoit une mise en œuvre dès janvier 2019, respecté.

Les Français doivent s’attendre à de profonds changements avec cette réforme fiscale initiée sous François Hollande. Les contribuables ont jusqu’au 15 septembre 2018 pour choisir le taux de prélèvement à la source qui leur sera appliqué.

Avec les nouvelles mesures de l’impôt à la source, les salaires, les pensions et les indemnités de chômage seront directement visés par le prélèvement à la source.

Pour les revenus des indépendants, les règles seront différentes. Ils paieront directement au fisc des acomptes basés sur leur imposition des années précédentes. Ces acomptes pourront être mensuels ou trimestriels. Les détenteurs de revenus fonciers devront payer aussi directement des acomptes au fisc.

Pour les autres revenus du patrimoine (dividendes, intérêts, plus-values mobilières), les contribuables paieront l’impôt sur leurs gains une fois leur déclaration de l’année effectuée.

Pour les plus-values immobilières, pas de changement à attendre ici. Lors d’une vente immobilière, l’impôt et les prélèvements sociaux sur la plus-value seront toujours calculés et retenus à la source par le notaire au moment de la vente.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Carburants : « ce n’est pas la rue qui fait la loi », affirme Rugy

AH BON C EST QUI ALORS VOUS?

BANDE DE BONS A RIEN DE FOSSOYEURS , POURQUOI DANS CE CAS VOUS AVEZ PEUR DES GILETS JAUNE , QUE VOUS LES EMPÊCHEZ DE DESCENDRE DANS LA RUE ?  NOUS ALLONS SOUS PEU VOUS PROUVER BANDES D ESCROCS DE MAFIEUX QUE LA PAROLE EST AU PEUPLE SOUVERAIN QUE VOUS PIÉTINEZ .

LA FRANCE SOUS PEU EXPRIMERA SON RAS LE BOL AUX URNES EN 2019 …. RAPPELEZ VOUS DE L ITALIE , ET DES AUTRES PAYS OU LE NATIONALISME MONTE , NOUS EN AVONS ASSEZ DES DICTATEURS DES MINABLES BONS A RIEN D EN MARCHE .

Le ministre de l’Écologie a indiqué que l’État pouvait faire un effort pour financer des aides aux ménages face à la hausse des prix des carburants.

L’État « peut faire un effort » pour financer des aides aux ménages face à la hausse des prix des carburants, mais « ce n’est pas la rue qui fait la loi », a affirmé vendredi le ministre de l’Écologie François de Rugy. « Je peux comprendre évidemment l’irritation, le mécontentement des Français face à l’augmentation des prix du carburant », et « en même temps ce n’est pas la rue qui fait la loi », a défendu François de Rugy devant des journalistes en déplacement dans le Loiret.

L’augmentation des prix des carburants, qui s’explique par la hausse des cours du brut et dans une moindre mesure par celle des taxes imposées par l’État, suscite une grogne d’une partie de la population. Un appel à bloquer les routes et les autoroutes le 17 novembre a reçu de nombreux soutiens. Un peu plus tôt, le ministre a toutefois estimé que l’État pouvait « faire un effort » pour financer des aides aux ménages, répondant aux critiques des collectivités inquiètes d’être mises à contribution.

« Le gouvernement travaille pour apaiser la grogne des ménages ». « Moi je parle pour l’État. Je ne vais pas dire aux régions vous devez faire ci, vous devez faire ça », a-t-il déclaré sur franceinfo, en énumérant les pistes de mesures sur lesquelles le gouvernement travaille pour apaiser la grogne des ménages face à la hausse des prix du carburant. « C’est bien si les gestes sont coordonnées entre l’État, les régions, d’autres collectivités locales d’ailleurs, et les entreprises », a pour sa part estimé Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la Transition écologique, interrogée dans le même temps sur Europe 1.

Forfait transport. En début de semaine, le président de la République avait affirmé souhaiter l’extension à toute la France de la défiscalisation de l’aide au transport mise en place par la région Hauts-de-France. Cette proposition avait suscité des critiques de Régions de France et de l’Association des maires de France (AMF), qui demandaient à l’Etat de prendre à sa charge les mesures qu’il pourrait prendre pour aider les ménages. Le gouvernement travaille ces derniers jours sur plusieurs dispositifs, en particulier un accompagnement pour les ménages à faibles revenus qui travaillent loin de leur domicile.

« Dans les années 70, avec une heure de Smic on roulait 30 km ». « On est en train de chiffrer cela, car il faut par ailleurs être responsable. On pourrait avoir un forfait transport qui pourrait permettre d’alléger un peu la facture transport », a indiqué François de Rugy. « L’État peut faire un effort comme nous l’avons fait pour le chauffage (…) Nous sommes en train de travailler avec beaucoup de rapidité pour que cela puisse être fait vraiment dans les jours qui viennent et que ça puisse entrer en vigueur au 1er janvier 2019″, a-t-il ajouté. « Dans les années 70, avec une heure de Smic on roulait 30 km. Aujourd’hui, on roule 130 km. Le prix du carburant a plutôt baissé sur une longue période. A moyen terme il est plutôt à la hausse et c’est pour ça qu’il faut sortir des énergies fossiles progressivement », a indiqué pour sa part Emmanuelle Wargon.

Selon des sources proches du dossier, le gouvernement travaille également à une amélioration du chèque énergie pour en augmenter le nombre de bénéficiaires ou encore un renforcement de la prime à la conversion, qui pourrait être accordée aux « gros rouleurs » même si leurs véhicules ne sont pas aussi vieux que l’exige le dispositif.

 

À peine convertie à l’islam, la chanteuse Sinéad O’Connor insulte déjà les non-musulmans !

À peine convertie à l’islam, la chanteuse Sinéad O’Connor insulte déjà les non-musulmans !

Il y a peu, un ami musulman confiait à l’auteur de ces lignes : « Diam’s qui se convertit à l’islam et maintenant Sinéad O’Connor ! Mais qu’est-ce qu’on vous a fait, à vous, les chrétiens, pour que vous nous refiliez toutes vos têtes vides et vos bras cassés ? Vous croyez que les musulmans n’ont pas assez de problèmes, en ce moment ? » Au-delà du trait d’esprit, il me semble avoir répondu un truc du genre : « À chacun ses boulets. Hier, ces deux nénettes, c’était notre problème. Aujourd’hui, c’est le vôtre. Bonne chance, mon frère ! »

Fortuitement, cela redevient un peu le nôtre, sachant que la Sinéad O’Connor en question, répondant désormais au doux nom de « Shuhada’ Davitt », vient de bousculer les réseaux sociaux, affirmant, le 6 novembre dernier : « Je suis terriblement désolée. Ce que je m’apprête à dire est si raciste que j’ignorais que mon âme pourrait un jour penser quelque chose de pareil. Mais je ne veux plus jamais passer du temps avec les Blancs (si c’est ainsi que l’on appelle les non-musulmans). Plus jamais, pour n’importe quelle raison que ce soit. Ils sont dégoûtants. »

Une telle sortie amène une première remarque. L’islam, à l’instar du christianisme, est une religion universelle. Ce qui signifie donc qu’on puisse être irlandaise – elle, par exemple – et professer, au passage, la foi musulmane. Tout comme il est licite d’être arabe et chrétien ; même si les Arabes, ici plus ou moins désignés, sont aussi de longue date inclus dans ce vaste ensemble ethnique plus connu sous le nom de « race blanche ».

Après, s’humecter oreilles, orteils et autres parties à peine plus nobles avant de se recueillir, tels les musulmans, ne signifie pas que l’on puisse être, par ailleurs, moins crasseux, que ce soit du corps ou de l’âme. Il est à craindre que ce distinguo soit hors de portée d’une Sinéad Davitt. Surtout lorsque, dans son envolée mystique, Shuhada’ O’Connor stigmatise un Donald Trump répandant la « saleté satanique ». Ce tropisme hygiéniste devient manifestement obsessionnel. Elle devrait consulter.

Au fait, qui est cette dame, souvent inconnue, sauf pour les shobizologues éclairés ? Une Irlandaise déboussolée, fille de famille dévastée, un peu violée par sa mère, ensuite bousculée de mariage en mariage, dépressive revendiquée et bipolaire de longue date pronostiquée, suicidaire à répétition avant de se trouver privée de la garde d’enfants issus de multiples lits. Une sorte de concentré de notre époque, en quelque sorte. Une pauvre fille, plus à plaindre qu’à blâmer et à ne pas juger trop hâtivement, sachant que Dieu seul juge, quel qu’il soit et où qu’il soit.

En la matière, son titre de gloire ? Nothing Compares to U, signé d’un autre grand malade, Prince himself. Ensuite, des prestations de plus en plus erratiques, durant lesquelles on la voit déchirer une photo du pape Jean-Paul II ; ce qui lui vaut d’être tricarde lors du concert célébrant les trente ans de carrière de Bob Dylan, en 1992. George Harrison, ancien Beatles, et le duc Eric de Clapton refusent de partager la scène avec elle. Le premier, hindouiste, chante la concorde, mais jusqu’à un certain point. Le second, avec « Holy Mother », bouleversante chanson dédiée à la Vierge Marie, plaisante encore moins avec le sujet. Bob Dylan, qui a donné un concert en audience privée, au Vatican, devant le même Jean-Paul II, ne bondit pas non plus de joie.

Par l’intermédiaire de Kris Kristofferson, vieux gauchiste de droite, Sinéad O’Connor sera donc présente, mais reléguée aux chœurs, lors d’un « Knockin on Heaven’s Door » des plus célestes. On y voit donc Shuhada’ Davitt bouder en tirant sur son clope, oubliant sûrement le temps où, fâchée avec le catholicisme de son enfance irlandaise, elle se fit ordonner prêtre en soutane, par on ne sait trop quelle fraternité catholique des environs, alors donnée pour « traditionaliste » – comme quoi tout arrive.

À l’ami musulman évoqué au début de ces lignes, on ne souhaitera donc que ces quelques mots : bon courage et hardi les gars, et à chacun sa croix !

http://www.bvoltaire.fr/a-peine-convertie-a-lislam-la-chanteuse-sinead-oconnor-insulte-deja-les-non-musulmans/

Évasion fiscale : les comptes des Français sur les réseaux sociaux bientôt scrutés

Non mais j hallucine voila une bande de malfrats malfaisants mafieux magouilleurs d en MARCHE,  avec un banquier qui n a jamais dit ou sont passés ses millions gagné chez les Rothschild , et qui veut surveiller les  gens sur le net ?

Au secours nous avons un président de pacotille un dictateur,  et des tyrans au sein de ce GVT de Merde …………

Évasion fiscale : les comptes des Français sur les réseaux sociaux bientôt scrutés

DOCUMENT M6 – Le ministre de l’Action et des Comptes publics annonce la mise en place en début d’année, d’une expérimentation visant à scruter les comptes personnels des Français sur les réseaux sociaux pour lutter contre l’évasion fiscale.

Scruter les réseaux sociaux pour lutter contre l’évasion fiscale. C’est l’expérimentation que veut mettre en place Gérald Darmanin. Dans l’émission Capital, diffusée sur M6 dimanche 11 novembre à 21 heures, le ministre de l’Action et des Comptes publics annonce la mise en place d’une expérimentation sur les réseaux sociaux.

« Nous allons pouvoir mettre les réseaux sociaux dans une grande base de données. Il y aura la permissivité de constater que si vous vous faites prendre en photo, de nombreuses fois, avec une voiture de luxe alors que vous n’avez pas les moyens de le faire, peut-être que votre cousin ou votre copine l’a prêté, ou peut-être pas », détaille Gérald Darmanin.

Concrètement, le ministre de l’Action et des Comptes publics indique que « souvent les Français se photographient eux-mêmes sur les réseaux sociaux et ce sont vos comptes personnels, puisqu’ils sont publics, qui seront regardés par expérimentation« . A noter que, les contrôles spécifiques aux réseaux sociaux seront réalisés en accord avec la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

À lire aussi
Évasion fiscale : les comptes des Français sur les réseaux sociaux bientôt scrutésCrédit Image : M6 | Crédit Média : M6 | Date : 
https://www.rtl.fr/actu/politique/video-evasion-fiscale-les-comptes-des-francais-sur-les-reseaux-sociaux-bientot-scrutes-7795495185?fbclid=IwAR2uqak8Wy-nblOkHT8ecXLL0823cTHX_PaN-COexAfNr5fM6862vjztqGQ

Politique : Luc Ferry estime « qu’un scénario à l’italienne se profile » en France

TANT MIEUX,  ET LE PLUS VITE POSSIBLE LA FRANCE EST SOUS LA DICTATURE D UN INCAPABLE FRELUQUET  AUTANT ARROGANT  QUE CAPRICIEUX QUI DÉTESTE LA FRANCE ET SON PEUPLE,  UN HOMME  MIS AU POUVOIR PAR MAGOUILLES , QUI N A AUCUN AMOUR POUR LA PATRIE .

Politique : Luc Ferry estime « qu’un scénario à l’italienne se profile » en France

Politique : Luc Ferry estime « qu’un scénario à l’italienne se profile » en France