«L’Emission politique»: Le top 5 des approximations/manipulations de François Fillon

«L’Emission politique»: Le top 5 des approximations/manipulations de François Fillon

DESINTOX Le candidat LR à la présidentielle a encore commis quelques «erreurs», factuelles cette fois…

Le second passage de François Fillon à L’Emission politique de France 2 a été animé. Dispute avec la romancière Christine Angot, mise en cause du Président de la République, séquence difficile pour le candidat dans un service hospitalier…

Au milieu de tout ça, le député de Paris était venu parler de son programme, éclipsé par les affaires. L’ancien chef du gouvernement a passé beaucoup de temps à se justifier, parfois maladroitement. Retour sur les cinq manipulations/approximations/exagérations les plus visibles de l’époux de Penelope Fillon.

1. « Vous avez vu mon patrimoine ? Il est moins important que celui de Jean-Luc Mélenchon »

Questionné sur son rapport à l’argent, François Fillon a répété à plusieurs reprises que le candidat de la France insoumise a un patrimoine plus élevé que lui, se basant sur les récentes déclarations publiées par le Conseil constitutionnel.

Mais c’est faux. Si l’on prend uniquement l’actif patrimonial, c’est-à-dire les biens immobiliers, les placements et les divers biens (comme une voiture, ou par exemple les deux montres à 12.000 et 15.000 euros de François Fillon), l’ancien Premier ministre possède 1.123.164 euros. Avec les mêmes indicateurs, Jean-Luc Mélenchon, qui possède un appartement à Paris, une maison secondaire et un peu plus de 100.000 euros en banque, a un actif patrimonial estimé à 1.131.210 euros. 8.000 de plus que François Fillon donc.

Sauf qu’un patrimoine doit être exprimé en net pour être complet, dettes comprises. Fillon a 90.000 euros de dettes, Mélenchon environ 165.000. Patrimoine net pour FF : 1.033.715 euros. Pour JLM : 965.488 euros. +68.227 euros pour Fillon.

2. « Un livre explique comment François Hollande est branché en permanence sur Tracfin, comment il est au courant des moindres faits et filature. On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé. »

>> A lire aussi : VIDEO. Affaires: François Fillon «met en cause» François Hollande et dénonce un «scandale d’Etat»

Le livre auquel l’ancien député de la Sarthe fait référence s’appelle Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat (éd. Robert Laffont) et a été coécrit par Olivia Recasens, Christophe Labbé et Didier Hassoux. Ce dernier, journaliste au Canard enchaîné, a démenti en direct les interprétations par François Fillon de son bouquin : « On n’a jamais écrit ça […] La seule personne qui croit qu’il y a un cabinet noir à l’Elysée c’est François Fillon. Il y croit tellement que le 24 juin 2014 […] il est allé voir Jean-Pierre Jouyet, qui est le numéro 2 de l’Elysée, pour lui demander d’activer ce cabinet noir. »

L’Elysée avait envoyé un communiqué durant l’émission et François Hollande a réagi ce vendredi auprès de France Info : « Je ne veux pas rentrer dans le débat électoral, je ne suis pas candidat, mais il y a une dignité, une responsabilité à respecter. Je pense que François Fillon est au-delà maintenant, ou en deçà. »

3. « L’enquête a été ouverte avec une rapidité, du jamais vu dans l’histoire de la Ve République »

Le 1er mars, quand il a été informé de sa mise en examen à venir (elle est intervenue le 14 mars), François Fillon avait déjà avancé cet argument, dans le cadre d’une rhétorique insistant sur la nature non conventionnelle des investigations à son encontre. En somme, François Fillon se plaint de ne pas être un justiciable comme les autres. Pourtant, toutes les règles ont été respectées par le Parquet national financier, comme 20 Minutes l’expliquait le 1er mars.

>> A lire aussi : Rapidité, «enquête à charge»… François Fillon fait-il vraiment l’objet d’un traitement judiciaire inéquitable?

Sur la rapidité des investigations et de la mise en examen, le politologue Olivier Ihl rappelait alors « qu’une information judiciaire peut déboucher très rapidement sur une mise en examen. Il y avait eu 14 jours de délai pour Jérôme Cahuzac, contre 19 pour Fillon. Donc ce cas de figure n’est pas sans précédent ». Cette semaine, le désormais ex-ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a fait les frais de la vitesse du PNF : l’émission Quotidien a fait des révélations lundi 20 mars au soir, le PNF a ouvert une enquête préliminaire le 21 vers 14h, et le ministre a démissionné à 18h.

4. « On a supprimé Jeanne d’Arc » des manuels d’Histoire, l’intox relayée depuis plusieurs mois

Face à une historienne et enseignante, François Fillon a répété que l’histoire de Jeanne d’Arc n’était plus enseignée dans les manuels scolaires. C’est une intox régulière de la part du candidat LR, qu’il dissémine depuis plusieurs mois, notamment face à Alain Juppé lors du débat de l’entre-deux-tours de la primaire de la droite. 20 Minutes avait alors souligné la réécriture par François Fillon des actuels programmes d’Histoire. Car Jeanne d’Arc est bien abordée, principalement en cinquième, au travers du thème « Société, Eglise et pouvoir politique dans l’Occident féodal ».

5. « Je vous assure que je ne reçois jamais de SMS pendant une émission. Encore une calomnie supplémentaire »

Le Parisien rapportait mercredi que Fillon a été conseillé par son équipe par SMS au cours du débat sur TF1 le 20 mars. Le Figaro confirmait dans la journée qu’il était en lien avec Anne Méaux, ancienne du GUD qui gère sa communication. Et le Sarthois était le seul des cinq candidats à avoir posé son téléphone sur le pupitre devant lui.

Fillon dément avoir été conseillé par SMS durant le débat télévisé.
Non là, il regarde l’appli météo qui annonce des vents contraires.

Fillon dans : 5 secondes et déjà un mensonge. Sur les SMS durant le

    http://www.20minutes.fr/elections/presidentielle/2036907-20170324-emission-politique-top-5-approximationsmanipulations-francois-fillon?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&xtref=twitter.com&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1490396602

Mosquée fermée à Clichy: prière devant la mairie pour protester

INADMISSIBLE CHEZ EUX C EST INTERDIT DE PRIER DANS LES RUES !!

Mosquée fermée à Clichy: prière devant la mairie pour protester

« On n’est pas des Français de seconde zone. Moi je suis Français, Clichois, musulman et fier de l’être »

Entre 1.200 et 2.000 fidèles musulmans ont participé vendredi à une prière organisée devant la mairie de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) pour protester contre la fermeture cette semaine de leur lieu de culte en centre-ville.

Réunies dans le calme vers 13H00, 1.200 personnes selon la police, 2.000 selon les organisateurs ont écouté le prêche de l’imam et différentes interventions sur une placette faisant face à l’hôtel de ville, avant de se réunir sur une partie du boulevard attenant pour prier, sous bonne garde des CRS et de leur propre service d’ordre.

« Nous demandons au maire un lieu (de prière) digne et une solution définitive pour les musulmans clichois. Restez unis, solidaires et réclamez votre droit dans le calme et loin de tout débordement », a exhorté l’un des imams de la mosquée fermée, cheikh Abdoulhakim Badaoui.

« On va continuer à faire ça (des prières dans la rue, devant l’ancien lieu de culte ou la mairie, ndlr) jusqu’à ce que le maire trouve une solution digne, qui réponde aux besoins des musulmans » de la ville, a indiqué à Hamid Kazed, le président de l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC).

« On n’est pas des Français de seconde zone. Moi je suis Français, Clichois, musulman et fier de l’être », a-t-il lancé au micro, devant la foule.

Des fidèles musulmans participent à une prière devant la mairie de Clichy, le 24 mars 2017
AFP

Des prières de rue ont lieu depuis mercredi devant la mairie à 16H00 et pour les quatre autres prières quotidiennes devant l’ancien lieu de culte.

Salle louée sous un « bail précaire »

La police avait évacué mercredi matin la salle de prière d’Estienne d’Orves, au terme d’un long bras de fer entre la mairie LR qui veut en faire une médiathèque et l’UAMC qui la gérait et refusait de quitter les lieux malgré une injonction de justice.

Cette salle avait été aménagée sous la précédente municipalité PS et louée sous un « bail précaire » à l’UAMC, qui comptait la racheter.

A l’échéance du bail, le nouveau maire Rémi Muzeau, élu en 2015, avait décidé de transformer en médiathèque le lieu, qui accueillait quotidiennement de 3.000 à 5.000 fidèles. L’édile avait parallèlement inauguré en mai un nouveau lieu de prière dans sa ville, à 1,5 km de là.

Mais l’UAMC juge cette mosquée des Trois-Pavillons excentrée, mal desservie par les transports en commun et trop exiguë.

« Je n’ai pas envie que mes enfants prient entre une décharge et une casse, mais dans le centre-ville, au milieu des autres concitoyens », a clamé devant les fidèles Marwan Muhammad, directeur du Collectif contre l’islamophobie en France qui dit avoir grandi à Clichy.

« Cette ville dit quelque chose de la diversité » française, mais le maire, notamment en évacuant la mosquée du centre « veut se débarrasser des couches populaires à Clichy, comme cela s’est passé à Levallois-Perret », commune LR limitrophe, a-t-il ajouté.

M. Muzeau s’était réjoui mercredi de pouvoir récupérer l’usage d’un local « en vue du projet de médiathèque tant attendu par les Clichois ».https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/140970-170324-mosquee-fermee-a-clichy-priere-devant-la-mairie-pour-protester

Fillon s’est fait offrir une montre de plus de 10 000

Réaction sur twitter ……………

: quand autant d’hommes lui font des cadeaux désintéressés… c kil s’agit en réalité d’une affaire de fesse euh je veux dire de coeur

Le candidat à la présidentielle François Fillon a confirmé ce vendredi au site franceinfo qu’il avait reçu en cadeau de la part d’un homme d’affaires italo-suisse une montre d’une valeur supérieure à 10 000 euros.

François Fillon s’est fait offrir en 2009, quand il était Premier ministre, une montre de plus de 10.000 euros par un homme d’affaires italo-suisse, Pablo Victor Dana, qui a déclaré vendredi à franceinfo qu’il s’agissait d’un cadeau « absolument désintéressé ».

Le candidat de la droite à la présidentielle a confirmé vendredi soir ce cadeau de la part de M. Dana en déplorant vivement que la presse fasse état – après les costumes de luxe, d’une valeur de 13.000 euros, offerts en février par son « ami » Robert Bourgi et finalement « rendus » – de cadeaux relevant à ses yeux de sa vie privée.

« M. Dana a offert des montres à plein d’autres personnes que moi », a assuré François Fillon, qui a précisé avoir également reçu en cadeau « une montre d’Alain Thébault, inventeur de l’hydroptère ».

« Je l’admire comme politique »

Dans la déclaration patrimoniale qu’il a faite cette semaine, comme tout candidat à la présidentielle, à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, M. Fillon indique posséder au 1er janvier 2017, entre autres biens, deux montres estimées respectivement à 15 000 et 12 000 euros, selon son « évaluation personnelle ».

Selon une révélation de franceinfo, l’une des montres lui a été offerte en janvier 2009 par Pablo Victor Dana, un homme d’affaires italo-suisse – qui gère actuellement un fonds financier à Dubai – fondateur de la marque Instruments et Mesures du Temps, liquidée en 2014.

« J’ai effectivement offert une de mes montres à M. Fillon. Je lui ai remis la montre personnellement à Matignon lors d’un voyage accompagné de ma femme et de mes enfants à Paris », a-t-il déclaré à franceinfo, en assurant avoir agi de manière « absolument désintéressée », d’autant que « la politique française ne (l)’a jamais intéressé ».

« Nous partageons la passion commune des courses de voitures anciennes, les mêmes valeurs familiales et je l’admire comme politique et comme père de famille […] François Fillon représentait et représente toujours pour moi un symbole de ce qu’un homme politique doit être », a ajouté Pablo Victor Dana.

L’autre montre a été offerte en 2013 à M. Fillon par le manufacturier suisse Rebellion, précise franceinfo, dans un geste « très amical » selon un membre de Rebellion. « Il n’y avait aucun sous-entendu », a-t-il ajouté, dans ce cadeau effectué à l’occasion des 24 Heures du Mans, où le patron de l’horloger était venu en tant que dirigeant d’une écurie automobile d’endurance. François Fillon est un passionné de course automobile. http://www.ouest-france.fr/politique/francois-fillon/fillon-s-est-fait-offrir-une-montre-de-plus-de-10-000-euros-4881538?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1490402739

«L’Emission politique»: Le neveu de Pierre Bérégovoy «écœuré» par la comparaison de François Fillon

«L’Emission politique»: Le neveu de Pierre Bérégovoy «écœuré» par la comparaison de François Fillon

REACTION Selon son neveu, Pierre Bérégovoy « était un homme proche des gens qui ne portait pas des costumes coûtant des milliers d’euros. Il vivait de manière simple, à l’inverse de Fillon »…

La comparaison a choqué. Lors de « L’Emission politique » jeudi, alors que David Pujadas lui demandait s’il était « un homme d’argent », François Fillon s’est emporté, faisant référence à l’ancien Premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy, mis en cause dans une affaire de prêt et qui s’était suicidé en 1993.

>> A lire aussi : Le top 5 des approximations/manipulations de François Fillon

« Ca fait deux mois que la presse déverse sur moi des torrents de boue », a déclaré le député de Paris dès le début de l’émission. « Ça m’a fait souvent penser à Pierre Bérégovoy », a confié François Fillon. « J’ai compris pourquoi on pouvait être amené à cette extrémité. »

Christine Angot à @FrancoisFillon : »Le pompon de toute cette histoire, c’est le coup de Bérégovoy »

Une comparaison « écœurante »

Ce vendredi, le neveu de Pierre Bérégovoy a réagi aux propos du candidat LR dans les colonnes du Parisien. « Je m’attendais à ce qu’il le sorte un jour. Ça m’étonnait qu’il ne l’ait pas encore fait. […] Il utilise ce symbole pour une tactique politique. C’est écœurant », a lancé Jean-Michel Bérégovoy, élu écologiste à la mairie de Rouen.

De François Fillon, Jean-Michel Bérégovoy dit « c’est un type qui n’a aucune moralité en politique. Quelqu’un capable d’utiliser ce qu’il y a de plus sombre dans notre histoire, des arguments aussi douloureux, aussi vils ne mérite pas d’être Président. »

>> A lire aussi : Hollande dénonce le manque de «dignité», de «responsabilité» de Fillon

Son oncle « était un homme proche des gens qui ne portait pas des costumes coûtant des milliers d’euros. Il vivait de manière simple, à l’inverse de Fillon », a-t-il taclé.

Invitée jeudi soir à débattre avec François Fillon sur France 2,la romancière Christine Angot a accusé le candidat LR de faire un « chantage au suicide » en évoquant Pierre Bérégovoy.

http://www.20minutes.fr/elections/2037047-20170324-emission-politique-neveu-pierre-beregovoy-ecure-comparaison-francois-fillon?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&xtref=twitter.com&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1490411260

Sarkozy « prêt à prendre ses responsabilités »

C EST LA 2 FOIS QUE F FILLON MET  LE CHAOS A LA DROITE CETTE FOIS C EST PIRE QUE TOUT IL NOUS A PRIS EN OTAGE ET NOUS MÈNE DANS LE MUR !

Sarkozy « prêt à prendre ses responsabilités »

Pourtant, par deux fois, l’ancien président a dit adieu à la vie politique. La première fois, le 6 mai 2012, quand il a échoué au second tour face à François Hollande, la seconde, le 20 novembre 2016, quand il a pris acte de son échec au premier tour de la primaire de la droite : « Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique », avait-il déclaré avec un grand sourire devant ses soutiens… Une formule vague, qui ne fermait pas complètement la porte.

Hyperactif

Puis l’ancien président de la République était entré au conseil d’administration d’Accor. Mais, comme le remarquait Libération, c’est loin d’être un job à plein temps : « Les membres du conseil d’administration d’Accor perçoivent en moyenne 50 000 euros par an, pour une dizaine de réunions », pouvait-on lire. C’est peu pour un hyperactif comme l’ancien président.

Apparemment, Nicolas Sarkozy était resté discret lors de la crise ouverte par le Penelopegate. Mais pas inactif. Il avait manœuvré pour pousser Fillon vers la sortie, sans pour autant laisser la place à Juppé. Puis, devant la détermination de Fillon à se maintenir, il avait joué les pacificateurs. Un rôle en coulisse qui ne conviendra pas indéfiniment à un homme habitué au premier rôle. On se souvient de la chanson de Carla Bruni : « Mon Raymond, c’est lui l’patron. C’est lui qui tient la boutique. » Et plus loin : « Rien ne le décourage. »

 

               http://www.lepoint.fr/presidentielle/sarkozy-pret-a-prendre-ses-responsabilites-24-03-2017-2114468_3121.php#xtor=CS2-239

Vente de l’aéroport Toulouse-Blagnac pour 308 millions d’€ : Macron dans le viseur du Tribunal administratif

Vente de l’aéroport Toulouse-Blagnac pour 308 millions d’€ : Macron dans le viseur du Tribunal administratif

La polémique concernant la vente de 49,99 % de l’aéroport de Toulouse-Blagnac à un groupe chinois refait surface devant le tribunal administratif.

Casil Europe avait acquis pour 308 millions d’euros l’aéroport, ce qui constituerait, selon l’accusation, d’un excès de pouvoir du ministre de l’Économie de l’époque, Emmanuel Macron.

L’avocat toulousain Christophe Lèguevaques du Collectif unitaire contre la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, présidé par Chantal Beer-Demander, s’est retrouvé devant le tribunal administratif de Paris pour faire toute la lumière autour de cette transaction suspecte.

«Après plusieurs rebondissements, la justice administrative a enfin estimé en début d’année que l’affaire pouvait être jugée, rapporte Me Lèguevaques. Et notre demande n’a pas changé, nous voulons obtenir la nullité de la vente réalisée».

Emmanuel Macron est si bien protégé que le rapporteur public représentant l’Etat a demandé à l’audience le rejet de la procédure.

«Je lui ai fait remarquer que certaines de ses analyses ne sont pas exactes, explique Me Lèguevaques à Gilles-R. Souillés de la Dépêche.fr. Le rapporteur refuse notamment de voir un lien entre la privatisation et les problèmes environnementaux et de santé publique. Or le triplement du trafic et de la fréquentation de l’aéroport, qui sont prévus, aura évidemment un impact sur le quotidien des populations survolées et ignorées».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Autre aspect important du dossier : des documents secrets contredisent les promesses de Macron.

Pour calmer les levées de boucliers de cette vente qui fait polémique, Macron avait assuré que l’Etat garderait le contrôle sur les décisions des Chinois. Cependant, des rumeurs qu’un pacte d’actionnaire passé secrètement entre l’Etat et la société chinoise sont apparu, et il garantirait à Casil Europe que la France voterait toutes ses décisions. C’est par ce moyen que Casil Europe s’est versé un dividende monumental sur l’énorme trésorerie engrangée par l’Etat et libéré lors de la vente, alors que Macron avait promis qu’aucun dividende ne serait prélevé par le nouvel actionnaire.

L’avocat réclame donc que toute la lumière soit faite sur ce pacte d’actionnaires, alors que la commission d’accès aux documents administratifs refuse sa communication.

« C’est suspect » dit l’avocat, qui subodore que l’État s’est vraiment engagé à voter comme l’actionnaire chinois pendant 12 ans, renonçant à toute indépendance.

Jugement dans 15 jours.

Mais les médias qui refusent d’enquêter sur Macron trouvent qu’il est plus important de ne parler que des costumes de luxe offerts à François Fillon par un ami, au risque de perdre le peu de crédibilité qui leur reste auprès des Français.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Source : ladepeche.fr/privatisation-de-l-aeroport-macron-dans-le-viseur             http://www.dreuz.info/2017/03/13/privatisation-de-laeroport-toulouse-blagnac-macron-dans-le-viseur-du-tribunal-administratif/

«Cabinet noir» : François Fillon évoque «un faisceau d’indices»

IL NE CESSE DE MENTIR DE SE CONTREDIRE ,  COMMENT PEUT ON AVOIR CONFIANCE EN UN TEL MANIPULATEUR ?

ben tiens, mais c’est sûr, on balance devant 10 Millions   de personnes, puis après on se rétracte en douce , toujours aussi digne

«Cabinet noir» : François Fillon évoque «un faisceau d’indices» Dans une interview accordée à Ouest France, François Fillon est revenu sur les vives attaques qu’il a proférées la veille au soir sur le plateau de L’Émission politique.

Après sa sortie tonitruante dans l’«Émission politique», jeudi soir, contre un supposé «cabinet noir» de l’Élysée, le candidat de la droite est revenu sur les affaires et la polémique, dans Ouest France. «Ça me porte préjudice dans la conduite de ma campagne. Ça réduit le débat présidentiel de manière spectaculaire», a jugé François Fillon.

 

Lors d’un déplacement, ce vendredi, dans le Sud-Ouest de la France, François Fillon a donné une brève interview au quotidien régional. Et entre une table ronde sur le tourisme à Anglet et une réunion publique à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), il persiste et signe : «si les révélations s’avèrent exactes, elles sont un scandale d’État.»

 

«Il doit y avoir une enquête»

 

Pour lui, «il doit y avoir une enquête.» François Fillon se refuse néanmoins à parler de complot, «plutôt d’un faisceau d’indices de plus en plus convergents…»

 

QUESTION DU JOUR. Fillon est-il allé trop loin en accusant Hollande d’être responsable de ses affaires ?

 

Fillon met en cause Hollande et son supposé…par leparisien 

«On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé»

 

Lors de l’émission animée par David Pujadas, François Fillon avait provoqué un tollé en assurant : «On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé», faisant directement référence à un ouvrage publié ce vendredi en librairie et intitulé «Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat» (Robert Laffont). Un livre, qui, selon le candidat, «explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l’intéressent à son bureau, ce qui est d’une illégalité totale.» Si un des auteurs a rapidement démenti sur France Info avoir «jamais écrit ça», François Hollande a réagi personnellement aux allégations de François Fillon.

 

«Je ne veux pas rentrer dans le débat électoral, je ne suis pas candidat, mais il y a une dignité, une responsabilité à respecter. Je pense que François Fillon est au-delà maintenant, ou en-deçà, a tonné le chef de l’État au micro de France Bleu. Il y a un cabinet, heureusement, qui travaille, mais nous n’avons pas à nous mêler des affaires. Et vous savez ma position, ça a toujours été l’indépendance de la justice, le respect de la présomption d’innocence, et ne jamais interférer. Je crois que c’est très différent de mes prédécesseurs.»

 

«Tuer Fillon pour sauver la gauche»

 

Pourtant, François Fillon, ce vendredi, dans son meeting à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), a répété que «la seule façon de sauver la gauche, c’est de tuer Fillon». «Je connais la logique du système médiatique qui marche aux rumeurs et aux scandales. Mais je vois aussi les manigances politiques : mardi, de façon quasi ordonnée, Hollande, Macron et le PS ont réclamé mon retrait et donc la disparition de la droite et du centre de l’élection présidentielle», a expliqué l’ancien Premier ministre devant un public plutôt atone. http://linkis.com/www.leparisien.fr/el/9PuR7