[vidéo] Benjamin Cauchy : “Emmanuel Macron a menti aux Gilets Jaunes”

[vidéo] Benjamin Cauchy : “Emmanuel Macron a menti aux Gilets Jaunes”

Benjamin Cauchy, l’un des trois Gilets Jaunes médiatiques, est revenu au micro de Boulevard Voltaire, sur les réponses apportées par la Macronie à la crise des Gilets Jaunes.


Publicités

Macron: la France restera militairement engagée en Syrie en 2019

MACRON LE DICTATEUR CONTINUE DE MÉPRISER LE PEUPLE SYRIEN ET BACHAR ALORS QU IL SAIT QUE C EST ILLÉGALE SA PRESENCE EN SYRIE  ET  QU’ IL Y A VIOLATION TOTALE DU DROIT INTERNATIONAL,   MACRON DEHORS DÉGAGE DE LA SYRIE /.

Macron: la France restera militairement engagée en Syrie en 2019

La France restera militairement engagée au sein de la coalition internationale en Syrie en 2019, a déclaré le Président Macron. Selon lui, la mort de soldats américains dans ce pays signifie que la lutte contre Daech* n’est pas terminée.

La France restera militairement engagée au sein de la coalition internationale en Syrie «au cours de l’année qui vient», a annoncé jeudi Emmanuel Macron lors d’une visite à la base aérienne 101 de Francazal, au sud-ouest de Toulouse.

«Nous resterons militairement engagés au Levant au sein de la coalition internationale […] au cours de l’année qui vient. Le retrait annoncé de Syrie de notre allié américain ne doit pas nous faire dévier de notre objectif stratégique, […] éradiquer Daech*», a déclaré M.Macron.

Selon lui, la mort de 20 personnes dont quatre Américains lors du récent attentat-suicide à Manbij, en Syrie, signifie que le combat contre Daech* «n’est pas terminé».Le Président a choisi la base de Francazal pour présenter ses vœux aux armées, devant 1.600 personnes, militaires et civils, d’après les médias.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Une petite commune du Finistère en grogne contre l’installation de clandestins sur son sol

Une petite commune du Finistère en grogne contre l’installation de clandestins sur son sol

17/01/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : 
Les chiffres officiels de l’immigration en 2018 sont tombés hier, augmentant de 22% par rapport à l’année précédente. Près de 250.000 titres de séjour ont été accordés l’année dernière. Sur cinq ans, le volume de clandestins légalisés en France a donc atteint le volume en habitants de la ville de Lyon.

Comment l’Etat fait-il pour traiter autant de dossiers de sans-papiers ?

Le gouvernement d’Emmanuel Macron délocalise la majeure partie des clandestins vers de petits villages ruraux, en attendant que leurs dossiers soient validés et qu’ils obtiennent un titre de séjour. C’est ce qui risque d’arriver à la petite commune d’Arzano dans le Finistère, qui compte un peu plus de mille habitants.

Que se passe-t-il concrètement là-bas ?

La mairie a décidé d’utiliser les locaux de la gendarmerie désaffectée pour en faire un CAO, c’est-à-dire un Centre d’Accueil et d’Orientation pour les clandestins. Le nombre exact de clandestins qui vont y être installés est encore inconnu, mais la décision inquiète déjà les riverains. Une réunion publique a pourtant eu lieu en décembre dernier visant à rassurer les habitants.

Les riverains semblaient avoir beaucoup de questions à poser au maire !

Ils étaient nombreux à rappeler que la commune ne faisait rien pour aider les anciens et les plus défavorisés. D’autres se sont inquiétés quant à la possible apparition de clandestins désœuvrés à cinquante mètres de l’école. Enfin, certains habitants ont rappelé le coût pharaonesque d’une telle entreprise aux frais du contribuable : près de 6000 euros par mois et par sans-papier !

Mais il resterait peut-être un espoir pour les habitants réfractaires, dans l’exemple de la petite ville de Louveciennes, dans les Yvelines. Un projet similaire avait été lancé, mais la volonté des habitants qui refusaient cette installation arbitraire avait été la plus forte, et le projet avait donc avorté !

https://fr.novopress.info/213281/une-petite-commune-du-finistere-en-grogne-contre-linstallation-de-clandestins-sur-son-sol/

Ces Gilets jaunes que Macron veut faire taire, par Ivan Rioufol

Ces Gilets jaunes que Macron veut faire taire, par Ivan Rioufol

Merci qui ? Merci les Gilets jaunes ! Ceux qui s’enchantent du grand débat national, ouvert mardi, en ont déjà oublié la cause. Hier, à Grand Bourgtheroulde (Eure), les Gilets jaunes étaient indésirables. Porter un gilet était même susceptible d’une amende de 135 euros. Les forces de l’ordre ont été plus intraitables pour cette tenue que, en d’autres lieux, pour le port de la burqa. Passons sur cette absurdité. La consigne était de ne pas perturber la prestation d’Emmanuel Macron, venu là pour lancer son initiative face à 653 maires normands. Même lui ne se résout d’ailleurs pas à nommer les Gilets jaunes, c’est-à-dire à les faire exister. Ils n’ont été évoqués qu’une fois par le chef de l’Etat.

Alors qu’ils se sont imposés, en deux mois, comme l’expression politique de la France invisible, les voici relégués à nouveau par le pouvoir dans l’anonymat de leur marginalisation et de leur beaufitude. Il n’est pas certain que cette stratégie présidentielle, qui vise à s’approprier un exercice démocratique dont Macron se serait passé sans cette révolte des Oubliés, soit bien comprise par la France d’en bas, plus souvent insultée que soutenue. Hier, la prestation du président fut certes impressionnante : durant près de 7 heures, il a écouté et répondu aux questions et doléances des maires. Il est vrai qu’il aurait pu avoir ce même dialogue en novembre, s’il avait tenu sa promesse d’assister au congrès des maires de France. Toutefois, le chef d l’Etat se tromperait s’il pensait effacer si facilement les Gilets jaunes de sa vue. C’est eux qu’il doit affronter prioritairement.

La macronie s’agace d’avoir à répondre aux injonctions du peuple en colère. En Marche ne comprend rien à ce réveil d’une France immobile. Or une post-modernité émerge de cette société civile enracinée. Elle porte une vision plus humaine des relations sociales et économiques. La fraternité, la proximité, l’accessibilité, le respect des gens sont des tendances qui dépassent la seule quête égalitariste et revancharde avancée par ceux qui réclament le retour à l’ISF. Si Macron va au bout de sa démarche, elle ne peut que déboucher sur une remise en question de sa politique mondialiste et relativiste. Car c’est bien son “progressisme” post-national qui est contesté. Son nouveau monde est déjà obsolète.

La post-modernité s’annonce réactionnaire, en ce sens qu’elle s’inscrit dès à présent en réaction aux visions déracinées et mercantiles de l’homme augmenté. Hier, le président est convenu que la généralisation des 80km/h sur les routes aurait mérité plus de souplesse. Mais il a fait savoir également sa méfiance pour le référendum d’initiative citoyenne, qu’il voit comme une menace pour la démocratie représentative. Pourtant, il est tout aussi loisible de faire de cette procédure, intelligemment encadrée, un partenaire du législateur. Hier, parlant des Français en situation difficile, il a dit : “Il y en a qui font bien, et il y en a qui déconnent“. En macronie, le déconomètre s’est emballé. Et ce sont les Gilets jaunes qui ont donné l’alerte. Merci qui ?

Ivan Rioufol

Texte daté du 16 janvier 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

https://fr.novopress.info/213290/ces-gilets-jaunes-que-macron-veut-faire-taire-par-ivan-rioufol/

Le Maroc se paie un TGV flambant neuf, financé pour moitié aux frais du contribuable français

VOILA DE QUOI FAIRE PLAISIR A NOS PETITS RETRAITÉS SPOLIES , ET AUX GILETS JAUNES, QUI SE  BATTENT POUR SURVIVRE , ET A TOUS LES FRANÇAIS QUE MACRON PRESSE COMME DES CITRONS,  VOILA OU PARTENT VOS IMPÔTS ,  MACRON EST UN DANGEREUX FRANCOPHOBE, ARROGANT, MÉPRISANT, QUI EN A RIEN A CIRER DE LA FRANCE ,C EST LE PRÉSIDENT DES PAYS ARABES ,DE LA FRANCE, CE FRANC MAÇON DE LA SECTE BILDEBERG, DOIT DÉGAGER. .

Le Maroc se paie un TGV flambant neuf, financé pour moitié aux frais du contribuable français

19/11/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Mercredi dernier, le président Macron était au Maroc pour participer à la cérémonie d’inauguration du TGV reliant Tanger à Casablanca, au côté du roi Mohammed VI. Ce projet franco-marocain a été lancé en septembre 2011 par le président Nicolas Sarkozy, et inspecté en septembre 2015 par François Hollande.

Il s’agit de la Ligne à Grande Vitesse la plus rapide d’Afrique. Ce projet, qui a coûté environ 2 milliards d’euros, a été financé à 50 % par la France. Macron a parlé d’« un projet phare de la relation bilatérale entre la France et le Maroc ».

Cette dépense d’un milliard d’euros donc, réalisée alors que les Français crèvent sous le poids des impôts et les taxes, a provoqué la colère de Louis Alliot, qui souligne que le gouvernement se montre par ailleurs incapable de financer la ligne de TGV Montpellier / Perpignan, pourtant déclarée d’intérêt européen…


Fiorina L. : « Je me sens encore plus gilet jaune ! Je ne peux pas imaginer que toutes ces personnes soient blessées pour rien… »

Voila ce que ces tyrans d en marche font a nos enfants aux gilets jaune honte a CASTANER qui ose dire qu il ne connait aucun flic aucun CRS qui  tapent ou tirent sur les foules !!

Fiorina L. : « Je me sens encore plus gilet jaune ! Je ne peux pas imaginer que toutes ces personnes soient blessées pour rien… »

http://www.bvoltaire.fr/fiorina-l-je-me-sens-encore-plus-gilet-jaune-je-ne-peux-pas-imaginer-que-toutes-ces-personnes-soient-blessees-pour-rien/

Passeports diplomatiques : Alexandre Benalla placé en garde à vue

BIZARRE BIZARRE ILS ONT PEUR  QU IL PARLE ? Passeports diplomatiques : placé en garde à vue Cherche-t-on à empêcher son audition devant   LA COMMISSION D ENQUÊTE ???

Passeports diplomatiques : Alexandre Benalla placé en garde à vue

Selon nos informations, l’ancien conseiller de l’Élysée est entendu depuis ce jeudi matin à la police judiciaire de Paris dans l’enquête sur ses passeports diplomatiques.

Cinq jours avant d’être à nouveau auditionné par le Sénat, Alexandre Benalla est de retour dans les locaux de la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP). Selon des sources concordantes, l’ancien chargé de mission à l’Élysée de 27 ans a été placé en garde à vue ce jeudi matin à la police judiciaire parisienne dans l’enquête ouverte sur ses deux passeports diplomatiques.

Les enquêteurs veulent savoir dans quelles conditions l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron a obtenu ces documents et quel usage il en a fait. Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire le 29 décembre, notamment pour « abus de confiance » et « usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle », après les révélations de Mediapart selon lesquelles Benalla voyageait encore avec ses passeports diplomatiques pour ses nouvelles activités professionnelles privées malgré son éviction de l’Élysée. Le ministère des Affaires étrangères, qui lui avait demandé la restitution des titres à plusieurs reprises, avait saisi la justice.

Investigations élargies

Lors de sa première audition devant le Sénat dans l’affaire sur les violences du 1er mai, qui lui ont valu sa disgrâce, Benalla avait assuré avoir laissé les passeports diplomatiques dans le bureau qu’il occupait à l’Élysée après avoir été licencié. Depuis, son entourage a fait savoir qu’un salarié de la présidence lui avait rendu les documents en octobre, sans préciser son identité. Ce qu’a démenti l’Élysée. Les policiers vont désormais devoir déterminer qui d’Alexandre Benalla ou la présidence de la République dit vrai.

Contacté, le parquet de Paris confirme le nouveau placement en garde à vue d’Alexandre Benalla et indique que les investigations ont été élargies, le 16 janvier, aux infractions de « faux, usage de faux et obtention indu d’un document administratif » à la suite d’un signalement de l’Elysée. Ce volet de l’enquête concerne les deux passeports de service dont aurait bénéficié le jeune homme, et dont l’existence a été révélée par le Canard enchaîné. Selon le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, auditionné par le Sénat, Benalla a obtenu l’un de ces documents en produisant « un faux » document officiel au ministère de l’Intérieur.

http://m.leparisien.fr/faits-divers/passeports-diplomatiques-alexandre-benalla-place-en-garde-a-vue-17-01-2019-7990752.php