LAURA INGRAHAM DE FOX NEWS DÉVOILE À LA TÉLÉ AMÉRICAINE LES DOCUMENTS MONTRANT QUE LES ROCKEFELLER AVAIENT PRÉVU LE SCÉNARIO DE LA PANDÉMIE EN 2010. VIDÉO.

Fox News aux Etats-Unis, c’est TF1, France 2, France 3, BFM TV, CNEWS, LCI…..en France. C’est une Chaîne de Grande Ecoute et surtout une chaîne qui a moulte fois crié « Au Complotisme » !

Donc, Laura Ingraham, la présentatrice Vedette de la Chaîne annonce très clairement qu’il existe bien un rapport ROCKEFELLER de 2010 annonçant la Pandémie et la manière dont le pouvoir en place ne laissera JAMAIS cette crise imaginaire prendre fin avec un contrôle total et absolu des Peuples qui ont auront été ainsi privés de Libertés.

Nous vous avions fait part de ce rapport Rockefeller le 1er Mai 2020 :

https://profidecatholica.com/2020/05/01/le-rapport-de-la-fondation-rockefeller-de-2010-qui-annoncait-la-pandemie-et-le-confinement/https://rumble.com/embed/vfodvj/?pub=4#?secret=K9sGTTxdQ1

Les « Choses » bougent énormément aux Etats-Unis et nous espérons un changement radical de Cap pour bientôt.

Vous avez LA PREUVE, avec cette vidéo de FOX-NEWS, que le COVID-19 est bel et bien UN COMPLOT CONTRE L’HUMANITE car quand une pandémie sugit, elle ne se signale pas 21 ans en avance.

De Plus c’est ROCKEFELLER qui signe, c’est pour ainsi dire DOUBLEMENT SIGNE.

Fox News aux Etats-Unis, c’est TF1, France 2, France 3, BFM TV, CNEWS, LCI…..en France. C’est une Chaîne de Grande Ecoute et surtout une chaîne qui a moulte fois crié « Au Complotisme » !

Donc, Laura Ingraham, la présentatrice Vedette de la Chaîne annonce très clairement qu’il existe bien un rapport ROCKEFELLER de 2010 annonçant la Pandémie et la manière dont le pouvoir en place ne laissera JAMAIS cette crise imaginaire prendre fin avec un contrôle total et absolu des Peuples qui ont auront été ainsi privés de Libertés.

Nous vous avions fait part de ce rapport Rockefeller le 1er Mai 2020 :

https://profidecatholica.com/2020/05/01/le-rapport-de-la-fondation-rockefeller-de-2010-qui-annoncait-la-pandemie-et-le-confinement/https://rumble.com/embed/vfodvj/?pub=4#?secret=K9sGTTxdQ1

Les « Choses » bougent énormément aux Etats-Unis et nous espérons un changement radical de Cap pour bientôt.

Vous avez LA PREUVE, avec cette vidéo de FOX-NEWS, que le COVID-19 est bel et bien UN COMPLOT CONTRE L’HUMANITE car quand une pandémie sugit, elle ne se signale pas 21 ans en avance.

De Plus c’est ROCKEFELLER qui signe, c’est pour ainsi dire DOUBLEMENT SIGNE.


https://profidecatholica.com/2021/06/09/laura-ingraham-de-fox-news-devoile-a-tele-americaine-les-documents-montrant-que-les-rockefeller-avaient-prevu-le-scenario-de-la-pandemie-en-2010-video/

Voila pourquoi je ne me ferais jamais vacciner .. merci a Mikail Stanislas pour ces infos …. L’efficacité d’administration des vaccins ADN est souvent relativement faible par rapport aux vaccins protéiques. L’utilisation de nanoparticules d’oxyde de fer superparamagnétiques (SPION)

Chers amies amis de VK ABONNEZ VOUS MASSIVEMENT A CE COMPTE SVP https://vk.com/id656327774

Abstrait :

L’efficacité d’administration des vaccins ADN est souvent relativement faible par rapport aux vaccins protéiques. L’utilisation de nanoparticules d’oxyde de fer superparamagnétiques (SPION) pour délivrer des gènes par magnétofection est prometteuse pour améliorer l’efficacité de la délivrance de gènes à la fois in vitro et in vivo. En particulier, la durée de transfection génique, en particulier pour une application in vitro, peut être considérablement réduite par magnétofection par rapport au temps nécessaire pour obtenir une transfection génique élevée avec des protocoles standard. Les SPION qui ont été rendus stables dans des conditions physiologiques peuvent être utilisés à la fois comme agents thérapeutiques et diagnostiques en raison de leurs caractéristiques magnétiques uniques. Les caractéristiques précieuses des nanoparticules d’oxyde de fer dans les bioapplications comprennent un contrôle strict de leur distribution de taille, les propriétés magnétiques de ces particules, et la capacité de transporter des biomolécules particulières vers des cibles spécifiques. L’internalisation et la demi-vie des particules dans le corps dépendent de la méthode de synthèse. De nombreuses méthodes de synthèse ont été utilisées pour produire des nanoparticules magnétiques pour des applications biologiques avec différentes tailles et charges de surface. La méthode la plus courante pour synthétiser des particules de magnétite Fe3O4 de taille nanométrique en solution est la coprécipitation chimique de sels de fer. La méthode de coprécipitation est une technique efficace pour préparer des dispersions aqueuses stables de nanoparticules d’oxyde de fer. Nous décrivons la production de SPION à base de Fe3O4 avec des valeurs d’aimantation élevées (70 emu/g) sous 15 kOe du champ magnétique appliqué à température ambiante, avec une rémanence de 0,01 emu/g via une méthode de coprécipitation en présence de citrate trisodique comme stabilisant . Les SPION nus manquent souvent de stabilité, d’hydrophilie et de capacité à être fonctionnalisés. Afin de surmonter ces limitations, le polymère polycationique a été ancré à la surface de SPION fraîchement préparés par une attraction électrostatique directe entre les SPION chargés négativement (en raison de la présence de groupes carboxyliques) et le polymère chargé positivement. La polyéthylèneimine a été choisie pour modifier la surface des SPION afin d’aider à l’administration d’ADN plasmidique dans des cellules de mammifères en raison de la capacité tampon étendue du polymère grâce à l’effet « éponge à protons ». Le polymère polycationique a été ancré à la surface de SPION fraîchement préparés par une attraction électrostatique directe entre les SPION chargés négativement (en raison de la présence de groupes carboxyliques) et le polymère chargé positivement. La polyéthylèneimine a été choisie pour modifier la surface des SPION afin d’aider à l’administration d’ADN plasmidique dans des cellules de mammifères en raison de la capacité tampon étendue du polymère grâce à l’effet « éponge à protons ». Le polymère polycationique a été ancré à la surface de SPION fraîchement préparés par une attraction électrostatique directe entre les SPION chargés négativement (en raison de la présence de groupes carboxyliques) et le polymère chargé positivement. La polyéthylèneimine a été choisie pour modifier la surface des SPION afin d’aider à l’administration d’ADN plasmidique dans des cellules de mammifères en raison de la capacité tampon étendue du polymère grâce à l’effet « éponge à protons ».

Lien de cette article en anglais ci-dessous
Je vous recommande de l’ouvrir avec votre navigateur et vous devez activer votre traduction automatique pour le lire en Français

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24715289/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24715289/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24715289/

: Les Libertés des citoyens Français sont bafoués et violés volontairement à maintes reprises et en plus avec des preuves à l’appui et tout le monde dort tranquillement moi je rêve

Tout d abord un grand merci a Mikail sur VK qui partage des bombes .. je vous demandes amies amis de vous abonner massivement a son compte dont voici le lien …. merci pour lui , il fait un travail d informations extraordinaire …VOICI LE LIEN …..https://vk.com/id656327774

Pourquoi DNA Script signe un contrat avec le ministère des Armées

Le Gouvernement Français est de Mèche :

NB : Les Libertés des citoyens Français sont bafoués et violés volontairement à maintes reprises et en plus avec des preuves à l’appui et tout le monde dort tranquillement moi je rêve

Après Preligens (ex-Earthcube, start-up française spécialisée dans l’analyse de données géospatiales assistée par intelligence artificielle qui a levé 20 millions d’euros l’an passé pour devenir un «Palantir»à la française, une autre jeune pousse tricolore a tapé l’œil du ministère des Armées. Il s’agit de DNA Script qui a développé une imprimante (Syntax) capable de synthétiser de l’ADN de haute qualité pour élargir le champ des possibles dans les sciences de la vie et la technologie. La machine s’appuie sur des enzymes génétiquement modifiées (des protéines naturelles accélérant les réactions chimiques de l’organisme) pour générer en quelques heures une séquence ADN personnalisée.
La technologie a séduit la Direction générale de l’armement (DGA), ce qui a débouché sur la signature d’un contrat avec l’Agence de l’innovation de défense du ministère des Armées. Il s’agit de la première collaboration entre DNA Script et le gouvernement français, alors que la jeune pousse a déjà signé plusieurs contrats avec le gouvernement américain. Dans le cadre de ce projet, DNA Script a reçu un financement de 1,3 million d’euros.
Une approche qui rappelle la logique d’État-client très présente aux États-Unis aux yeux de Sylvain Gariel, co-fondateur de DNA Script : «On aime beaucoup cette logique, car ce sont des contrats portant sur des problématiques toujours à la pointe de l’innovation qui sont financés en totalité par le gouvernement. Contrairement à une logique de subvention où l’État ne prend en charge qu’une partie du développement d’un produit ou d’une technologie, la totalité des coûts associés est prise en charge par le gouvernement, donc c’est un outil quand même très puissant.»
Écoutez notre échange avec Sylvain Gariel, co-fondateur de DNA Script, pour comprendre les enjeux derrière ce contrat avec l’État français :

Pour plus d’informations sur ces viols de droit et d’atteinte à la liberté de l’humanité entière je dirais plutôt le lien se trouve ci-dessous :

Pourquoi DNA Script signe un contrat avec le ministère des Armées

A SAVOIR QUE BACHAR EST LOIN D ETRE UN DICTATEUR ET QUE SON PEUPLE L AIME ….. et que depuis des années il a su préserver la paix entre plusieurs ethnies religieuses contrairement a ce que disent les gauchos ……En Syrie, Bachar Al-Assad réélu président avec 95,1 % des voix

DE TOUTES FACON ON SAIT TOUS QUE LE MONDE EST UN MEDIAS ANTI BACHAR

Dans un pays ruiné par plus de dix ans de guerre, il a obtenu un quatrième mandat à l’issue d’une élection jouée d’avance……………….

Bachar Al-Assad a été réélu sans surprise président de la Syrie pour un quatrième mandat lors d’un scrutin tenu dans les régions sous contrôle du gouvernement, dans un pays en plein marasme économique ravagé par une décennie de guerre. Une réélection que Moscou, allié de la Syrie, a qualifié, vendredi, de « victoire convaincante », et de « pas important pour renforcer la stabilité » du pays.

Lors d’une conférence de presse en soirée, jeudi 27 mai, le président du Parlement, Hammoud Sabbagha, a annoncé que M. Assad avait été réélu avec 95,1 % des voix. Selon M. Sabbagha, 14,2 millions de personnes ont participé au scrutin, sur les 18,1 millions appelées théoriquement à voter, soit un taux de participation de 76,64 %.

Propulsé au pouvoir en 2000, succédant à son père, Hafez, mort après trente années d’un règne sans partage, M. Assad avait fustigé mardi les Occidentaux, Washington et les Européens qui jugeaient que l’élection n’était pas libre. En 2014, il avait obtenu plus de 88 % des voix, selon les résultats officiels.

A Damas, des milliers de partisans de Bachar Al-Assad se sont rassemblés sur la place des Omeyyades, agitant des drapeaux syriens et des portraits du président, scandant des slogans à sa gloire et dansant.

Avant même l’annonce des résultats officiels, alors que le dépouillement des votes prenait fin, des dizaines de milliers de Syriens s’étaient déjà rassemblés dans plusieurs villes du pays. Dans la ville portuaire de Tartous (ouest), au milieu des drapeaux et des portraits, certains dansaient en frappant sur des tambours, selon des images diffusées par la télévision syrienne. Des milliers de personnes se sont également rassemblées dans la ville côtière de Lattaquié et sur la place des Omeyyades, à Damas. A Soueida, ville du sud du pays, une foule s’est également rassemblée devant le bâtiment du gouvernorat, tandis qu’à Alep des hommes achevaient le montage d’une estrade.

Deuxième élection depuis le début de la guerre civile

Il s’agit de la deuxième élection présidentielle depuis le début, en 2011, d’une guerre dévastatrice impliquant une multitude de belligérants et de puissances étrangères. Né de la répression de manifestations prodémocratie, ce conflit a fait plus de 388 000 morts. Les combats ont aujourd’hui nettement baissé en intensité.

Si, officiellement, le pays compte un peu plus de 18 millions d’électeurs, leur nombre est, en réalité, plus bas, la guerre ayant morcelé le pays et entraîné la fuite à l’étranger de millions de personnes.

Dans un pays aux infrastructures en ruines, Bachar Al-Assad se présente comme l’homme de la reconstruction, après avoir enchaîné depuis 2015 les victoires militaires avec l’appui de ses alliés, la Russie et l’Iran, reprenant les deux tiers du territoire.Lire aussi : Bachar Al-Assad, le roi des ruines

Les régions autonomes kurdes du Nord-Est ont ignoré le scrutin. Tout comme le dernier grand bastion djihadiste et rebelle d’Idlib (nord-ouest), où vivent quelque trois millions de personnes.

Deux adversaires

Deux personnalités considérées comme des faire-valoir se présentaient face à Bachar Al-Assad : l’ex-ministre et parlementaire Abdallah Salloum Abdallah et un membre de l’opposition tolérée par le pouvoir, Mahmoud Marei.

Le scrutin excluait de facto les figures de l’opposition en exil, très affaiblie, la loi électorale imposant aux candidats d’avoir vécu en Syrie dix ans consécutifs. « Vos opinions ne valent rien », avait lancé cette semaine M. Assad, à l’adresse des pays occidentaux, qui jugeaient que l’élection n’était « ni libre ni juste ».

L’élection s’est tenue en plein marasme économique, avec une dépréciation historique de la monnaie, une inflation galopante et plus de 80 % de la population vivant dans la pauvreté, selon les Nationsunies.

La Syrie, tout comme M. Assad lui-même, est la cible de sanctions internationales. Et les besoins pour la reconstruction sont titanesques. Un récent rapport de l’ONG World Vision évalue à plus de 1 200 milliards de dollars (un peu plus de 1 000 milliards d’euros) le coût économique de la guerre.

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/27/syrie-bachar-al-assad-reelu-president-avec-95-1-des-voix_6081789_3210.html

Vous pouvez être vacciné avec un test PCR, même sans le savoir

Il nous a paru important de reproduire dans nos colonnes et bien qu’elle date du 18 février 2021, cette analyse parfaitement documentée qui s’appuie sur des travaux de l’Université Johns Hopkins. Il ne faut pas compter sur les médias inféodés et subventionnés pour évoquer le sujet.
Le sujet est très grave et ne doit pas être pris à la légère. Il appartient à nos lecteurs de se faire leur propre avis.
« L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir. »

L’Université Johns Hopkins confirme :
Vous pouvez être vacciné avec un test PCR, même sans le savoir

Dans cet article, Jan Walter décrit, avec de nombreuses références sourcées, quelles techniques sont envisagées pour vacciner encore et encore la population, alors même les gens sont de plus en plus critiques à l’égard des vaccinations. Ceci n’est alimenté que par la pression continue pour une « vaccination » de masse contre une maladie non létale pour 99,8% des personnes, avec un nouveau type de « vaccin » qui est en fait la thérapie génique au moyen de l’ARNm. Cela ressemble à de la science-fiction et c’est effrayant, mais les méthodes et les techniques sont à l’œuvre. La question est de savoir jusqu’où nous laisserons nous mener ?

Les vaccinations de plus en plus observées et une option effrayante se dessine

En janvier 2019, l’OMS(1) a défini le nombre croissant de cas d’effets secondaires critiques de la vaccination comme l’une des dix principales menaces pour la santé mondiale. Depuis le fiasco sans précédent de la vaccination Corona(2), le nombre de refus de vaccination s’est vraiment multiplié.

Pendant ce temps, une résistance prend forme au sein même de l’establishment médical institutionnel. Malgré cela les technocrates de l’OMS continuent d’insister sur un taux de couverture vaccinale irréaliste d’au moins 70 pour cent.

Aujourd’hui, plusieurs experts et anciens journalistes grand public comme John O’Sullivan avertissent que la campagne massive de tests PCR pourrait être un programme de vaccination de l’OMS déguisé (voir Principia Scientific )(3). O’Sullivan fait référence à une nouvelle technologie développée à l’Université Johns Hopkins qui est censée permettre de réaliser des vaccinations secrètes grâce à un test PCR (voir Université Johns Hopkins)(4).

Inspirés par un ver parasite qui plante ses dents acérées dans les intestins de son hôte, les chercheurs de l’Université Johns Hopkins ont développé de minuscules micro-dispositifs en forme d’étoile qui se fixent à la muqueuse intestinale et peuvent administrer des médicaments dans le corps.

Theragrippers - Thérapinces

Ces minuscules appareils, appelés « Theragrippers », [note de la traduction : thérapinces ou pinces thérapeutiques ] sont constitués de métal et d’un film mince qui change de forme. Ils sont recouverts de cire de kérosène sensible à la chaleur et chacun ne dépasse pas une particule de poussière (voir figure ci-dessous).Lorsque le revêtement en kérosène de la thérapince atteint la température corporelle, les appareils se ferment de manière autonome et se fixent sur la paroi du côlon. En raison de l’action d’étanchéité, les minuscules dispositifs à six pointes s’enfouissent dans la muqueuse et se fixent au côlon, où ils sont maintenus et libèrent progressivement leur charge de médicament dans le corps. Peu à peu la thérapince perd son emprise sur le tissu et elle est évacuée du côlon grâce à la fonction musculaire gastro-intestinale normale.

Thérapince coton-tige

Remarque : selon l’Université Johns Hopkins, les thérapinces sont en fait administrées avec un coton-tige (voir la figure ci-desssous).

L’équipe de recherche de l’Université Johns Hopkins a publié les résultats probants d’une étude animale en tant qu’article de couverture dans Science Advances le 28 octobre 2020(4), confirmant que la nouvelle technologie fonctionne parfaitement :

Ici, nous rapportons que les grappins thérapeutiques mécanochimiques actifs inspirés du parasite GI, ou thérapinces, peuvent survivre 24 heures dans le tractus gastro-intestinal d’animaux vivants en adhérant de manière autonome aux tissus muqueux. Nous observons également une remarquable multiplication par six de la demi-vie d’élimination lors de l’utilisation de la délivrance médiée par ripper du modèle analgésique kétorolac trométhamine. Ces résultats fournissent une excellente preuve que les microdispositifs à changement de forme et autobloquants améliorent l’efficacité de l’administration de médicaments à long terme.

PCR test vaccinal

Par coïncidence, le test PCR en Chine est désormais également effectué de manière anale car la fiabilité des résultats serait meilleure et bien sûr, cette pratique est immédiatement soutenue dans les médias grand public occidentaux (voir Business Insider )(6).
Remarque : Si vous ne pouvez pas imaginer qu’un gouvernement puisse vous administrer des toxines contre votre volonté et sans votre consentement, pensez à toutes les expériences horribles sur des humains qui ont été admises par la suite et qui, selon Wikipédia(7) se sont poursuivies jusque dans les temps modernes. En 2007, le CDC(8) [Note de la traduction : Center for Disease Contro and Prevention] a même admis qu’entre 1955 et 1963, 10 à 30 millions de citoyens ont été infectés par le cancérigène SV40 via la vaccination contre la polio.

Cette vaccination n’est pas une vaccination, mais une thérapie génique

Dans une vidéoconférence révélatrice(9) avec le Dr Judy Mikovits, Robert Kennedy Jr. et le Dr David Martin, il est expliqué que le vaccin à ARNm, selon la définition légale, n’est pas du tout un vaccin. On l’appelle à tort un vaccin pour cacher le fait que le prétendu vaccin est, en fait, une thérapie génique. Médecin expérimenté et épidémiologiste, le Dr Wolfgang Wodarg, a déclaré dans une interview censurée à Rubikon, « En fait, ce vaccin “prometteur”devrait être INTERDIT pour la grande majorité des gens car il s’agit de génie génétique !» Mary Holland, vice-présidente et avocate en chef de l’Organisation de défense de la santé des enfants, prévient : « Les nouvelles technologies vaccinales entraîneront probablement de nouveaux types de dommages liés aux vaccins. Puisqu’il n’y a jamais eu de vaccin à ARNm approuvé, nous ne savons vraiment pas à quoi ressembleront de tels dommages. Parce que les vaccins ont été développés si rapidement et que les essais cliniques sont si courts, les dommages à long terme sont totalement inconnus. »

Ce qui est particulièrement effrayant, c’est que la grande majorité ne sait même pas ce que fait le vaccin à ARNm dans leur corps. Ils se laissent simplement vacciner à l’aveugle, et ce malgré le fait que de plus en plus d’experts médicaux indépendants voire orthodoxes les mettent en garde (voir les médecins du monde entier mettent en garde contre la « vaccination » ARNm)(10). Dans ce contexte, il ne faut pas oublier que la société américaine modeRNA Therapeutics fut fondée en 2010 non pas en tant que fabricant de vaccins, mais en tant que société de génie génétique. L’exemple des nombreux scandales de Monsanto montre clairement que le génie génétique ne sert pas à protéger les espèces, mais plutôt à gagner en puissance. Le programme caché est de modifier génétiquement les espèces afin de les breveter ou de les posséder. L’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger a dit un jour : « Celui qui contrôle la semence contrôle le monde. » (voir la revue de presse)(11).

Et après ? Vont-ils breveter notre corps après nous avoir génétiquement modifiés avec le vaccin à ARNm ?

Le Dr Carrie Madej(12), une spécialiste en médecine interne avec plus de 19 ans d’expérience, déclare que le vaccin Covid-19 pourrait en fait être un cheval de Troie pour breveter les humains parce qu’il altère notre ADN. Selon un article publié dans la revue scientifique britannique phys.org en janvier 2020(13), il est confirmé que l’ARN modifié a un impact direct sur notre ADN. Le passage suivant est particulièrement alarmant : « Plusieurs groupes de recherche travaillent maintenant ensemble pour étudier l’effet que cela peut avoir sur la molécule d’ADN. Nous savons déjà que les régions de la boucle R sont associées à des séquences d’ADN contenant des gènes actifs, et que cela peut entraîner des cassures chromosomiques et la perte d’informations génétiques. » Le fait que les principaux fabricants de vaccins tels que Pfizer avertissent leurs sujets de ne pas se reproduire après la vaccination est également alarmant (voir Pfizer, PDF p. 132 )(14). Ce faisant, la société pharmaceutique confirme explicitement que le vaccin ARNm peut avoir des effets négatifs sur la reproduction humaine mais continue de vendre ses « vaccins » !

Conclusion : Quiconque dispose de quelques notions d’Histoire sait que l’expérimentation génétique et l’expérimentation humaine ne sont pas nouvelles. Bien que l’eugénisme moderne ait ses origines au XIXe siècle, les idées, les mesures et les justifications des interventions et influences étatiques et sociales sur la reproduction sont connues depuis l’Antiquité. On les trouve déjà dans la « La République » de Platon, qui, cependant, se limite à la sélection et à l’éducation de l’État. À la Renaissance, des lignes de pensée analogues se retrouvent dans les écrits utopiques sociologiques tels que « L’Utopie » de Thomas Morus, « La Nouvelle Atlantide » de Francis Bacon ou encore « La Cité du Soleil » de Tommaso Campanella. Mais parce que le bon sens résiste instinctivement à de telles interventions, l’establishment s’est toujours efforcé de déguiser ses véritables intentions avec des stratagèmes trompeurs. Les nazis, par exemple, ont déguisé l’eugénisme en « science de la santé héréditaire » ou en « soins héréditaires » pour le rendre acceptable pour les masses. Et aujourd’hui, le même programme de maladie nous est vendu avec un nouveau « vaccin » pour nous sauver d’une supposée « pandémie ».

Sources :
(1) https://web.archive.org/web/20200812085538/https://www.who.int/news-room/feature-stories/ten-threats-to-global-health-in-2019
(2) https://www.legitim.ch/post/schockierende-bilder-beh%C3%B6rden-verschweigen-massenhaft-corona-impfsch%C3%A4den
(3) https://principia-scientific.com/are-pcr-tests-secret-vaccines/
(4) https://hub.jhu.edu/2020/11/25/theragripper-gi-tract-medicine-delivery/
(5) https://advances.sciencemag.org/content/6/44/eabb4133
(6) https://www.businessinsider.com/microbiology-professor-china-anal-swab-test-covid-19-makes-sense-2021–1?r=MX&IR=T
(7) https://en.wikipedia.org/wiki/Human_subject_research
(8) http://web.archive.org/web/20110307094146/http:/www.cdc.gov/vaccinesafety/updates/archive/polio_and_cancer_factsheet.htm
(9) https://www.bitchute.com/video/4fVFgHXPELoO/
(10) https://tinyurl.com/y32qpl74
(11) https://www.presseportal.de/pm/62556/3331518
(12) https://banthis.tv/watch?id=5f176746677a7f01e9302af6
(13) https://phys.org/news/2020–01-rna-effect-dna.html
(14) https://pfe-pfizercom-d8-prod.s3.amazonaws.com/2020–11/C4591001_Clinical_Protocol_Nov2020.pdf

Lire également : Tests PCR : on ne peut pas leur faire confiance publié le 19 septembre 2020 dans nos colonnes.

Vous pouvez être vacciné avec un test PCR, même sans le savoir

Le projet de passeport vaccinal britannique est abandonné

Il n’y aura pas d’obligation légale de montrer son statut vaccinal du COVID lors de grands événements, les ministres reculant sur les propositions.

Les projets visant à faire des passeports Covid-19 une obligation légale pour les grands événements vont être abandonnés, selon le Telegraph.

Les esponsables qui travaillent sur l’examen de la certification du « statut » Covid-19 estiment qu’il n’y a aucune chance que la loi soit modifiée pour rendre leur utilisation obligatoire au Royaume-Uni.

« Il ne s’agit pas de dire ‘ça a ses chances’. Cela n’arrivera pas », a déclaré une source gouvernementale bien placée, proche de l’étude. « Tout le monde dit que c’est enterré ».

Cette décision intervient alors que les ministres examinent les données afin de déterminer si la levée des restrictions peut se poursuivre comme prévu à partir du 21 juin en Angleterre, date à laquelle on espérait que le public pourrait retourner en plus grand nombre aux grands événements tels que les matchs de football et les concerts.

Le gouvernement a exprimé pour la première fois son intérêt pour les passeports Covid en février, lorsqu’une étude sur leur utilisation au niveau national a été lancée dans le cadre de la feuille de route de Boris Johnson pour la réouverture de l’Angleterre.

Depuis lors, les ministres ont défini ces contrôles en apportant la preuve de trois choses : avoir reçu un vaccin Covid, avoir un test négatif récent ou des anticorps après avoir attrapé le virus.

Préoccupations éthiques

La présentation d’une preuve de vaccination est désormais acceptée pour les voyages internationaux, étant donné que certains pays exigent une preuve pour l’entrée sur leur territoire, et les voyageurs britanniques peuvent déjà le faire via l’application NHS (système de la santé publique du Royaume-Uni).

Cependant, leur utilisation au Royaume-Uni est beaucoup plus controversée, les critiques avertissant que le fait d’obliger les gens à montrer une preuve de leur état de santé pour des événements sociaux soulève de graves questions éthiques.

Grant Shapps, Secrétaire d’État aux Transports dans le gouvernement Johnson.

Les ministres du gouvernement avaient envisagé de modifier la loi afin d’exiger des passeports Covid-19 lors d’événements tels que des matchs de football, des concerts, des festivals et des colloques d’affaires.

Le Premier ministre a déjà exclu leur utilisation pour des activités essentielles telles que la visite au supermarché ou chez le généraliste, et a indiqué qu’il n’était pas favorable à leur utilisation par les pubs et les restaurants.

Les plans sont « tués dans l’œuf » alors que des complications émergent

Cependant, les membres du groupe de travail sur le Covid-19, qui fait partie du Cabinet Office (département exécutif du gouvernement britannique chargé du soutien du Premier ministre, NdT) et qui a examiné la certification du statut Covid-19, pensent maintenant qu’elle ne sera pas du tout requise légalement.

La source, bien placée, a déclaré au Telegraph : « Plus personne n’en parle comme d’une chose potentielle… ça a été tué dans l’œuf. »

Les documents soumis à la commission du cabinet des opérations du Covid-19 au début du mois, dont les détails ont été communiqués au Telegraph, contribuent à expliquer la baisse d’intérêt.

Selon notre compréhension, ces documents mentionneraient que l’application du NHS n’aurait pas pu être utilisée par des visiteurs étrangers, ce qui aurait porté atteinte au système.

Il a également été noté qu’il existe certaines exemptions médicales à la vaccination, notamment pour les personnes ayant des réactions allergiques et les jeunes, ce qui complique les choses.

Auparavant, lors de réunions privées, des ministres ont fait part de leurs inquiétudes quant aux avantages exacts des passeports Covid-19 en matière de santé, pressant les responsables d’être plus clairs sur le raisonnement.

Une autre raison de la baisse d’enthousiasme est le faible nombre de cas et le nombre croissant de Britanniques vaccinés, ce qui signifie que les avantages pour la santé sont moins évidents, un point que les ministres ont souligné en privé.

L’approbation finale de cette décision n’a pas encore été donnée.

Gove et Johnson sont tous deux réticents

Michael Gove, le ministre du Cabinet Office chargé de superviser l’étude, doit encore soumettre ses recommandations à M. (Boris) Johnson. Mais des sources proches des deux ministres affirment qu’ils sont instinctivement réticents à adopter le projet.

En outre, Israël, le pays dont l’adoption des passeports Covid-19 est devenue le modèle étudié de près par le Royaume-Uni (y compris lors d’un voyage de M. Gove sur place) abandonnera bientôt son « laissez-passer vert », car un grand nombre de ses citoyens sont désormais vaccinés. Cette décision a été soigneusement notée par les ministres.

La décision du gouvernement de ne pas modifier la loi pour obliger les grands événements à utiliser les passeports ne signifie pas en soi que de tels systèmes ne seront jamais adoptés.

Une mise à jour du gouvernement sur l’étude en avril a déclaré que rien n’empêchait les entreprises de demander une preuve du statut de Covid-19 avant d’accorder l’entrée, à condition qu’elles ne violent pas les lois sur l’égalité.

Le travail sur l’application du NHS, qui est en cours de conversion pour pouvoir montrer la preuve d’un vaccin, d’un test négatif ou d’anticorps, est susceptible de se poursuivre, étant donné qu’elle est utilisée pour les voyages internationaux.

Les ministres du gouvernement pourraient également choisir de se pencher à nouveau sur les passeports Covid-19 pour l’automne et l’hiver, arguant qu’une détérioration soudaine de la situation Covid pourrait faire revenir l’idée.

Triomphe de l’arrière-ban

Cependant, la décision de ne pas annoncer de changements juridiques pour rendre obligatoires les passeports Covid-19 serait considérée comme un triomphe par les députés conservateurs de l’arrière-ban, qui ont promis de se joindre aux rebelles travaillistes pour faire échouer cette initiative.

M. Gove, qui s’exprimait jeudi devant une commission spéciale, a laissé entendre que la position du gouvernement s’était assouplie en soulignant qu’il n’était pas encore décidé à introduire les passeports Covid-19.

Il a dit : « Je pense que certains, mais pas au sein de cette commission, ont l’impression que le gouvernement s’est accroché à cette question de la même manière que JFK a dit qu’il allait envoyer un homme sur la lune, que nous allons introduire une politique de certification quoi qu’il arrive, quoi qu’il arrive.

« Ce n’est pas le cas. Nous l’avons examiné de manière pragmatique, pour voir s’il peut apporter une valeur ajoutée et, si ce n’est pas le cas, nous n’irons pas de l’avant. »

Une source de Whitehall (toutes les institutions dirigeantes de Grande-Bretagne, NdT) a déclaré : « Michael [Gove] a écouté très attentivement les arguments pour et contre la certification Covid et l’étude n’a négligé aucun détail pour déterminer s’il y a lieu de les utiliser au niveau national. Il fera bientôt des recommandations au Premier ministre ».

Un porte-parole du gouvernement a déclaré : « L’examen de la certification du statut de Covid est en cours et aucune décision finale n’a encore été prise. Le Chancelier du Duché de Lancaster informera le Parlement après les congés. »WWW.TELEGRAPH.CO.UKAccess Denied

Le projet de passeport vaccinal britannique est abandonné

Vaccins Covid-19 : environ 4.000 déclarations d’effets secondaires en Limousin

Depuis début 2021, c’est un afflux inédit pour le Centre régional de pharmacovigilance de Limoges qui recueille tous les signalements d’effets indésirables des médicaments. Parmi eux, un des 34 cas français de thrombose atypique liée à l’injection du vaccin AstraZeneca.

Au deuxième étage du Centre de biologie et de recherche en santé (CBRS), à deux pas du CHU de Limoges, le Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) est submergé par les signalements post-vaccination Covid-19 depuis janvier dernier.

Plus précisément 4.000 en quatre mois et demi (sur 283.000 personnes ayant reçu une ou deux doses de vaccin en Limousin) : un record pour cette structure qui recueille les déclarations des effets indésirables des médicaments et fait remonter ses observations à l’Agence nationale de sécurité du médicament, l’ANSM (*).

Plus de la moitié des déclarations en attente

« En temps normal, on en reçoit environ 1.200 par an, dont à peine dix notifications pour des vaccins “classiques” », compare le professeur Marie-Laure Laroche, la responsable du centre.

Sur les 4.000, le CRPV a pu en saisir 1.200 dans la base, en a traité 400 autres en attente d’enregistrement. Il lui reste plus de la moitié à gérer. « Mais on trie tous les jours les déclarations reçues, par priorité, afin de ne pas laisser passer des effets secondaires graves. Notre stock de retard concerne surtout les signalements pour des effets indésirables ordinaires. »

Des effets dits « graves » pour 25 % des déclarations

Ici, un quart des 1.600 déclarations déjà prises en compte concerne des effets dits « graves ». Une proportion semblable au niveau national.

« Cette notion de gravité est vaste, nuance le professeur Laroche. Elle englobe aussi bien les effets inattendus qu’attendus avec un caractère particulier : par exemple les syndromes grippaux causés par AstraZeneca. L’intensité des symptômes et l’ampleur du nombre de personnes touchées, avec beaucoup d’arrêts maladie, ont justifié qu’ils soient médicalement significatifs et classés “graves”. »

Un cas de thrombose de localisation atypique

Parmi les effets indésirables notables, le CRPV de Limoges a surtout enregistré un des 34 cas de thromboses de localisation atypique (cérébrale, intestinale) recensés en France, à la suite du vaccin AstraZeneca, et ayant entraîné 11 décès.

Le cas limousin n’a pas été mortel. « Cette réaction auto-immune, se manifestant par la production d’anticorps qui attaquent les plaquettes, est rare, développe la responsable du centre. On a eu d’autres déclarations de thrombose avec embolie, mais en menant notre enquête, c’est la seule situation où le vaccin était en cause. »

Zona, paralysie faciale…

À côté de ce cas marquant, tachycardie, zona, hypertension artérielle, paralysie faciale, urticaire font partie des autres conséquences non répertoriées dans la notice des produits. Toute hospitalisation est aussi intégrée dans les 25 % d’effets graves.

« Notre travail consiste à déterminer si c’est le vaccin qui est à l’origine d’un problème de santé ou s’il y a d’autres explications possibles. »

Jusqu’à une journée d’enquête pour un seul cas

Un travail de longue haleine. « Il faut entre une demi-heure et une heure pour gérer et valider une déclaration simple », indique le professeur Laroche.

« Quand le cas est plus compliqué, cela va d’une demi-journée à une journée, le temps de documenter le cas, de recontacter la personne pour qu’elle nous raconte son histoire, d’aller chercher des informations médicales pour un dossier clinique complet. Il faut que tout soit précis afin de justifier une éventuelle décision sanitaire. »

Un appel à des déclarations plus ciblées

Pour effectuer cette mission, le CRPV de Limoges dispose d’un peu moins de trois équivalents temps plein de médecins et pharmaciens, d’un mi-temps de technicien de recherche clinique et d’une secrétaire à temps plein. Quelques étudiants viennent aider.

« D’ordinaire, nous prenons le temps d’envoyer un courrier de remerciement pour chaque envoi, mais là, on ne peut plus se le permettre. »

Si Marie-Laure Laroche se réjouit de la participation massive, elle appelle à des déclarations plus ciblées sur les effets « graves, très gênants ou méconnus ». Une pertinence nécessaire pour garantir la réactivité de la surveillance vaccinale.

(*) Il existe 31 centres régionaux de pharmacovigilance en France : c’est ce réseau territorial qui alimente l’ANSM.

Les déclarations dans le détail


Répartition géographique : 80 % des déclarations reçues par le CRPV de Limoges sont originaires de Haute-Vienne, 15 % de Corrèze et 5 % de Creuse.

Répartition par vaccin : 78 % des 1.600 déclarations traitées concernent le vaccin Pfizer, 18 % AstraZeneca et 4 % Moderna et Janssen.

Répartition par profil de déclarant : 74 % des remontées viennent de patients et 26 % de professionnels de santé.

Répartition par moyen de signalement : 25 % des déclarations reçues par le CRPV passent par le portail national mis en place par le ministère de la Santé. La majorité arrive par mail ou courrier avec l’envoi de la fiche de suivi et de déclaration d’événements indésirables éditée par le CRPV Limousin et remise à chaque patient vacciné. Une initiative locale qui a fortement incité à participer à la déclaration.

Comment sont surveillés nos médicaments en Limousin ?

Hélène Pommier

https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/vaccins-covid-19-environ-4-000-declarations-d-effets-secondaires-en-limousin_13956157/

“Vive Ben Laden”. Le clandestin crache sur les policiers: Il est libéré, faute de place en rétention

Le syndicat de police Alliance révèle l’énième scandale d’un clandestin, interpellé à deux reprises en 24h à Montpellier, et finalement relâché dans la nature, faute de place en rétention. Le syndicat dénonce une “véritable certitude d’impunité ouvrant la porte à toutes les dérives”.

Vendredi 14 mai, la brigade des chemins de fer de Montpellier contrôle un homme à la gare Saint-Roch. Il s’agit d’un “ancien mineur non accompagné de nationalité marocaine, connu défavorablement des services de police et faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français qui lui a été notifiée par la Préfecture de l’Hérault”.

Mais faute de place dans un centre de rétention administratif de la zone sud, l’individu “est tout simplement remis en liberté”, s’insurge le syndicat de police.

Le lendemain, ce clandestin est de nouveau repéré par les policiers, lorsqu’il traverse les voies ferrées au mépris des règles de sécurité et monte dans un TGV sans billet et sans masque. Contrôlé par les policiers, le marocain les insulte, crache au visage de l’un d’eux et crie “Vive Ben Laden”, précise Alliance.

Conduit au commissariat central, le clandestin est relâché avec une convocation devant un officier de police judiciaire pour le mois d’octobre “avec la quasi-certitude qu’il ne s’y présentera pas”, souligne le syndicat.

“On ne peut rien faire avec ces jeunes. On n’arrive pas à les identifier, à leur fixer un âge, ils n’ont pas d’adresse fixe. On les voit pendant des années et on sait qu’on les retrouvera demain ou après-demain. Il y a un vrai flou”, déplore Philippe Lavenu, secrétaire général Occitanie du syndicat Alliance.

Source: Le Figaro

Foutage de gueule! Le tweet le plus honteux Bruno Le Maire qui vous prend vraiment pour des cons

Minable et ordurier jusqu’au bout, le gouvernement continue de prendre les Français pour aussi cons que sont les ministres. Bruno Le Maire a ainsi publié une photo de lui, masqué et assis à une terrasse parisienne, en osant titrer: “L’art de vivre à la française”.

C’est fort de café de la part du ministre de l’Economie, qui a tué, avec le confinement, le reste de chaleur humaine qui restait encore un peu en France, et qui tente de nous faire avaler la pilule de la dictature pseudo-sanitaire, avec un verre à la sortie de prison.

“L’art de vivre à la française” est précisément, la dernière bonne chose qu’il restait aux Français, et que la Macronie a définitivement terrassé. Car comme le masque sur la photo en témoigne: plus rien ne sera comme avant. Notre façon esthète de vivre, a été sacrifiée sur l’autel du socialisme, qui prétend sauver nos vies en nous faisant vivre l’enfer.

Comme Macron, Le Maire ne connaît rien à la France. Il croit que “l’art de vivre à la française” suppose simplement de poser ses fesses sur une chaise. Sauf, que ce qui faisait toute la beauté de la France: c’était justement LA LIBERTÉ de pouvoir s’assoir. LA LIBERTÉ que Bruno Le Maire a supprimé aux Français et qu’il n’est pas prêt de rendre.

Car en vérité, LA LIBERTÉ n’est plus qu’un lointain souvenir. Les Français sont désormais tous en conditionnelle, et attendent leur bracelet électronique qui prendra la forme du “pass sanitaire”. In fine, cette crise a fait éclater plus que jamais cette vérité: Pour que vive la France, le seul confinement qui s’impose est celui du gouvernement.

Raoult crache le morceau : la médecine, c’est corruption à tous les étages

Dans cette vidéo publiée le 11 mai dernier :

le professeur Raoult explique (à partir de 10:45) sans langue de bois que, dans le monde de la médecine qu’on croyait préservée de ce vice du temps, la corruption règne en fait à tous les étages – du praticien de base aux grands labos pharmaceutiques. Rassurons-nous cependant : il existe encore des médecins honnêtes…

***

Transcription (quasi…) verbatim des propos du Pr Raoult :

« Ça m’amuse beaucoup d’entendre des gens parler de complotisme et être dans la négation du fait que la circulation d’argent à ce niveau-là risque d’être associée à la corruption.

Manifestement, ces gens-là ne voient pas le problème, probablement parce qu’ils n’ont pas de notion d’histoire et qu’ils ignorent tout ce qui s’est passé dans le temps…

C’est vieux comme le monde, la corruption !

Mais je leur préparé un petit travail [le Pr Raoult extrait un document de son bureau…], pour qu’ils arrêtent de dire des bêtises. Tous nos « partenaires » ont déjà été condamnés pour corruption ! 

Peut-être que maintenant ils ne le font plus… Mais regardez :

Donc, il ne faut quand même pas penser que j’invente [rires] le fait qu’il existe de la corruption liée à l’industrie pharmaceutique !

L’industrie pharmaceutique est le secteur le plus rentable de tous et les publications scientifiques [NdHD : The New England Journal of MedicineThe LancetJournal of American Medical AssociationAnnals of Internal MedicineBritish Medical Journal…] sont le secteur le plus rentable de tous : 35% de bénéfices par an pour des grands groupes de journaux !

Et une partie extrêmement significative des recettes des journaux scientifiques de cette taille-là vient directement des contacts avec l’industrie pharmaceutique.

Une année, Merck a acheté pour 500.000 $ de bons à tirer, c’est-à-dire d’articles théoriquement faits pour être distribués. En pratique, ils ont versé 500.000 $ au journal, qui les a publiés, ce qui a constitué une partie importante des recettes du journal : ça s’appelle de la corruption déguisée

C’est une pratique « normale » : il y a des gens qui cherchent à gagner de l’argent à tout prix. Ce n’est pas la faute des gens d’essayer de gagner de l’argent…

La corruption est un phénomène qui est « naturel » : à chaque fois que vous avez beaucoup d’argent et que la personne d’à côté en a beaucoup moins, vous avez un phénomène de mécanique des fluides, de transfert de celui qui a beaucoup d’argent vers celui qui en a moins, s’il est d’accord pour vous rendre un service…

On ne donne pas d’argent à quelqu’un si on n’en attend pas un service : on n’invite pas quelqu’un à un congrès, on n’invite pas quelqu’un à déjeuner – c’est connu depuis bien longtemps, Milton Friedmann en parle : « il n’y a pas de repas gratuit »… – Ils le font en attendant quelque chose.

Moi, quand j’étais interne – c’est incroyable ! De vrais chasseurs de têtes ! – j’avais été invité avec ma femme à aller en « business class » à Boston, dans un hôtel extraordinaire, où ils avaient fait venir les meilleurs scientifiques – on était une trentaine de leaders d’opinion, ou futurs leaders d’opinion – qui étaient pris au berceau. Tout ça pour « créer des contacts ». Et à la fin, le type qui nous avait invités me tutoyait, tutoyait ma femme, et créait des liens qui sont anormaux dans des rapports professionnels. Parce qu’ensuite vous avez des difficultés, quand quelqu’un est devenu un copain, à lui dire « Ecoute, ton truc, on ne va pas le prendre… ».

J’ai eu une affaire, ici à l’IHU Méditerranée Infection, d’un médicament qui n’avait pas d’utilité mais qui avait été subitement prescrit parce qu’un collègue avait épousé la fille du type qui commercialisait ce médicament…

Donc la corruption existe et ça fait partie de la nature humaine. Ce n’est pas un phénomène horrible : c’est la loi qui doit le régler.

Il faudra bien sûr aller au bout. La loi qui a été mise en place par Xavier Bertrand sur les conflits d’intérêts, j’en suis très content, parce que ça fait avancer les choses : j’ai un collègue qui m’a dit que désormais, ils obligent les candidats à déclarer leurs conflits d’intérêt et ils ne nomment pas les gens qui ont des conflits d’intérêts depuis moins de cinq ans. Donc ça veut dire que cette notion-là, petit à petit se met en place.

Il faut faire attention : la corruption des grands journaux est un énorme problème.

Ça ne concerne pas que moi [NdHD : le Pr Raoult fait allusion à l’article bidonné du Lancet sur la « dangerosité » de l’hexachloroquine]. Celui qui écrit le plus sur tout ça, c’est un immense scientifique, un Danois – les Danois sont très bons pour le contrôle de la corruption. Ce type a un H-factor à 100 : c’est énorme, un très grand chercheur !

Les gens qui réfléchissent à ça sont maintenant convaincus qu’il faut deux catégories de journaux scientifiques : d’une part des journaux pour rapporter les essais thérapeutiques, autrement dit des journaux qui traitent de la science de manière indépendante, et d’autre part des journaux qui s’apparentent à du marketing.

Parce que « tripoter » les données et les analyses méthodologiques et mathématiques pour faire croire qu’un médicament est efficace, vous savez, c’est très banal. C’est d’autant plus facile qu’il n’y a que ceux qui ont l’ensemble de données qui les connaissent !

La Cochran Library a été une entreprise extrêmement fiable, ce qu’elle a cessé d’être dès qu’elle est devenue elle aussi une cible du marketing. Et toute revue disposant d’une audience importante devient la cible du marketing.

Vous voyez que sur mon site, je n’ai pas de cooky [rires]. Je suis choqué que les sites gouvernementaux aient des cookies ! Tout commercialiser à ce point, c’est devenu déraisonnable : il faut qu’il y ait une place pour les choses commerciales et une place pour les choses qui ne le sont pas.

Ce qui n’empêche pas qu’il puisse y avoir des liens entre les deux : créer des start-up ou avoir des rapports avec l’industrie… Mais ça ne doit pas déborder sur les activités publiques : ces deux mondes doivent rester séparés. L’étanchéité entre les activités publiques d’une part et les liens d’intérêts d’autre part est une chose essentielle.

Théoriquement, la loi impose à chaque fois qu’on intervient de déclarer ses conflits d’intérêts : tous ces personnages qui passent sur les plateaux télévisés devraient à chaque fois dire « Ecoutez, j’ai un lien d’intérêt avec tel ou tel laboratoire », ce qui éviterait d’avoir un mélange des genres, et des suspicions, justifiées ou non, de corruption.

Je pense que c’est un point qui est négligé en France, et qu’il faudrait arrêter de dire que c’est du complotisme : j’ai donné quatre exemples de firmes condamnés à des sommes absolument colossales pour corruption. Donc il ne faut pas tout à coup « découvrir » que les laboratoires peuvent corrompre les prescripteurs, parce que ce sont leurs clients : c’est comme ça…

Personnellement, je ne trouve pas que le fait de participer à des essais thérapeutiques dirigés par un laboratoire contribue spécifiquement à la connaissance. Il y a une partie de ces essais qui sont faits parce qu’il faut que quelqu’un les fasse, que ce soit en France, en Angleterre ou en Espagne, peu importe, et ensuite, il faut que ce soit confirmé sur le terrain indépendamment de l’industrie pharmaceutique, de manière à ce que l’on puisse avoir une véritable évaluation.

Ce n’est pas faire de la recherche que d’inclure des malades dans un programme qui a été réalisé par l’industrie pharmaceutique, dont l’analyse est faite par l’industrie pharmaceutique, dont la méthodologie a été mise en place par l’industrie pharmaceutique, et dont même le papier a été rédigé l’industrie pharmaceutique, et ensuite a été proposé et accepté dans les plus grands journaux scientifiques du monde…

Les gens sont contents parce qu’ils sont publiés par les plus grands journaux (scientifiques) du monde (le New England, le Lancet…) alors que leur participation cérébrale, intellectuelle, à la genèse de ces papiers – et c’est ça le principe même de la science – est négligeable, et les leurre sur leurs capacités et sur leur contribution à la connaissance.

Il faut revenir à la science. Plutôt que de se pencher sur des questions de méthodologie, le Comité d’éthique devrait se poser des questions sur la morale des essais thérapeutiques.

Ce que je regrette, c’est que certaines décisions prises par le Comité d’éthique sur la protection des personnes ne me paraissent pas avoir été analysées d’abord sur le plan de la morale mais sur celui de la méthodologie. Laquelle est « fille du temps », comme disait Brecht, et donc variera avec le temps…

Mais le fait qu’on fasse telle ou telle chose, non pour le bien des patients mais pour voir que ce n’est pas plus mauvais – mais beaucoup plus rentable… – que le traitement préexistant, ça, ça pose un vrai problème moral… »

Henri Dubost

https://ripostelaique.com/raoult-crache-le-morceau-la-medecine-cest-corruption-a-tous-les-etages.html