Eric Ciotti : “Rétablissons la suspension des allocations familiales pour les parents de voyous !”

Eric Ciotti : “Rétablissons la suspension des allocations familiales pour les parents de voyous !” 

Député LR des Alpes-Maritimes et spécialiste des questions de sécurité, Eric Ciotti déposera la semaine prochaine une proposition de loi relative à la lutte contre la délinquance des mineurs. Explications.

Chapô premium

Valeurs actuelles. Après la mort de trois jeunes dans des rixes en seulement quinze jours, vous avez déposé une proposition de loi de lutte contre la délinquance des mineurs. Quel est l’objectif? Eric Ciotti. C’est un constat que je fais depuis des années : la violence gratuite explose dans notre pays et l’on assiste à une série inquiétante de rixes et d’assassinats de mineur…

 

https://www.valeursactuelles.com/politique/eric-ciotti-retablissons-la-suspension-des-allocations-familiales-pour-les-parents-de-voyous-100255

Publicités

Bruno Retailleau favorable au rapatriement des enfants de jihadistes français

Incroyable encore un personnage de droite vendu ……….

Bruno Retailleau favorable au rapatriement des enfants de jihadistes français

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, était ce jeudi matin l’invité de Laurent Neumann dans Bourdin Direct sur BFMTV et RMC.

La France, risque, selon Laurent Mauduit qui l’étudie depuis des décennies, de faire bientôt sombrer le pays. Aussi bas qu’aux heures les plus sombres de son Histoire. « La Caste », le livre qui dénonce Macron et son « hold-up sur l’Etat »

Ce pamphlet est à lire d’urgence puisqu’il s’agit avant tout d’une enquête excellemment documentée sur le groupe, composé de hauts fonctionnaires et d’hommes d’affaires, qui a hissé Emmanuel Macron à l’Elysée.

Une oligarchie néolibérale qui, après avoir réussi à imposer son idéologie, est parvenue à rafler le pouvoir politique.

Si bien que, depuis mai 2017, elle gouverne effectivement la France, au risque, selon Laurent Mauduit qui l’étudie depuis des décennies, de faire bientôt sombrer le pays. Aussi bas qu’aux heures les plus sombres de son Histoire.

Dans « la Caste », Laurent Mauduit invoque Ricoeur pour enquêter sur le groupe, composé de hauts fonctionnaires et d’hommes d’affaires, qui a hissé Emmanuel Macron à l’Elysée.

Par 

Dans « la Caste » (à paraître le 6 septembre à la Découverte), Laurent Mauduit, co-fondateur de Mediapart, surnomme le chef de l’Etat «Emmanuel Le Petit», en référence évidemment au «Napoléon Le Petit» de Victor Hugo, qui détestait le Second Empire, ses profiteurs et son chef. La comparaison entre le premier et le dernier des présidents élus de la République est pour le moins osée, exagérée sans doute.

Pourtant ce pamphlet est à lire d’urgence puisqu’il s’agit avant tout d’une enquête excellemment documentée sur le groupe, composé de hauts fonctionnaires et d’hommes d’affaires, qui a hissé Emmanuel Macron à l’Elysée. Une oligarchie néolibérale qui, après avoir réussi à imposer son idéologie, est parvenue à rafler le pouvoir politique. Si bien que, depuis mai 2017, elle gouverne effectivement la France, au risque, selon Laurent Mauduit qui l’étudie depuis des décennies, de faire bientôt sombrer le pays. Aussi bas qu’aux heures les plus sombres de son Histoire.

Ricoeur visionnaire

Le journaliste, qui dénonce les «pantouflages» suspects et les multiples conflits d’intérêts minant le pouvoir actuel, se réfère constamment à Marc Bloch, auteur en 1940 d’«Une étrange défaite» – cette débâcle militaire face à l’Allemagne hitlérienne que l’historien impute autant à l’incurie des généraux qu’à la corruption morale des grands commis de l’Etat. Cependant c’est un autre grand intellectuel, beaucoup moins attendu, qui donne la véritable ligne directrice de «la Caste»: Paul Ricoeur, dont Emmanuel Macron a été l’assistant pendant ses études.

Dans les années 60, le philosophe pointait, avec une étonnante prescience, les risques présentés par l’ascension parallèle de l’énarchie et du capitalisme de connivence.

Le danger, aujourd’hui, écrivait-il alors, est que la direction des affaires soit accaparée par les oligarchies de compétents, associées […] aux puissances d’argent.»

Or, cette menace s’est concrétisée, assure Laurent Mauduit. L’association, la fusion, a bel et bien eu lieu.

« Hold-up sur l’Etat »

Profitant des privatisations, les hauts fonctionnaires de Bercy ont, à partir des années 1980, opéré d’abord un «hold-up sur le CAC 40». Voyez, dit le journaliste, tous ces pontes du ministère des finances qui sont devenus, du jour au lendemain, des PDG multimillionnaires. Puis, forts de ces succès, ils ont ensuite commis un «hold-up sur l’Etat», en s’imposant aux postes politiques les plus en vue, jusqu’à la victoire suprême du jeune inspecteur des Finances, Emmanuel Macron, «dernier avatar du bonapartisme français», sous la présidence duquel l’accaparement «par les oligarchies compétentes associées aux puissances d’argent» a atteint son apogée.

Voilà pourquoi, écrit Laurent Mauduit, il est urgent de refonder la démocratie française. En commençant par supprimer «cette machine à hauts fonctionnaires», l’ENA, dont la disparition est, à son avis, un prérequis à ce renouveau.  https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180904.OBS1778/la-caste-le-livre-qui-denonce-macron-et-son-hold-up-sur-l-etat.html?fbclid=IwAR2A0ULUERSpTppraE3OcYQM2JUfqxvmxeWa_F9KP8WbWoQMOvm7ECg7vAI

Sécurité sociale : le gouvernement demande un effort aux familles

Encore et toujours des efforts a faire pour les plus démunis avec ce parasite de Macron  nous en avons ras le bol pendant que ces escrocs distribuent nos sous aux étrangers et aux racailles de nous serrer la ceinture pour ces pourritures d en MARCHE macron  est le pire président au Monde un fou gouverne la France …

Aides. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale propose une revalorisation de 0,3% des allocations familiales, alors qu’une inflation d’1,3% est prévue.

Les familles vont devoir se serrer une nouvelle fois la ceinture. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est examiné par les députés à partir de ce mardi 23 octobre, pendant une semaine jusqu’au vote solennel du mardi 30 octobre. Des débats qui risquent d’être agités car le gouvernement demande un nouvel effort aux retraités mais surtout aux familles. Le texte prévoit ainsi une inflation de 1,3% mais une revalorisation des allocations familiales de seulement 0,3%, rapporte Le Figaro.

« Une vraie perte de pouvoir d’achat »

« C’est la première fois que cela arrive. Cette désindexation va rapporter 260 millions d’euros à la Sécu sur le dos des familles, qui servent de variable à la politique budgétaire du gouvernement », explique au quotidien le député Les Républicains Gilles Lurton, dénonçant « une vraie perte de pouvoir d’achat ». Le député estime que « le gouvernement a économisé 480 millions sur le dos des familles » en six ans, évoquant notamment l’abaissement du plafond du quotient familial pendant le quinquennat de François Hollande. Mais du côté de La République en Marche, on affirme au contraire que l’effort n’en sera pas réellement un.

Si la hausse des allocations pourrait être de 5 euros par an au lieu de 14, « on ne touche pas aux plafonds de ressources pour l’ensemble des prestations familiales », explique le député Olivier Véran. « Nous augmentons le complément de garde de plusieurs dizaines d’euros par mois pour permettre aux mères isolées de reprendre plus vite leur emploi », conclut-il, mettant ainsi l’accent sur les familles monoparentales.

Paris: comment la ville lumière est devenue la ville « poubelle »

Madame Hidalgo  voila ce que vous avez fait de PARIS en moins de 5 ans  en tant que  » Maire  » vous etes une honte madame une véritable Crasseuse , comment vous avez pu laisser faire ce   » carnage sans réagir ? c ‘est vrai que pour vous le plus important est de distribuer le fric des pauvres contribuables en le donnant aux assos musulmanes ou en faisant des orgies de bouffe  avec vos potes étrangers,  la priorité pour vous n est pas de gérer cette belle ville , mais de vous Pavaner de soirée en Croisette en robe Dior , de la France vous en avez rien a foutre  » vous n etes pas francaise de coeur voila le hic,  vous avez fait de PARIS la décharge du CAIRE ,  la cour  des miracles ou les rats envahissent les rues les berges se couvrent d immondices et Paris est envahis d étrangers,  de tentes ,de poubelles  ,de virus de maladies, pendant que madame Hidalgo reste sans sa tour doré en laissant PARIS devenir  une Poubelle a  ciel ouvert HONTE A VOUS   la pire mairesse au monde  et la plus sale  Anne .

Paris: comment la ville lumière est devenue la ville « poubelle »

http://www.alterinfo.ch/2018/10/22/paris-comment-la-ville-lumiere-est-devenue-la-ville-poubelle/

Le vrai visage du journaliste Jamal Khashoggi que cachent les médias français : un islamiste très radical, proche d’Oussama ben Laden et des Frères Musulmans

Le vrai visage du journaliste Jamal Khashoggi que cachent les médias français : un islamiste très radical, proche d’Oussama ben Laden et des Frères Musulmans

La presse mondiale fait ses gros titres depuis un peu plus d’une semaine sur la disparition du saoudien Jamal Khashoggi. Celui-ci est présenté comme un dissident, et comme un journaliste du Washington Post. Les choses sont différentes lorsqu’on les regarde de près.

Jamal Khashoggi, membre d’une famille puissante (son oncle était Adnan Khashoggi, le célèbre milliardaire marchand d’armes) proche des Saoud, a longtemps eu des fonctions importantes au sein du royaume. Il a dirigé l’un des trois principaux quotidiens du pays, Al Watan. Il a dirigé brièvement la chaine de télévision Al Arab, propriété du prince al Waleed bin Talal, dont il était l’homme de confiance. Il a également fait partie des services de renseignement du pays **.

Il a été proche d’Oussama ben Laden (je joins une photo de 1988 où on le voit, arme à la main, au côté de djihadistes recrutés par ce dernier), et donc proche de factions islamistes menant le djihad en Afghanistan et ailleurs. Il est devenu membre des Frères Musulmans, organisation désormais classée comme terroriste en Arabie Saoudite, et il a commencé à se trouver placé en disgrâce. Il n’a pas eu de problèmes majeurs parce que al Waleed bin Talal le protégeait.

Il a affiché des positions résolument hostiles aux orientations que le pays a pris à partir du sommet de Riyadh en mai 2017, et à partir du moment où les rênes du pouvoir ont été prises en main par le prince héritier Mohamed ben Salman.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Quand, pour imposer ses vues Mohamed ben Salman a fait procéder à des vagues d’arrestation aux fins de mettre hors d’état de nuire ceux qui pouvaient lui être hostiles, à l’automne 2017, et quand, dans ce contexte, al Waleed bin Talal a été arrêté puis a vu l’essentiel de sa fortune confisquée, Jamal Khashoggi s’est enfui, a rejoint les Etats-Unis et a pu y résider grâce à un contrat de travail au Washington Post, journal de gauche pas très regardant sur ceux qu’il recrute.

Qu’on présente sans cesse Jamal Khashoggi comme un dissident, et comme un journaliste du Washington Post est mensonger. Jamal Khashoggi n’était pas un dissident, mais un islamiste (très) radical, et il n’était journaliste au Washington Post qu’à temps partiel, tout en se livrant à des activités plus délétères. Dois-je ajouter que ses écrits passés montrent en outre qu’il était un antisémite virulent ?

Mohamed ben Salman a sans doute éliminé non pas un journaliste, mais un agent de déstabilisation islamiste.

La campagne contre Mohamed ben Salman comporte une part d’indignation légitime (l’élimination physique d’un opposant n’est pas une méthode démocratique, c’est le moins qu’on puisse dire), mais aussi une grande part d’indignation suspecte. S’indigner en ne disant pas qui était Jamal Khashoggi est suspect.

Ne pas évoquer le contexte géopolitique inhérent à tout cela est très suspect. Le sommet de Riyadh a enclenché la mise en place d’une alliance d’endiguement de l’Iran des mollahs, d’une réforme profonde de l’Arabie Saoudite, d’une mise à l’écart des courants islamistes par les pays du monde arabe sunnite, d’une marginalisation de la “cause palestinienne”, et d’un rapprochement entre les pays du monde arabe sunnite et Israël en vue d’avancer vers une paix régionale. Cette mise en place est au cœur de la doctrine Trump pour le Proche-Orient, comme je l’explique en détail dans Ce que veut Trump*. Ceux qui veulent se débarrasser de la doctrine Trump (et de Trump lui-même) ne veulent pas de cette mise en place, cela va de soi.

L’Arabie Saoudite est une monarchie absolue dans un monde musulman brutal, et Mohamed ben Salman sait que ses opposants sont prêts à tout pour le renverser et le tuer. Il gouverne d’une main de fer, comme un monarque absolu musulman.

C’est un allié du monde occidental : ce qui ne signifie pas qu’il va faire de l’Arabie Saoudite une démocratie à l’occidentale (et ce doit être dit : si la population saoudienne votait aujourd’hui, elle voterait sans doute pour des islamistes dangereux pour la sécurité du monde).

Donald Trump pourra envisager de procéder à des remontrances sévères de façon à rappeler que les décisions se prennent à Washington, qu’il est des choses qui ne se font pas, et que Mohamed ben Salman ne doit pas se croire tout permis. Donald Trump ne renoncera très vraisemblablement pas aux contrats de fourniture d’armement à l’Arabie Saoudite, et ne remettra très vraisemblablement pas en cause ce qui découle du sommet de Riyadh. Il sera poussé à faire davantage. Par ses ennemis. Et diabolisé un peu plus s’il ne fait pas davantage.

L’affaire semble en voie de résorption. Trump parle de l’action d’”éléments incontrôlables” au sein du consulat saoudien, ce qui est une façon d’exonérer l’Arabie Saoudite. Erdogan coopère avec le royaume saoudien, qui dispose de moyens de calmer les ardeurs d’Erdogan (l’économie turque dépend largement de l’argent saoudien). Trump avait commencé à sanctionner Erdogan, et Erdogan a relâché le pasteur Brunson et commencé à tenir un langage plus accommodant. Mike Pompeo a été envoyé à Riyadh pour régler les détails,

La résorption va venir peu à peu. Et c’est très bien ainsi.

L’alternative devrait être énoncée clairement.

Quelle est-elle ? La déstabilisation de l’Arabie Saoudite au profit des Frères Musulmans. Le maintien, voire le renforcement du régime des mollahs, qui sème la mort au Yémen, finance le Hamas, soutient résolument la “cause palestinienne” et les multiples crimes qui en découlent, ne cache pas ses intentions génocidaires vis-à-vis d’Israël. Une cassure des liens qui commencent à se tisser entre l’Arabie Saoudite et Israël.

Un islamiste (très) radical est sans doute mort, éliminé par un monarque absolu musulman (il se dit maintenant que le projet était d’enlever Jamal Khashoggi et de l’expédier à Riyadh, mais que l’opération a mal tourné). Combien d’articles sont-ils consacrés aux dizaines de journalistes qui sont simplement journalistes et qui sont emprisonnés arbitrairement dans les geôles turques ? Combien d’articles sont consacrés aux exécutions sommaires qui se déroulent par dizaines en Iran ? Combien d’articles incriminent les mollahs iraniens pour les ravages subis par la population du Yémen ? Combien d’articles incriminent les abjections commises par le Hamas à Gaza et en Israël depuis Gaza ?

Je connais les réponses. Ceux qui me lisent les connaissent aussi.

© Guy Millière pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Europe Israël qui reçoit une commission de 5%.

** Après la publication de cet article, l’Arabie saoudite, sous les pressions du président Trump, a commencé à reconnaître la responsabilité de la mort de , qui serait le fait d’une bavure.

http://www.europe-israel.org/2018/10/vrai-visage-du-journaliste-jamal-khashoggi-que-cachent-les-medias-francais-un-islamiste-tres-radical-proche-doussama-ben-laden-et-des-freres-musulmans/

Pavane pour une république (presque) défunte – par Patrice Gueniffey

MERCI MONSIEUR TANDONNET POUR CET EXCELLENT ARTICLE

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

En ces temps d’hystérie généralisée, je suis heureux de partager un texte superbe, inédit, de réflexion de fond sur la crise de la politique française, de M. Patrice Gueniffey, historien et auteur de nombreux ouvrages à succès, dont Napoléon et de Gaulle, Perrin 2017, deux héros Français

Depuis la Révolution française, toute notre histoire constitutionnelle et politique pourrait être résumée à une quête : celle du gouvernement qu’appelle la société démocratique issue de la Révolution française. Si celle-ci avait en effet inventé un nouveau type de société, elle avait échoué à lui donner un gouvernement.

Entre parlementarisme (quatre républiques et deux régimes monarchiques et parlementaires) et autoritarisme (deux empires), il aura fallu près de deux siècles pour trouver enfin, en 1958-1962, une solution pas très différente du régime auquel songeaient les hommes de 1789 : qui associe autorité et liberté, exécutif fort et droits du parlement, monarchie et république, la première…

Voir l’article original 4 475 mots de plus