Tout ce que fait l’OMS va à l’encontre des principes de la santé

Tout ce que fait l’OMS va à l’encontre des principes de la santé publique
Lundi 08 août 2022 par : Ethan Huff
Tags : autonomie corporelle, droits civils, Collusion, conspiration, COVID, covid-19, tromperie, liberté de santé, science de pacotille, censure médicale, liberté médicale, Tyrannie médicale, monkeypox, pandémie, Plandémie, Santé publique, principes de santé publique, fraude scientifique, traîtres, Organisation mondiale de la santé.

(Natural News) Abir Ballan a rédigé une thèse de 43 pages intitulée « The WHO Review and Why It Matters to You » qui expose l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme une organisation politique hautement corrompue qui pousse à la tyrannie au nom de la « santé publique ».

Publiée sur le site Web de Pandemics Data & Analytics (PANDA), la thèse remet directement en question la prétendue autorité de l’OMS en tant que leader de la santé publique mondiale. Elle révèle que presque rien de ce que fait l’OMS n’a de rapport avec la santé publique, car presque tout est dicté par des considérations politiques.

« Cette revue vous donne des informations clés pour vous aider à évaluer la candidature de l’OMS en tant qu’organisation de santé publique mondiale faisant autorité », a déclaré PANDA. « Il fournit des informations générales sur les principes de santé publique et de gestion des pandémies tels qu’ils ont été convenus précédemment par cette branche des Nations unies. »

« L’analyse PANDA vous permettra d’évaluer le bien-fondé de la réponse recommandée par l’OMS au [coronavirus de Wuhan] COVID-19 et à la variole du singe, et de déterminer dans quelle mesure l’OMS a suivi fidèlement ses propres recommandations élaborées précédemment. Il résume ensuite les hypothèses qui sous-tendent leurs recommandations relatives au COVID-19, puis les recommandations finales. »

L’OMS est censée protéger la liberté médicale et soutenir l’autonomie corporelle individuelle.
L’OMS est censée suivre les dix principes de santé publique énoncés dans ses politiques officielles lorsqu’elle est confrontée à une urgence de santé publique. Au lieu de cela, le bras armé des Nations Unies les a tous supprimés à l’arrivée de COVID-19.

Brighteon.TV
Le premier principe, qui traite de la dignité humaine et des libertés individuelles, n’a pratiquement pas été respecté, l’OMS soutenant les fermetures d’entreprises, les masques et autres formes de fascisme médical. (Voir aussi : L’OMS a également été impliquée dans la construction et la diffusion possibles de l’arme biologique du coronavirus).

Le deuxième principe traite de la santé de manière holistique, en abordant non seulement le bien-être physique mais aussi mental, spirituel et social. L’OMS a-t-elle tenu compte de l’un ou l’autre de ces éléments lorsqu’elle a entériné plus de deux ans d’enfer pandémique absolu ?

La troisième – et celle-ci est vraiment importante – concerne le droit à l’autonomie corporelle. En substance, l’OMS est censée respecter le droit de chaque individu à choisir son propre chemin vers la santé – ce qui signifie aucun mandat, point final.

Quatrièmement, l’OMS est censée ne soutenir que les interventions sanitaires qu’une personne choisit individuellement. S’appuyant sur le troisième principe, le quatrième souligne une fois de plus que la souveraineté et la liberté individuelle doivent être défendues à tout prix.

« Les professionnels de la santé doivent obtenir le consentement éclairé et volontaire des individus avant toute intervention médicale », peut-on lire dans le cinquième point. « Les informations inexactes, les manipulations psychologiques et toute forme de coercition rendent le consentement invalide. »

Le sixième point traite de la confidentialité des informations médicales. Par exemple, personne d’autre n’a le droit de connaître votre statut vaccinal, car cela ne les regarde pas.

Les quatre derniers principes traitent de l’évaluation minutieuse des besoins d’une communauté en fonction de la menace présumée ; de l’examen des implications à long terme de toute nouvelle politique de santé ; de l’utilisation de l’apport des individus et des communautés dans l’élaboration de ces politiques ; et de l’élaboration de politiques fondées sur la vérité plutôt que sur la politique.

L’OMS a-t-elle suivi l’une de ces directives tout au long de la plandémie ? La réponse est non. Et la santé publique ne s’en porte pas mieux pour autant.

« Les règles ont changé », a écrit quelqu’un à Exposé News. « Il s’agit de dépopulation, de stérilisation et de contrôle autoritaire. L’élite sait que le système financier va s’effondrer et ne va pas avoir des hordes en colère qui prennent leurs gains mal acquis. »

« Nous serons réduits et affamés jusqu’à la soumission. La législation sur les droits de l’homme a servi son objectif à l’époque, mais elle ne vaut pas le papier sur lequel elle est écrite. Un génocide mondial nous attend… Continuez à croire les médias à propos du COVID, de l’Ukraine, de la variole du singe, de la variole et du COVID à vos risques et périls – tout cela fait partie de la campagne de peur pour garder les masses ignorantes sous contrôle. »

Les dernières nouvelles relatives aux pandémies sont disponibles sur le site Pandemic.news.

Les sources de cet article comprennent :

Expose-News.com

NaturalNews.com

https://www.naturalnews.com/2022-08-08-everything-who-against-principles-public-health-review.html

Un commentaire sur « Tout ce que fait l’OMS va à l’encontre des principes de la santé »

  1. Il n’y a plus rien de vrai dans ce monde politique de corruption !

    De fait, le gouvernement du Québec a falsifié mon diagnostic médical afin d’éviter de m’indemniser pour un accident de travail, ce crime m’a rendu invalide à vie il y a 29 ans. Parce que je dénonce publiquement cette criminalité, le bandit Simon Jolin-Barrette, pseudo ministre de la justice du Québec au sein du parti politique le plus corrompu au monde, la CAQ me poursuit pour harcèlement criminel parce que je dénonce ses crimes et fraudes.

    Pourtant ce crime d’État a été rendu public en 1996 à l’Émission Enjeux de Radio-Canada ou mon médecin confirme à la caméra que le fonctionnaire Robert Boulerice a effectivement commis un acte criminel en falsifiant mon diagnostic médical.

    Le gouvernement du Québec est un gouvernement criminel et corrompu qui oppresse ses citoyens s’ils se plaignent d’un crime de torture … la prostitution c’est ça au Québec, le royaume de la collusion, de la corruption et de la criminalité. Bravo au bandit Me Simon Jolin-Barrette, un avocat criminel et corrompu nommé ministre de la justice …. ce bandit est un minable criminel corrompu membre en règle du crime organisé de la CAQ.

    Voici une vidéo de la Société Radio-Canada ou mon médecin traitant confirme que mon diagnostic médical fut effectivement falsifié par le bandit Robert Boulerice. Au Québec les juges sont des prostitués au service du crime organisé des bandits Justin Trudeau et François Legault avec la collusion des bandits de la Sûreté du Québec la police la plus corrompue au monde entier.

    Écoutez mon médecin confirmer à la caméra de Radio-Canada la falsification de son diagnostic médical par le fonctionnaire responsable de mon dossier (Robert Boulerice):

    Le ministre de la justice du Québec, Simon Jolin-Barrette est une pute du crime organisé de l’État bandit du Québec !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.