Sur Twitter, après la publication du message de M. Trump, les dirigeants républicains ont condamné le raid présumé, plusieurs avertissant qu’une telle mesure pourrait créer un dangereux précédent, tandis que d’autres ont accusé l’administration Biden d’utiliser le ministère de la justice à des fins politiques.

Pompeo et DeSantis répondent à la descente du FBI au domicile de Trump à Mar-a-Lago.
Par Katabella Roberts Le 9 août 2022 Mise à jour : August 9, 2022biggersmaller Print

L’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo et d’autres dirigeants du GOP ont réagi à la perquisition du FBI dans la maison du 45e président à Mar-a-Lago, en Floride, après que l’ancien président Donald Trump ait déclaré qu’elle était  » actuellement assiégée, perquisitionnée et occupée  » le 8 août.

Dans un message publié sur son application de médias sociaux, Truth Social, Donald Trump a déclaré que « les temps sont durs pour notre nation ».

« Après avoir travaillé et coopéré avec les agences gouvernementales concernées, cette descente inopinée à mon domicile n’était ni nécessaire ni appropriée », a-t-il ajouté.

Sur Twitter, après la publication du message de M. Trump, les dirigeants républicains ont condamné le raid présumé, plusieurs avertissant qu’une telle mesure pourrait créer un dangereux précédent, tandis que d’autres ont accusé l’administration Biden d’utiliser le ministère de la justice à des fins politiques.

M. Pompeo, l’ancien secrétaire d’État sous Trump, a déclaré que l’exécution d’un mandat contre un ancien président des États-Unis était un précédent « dangereux » à établir.

« L’apparente instrumentalisation politique du DOJ/FBI est honteuse. L’AG doit expliquer pourquoi 250 ans de pratique ont été bouleversés par ce raid », a écrit M. Pompeo. « J’ai servi dans la commission Benghazi où nous avons prouvé qu’Hilliary (sic) possédait des informations classifiées. Nous n’avons pas fait de descente chez elle. »

La perquisition est très probablement liée à une enquête concernant la gestion des documents officiels par M. Trump. Son avocate, Christina Bobb, a confirmé à CNN lundi soir que le FBI avait saisi des documents lors de sa perquisition à son domicile de Mar-a-Lago.

Le FBI est dirigé par Christopher Wray, qui a été nommé par Trump.

République bananière
Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré que la perquisition au domicile de Trump représente « une autre escalade dans l’armement des agences fédérales contre les opposants politiques du Régime », tout en notant que des personnes comme le fils du président Joe Biden, Hunter Biden, « sont traitées avec des gants de soie. »

Hunter Biden fait actuellement l’objet d’une enquête fédérale pour fraude fiscale présumée, délits de lobbying et blanchiment d’argent dans une enquête remontant à 2018 déjà.

« Maintenant, le régime obtient 87k agents IRS supplémentaires à brandir contre ses adversaires ? République bananière », a déclaré DeSantis.

Ailleurs, le sénateur Lindsey Graham (R-S.C.) a noté sur Twitter que les élections de mi-mandat ne sont pas loin. Trump a laissé entendre qu’il se représentera à la présidence en 2024, et a taquiné la semaine dernière qu’il pourrait faire une annonce officielle bientôt, soit avant ou après les élections de novembre.

« Le temps nous le dira concernant cette enquête la plus récente. Cependant, lancer une telle enquête sur un ancien président si près d’une élection est plus que problématique », a écrit Graham.

Lire la suite
La famille Trump réagit à la descente du FBI au Mar-a-Lago de Trump
La sénatrice Marsha Blackburn (R-Tenn.) s’est demandée pourquoi le FBI avait refusé de faire une descente dans les maisons des administrations précédentes, notamment celles des Clinton et d’Obama.

« Bill et Hillary Clinton ont pris des meubles d’une valeur de 28 000 dollars à la Maison-Blanche. Obama a violé le Presidential Records Act. Pourquoi le FBI n’a-t-il pas fait de descente chez eux ? C’est une chasse aux sorcières politique pour faire tomber le président Trump », a déclaré le législateur GOP.

Kevin McCarthy, le chef de la minorité républicaine à la Chambre, a déclaré dans un communiqué que le ministère de la Justice avait atteint « un état intolérable de politisation armée » et a promis que, lorsque les républicains reprendront la Chambre, ils « mèneront une surveillance immédiate du ministère, suivront les faits et ne négligeront aucune piste ».

« Procureur général Garland : conservez vos documents et libérez votre agenda », a-t-il ajouté.

Commencez par l’ordinateur portable de Hunter Biden ».
Le député Barry Loudermilk (R-Ga.) a également déclaré sur Twitter que la descente du FBI au domicile de Trump était « sans précédent et très préoccupante », et que « si le FBI cherche des informations classifiées ou des preuves compromettantes, il devrait commencer par l’ordinateur portable de Hunter Biden. » Il a ajouté le hashtag « #Demdoublestandard ».

Pendant ce temps, Ronna McDaniel, présidente du comité national républicain, a déclaré : « Le pouvoir absolu corrompt absolument. D’innombrables fois, nous avons des exemples de démocrates qui bafouent la loi et abusent du pouvoir sans aucun recours. »

« Les démocrates ne cessent d’armer la bureaucratie contre les républicains. Ce raid est scandaleux. Cet abus de pouvoir doit cesser et la seule façon d’y parvenir est d’élire des républicains en novembre », a ajouté Mme McDaniel.

Le FBI a refusé de commenter le raid présumé auprès de The Epoch Times.

Alors que les législateurs du GOP ont condamné la démarche, le Lincoln Project, un PAC anti-Trump, a allégué dans une déclaration que le raid est un « signe positif que Donald Trump peut être traduit en justice pour la myriade d’infractions criminelles commises par lui et sa famille pendant qu’il était président. »

« Jamais auparavant le domicile d’un ancien président n’avait été perquisitionné dans le cadre d’une enquête criminelle. Bien que ce mandat de perquisition concerne apparemment la mauvaise manipulation de matériel classifié, il s’agit d’un crime grave qui doit faire l’objet d’une enquête approfondie », a déclaré le groupe, ajoutant que le raid est la « première étape pour les forces de l’ordre, ou le Congrès, de tenir Donald Trump responsable de l’orchestration d’une conspiration pour rester au pouvoir qui a abouti à l’attaque du 6 janvier sur la capitale de notre nation. »

M. Trump a exprimé sa colère à l’égard de cette décision, affirmant dans sa déclaration de lundi qu’elle s’inscrivait dans le cadre de la « persécution politique » qui le vise depuis des années « avec l’arnaque de la Russie, de la Russie, de la Russie, le canular de l’impeachment n° 1, le canular de l’impeachment n° 2 et bien d’autres choses encore, qui ne s’arrêtent jamais. C’est du ciblage politique au plus haut niveau ! » a-t-il écrit.

« Une telle agression ne pourrait avoir lieu que dans des pays du tiers-monde en ruine », a-t-il ajouté. « Malheureusement, l’Amérique est maintenant devenue l’un de ces pays, corrompu à un niveau jamais vu auparavant ».

https://www.theepochtimes.com/pompeo-desantis-respond-to-fbi-raid-at-trumps-mar-a-largo-home_4651959.html

traduit par ANNE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.