Les pitres anglais et français planifient la contre-révolution sociale

Les pitres anglais et français planifient la contre-révolution sociale

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdf
image_print

Face à la propagande déversée jour après jour, se confirme le sentiment d’être la proie d’une secte, avec des « maitres » dérisoires qui prétendent faire vivre leurs citoyens dans une réalité parallèle psalmodiée par des chaines de désinformation en continu. Prenons l’annonce, hier 9 août 2022, de la volonté de Macron et de Johnson de mener ensemble le soutien armé à l’Ukraine, le caractère désormais acquis que nous envoyons armes, conseillers et que tout est permis sans que jamais le citoyen français n’ait été consulté, et ce au nom de la démocratie. Ces deux pitres nous infligent ce déni de respect de nos droits sur un mode primesautier, gamin, ils vantent leur camaraderie de bons copains, leur complicité de morveux se croyant tout permis. Leur protégé, Zelensky, dont on découvre les turpitudes, de fait pour tenter sauver sa peau et sa fortune mal acquise, semble déterminé à créer un incident nucléaire, alors que sa vénalité est démontrée grâce à die Welt, que le mythe s’effondre. Ce type sur lequel les illusions tombent, comme d’ailleurs sur Johnson et Macron, exige que l’UE refuse des visas aux Russes y compris ceux qui ont quitté leur pays à cause de leur désaccord avec la guerre. Son épouse papote sur son shopping avec Brigitte Macron. Tous ces gens illustrent la décadence des « puissants », l’impunité de leurs discours entre-soi est puéril et d’autant plus effrayant pour nous et pour eux parce que le Zelensky risque fort de mourir assassiné quand on a trouvé une autre marionnette, il le sait d’où la peur et l’excès. Le fond ce que cache le fonctionnement en secte, c’est que ces pitres, qui ruinent des pays entiers et d’abord le leur, sont en train de nous imposer à tous une contre-révolution sociale : la Banque d’Angleterre la planifie montre cet article et cette exhibition de camaraderie au sommet ne dit rien d’autre que leur volonté d’aller jusqu’au bout. La réalité de la France, hors secte médiatique est là : Sur le 1er trimestre 2022, le revenu réel des Français a diminué de 1,9%. Il s’agit de la baisse la plus importante observée parmi les 38 pays de l’OCDE. Et ce, alors que l’inflation y est moins forte que dans les autres pays de la zone EU… Voilà ce que masquent les délires de « bonne camaraderie » de ces dirigeants, minoritaires, déconsidérés, arrogants tandis que les plateaux de télévision nous offrent des spécialistes improbables venus nous inventer des fables pour cautionner leur opération. C’est un spectacle planétaire à l’indécence encore plus affichée que le défilé de mode en plein désert, le gâchis est de même essence mais beaucoup plus lourd. Danielle Bleitrach

***

par Chris Marsdenil.

La Banque d’Angleterre (BoE) a augmenté ses taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage à 1,75, la plus forte hausse en 27 ans. Elle l’a fait alors que le Royaume-Uni est sur le point d’entrer dans une longue période de récession et fera grimper le chômage et les difficultés sociales pour des millions de personnes.

Le Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque d’Angleterre a annoncé sa décision vendredi. La hausse des taux fait partie des mesures agressives des principales banques centrales du monde, entraînées par la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne, pour « écraser » les demandes de salaires plus élevés sur fond de la plus grande crise du coût de la vie depuis les années 1930.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, attablé lors de la conférence de presse sur le rapport sur la stabilité financière de la Banque d’Angleterre, à la Banque d’Angleterre, à Londres, le jeudi 4 août 2022. La Banque d’Angleterre a déclaré que l’économie du Royaume-Uni devrait entrer en récession au cours des trois derniers mois de l’année. La banque a déclaré jeudi que l’inflation s’accélérerait pour atteindre plus de 13 pour cent au quatrième trimestre et resterait « très élevée » pendant une grande partie de 2023.

Dans son communiqué publié vendredi, la BoE a déclaré que l’inflation s’était « considérablement intensifiée » depuis son rapport sur la politique monétaire de mai et la réunion précédente du MPC, affirmant que « cela reflète en grande partie un quasi-doublement des prix de gros du gaz depuis mai, en raison de la restriction de l’approvisionnement en gaz par la Russie à l’Europe et le risque de nouvelles limitations ».

Elle a prédit que l’inflation de l’indice des prix à la consommation (IPC) atteindrait plus de 13 pour cent d’ici octobre et « resterait à des niveaux très élevés pendant une grande partie de 2023 », principalement en raison de la levée des plafonds des prix de l’énergie. Les factures de l’énergie domestiques devraient augmenter de 65 pour cent supplémentaires en octobre et à nouveau en janvier.

La BoE a clairement indiqué que sa principale préoccupation était de contenir les revendications de salaires plus élevés. Les gouverneurs se sont plaints que les postes vacants étaient à des « niveaux historiquement élevés » avec un chômage à seulement 3,8 pour cent. Ceci, combiné à des pénuries de main-d’œuvre dans des secteurs clés, encourageait une forte « croissance des salaires nominaux sous-jacents » et une large « augmentation de salaires récemment négociée ».

Malgré des salaires loin derrière l’inflation, la BoE a tiré la sonnette d’alarme sur une croissance de 5% des salaires du secteur privé contre 3,5% avant la pandémie. Elle a averti que les salaires du secteur public devraient augmenter de 4%, contre 1,8% au cours des trois mois précédant mai.

De manière significative, l’enquête de la BoE auprès des employeurs « a suggéré que les entreprises s’attendaient à augmenter les salaires d’environ 6% lors des négociations au cours des douze prochains mois », moins de la moitié du taux actuel de la mesure de l’inflation du RPI (l’indice des prix à la consommation), mais suffisante pour chiffonner la BoE.

La banque a expliqué que « la pression sur la croissance des salaires » ne peut être combattue que par des politiques de récession, notamment par une augmentation du chômage d’au moins 600 000 l’année prochaine.

Les gouverneurs de la banque ont décrit les risques pour l’économie liés aux « chocs » externes et nationaux comme « exceptionnellement importants ».

En augmentant les taux d’intérêt, la BoE applique les diktats des marchés financiers, des conseils d’administration des entreprises et des banques en réponse à une vague croissante de mouvements sociaux et grèves sauvages qui menace de faire boule de neige. Ses déclarations économiques soi-disant impartiales sont un programme de guerre de classe.

La classe ouvrière va être forcée de payer pour une crise inflationniste mondiale déclenchée par : 1) des milliers de milliards de livres de renflouement des entreprises et des finances par les banques centrales pendant la pandémie, 2) la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie qui a conduit à des hausses des prix du carburant et des matières premières, et 3) le mercantilisme sans précédent de l’oligarchie financière qui a gonflé les prix des actifs mondiaux dans le monde entier.

L’élite dirigeante a l’intention d’imposer la plus forte augmentation jamais enregistrée des dépenses de défense pour faire la guerre à la Russie et à la Chine via un assaut frontal contre la classe ouvrière.

Son durcissement de la politique monétaire est avant tout une réponse à l’éruption de grèves impliquant des centaines de milliers de travailleurs après des décennies de répression de la lutte des classes.

Des grèves des travailleurs des chemins de fer, des postes et des télécommunications britanniques et des bus ont déjà eu lieu, et cette semaine a vu des grèves sauvages au sujet des salaires dans trois entrepôts d’Amazon et une entreprise de fabrication de produits alimentaires. La classe dirigeante craint que ce mouvement ne se propage, dans un contexte où des infirmières, des médecins, des enseignants, des pompiers, des conférenciers, des fonctionnaires, des avocats et des travailleurs des collectivités sont déterminés à faire grève après s’être vu offrir des augmentations de salaire d’à peine 2% qui pousseront des millions de personnes à bout.

L’objectif de la Banque est de contrer cette vague croissante de militantisme en forçant les travailleurs désespérés à accepter de nouvelles réductions de salaire brutales ou à faire face au chômage de masse et à la ruine financière.

Alors que les revendications salariales des travailleurs sont accusées d’être à l’origine de l’inflation, la véritable cause est une augmentation vertigineuse des bénéfices des sociétés. Au milieu de la pandémie et de la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie, les bénéfices extrêmes sont responsables d’environ 60% de l’augmentation de l’inflation.

Des bénéfices records de près de 50 milliards de livres sterling ont été annoncés par les cinq plus grandes compagnies pétrolières mondiales, dont 6,9 milliards de livres sterling pour BP entre avril et juin et 11,5 milliards de dollars pour Shell. Un rapport de juin 2022 du syndicat Unite note que les 350 principales entreprises cotées à la Bourse de Londres ont vu leurs bénéfices bondir de 73% en 2021 par rapport à l’année précédant la pandémie. Les bénéfices des entreprises à l’échelle du Royaume-Uni ont bondi de 11,74% au cours des six mois d’octobre 2021 à mars 2022.

À l’autre bout de l’échelle, les salaires moyens ne restent pas plus élevés aujourd’hui qu’ils ne l’étaient avant la crise financière de 2008, soit une perte de 9200 £ par an. En conséquence, l’inflation galopante signifie que plus de deux millions de foyers se retrouvent sans « chauffage et rien à manger », selon la Fondation Joseph Rowntree, et sept millions de familles vivent une « année effrayante de peur financière ».

Les ménages à faible revenu ont emprunté 12,5 milliards de livres sterling de nouvelle dette en 2022, dont 3,5 milliards de livres sterling auprès de prêteurs à domicile et d’usuriers. Maintenant, ils seront harcelés pour des remboursements de prêts plus élevés. La hausse des taux d’intérêt se répercutera également sur les remboursements de prêts immobiliers. Avec des prix moyens des maisons déjà neuf fois supérieurs au revenu annuel moyen, des millions de personnes seront en faillite.

La moitié des familles ont des épargnes inférieures à un mois de revenu et plus de 1,3 million de ménages n’ont aucune épargne. Alors que les factures d’énergie au Royaume-Uni vont doubler pour atteindre près de 4000 £ cet hiver, parallèlement à la flambée des prix des denrées alimentaires, le nombre de familles sans épargne atteindra 5,3 millions. Pour 1,2 million de familles, les frais alimentaires et énergétiques dépasseront à eux seuls leurs revenus disponibles.

Dans cette situation explosive, la classe dirigeante s’est appuyée sur les syndicats pour imposer de fait des réductions de salaire en isolant et en réprimant les grèves et en acceptant des accords salariaux à rabais. Cela a entraîné une baisse des salaires réels de 3,7% au cours des trois mois précédant la fin mai.

Mais cela ne peut pas continuer. Une colère sociale massive menace d’éclater hors du contrôle des syndicats.

L’augmentation des taux d’intérêt n’est qu’un aspect de l’offensive de la classe dirigeante. Le gouvernement conservateur utilise sa course à la direction du parti pour façonner le programme politique le plus à droite depuis les années 1930 et introduire une panoplie de mesures répressives contre le droit de grève et de manifestation.

Le rôle du Parti travailliste est essentiel dans l’application de ce programme. Son chef, sir Keir Starmer, dénonce « l’économie de l’arbre monétaire magique » presque aussi souvent qu’il condamne les grèves. S’adressant à la BBC Radio Merseyside, il a déclaré que le Parti travailliste était « très clair que nous soutenons inébranlablement l’OTAN, étant très clair que nous sommes résolument pro-entreprises, nous travaillons avec les entreprises ».

La bataille à laquelle est confrontée la classe ouvrière n’est pas simplement contre l’un ou l’autre employeur mais contre l’ensemble de la classe capitaliste, son État et ses partis.

Pour vaincre cette conspiration de la classe dirigeante, les travailleurs doivent combiner une offensive sociale menée indépendamment de la bureaucratie syndicale par la formation de comités de base sur chaque lieu de travail, dans une lutte politique dirigée contre les partis de la grande entreprise.

Le Parti de l’égalité socialiste exige des élections générales immédiates pour démasquer et vaincre les plans impitoyables des conservateurs et des travaillistes et faire avancer la lutte pour une véritable alternative socialiste à l’austérité, à la pandémie en cours et au danger grandissant de guerre mondiale.

source : Histoire et Société

Un commentaire sur « Les pitres anglais et français planifient la contre-révolution sociale »

  1. la contre-révolution sociale est planifiée depuislongtemps Miitterand en était déjà. On SAIT MAINTENANT queson « union de la gauche » de 1981 avaait pour BUT 1de »tuer » lePCF,puis le PSet l’idée de socialisme dans son ensemble ! et les syndicats, et faire renoncer le peuple à toute combativité, c’était en fait l’arivée au pouvoirdesarrivistesauxdentslongues de la ourgeoisie »bobos « (je lesai vu ! ils on unementalité teigneuse encoreplus infecteque cellede la droite traditionnelle ! ce ne sont pas du tout des gens degauche, ils méprisent lepeuple et lestravailleurs !!)
    Le fameux « Tournant de laRigueur de 1983 était PLANIFIE et PREPAREà lavance désavant livictorede 81
    https://www.frustrationmagazine.fr/choix-du-chomage-1/https://www.frustrationmagazine.fr/choix-du-chomage-1/https://www.frustrationmagazine.fr/choix-du-chomage-1/

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.