RAID CHEZ LE Président TRUMP C’est mal parti. Trump n’est pas seulement un ancien président. Il envisage activement de se présenter à nouveau à ce poste, une revanche contre l’homme qui dirige actuellement la branche exécutive du gouvernement fédéral, à qui ces agents doivent rendre des comptes.

Soit les murs se referment, soit les longs couteaux sont sortis. Votre réaction à la descente du FBI dans la résidence de Floride de l’ancien président Donald Trump à Mar-a-Lago – rapidement suivie par l’accès à ses déclarations d’impôts accordé à la Chambre des représentants – dépend de votre opinion sur l’homme orange.

En conséquence, soit vous pensez que Trump est persécuté. Ou bien vous pensez qu’il a évité les conséquences d’une myriade d’infractions allant de ses transactions commerciales au 6 janvier et qu’il a finalement obtenu ce qu’il méritait.

Ce que vous ne pouvez pas contester, c’est que c’est sans précédent. Un tel raid sur un ancien président – annoncé par Trump lui-même avec peu de commentaires officiels du gouvernement fédéral – est un territoire inexploré pour les États-Unis.

Le FBI et le ministère de la Justice n’ont pratiquement rien dit un jour plus tard. La Maison-Blanche n’en a pas dit plus, niant que le président Joe Biden ait été informé à l’avance. « Ce que je peux vous dire de manière définitive et certaine, c’est qu’il n’était pas au courant. Personne à la Maison Blanche ne l’était. Personne n’a été prévenu, et nous n’étions pas au courant de ce qui s’est passé hier », a affirmé Karine Jean-Pierre, attachée de presse de Joe Biden, sans toutefois préciser si le président avait parlé au procureur général Merrick Garland mardi.

C’est mal parti. Trump n’est pas seulement un ancien président. Il envisage activement de se présenter à nouveau à ce poste, une revanche contre l’homme qui dirige actuellement la branche exécutive du gouvernement fédéral, à qui ces agents doivent rendre des comptes. Le peu que nous savons sur la recherche suggère qu’elle est distincte de l’enquête du 6 janvier. On peut dire que le FBI a mal géré toutes les enquêtes liées aux élections qu’il a menées depuis le scandale des emails d’Hillary Clinton, y compris les origines de l’enquête Trump-Russie.

Peu de conservateurs de ce côté-ci de Liz Cheney font confiance à ce processus. Beaucoup pensent que ce traitement de Trump est du théâtre politique. Certains espèrent ouvertement que toute découverte sera utilisée pour disqualifier Trump de toute future fonction élective.

« Nous sommes à 100 jours des élections de mi-mandat. Le président Trump va probablement se représenter en 2024 », a tweeté le sénateur Lindsey Graham. « Personne n’est au-dessus de la loi. La loi doit être au-dessus de la politique. » Les républicains de la commission judiciaire de la Chambre des représentants ont posté : « S’ils peuvent le faire à un ancien président, imaginez ce qu’ils peuvent vous faire. »

En effet, la nouvelle intervient alors qu’il est prévu d’embaucher 87 000 agents supplémentaires de l’IRS grâce au nouveau projet de loi de dépenses des démocrates.

Contenu sponsorisé
Mais le gouvernement fédéral, sous la direction de Biden, n’a rien fait pour apaiser les inquiétudes du public quant au bien-fondé de cette enquête de Trump. La Maison Blanche a même refusé de qualifier l’ancien président de rival politique, malgré la préférence déclarée de Biden pour se présenter à nouveau contre Trump en 2024 et leurs mentions de plus en plus fréquentes de leur adversaire républicain de 2020.

« Lors de la prochaine élection, j’aurais beaucoup de chance si ce même homme se présentait contre moi », a déclaré Biden dans une interview plus tôt cette année.

Pourtant, de nombreux autres démocrates décrivent Trump comme une menace existentielle pour la démocratie américaine, ne méritant pas le bénéfice du doute. Le parti a perdu contre lui dans un renversement stupéfiant en 2016. Ils sont passés à 43 000 voix dans trois États du champ de bataille avant de perdre une deuxième fois face à Trump, dans une condition politique diminuée pendant la pandémie. Les sondages suggèrent que les démocrates pourraient perdre à nouveau contre Trump avec Biden comme candidat en 2024.

Les personnes offensées par les propos de « lock her up » et de Hunter Biden – deux individus qui ont finalement fait l’objet d’une enquête par les autorités sans liens avec Trump – peuvent avoir leurs propres motivations pour vouloir voir l’homme orange dans une combinaison orange en ce moment.

Il ne s’agit pas de nier que l’enquête pourrait être tout à fait appropriée. Mais la sensibilité et le climat de polarisation politique exigent une transparence totale. Cela n’a pas été le cas, bien qu’il faille noter que Trump aurait pu publier le mandat de perquisition lui-même et ne l’a pas fait.

Le FBI, le ministère de la Justice et la plupart des autres institutions nationales n’ont plus la crédibilité qu’ils avaient autrefois et ne seront peut-être pas en mesure de convaincre de larges pans du pays même s’il existe des preuves solides contre Trump. Mais leur silence actuel est définitivement contre-productif.

Traiter un ancien président de cette manière pour un conflit d’archives, même si Trump s’avère être dans l’erreur, pourrait avoir de terribles conséquences inattendues à l’avenir.

Espérons que ceux qui prétendent vouloir protéger le pays d’une répétition du 6 janvier ou d’autres excès de Trump ont bien réfléchi à tout cela.

Rédacteur collaborateur de 19FortyFive, James Antle III est le rédacteur politique du Washington Examiner. Il était auparavant rédacteur en chef du Daily Caller, rédacteur en chef adjoint de l’American Spectator et rédacteur principal de l’American Conservative. Il est l’auteur de Devouring Freedom : Can Big Government Ever Be Stopped ?

TRADUIT PAR ANNE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.