La Russie donne des leçons de souveraineté au monde entier

La Russie donne des leçons de souveraineté au monde entier

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdf
image_print

Un texte russe traduit par Marianne et qui effectivement pose une question essentielle : comment peut-on « gagner » la paix dans la guerre ? Il y a ce qui a nécessité la guerre et qui doit être réglé, à tort ou à raison les Russes ont estimé que l’occident avait perdu la mémoire de la râclée infligée au bellicisme hitlérien, une piqure de rappel s’imposait. Cette guerre apparait de plus en plus au niveau des opérations comme une affaire de spécialistes qui « font » leur job : broyer la machine de guerre otano-ukrainienne, systématiquement, ce sont des « professionnels ». Mais tandis que l’opération s’installe dans la durée la vie reprend ses droits dans la contrainte au quotidien des échos de la guerre et alors il s’agit de gagner la paix et c’est là suggère le texte que l’intervention populaire multiforme prend tout son sens. Il me semble que ce débat russe nous concerne également. Danielle Bleitrach

***

par Igor Karaulov.

« Tout dans le monde doit arriver lentement et de manière incorrecte », a écrit Venedikt Yerofeyev. L’opération militaire spéciale en Ukraine ne s’y conforme qu’à moitié. Elle se développe lentement, progressivement, étape par étape, mais c’est cette tactique qui s’avère correcte. Au début, beaucoup étaient agacés par cette lenteur et voulaient tourner au plus vite cette page dramatique de l’histoire, mais aujourd’hui la société a tempéré son impatience et fait confiance aux professionnels.

Les professionnels disent qu’il faut épargner les gens, et vous les croyez, car leur opinion se fonde sur le principe le plus important que tout le monde reconnaît : il n’y a rien de plus précieux que la vie humaine. L’accent est mis sur le professionnalisme, pas sur la mobilisation populaire, pas sur l’impulsion et l’enthousiasme de masse. Ce choix de principe des dirigeants russes se reflète également la place de l’OSU (Opération spéciale en Ukraine) dans le domaine de l’information : au fil du temps, ce sujet est de plus en plus perçu comme « spécialisé ». Il faut comprendre par là qu’il y a des personnes spéciales qui travaillent en première ligne, et bien que leur profession soit très dangereuse, cela reste une profession, et elle se caractérise par une certaine technologie, dont les subtilités ne doivent pas être abordées par un non-spécialiste. Il n’est pas surprenant que l’intérêt pour l’OSU soit en baisse. Par exemple, selon la société Medialogia, au cours de la première quinzaine de mai, les Russes ont mentionné l’opération spéciale dans les réseaux sociaux deux fois moins souvent qu’en mars ; à l’heure actuelle, il est probable que cette tendance se poursuive.

Une analogie pourrait être établie avec, par exemple, l’aviation civile. Ce secteur comporte également un certain risque. Il y a de temps en temps des accidents d’avion très médiatisés, mais ce n’est pas une raison pour que nous surveillions le décollage et l’atterrissage de chaque vol. De même, une personne ordinaire ne peut pas suivre en permanence la carte des opérations de combat dans le Donbass, garder à l’esprit les noms de nombreuses petites villes et villages, ni saisir le sens de la terminologie utilisée dans les rapports de l’armée : « contrôle du feu », « encerclement opérationnel », « nettoyage », etc. Se surcharger la tête de tous ces détails revient souvent à se tromper soi-même, car les sources d’information laissent souvent place à des inexactitudes et à des contradictions. Bien sûr, les changements majeurs sur les fronts, les victoires militaires et les tragédies humanitaires continueront à attirer l’attention, mais le flux quotidien d’informations n’apporte rien au lecteur et au téléspectateur.

Dans les premiers jours et les premières semaines de l’OSU, la manière dont nous allions vivre notre vie n’était pas du tout claire. Ces formidables changements ont éclipsé nos propres vies, dans lesquelles beaucoup connaissaient également des difficultés soudaines et imprévues. Mais les nouvelles de la guerre sont en quelque sorte un anesthésiant. Au milieu des frappes de missiles, des destructions, des flots de réfugiés, les affaires personnelles semblent moins importantes, et les problèmes pacifiques que le pays vivait avant le 24 février semblaient trop terre à terre.

Mais maintenant que la dynamique de l’OSU s’est stabilisée, l’attention des gens va inévitablement se porter sur la vie interne du pays. Et là, nous devrons nous rendre compte que le front de la paix est tout aussi important, sinon plus, que le front militaire. En effet, l’opération spéciale n’est qu’une partie de notre confrontation avec l’Occident. La partie qui est la plus dramatique, mais aussi la plus compréhensible, la plus conventionnelle. La situation est beaucoup moins claire en ce qui concerne le front de la paix. On a dit de l’URSS qu’elle avait gagné la guerre mais perdu la paix. Aujourd’hui, la tâche qui nous attend est de commencer à gagner la paix sans attendre la fin des hostilités. Le temps n’est pas moins important ici que sur le front.

Il reste encore un long chemin à parcourir avant la fin de l’OSU, mais son récit est presque épuisé. L’armée russe a encore quelques territoires à libérer, quelques villes à prendre, mais d’un point de vue conceptuel, tout a été dit. Et ce n’est pas un hasard si tous les dirigeants russes, y compris le président Poutine lors du récent SPIEF, lorsqu’ils sont interrogés sur l’OSU, ont fondamentalement la même réponse : tous les objectifs seront atteints. Que peut-on encore ajouter ? Vous pouvez voir que les gens travaillent. Il n’y aura rien de fondamentalement nouveau, il y aura un « broyage » méthodique (l’un des principaux mots de la saison) de la machine militaire OTAN-Ukraine.

Bien entendu, les experts militaires du monde entier suivent le déroulement de l’OSU, car de nouvelles approches de la guerre moderne voient le jour dans cette opération. Mais le monde entier me semble observer davantage notre front de paix. Que va proposer la Russie ? Comment va-t-elle s’en sortir cette fois-ci ? Quelles nouvelles technologies sociales et économiques offrira-t-elle ? Et c’est précisément là que commence l’histoire la plus intéressante, que s’ouvrent les possibilités créatives les plus excitantes. En quatre mois, la Russie a réussi à montrer qu’elle a survécu aux sanctions les plus sévères de l’histoire. Mais ce n’est pas suffisant. Après tout, l’Iran, un pays qui n’est pas petit, mais qui nous est encore bien inférieur en termes de potentiel, avait réussi avant nous. Maintenant, nous devons montrer que nous pouvons nous développer sous ces pressions.

En défiant l’hégémonie mondiale, la Russie a fait un pari énorme pour l’avenir : enseigner au monde la souveraineté. Il ne s’agit pas de dire que cette démarche est restée totalement sans réponse pratique ; nous pouvons supposer que sans l’OSU, il n’y aurait pas eu la toute première victoire en Colombie de forces politiques ne voulant pas se coucher sous l’Amérique, et Macron n’aurait probablement pas perdu sa majorité au parlement français. Mais dans l’ensemble, le monde attend : voyons d’abord comment les Russes vont s’en sortir, puis nous déciderons.

Je ne voudrais donc pas que la réouverture d’un McDonald’s avec la même gamme mais sous un autre nom soit le prototype de notre avenir. Par exemple, si nous refusons le processus de Bologne, nous devons construire un système éducatif de manière à ce que chacun comprenne que ce refus ne réduit pas les opportunités mais les augmente. Si nous refusons les diktats du dollar, si nous ne vendons pas le pays pour le droit d’utiliser SWIFT et un certain nombre d’autres choses commodes, alors nous avons besoin d’un système financier qui réponde au mieux à la fois aux besoins de développement du pays et aux besoins de la vie quotidienne. Il est difficile d’appeler une situation de souveraineté lorsque tout dans la vie reste inchangé, mis à part qu’ApplePay ne fonctionne pas.

Bien sûr, sur le front de la paix, nous sommes également confrontés à un adversaire de taille. Mais cet adversaire, c’est nous-mêmes. Ne serait-ce que parce que l’apparente stabilisation provoque un désir de s’installer et de retourner à notre ancienne vie, même si elle est plus exiguë à cause des sanctions. L’espoir que les sanctions soient sur le point d’être assouplies ou levées n’est pas loin. Mais une telle espérance est une manière directe de renoncer à nos positions souveraines. Et nous ne le souhaitons pas. Au contraire, nous devons tenir pour acquis que notre avenir ne sera pas une copie ou une réplique de notre passé ou de celui de quelqu’un d’autre. Nous serons le futur que nous nous inventons. Sur ce chemin, nous aurons à la fois une incroyable liberté et une énorme responsabilité.

source : VZGLYAD

traduction de Marianne Dunlop pour Histoire et Société

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.