La politique occidentale à l’égard de la Russie est fondée sur deux graves erreurs

La politique occidentale à l’égard de la Russie est fondée sur deux graves erreurs

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdf
image_print

par Helmholtz Smith.

La politique américaine et occidentale à l’égard de la Russie est fondée sur deux graves erreurs. (Un euphémisme considérable, bien sûr – les trente dernières années montrent que les idées occidentales conventionnelles sur la Russie sont presque toutes totalement fausses).

Mais ces deux erreurs sont répétées sans cesse et, quel que soit le nombre de fois où elles sont prouvées fausses, elles restent les hypothèses sur lesquelles les Occidentaux se fondent pour tenter de changer ou de contrôler la Russie.

La première erreur est l’idée que l’économie russe est faible, déséquilibrée et dépendante des revenus de l’Occident. La seconde est que Poutine est le chef d’une bande de voleurs qui, si on leur fait sentir la douleur, se débarrasseront de lui. Les sanctions feront s’effondrer le premier et apporteront la douleur pour provoquer le second. (Une autre illusion est qu’une fois Poutine parti, tout sera à la merci de l’Occident – mais j’ai bien dit qu’il y avait une multitude d’idées fausses).

Considérons d’abord l’économie de la Russie. Les éditorialistes qui affirment que l’économie russe a la taille du Texas, de la Belgique, du Luxembourg ou d’un autre pays se contentent de convertir les roubles en dollars et de galoper jusqu’à leur conclusion préétablie. Ils ne demandent jamais quelle est l’ampleur du programme spatial du pays auquel la Russie est comparée, ni combien de sous-marins nucléaires il fabrique, ni les nouvelles stations de métro, les nouveaux aéroports ou les nouveaux ponts qu’il ouvre, ni si ce pays fabrique toutes sortes d’avions et de camions, ni quelle quantité de nourriture il cultive et exporte, ni rien d’autre qui permette de mesurer une économie réelle.

S’ils le faisaient, bien sûr, ils verraient que l’économie russe est beaucoup plus importante que ne le suggère la comparaison puérile entre le rouble et le dollar. Et, en regardant d’un peu plus près, ils verraient que l’économie russe est presque autosuffisante. Mais l’Occident continue à croire que la Russie n’est qu’une « station-service dotée d’armes nucléaires » et que sa faible économie peut facilement s’effondrer. RAND a fondé toute une stratégie sur le fait que « la plus grande vulnérabilité de la Russie est son économie… qui est comparativement petite et fortement dépendante des exportations d’énergie… »

Ils persistent en dépit de toutes les expériences contraires. L’UE a réduit les exportations de denrées alimentaires vers la Russie pour, je suppose, faire descendre les gens dans la rue pour protester contre la disparition des fromages exotiques (vous vous souvenez du déchirement de Masha Gessen à propos de mon petit fromage ?) La Russie a réagi intelligemment et est maintenant autosuffisante en matière de nourriture et l’Europe a perdu ce marché. Biden allait réduire le rouble en miettes mais Moscou l’a contré sans effort et le rouble est désormais adossé à l’énergie – l’une des bases les plus solides qu’une monnaie puisse avoir.

Et les sanctions continuent de s’accumuler. Mais c’est instructif : nous savons maintenant beaucoup mieux à quoi sert la potasse et d’où elle vient. Et le néon, qui savait que c’était important ? Les terres rares ! Les bouteilles de bière ! Moscou commence tout juste à contre-sanctionner et le monde découvre que la Russie est un grand producteur de beaucoup de choses importantes et que si vous les sanctionnez, vous vous retrouverez à court de beaucoup de choses dont vous n’avez jamais entendu parler. (On pourrait penser que toute personne possédant un atlas serait capable de comprendre qu’un pays aussi grand que la Russie doit être un grand producteur de la plupart des ressources).

Biden peut blâmer Poutine autant qu’il veut, mais sanctionner l’énergie et la potasse est le plus sûr moyen de faire monter les prix partout. Biden avait l’habitude de penser que la Russie avait « des armes nucléaires et des puits de pétrole et rien d’autre ». Peut-être que les dirigeants russes sont plus aptes à réfléchir et à voir la réalité que nous le pensions. (Encore une autre supposition occidentale erronée – qu’est-ce qui, au cours des vingt dernières années, suggère que nous sommes plus intelligents qu’eux).

L’idée que la Russie est une grande conspiration criminelle et que Poutine est le parrain des parrains est le fondement de la stratégie de sanctions personnelles. Untel est jugé « proche de Poutine », quoi que cela veuille dire, et on l’empêche d’aller à Paris pour acheter du fromage et on lui confisque son yacht. En colère, il s’assoit avec les autres parrain et décide qu’il est temps que le boss soit retrouvé face contre terre dans un bain de sang. Les groupes de réflexion nous disent que Poutine est le voleur en chef qui s’accroche au pouvoir en partageant le butin, en truquant les élections et en faisant disparaître les critiques. (Au fait, n’était-il pas censé avoir essayé de tuer Navalny, mais où est le savant expliquant pourquoi il est toujours en vie ?).

Toutes les élections en Russie sont fausses, tous les sondages d’opinion sont faux, tous les médias sont contrôlés par le Kremlin, les sous-parrains sont blessés, alors pourquoi Poutine est-il toujours là ? Ce n’est sûrement pas parce qu’il est le chef d’État élu, très populaire et respecté – suggérer cela reviendrait à remettre en question trois décennies de spéculations des États-Unis et de l’Union européenne. Il doit donc être éliminé par une nouvelle sanction. Et c’est ainsi que d’autres noms – tous « proches de Poutine » – sont ajoutés à d’autres listes. Mais rien ne change.

Ces deux erreurs se répètent sans cesse. La Russie est désormais le pays le plus sanctionné de tous les temps et les politiciens occidentaux continuent de penser qu’une nouvelle série de « sanctions sévères » fera l’affaire. Mais plus elle survit aux sanctions, plus la Russie est à l’abri des sanctions.

Les guerres sont des irruptions de la réalité brutale dans l’imaginaire ; et la guerre en Ukraine met à nu la complaisance vide de sens qui est à la base de l’opinion de l’Occident sur la Russie. Ce sera un hiver froid en Europe et dans certaines régions d’Amérique. On ne peut pas blâmer Poutine éternellement.

Mais la vérité déprimante est que les esprits changent rarement, il faut changer l’homme. Combien de temps encore les dirigeants  Occidentaux  vont-ils survivre à leurs échecs répétés ?

source : Moon of Alabama

La politique occidentale à l’égard de la Russie est fondée sur deux graves erreurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.