L’Italie change radicalement d’attitude à l’égard de la Russie

Italy’s Stance Towards Russia Dramatically Shifts

Le 16 juin, le Premier ministre italien Mario Draghi s’est rendu à Kiev pour rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le message était une promesse de fournir à l’Ukraine davantage d’armes lourdes et d’évoquer la perspective d’une adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne (« UE »). Le 21 juin, Draghi a obtenu le soutien du Sénat italien pour continuer à soutenir l’Ukraine contre la Russie.

Vous trouverez ci-dessous une compilation de clips tirés de deux de ses discours. Le premier discours prononcé à Kiev et le second prononcé cinq jours plus tard à Rome.

A Kiev : « Les sanctions de l’UE contre la Russie appauvrissent l’UE elle-même et enrichissent la Russie ».

Cinq jours plus tard à Rome : « Les sanctions de l’UE contre la Russie sont très efficaces ».

Les « messages contradictoires » de Draghi concernant les sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie peuvent être pris de plusieurs manières. Il faudrait entendre les deux discours dans leur intégralité pour replacer les déclarations dans leur contexte. Toutefois, ce qui est plus intéressant, c’est la manière dont la position de l’Italie à l’égard de la Russie a radicalement changé depuis l’escalade du conflit entre la Russie et l’Ukraine au début de l’année.

Contexte
Le lien entre l’Italie et la Russie est de plus en plus étroit, écrivait Reset Dialogues en mars 2019. Depuis l’annexion de la Crimée en 2014, la confiance entre la Russie et l’Occident n’a pas été rétablie. Cette période s’est avérée particulièrement défavorable pour les relations économiques entre l’Italie et la Russie. La valeur totale des échanges commerciaux entre les deux pays a diminué d’environ 3 milliards d’euros au cours des quatre années qui ont suivi 2013, ostensiblement parce que les relations commerciales entre les deux pays sont particulièrement sensibles aux sanctions occidentales contre la Russie et aux contre-sanctions de la Russie.

La synergie économique entre l’Italie et la Russie repose sur la forte complémentarité de leurs économies respectives : si l’Italie est leader dans le secteur manufacturier, la Russie est un exportateur d’hydrocarbures de premier plan.

Conformément à l’approche qu’elle a adoptée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Italie a tenté de servir de médiateur entre la Russie et l’Occident, préférant aborder ces facteurs de crise par la coopération plutôt que par la confrontation.

Au début de la « pandémie » de Covid, la Russie a fourni une aide à l’Italie sous la forme de médecins militaires, d’EPI, de ventilateurs et de machines de désinfection mobiles. La mission a été lancée à la suite d’un appel téléphonique entre le Premier ministre italien Giuseppe Conte et le président russe Vladimir Poutine le 21 mars 2020, alors que l’Italie peinait à obtenir l’aide de ses partenaires européens, écrit The Guardian.

Alors, comment la position de l’Italie est-elle passée d’une coopération de longue date à une confrontation ? Un examen des rapports des médias depuis février 2022 peut fournir quelques indices. Mais avant d’en énumérer quelques-uns, il convient de rappeler le changement intervenu à la tête de l’Italie au début de 2021, car il est significatif.

En janvier 2021, après avoir remporté un vote de confiance la semaine précédente, le Premier ministre Giuseppe Conte a démissionné. Le 3 février, Mario Draghi, un économiste qui a été président de la Banque centrale européenne de 2011 à 2019, a accepté un mandat du président italien Sergio Mattarella pour former un nouveau gouvernement italien. Le 13 février, Draghi a officiellement prêté serment en tant que premier ministre de l’Italie.

En juin 2021, France 24 a rapporté que Draghi avait clairement aligné son pays sur l’UE et l’alliance atlantique, avec des messages fortement formulés lors des récents sommets du G7 et de l’OTAN qui mettent fin à la position ambiguë de ses prédécesseurs vis-à-vis de la Russie et de la Chine.

Chronologie de la guerre Russie-Ukraine de Draghi
1er février 2022 : Poutine et Draghi soulignent la nécessité pour Kiev de mettre en œuvre les accords de Minsk.
Draghi et Poutine se sont téléphonés pour discuter de la crise en Ukraine et des relations bilatérales. Les deux dirigeants se sont accordés sur la nécessité de trouver une solution « durable et viable » à la crise ukrainienne et de rétablir un « climat de confiance mutuelle ».

Les dirigeants ont également partagé l’engagement qui a été pris de trouver une solution à long terme à la situation et de reconstruire un climat de confiance. Dans le même temps, le Kremlin a également déclaré que M. Poutine a souligné la détermination de la Russie à maintenir l’approvisionnement en gaz naturel de l’Italie.

En Europe, l’Italie est considérée comme l’un des pays les plus pessimistes à l’égard de la Russie, notamment en raison des liens commerciaux étroits entre les deux pays.

En décembre, M. Draghi a déclaré que l’UE disposait de peu d’outils de « dissuasion » contre la Russie, notant sa faiblesse militaire et ajoutant que frapper Moscou avec des sanctions économiques plus sévères, étendues au secteur du gaz, était impensable.

« Sommes-nous vraiment capables de le faire ? En avons-nous la force ? Est-ce le bon moment ? La réponse est clairement ‘non' », a-t-il déclaré, faisant allusion à la crise énergétique qui a rendu l’Europe plus dépendante des importations de gaz russe. M. Draghi a conclu que la seule option était de maintenir « un état d’engagement » avec Poutine.

17 février 2022 : la Russie va augmenter ses livraisons de gaz à l’Italie, Draghi se rendra à Moscou
Poutine a dit à l’Italie que la Russie était prête à augmenter ses fournitures de gaz au pays si nécessaire, a déclaré l’ambassadeur russe en Italie Sergey Razov.

M. Poutine a également invité M. Draghi à se rendre à Moscou, a indiqué M. Razov, ajoutant que la Russie appréciait ce qu’il a appelé la « position modérée » de l’Italie concernant la crise en Ukraine. S’exprimant lors d’une visite à Moscou, le ministre italien des affaires étrangères Luigi Di Maio a déclaré que l’Italie accueillait favorablement l’invitation.

Draghi se rendra  » dès que possible  » à Moscou après une invitation de Poutine, a déclaré le ministre des Affaires étrangères de Rome.  » Nous nous coordonnons… sur une date, dès que possible « , a déclaré M. Di Maio après des entretiens à Moscou avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

23 février 2022 : Le dialogue est la clé de la résolution de la crise ukrainienne, selon le PM italien Mario Draghi
Mario Draghi a déclaré que le dialogue était essentiel pour résoudre la crise ukrainienne, tout en prévenant que l’UE préparait des sanctions contre la Russie.

Ses remarques sont intervenues le lendemain de l’annonce par Poutine de la reconnaissance de la « République populaire de Lougansk » et de la « République populaire de Donetsk » dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, comme des États indépendants et souverains.

24 février 2022 : invasion de l’Ukraine par la Russie
Le 24 février 2022, la Russie lance une attaque de grande envergure contre l’Ukraine à partir de plusieurs directions. En réponse, l’OTAN a déployé des troupes dans les États membres de la région.

24 février 2022 : Draghi a-t-il un problème avec la Russie ?
Lors d’un sommet organisé à Bruxelles dans la nuit du 24 février, l’Italie faisait partie de la poignée de pays opposés à l’expulsion de la Russie du système international de paiements bancaires SWIFT. Le lendemain matin, l’Italie a été nommée par l’ancien président du Conseil européen et ex-premier ministre polonais, Donald Tusk, parmi les trois pays qui se sont « déshonorés » lors du sommet pour avoir bloqué des sanctions plus sévères contre la Russie.

26 février 2022 : L’Italie soutient la tentative de l’UE de couper la Russie de SWIFT
Dans un tweet, M. Zelensky a déclaré que M. Draghi « soutenait la déconnexion de la Russie de SWIFT, la fourniture d’une aide à la défense », la décrivant comme « le début d’une nouvelle page dans l’histoire de nos États. »

24 mars 2022 : L’Italien Draghi exhorte la Chine à soutenir les efforts de paix en Ukraine
M. Draghi a exhorté la Chine à ne pas soutenir la Russie après son invasion de l’Ukraine et à peser de tout son poids dans les efforts visant à ramener la paix dans le pays.

31 mars 2022 : L’Italien Draghi ne s’attend pas à un arrêt des flux de gaz russe
L’Italie ne s’attend pas à ce que les livraisons de gaz en provenance de Russie soient interrompues, a déclaré Draghi, indiquant qu’il pensait que la Russie avait reculé par rapport à une demande de paiement en roubles.

« Non, ils ne sont pas en danger », a déclaré Draghi lors d’une conférence de presse lorsqu’il a été interrogé sur les approvisionnements en provenance de Russie, qui représentent une part importante des importations italiennes.

6 avril 2022 : « La paix ou la climatisation ? L’Italien Draghi dévoile l’énorme gâchis de l’UE sur la position de la Russie.
La chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que d’autres sanctions européennes étaient prévues contre la Russie. L’UE s’intéresse au pétrole et aux revenus que la Russie tire des combustibles fossiles, a-t-elle déclaré. Mais M. Draghi a déclaré que l’arrêt des importations de gaz en provenance de Russie n’était pas envisagé au niveau de l’UE, ce qui témoigne des profondes divisions au sein du bloc.

9 avril 2022 : Draghi se rend en Algérie alors que l’Italie cherche à réduire ses importations de gaz russe
Draghi se rendra en Algérie le lundi 11 avril pour signer un accord visant à augmenter les importations de gaz. Plus tôt dans la semaine, il a été rapporté que l’Italie était en pourparlers avec sept pays pour obtenir plus de gaz, certains pourparlers étant « à un stade très avancé ».

18 avril 2022 : Parler à Poutine est une « perte de temps », selon le Premier ministre italien Mario Draghi.
M. Draghi a exprimé sa frustration à l’égard de M. Poutine, affirmant qu’il commence à croire que c’est « juste une perte de temps » d’engager le dialogue avec son homologue à Moscou au sujet de l’invasion de l’Ukraine.

M. Draghi a évoqué un appel téléphonique du 30 mars entre lui et M. Poutine et a déclaré que le dirigeant russe avait évoqué la possibilité pour l’Italie d’acheter du gaz russe en roubles. Le pays importerait 40 % de son gaz de Russie.

18 avril 2022 : l’Italie peut se passer du gaz russe, selon Mario Draghi
L’Europe peut réduire sa dépendance énergétique à l’égard de la Russie plus rapidement que prévu, a déclaré Mario Draghi. « Nous avons du gaz en stockage et nous aurons du nouveau gaz provenant d’autres fournisseurs ».

10 mai 2022 : Draghi est résolu sur les sanctions contre la Russie lors de sa rencontre avec Biden
Alors que M. Draghi se prépare à rencontrer le président américain Joe Biden à la Maison Blanche le 10 mai, il fait pression pour que l’UE interdise les importations de pétrole russe et s’efforce de mettre fin à la dépendance de l’Italie vis-à-vis de l’énergie russe. Il a également soutenu l’envoi d’armes lourdes en Ukraine, malgré la résistance d’une grande partie de sa coalition au pouvoir et les liens historiquement forts entre le pays et la Russie.

12 mai 2022 : L’Italien Draghi minimise le risque d’interruption de l’approvisionnement en gaz russe.
Le 11 mai, M. Draghi a déclaré qu’il était convaincu que la demande de Moscou, selon laquelle les acheteurs européens doivent payer le gaz russe en roubles, n’entraînerait pas de rupture d’approvisionnement. La Commission européenne a averti que le fait de se conformer au système russe pourrait enfreindre les sanctions de l’UE, mais M. Draghi a déclaré qu’il s’agissait d’une « zone grise » sans décision officielle sur la question.

26 mai 2022 : Le président russe Poutine et le président italien Draghi discutent des moyens de contribuer à résoudre la crise alimentaire.
Poutine et Draghi ont discuté des moyens de contribuer à atténuer la crise alimentaire internationale, le Kremlin affirmant que cela ne pourrait se faire que si l’Occident lève ses sanctions. M. Draghi a déclaré avoir pris l’initiative d’appeler le dirigeant russe.

La Maison Blanche a déclaré qu’il n’y avait pas de discussions en cours sur l’assouplissement des sanctions contre la Russie afin de sécuriser les exportations de céréales.

31 mai 2022 : La dépendance énergétique des pays de l’UE à l’égard de la Russie est « embarrassante », selon l’Italien Draghi
Les pays de l’UE savent qu’acheter du gaz et du pétrole à la Russie revient à financer la guerre en Ukraine, mais ils ne peuvent pas y faire grand-chose, a admis M. Draghi.

« Les pays de l’UE savent que les achats de gaz et de pétrole à la Russie financent la guerre en Ukraine, mais ils ne peuvent pas faire grand-chose pour y remédier, a reconnu M. Draghi.

« Il y a aussi, surtout dans certains pays, une prise de conscience de l’impossibilité de [ne pas acheter d’énergie russe]. C’est donc une situation très frustrante, mais qui devra être résolue… c’est une situation très embarrassante », a-t-il ajouté.

L’Italie est l’un des pays de l’UE qui dépend le plus des approvisionnements en gaz de la Russie, mais le gouvernement de M. Draghi tente de changer cette situation en concluant de nouveaux accords gaziers en Afrique et ailleurs.

M. Draghi a déclaré que les sanctions imposées par l’UE à la Russie pour ses opérations militaires en Ukraine dureraient de nombreuses années. Les restrictions au commerce du pétrole auront un effet sur les routes commerciales internationales, selon Draghi. « Pendant de nombreuses années, voire pour toujours », estime M. Draghi.

13 juin 2022 : le chef de l’exécutif européen et le Premier ministre italien en Israël, où la crise énergétique déclenchée par la Russie est à l’ordre du jour.
Von der Leyen et Draghi ont atterri en Israël, alors que l’UE cherche à se sevrer des importations de combustibles fossiles russes. Les deux dirigeants devaient tenir des discussions sur l’énergie en Israël, qui est passé d’un statut d’importateur de gaz naturel à celui d’exportateur ces dernières années, grâce à d’importantes découvertes en mer.

16 juin 2022 : Scholz, Macron et Draghi à Kiev, l’impérialisme européen soutient l’escalade de la guerre contre la Russie
Macron, Scholz et Draghi ont voyagé ensemble dans un train spécial jusqu’à Kiev pour rencontrer Zelensky. À Kiev, le président roumain Klaus Johannis s’est joint à la fête.

Le message que tous les quatre ont transmis était sans équivoque. Alors que la guerre avec la Russie devient de plus en plus une guerre d’usure sans fin prévisible, faisant des centaines de victimes chaque jour, ils font tout pour l’intensifier et la prolonger. Ils ont promis de fournir à l’Ukraine davantage d’armes lourdes et d’augmenter la perspective d’adhésion à l’UE. Ce faisant, ils acceptent consciemment le danger d’une troisième guerre mondiale nucléaire.

Avec le soutien de la Commission européenne, l’Ukraine pourrait désormais être ajoutée à la liste des pays candidats à l’adhésion à l’UE dès la semaine prochaine, lorsque les dirigeants des États membres se réuniront lors de leur sommet à Bruxelles.

16 juin 2022 : Draghi, la Russie ment sur les problèmes d’approvisionnement en gaz
La Russie a menti lorsqu’elle a attribué une récente baisse des exportations de gaz à des problèmes techniques, a déclaré M. Draghi, accusant Moscou d’utiliser ses approvisionnements en gaz pour des raisons politiques.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré précédemment que les réductions de l’approvisionnement au cours des deux derniers jours n’étaient pas préméditées mais étaient liées à des problèmes de maintenance.

Mais lors d’une visite à Kiev, M. Draghi a rejeté cette explication. « Tant l’Allemagne que nous, et d’autres, pensons que ce sont des mensonges. En réalité, ils font un usage politique du gaz comme ils utilisent les céréales à des fins politiques », a-t-il déclaré.

21 juin 2022 : L’Italien Draghi obtient le soutien de la ligne gouvernementale sur l’Ukraine
M. Draghi a obtenu le soutien du Sénat italien pour continuer à soutenir l’Ukraine contre la Russie, suite aux appels lancés par les dirigeants du Mouvement 5 étoiles pour que l’Italie cesse d’envoyer des armes et se concentre davantage sur la diplomatie.

M. Draghi a exposé la politique de l’Italie à l’égard de l’Ukraine et a informé les sénateurs de sa récente visite à Kiev aux côtés des dirigeants français et allemands, en prévision du Conseil européen qui se tiendra cette semaine. Tout en ne fournissant aucune nouvelle information sur l’armement envoyé par l’Italie, M. Draghi a remercié les sénateurs pour leur soutien « uni » à la ligne gouvernementale.

AP News a utilisé les mots « suite aux appels … à cesser d’envoyer des armes ». Cependant, Radio Genova a tweeté une vidéo avec une légende qui dépeint une image différente :

« Les députés s’insurgent contre Mario Draghi : « Arrêtez d’envoyer des armes à Zelensky ! Plus de 70% des Italiens ne veulent pas envoyer d’armes à Zelensky. Mario Draghi ne représente pas la volonté du peuple italien. Cela arrive dans les pires dictatures. »

dictatorships.”

23 juin 2022 : L’Union européenne fait de l’Ukraine un candidat à l’adhésion à l’UE
L’Union européenne a accepté de mettre l’Ukraine sur la voie de l’adhésion à l’UE, agissant avec une rapidité et une unité inhabituelles pour éloigner ce pays en difficulté de l’influence de la Russie et le lier plus étroitement à l’Occident.

TEXTE TRADUIT DE L ANGLAIS PAR ANNE …..https://expose-news.com/2022/06/24/italys-stance-towards-russia-dramatically-shifts/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.