Coup d’État de 2019 en Bolivie : l’ex-présidente Jeanine Añez condamnée à dix ans de prison

Coup d’État de 2019 en Bolivie : l’ex-présidente Jeanine Añez condamnée à dix ans de prison

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdf
image_print

Jeanine Añez, qui était devenue présidente de la Bolivie par intérim fin 2019 juste après la démission d’Evo Morales, a été condamnée le 10 juin à dix ans de prison, accusée d’avoir participé à un coup d’État contre son prédécesseur.

Le tribunal de première instance de La Paz a décidé le 10 juin de condamner Jeanine Añez à une peine de dix ans d’emprisonnement, trois mois après le début de son procès et 15 mois après son placement en détention provisoire. Les anciens chefs des forces armées, William Kalimán, et de la police, Yuri Calderón, tous deux en fuite, ont écopé de la même peine.

Agée de 54 ans, Jeanine Añez a été reconnue coupable de « manquement au devoir » et « décisions contraires à la Constitution et aux lois ». Elle est accusée d’avoir accédé à la présidence bolivienne de manière anticonstitutionnelle en novembre 2019, à la suite de la démission d’Evo Morales (2006-2019), sur fond de manifestations de masse liées à de présumées fraudes électorales dénoncées par l’Organisation des États américains (OEA), dont le siège est basé à Washington.

Toutefois, les « preuves » accablant Evo Morales se sont réduites au fil des mois à peau de chagrin et le récit médiatique sur l’affaire a finalement été revu avec le temps. « Une élection amère. Des accusations de fraude. Et maintenant, des doutes », titrait par exemple le New York Times en juin 2020, soit sept mois après avoir relayé sans nuance les accusations de fraude électorale ayant poussé l’ancien président bolivien à la démission.

Procédure d’appel en perspective

Jeanine Añez avait annoncé qu’elle ferait appel d’une éventuelle condamnation : « Nous n’en resterons pas là, nous irons devant la justice internationale ». L’ancienne présidente doit par ailleurs encore être jugée lors d’un second procès pour « sédition, soulèvement armé et génocide » lorsqu’elle était à la tête de l’État par intérim.

L’accusation de génocide fait suite à des plaintes de familles de victimes de la répression menée par les forces de l’ordre fin 2019 dans des fiefs d’Evo Morales, qui a fait 22 morts selon un groupe d’experts indépendants. Lors de sa dernière déclaration, cette femme de droite avait affirmé que le tribunal avait « exclu » des preuves permettant de démentir un renversement d’Evo Morales.

Un temps candidate, elle a ensuite renoncé à se présenter à la présidentielle de 2020

Quasiment inconnue jusqu’à son arrivée au pouvoir, cette avocate de formation et ex-présentatrice de télévision s’était autoproclamée présidente intérimaire du pays andin le 12 novembre 2019, deux jours après la démission du président bolivien.

Sénatrice depuis 2010 et militante d’un parti minoritaire, Unidad Democratica (Unité démocratique), elle avait été élue deuxième vice-présidente du Sénat en vertu de la tradition voulant que tous les groupes soient représentés.

À la tête du gouvernement intérimaire de novembre 2019 à novembre 2020, elle avait promis dès sa prise de fonction de convoquer des élections générales « au plus vite » dans un délai de quelques mois, mais le scrutin avait dû être reporté à plusieurs reprises, notamment en raison de la pandémie de coronavirus.

À rebours de ses promesses, Jeanine Añez avait finalement annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020, suscitant des critiques de ses adversaires de gauche, mais aussi de ses propres alliés à droite. Elle avait fini par renoncer face à des sondages peu favorables qui la plaçaient en quatrième position, très loin derrière le candidat de gauche et dauphin d’Evo Morales, Luis Arce. Après la victoire dès le premier tour de ce dernier en octobre 2020, elle avait immédiatement reconnu la défaite de son camp.

Candidate au poste de gouverneur de Beni lors d’élections locales, elle avait échoué à se faire élire.

source : RT France https://reseauinternational.net/coup-detat-de-2019-en-bolivie-lex-presidente-jeanine-anez-condamnee-a-dix-ans-de-prison/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.