Conflit ukrainien : un champ d’expérimentation pour de nouvelles armes américaines ?

Conflit ukrainien : un champ d’expérimentation pour de nouvelles armes américaines ?

PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked In

Email

image_pdf
image_print

par Erich Körner-Lakatos.

Washington aide Kiev, mais au compte-gouttes

Les observateurs intéressés ont de plus en plus l’impression que les États-Unis – ou plus précisément leur complexe militaro-industriel (© Dwight Eisenhower) – considèrent le conflit en Ukraine comme un laboratoire pour tester l’efficacité de leurs différentes armes dans des conditions aussi proches que possible de la guerre.

L’exemple historique est la guerre civile espagnole (1936-1939), où la Russie soviétique et le Reich allemand ont tous deux utilisé leurs armes ultramodernes pour l’époque afin de tester leur efficacité au combat, en quelque sorte dans des conditions de temps réel. Citons par exemple le char russe T-26 et le bombardier en piqué allemand Ju-87 (Stuka), ainsi que le canon de DCA de 88 mm. Ce dernier est ensuite utilisé – une autre innovation ! – par l’Afrikakorps allemand dans le combat terrestre contre les chars.

Le 1er juin, Washington a annoncé qu’il fournissait désormais aux Ukrainiens des lance-roquettes multiples M142 Himars (automoteurs mais non blindés). Il s’agit du plus efficace des trois types d’artillerie fournis à Kiev par les Américains.

Jusqu’à présent, quatre-vingt-dix M777 (ci-dessus) ont été mis à la disposition des troupes de Zelensky. Il s’agit d’obusiers non blindés tirés par des tracteurs, dont les munitions standard peuvent neutraliser des cibles jusqu’à 25 km de distance, voire 40 km avec des munitions spéciales. Les obusiers, comme les canons, peuvent également neutraliser des cibles ennemies en tir direct (tir à plat), mais seulement à une distance plus courte. Il est également prévu d’envoyer des obusiers blindés M109, dont la portée est comparable à celle de l’obusier M777.

Toutefois, les lance-roquettes M142 Himars sont beaucoup plus efficaces et permettent d’attaquer des objets ennemis à une distance comprise entre 40 et 75 km. « Himars » signifie « High Mobility Artillery Rocket System » (système de roquettes d’artillerie à haute mobilité). Six missiles d’artillerie guidés avec précision par satellite peuvent être tirés par l’engin. Les forces de Zelenski disposeront ainsi à l’avenir d’une arme équivalente au lance-roquettes multiple russe BM-30 Smertch (Tornado) (ci-dessous), capable de couvrir des distances allant jusqu’à 70 km.

Le lance-roquettes M142 Himars est moins destiné à fournir un appui-feu immédiat aux unités de combat sur le terrain qu’à neutraliser les pièces d’artillerie ennemies positionnées plus en arrière (tir de contre-batterie). Mais surtout, un lanceur M142 peut agir dans la profondeur de l’espace ennemi, détruisant ainsi des cibles logistiques (bases de ravitaillement en nourriture, armes et munitions) ou des bases d’engins de combat et d’hélicoptères.

Pour l’instant, les experts militaires américains semblent vouloir observer les effets du lanceur en utilisant des munitions standard. L’étape suivante pourrait être l’utilisation de munitions dites « Atacms ». » Atacms » est l’abréviation de « Army Tactical Missile System ». Ces munitions spéciales sont actuellement refusées aux Ukrainiens, et Kiev n’est pas autorisé à tirer sur des cibles en Russie, c’est-à-dire de l’autre côté de la frontière, avec des armes américaines.

Pourtant, cela aurait des conséquences durables. Les missiles Atacms à courte portée, tirés par le lanceur M142 Himars, peuvent être utilisés contre des cibles situées à une distance de trois cents kilomètres (soit la distance entre Vienne et Salzbourg). De nombreuses unités de ravitaillement russes se trouvent entre cent et deux cents kilomètres en arrière de la ligne de front respective.

Depuis l’est de l’Ukraine, la région de Belgorod, où des unités de combat russes sont formées en masse et prêtes à être déployées sur le front, et les aérodromes militaires tels que la base aérienne de Voronej, d’où décollent les bombardiers Su-34 pour les missions au-dessus de l’Ukraine, se trouvent dans le rayon d’action potentiel des armes Atacms. Il y a aussi l’aéroport de Szhcha, près de la frontière orientale de la Biélorussie.

Vladimir Poutine ne reste pas inactif pour autant. L’armée russe a déjà commencé à cibler les voies de transport par lesquelles les nouvelles armes sont livrées depuis l’Ouest, c’est-à-dire principalement les lignes de chemin de fer à partir de la frontière occidentale de l’Ukraine. Une grande partie des lance-roquettes M142 pourrait également être victime de ces contre-attaques. M. Zelensky ne devrait donc pas se réjouir trop vite.

source : Zur Zeit

via Euro-Synergies

Conflit ukrainien : un champ d’expérimentation pour de nouvelles armes américaines ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.