Les protections de Jacques Bouthier, accusé de viols et séquestrations de mineures

A priori un fait divers hélas banal. Un vieux pervers pété de thunes a été arrêté samedi. Il devrait bénéficier de la présomption d’innocence, malgré l’accumulation des témoignages. Mais une addition d’anomalies conduit à focaliser sur lui.

Des réactions rapides et coordonnées pour tout effacer

On peut s’étonner que la page Wikipédia le concernant ait été promptement caviardée.

« Désolé, dit lundi le robot wiki-menteur, cette page a été récemment supprimée. Elle ne répond pas aux critères d’admissibilité de Wikipédia ».

Et mercredi : « Wikipédia ne possède pas d’article à ce nom. » Qui est intervenu pour qu’on cache la poussière sous le tapis ?

On peut aussi trouver étrange de noter, parmi les protagonistes de cette affaire, la présence incongrue d’un officier du GIGN, utilisé pour intimider des témoins… Au point que l’ancien major de cette prestigieuse unité se retrouve incarcéré avec des Pieds Nickelés !

À ce niveau-là d’implication, on est en droit de s’interroger : Qui a protégé  jusqu’à présent ce Bouthier qui n’en était pas à ses premières « incartades » ? Qui, jusqu’au dernier moment, avant que la justice pénale s’en saisisse, a mis des bâtons dans les roues des enquêteurs officiels ? Masquant des preuves ou les orientant vers des fausses pistes.

Pourquoi les médias main stream, dans un premier temps, se sont escrimés à minimiser cette affaire ? Péchés véniels à leurs yeux ? Il est vrai que Bouthier n’est pas raciste. Il consommait aussi des jeunes filles exotiques.

L’histoire prend un tour rocambolesque quand on découvre que deux de ses « anges gardiens » avaient convaincu leur patron qu’ils avaient des contacts avec des enquêteurs de la police judiciaire. Et que ceux-ci seraient prêts à fermer les yeux sur ses crimes contre un million d’euros !

Madame Bouthier a reconnu, en garde à vue, s’être assurée du versement de l’argent à ces canailles. D’ailleurs 300 000 euros ont été retrouvés à leurs domiciles.

Un parcours exemplaire chanté sur tous les merdias, jusqu’à ce que…

… un communiqué officiel vienne souiller la belle success story du brave petit vendeur d’assurances, sans diplômes ni relations, qui grâce à sa ténacité et son labeur est devenu une des plus grandes fortunes françaises avec un patrimoine personnel estimé autour de 160 millions d’euros. En plus de ses sociétés florissantes.

L’annonce claque comme un coup de fouet dans le landerneau de la bien-pensance : « Jacques Bouthier, 75 ans, dirigeant du groupe Assu 2000, a été mis en examen et incarcéré samedi avec cinq autres personnes dans une enquête pour « traite des êtres humains », « viols sur mineures », « recours à la prostitution de mineurs » et « agressions sexuelles sur mineures de moins de 15 ans ».

Sans qu’on leur demande quoi que ce soit, les cerbères chargés de protéger des injustes ragots le dictateur et ses séides ont claironné que nos bons maîtres ne connaissaient pas Bouthier et n’étaient au courant de rien.

Les photos qui ne manqueront pas de circuler seront qualifiées soit de faux, soit de rencontres professionnelles normales, soit de croisements mondains fortuits.

Le principal mis en examen a d’abord tout nié en se prétendant victime de chantage à l’aide d’enregistrements truqués.

Mais selon Maître Marie Grimaud, avocate de l’association « Innocence en Danger » qui va se constituer partie civile dans cette affaire :

« Bouthier a le réseau humain et les moyens financiers de pouvoir faire taire n’importe quel témoin,  faire disparaître n’importe quelle preuve. Il a accès à un niveau de professionnalisme hors norme…

Ces réseaux pédophiles dans les plus hautes sphères,  financières, politiques et médiatiques de notre pays sont une réalité qui n’est pas révélée au public. »

Du gratiné de chez Gratinos !

L’enquête a débuté en mars, quand une jeune femme de 20 ans s’est présentée aux policiers parisiens, expliquant que depuis six ans, elle était « captive » d’un homme richissime qui la violait, l’emmenait dans des clubs échangistes et l’obligeait à pratiquer des orgies (gang bang en français !) avec des groupes d’hommes moyennant une participation forfaitaire de 100 euros chacun. Même pour un richissime PDG bien installé dans les hautes sphères, il n’y a pas de petits profits !

Devenant, selon ses dires, « trop âgée pour lui », la jeune femme aurait été forcée de trouver une « remplaçante » pour prendre sa suite. Une adolescente de 14 ans a alors pris sa place dans l’appartement. La plaignante est parvenue à les filmer ensemble dans un lit, avant de confier la vidéo aux enquêteurs.

 Au moins sept jeunes femmes mineures ou tout juste majeures (la majorité sexuelle est de 15 ans en France) l’auraient suivie et remplacée dans l’appartement du vieux satyre. Pfizer lui faisait-il un prix de gros sur le Viagra ?

Les enquêteurs ont déterminé que les victimes correspondaient peu ou prou à des profils similaires : déscolarisées ou fugueuses, en rupture avec leur famille ou la société, plus ou moins droguées, certaines tenant la prostitution pour une activité comme une autre.

La dénonciatrice a été placée en détention provisoire, sous l’accusation de proxénétisme, puisqu’elle avait échangé sa liberté contre une remplaçante. Comme chez les barbeaux de Barbès. Cela se défend au plan du droit. Mais une fois encore, les petits juges marchent à côté de leurs pompes !  Car comment connaître les crimes les plus graves, et obtenir des témoignages à charge, si on n’accorde pas une immunité aux seconds couteaux comme en Italie ou aux USA ?

Des comportements de mafieux après des viols compulsifs

Le PDG déchu est soupçonné d’avoir mis sur pied une équipe chargée de kidnapper la jeune femme qui l’avait dénoncé, afin de saisir la vidéo, et de la forcer à quitter la France sous menace de mort. À moins qu’elle ne préfère être enfermée dans un bordel d’un pays de l’Est.

Auraient participé à l’opération la femme du septuagénaire, deux personnalités du monde des assurances, une jeune femme ex-amie de la plaignante, ainsi qu’un ancien membre du GIGN, devenu homme de main à tout faire comme on en voit au cinéma. Tous ont été mis en examen et incarcérés samedi 21 mai.

Selon ses anciens collègues, le super-gendarme impliqué serait un grand costaud de près de 2 mètres pour plus de 110 kg, « une bonne pâte, toujours prêt à rendre service» (sic) paraît-il.

Même si on sait que l’intelligence des brutes est assez limitée, on peut tout de même se demander qui a réussi à convaincre cet homme au parcours jusqu’alors irréprochable de passer du côté obscur de la force ? Quelles promesses lui ont été faites ? Quelles influences haut placées lui ont fait croire à l’impunité ?

L’homme aurait participé à plusieurs opérations de libération d’otages, d’interpellation de forcenés et de neutralisation de terroristes. Il aurait même été décoré pour ses hauts faits d’armes… et serait devenu un truand du jour au lendemain ?

Les psys trouveront sûrement des explications alambiquées dans la Blédine qu’on lui servait quand il était bébé… Et si c’était plus simplement le réflexe conditionné d’obéissance à des « autorités supérieures » ? Une sorte de soumission révérencielle à des supérieurs ou tenus pour tels ?

Après avoir quitté le GIGN, le Robocop a rejoint la banque Rothschild  où il exerçait les fonctions de responsable de la sécurité. Belle reconversion. Cette banque ne recrute que les meilleurs !

La banque Macrothschild a immédiatement réagi en déclarant : « À la suite de ces révélations, l’entreprise a pris toutes ses dispositions pour mettre un terme à la collaboration de cette personne. »

Cette histoire sordide à rebondissements multiples est quand même autrement plus croustillante que les partouzes musicales à l’Élysée, l’homosexualité présumée (et affichée aux Antilles ?) du paltoquet, ou les supputations sur le sexe réel (ou ce qu’il en reste ?) de Jean-Brizitte.

Un droit de cuissage explicite mais personne n’osait porter plainte

Selon des membres de son entreprise, pas vraiment surpris par cet épisode judiciaire : « Tout le monde savait que Bouthier était un gros porc. Quand vous croisiez sa route, il ne fallait pas être jeune et jolie. Il était incapable de ne pas faire des réflexions lourdes et graveleuses dès qu’il croisait une femme attirante. »

Propos tenus en toute impunité en raison de son statut du PDG. Personne ne réagissait. Car le groupe, c’était lui. Il dirigeait tout. Et donc, il y avait le risque de perdre son boulot… Mais son attitude était connue de tous. Un témoin ajoute :

« Des problèmes se posaient toujours lors des séminaires. Le nombre de stagiaires auxquelles il a proposé de monter dans sa chambre est énorme. Mais pour lui, les formations, c’était son terrain de chasse. Et il s’en prenait toujours aux plus jeunes. »

Le « suicide » de Jeffrey Epstein devrait faire réfléchir Bouthier

Évidemment, on peut imaginer que Jacques Bouthier possède un carnet d’adresses bien garni, avec tout le gratin de la politique, des médias et des zartistesTous ces gens qui décident pour les autres, pontifient en délivrant des leçons de « morale républicaine », et pour qui violer un gamin ou une petite fille est un passe-temps anodin. Quand ils s’ennuient un peu entre leur yacht, leur jet privé, les coke parties, les casinos, les beuveries et les palaces.

Même si la police et le juge insistent, il serait bien inspiré d’oublier où il a rangé son calepin ou le fichier numérique qui en tient lieu.

Il a encore une chance raisonnable d’échapper à une lourde condamnation avec un bavard qui plaidera l’anosognosie et la sénilité, appuyé par des experts complaisants.

Dans le cas contraire, il y a fort à parier que la caméra filmant sa cellule souffrira d’un fâcheux dysfonctionnement, dont il profitera pour se pendre aux barreaux de sa fenêtre avec une manche de chemise déchirée entortillée autour des oreilles.

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

Les protections de Jacques Bouthier, accusé de viols et séquestrations de mineures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.