INTERESSANT ….Des rapports officiels du gouvernement suggèrent que les autorités utilisent la variole du singe pour dissimuler le fait que les vaccins Covid-19 provoquent le syndrome d’immunodéficience acquise 

previewImg

La nouvelle hystérie entourant la prétendue émergence de la “variole du singe” dans les pays occidentaux n’est pas ce qu’elle semble être. Ce n’est pas la première fois que le virus de la variole du singe se répand dans les pays du monde entier.

Au contraire, nous assistons à la dernière tentative de faire avancer des politiques de biosécurité draconiennes par une dissimulation monumentale des dommages dévastateurs causés au système immunitaire des personnes qui ont reçu le vaccin Covid-19. Des dommages si graves qu’ils peuvent être assimilés au syndrome d’immunodéficience acquise.

Et nous pouvons le prouver…

La variole du singe humain est une zoonose que l’on pense généralement se produire sporadiquement dans la forêt tropicale humide d’Afrique occidentale et centrale. Mais l’incidence exacte et la répartition géographique sont en fait inconnues car de nombreux cas ne sont pas reconnus. La raison en est qu’il est souvent confondu avec la varicelle / zona.

Selon une étude scientifique publiée en 1988, entre 19981 et 1986, 977 personnes ayant subi une éruption cutanée non diagnostiquée cliniquement comme la variole humaine ont été testées en laboratoire au Zaïre (maintenant connu sous le nom de République démocratique du Congo).

Les résultats ont été les suivants :

« 3,3% des cas de variole du singe humain ont été trouvés chez 730 patients diagnostiqués comme des cas de varicelle, 7,3% parmi les cas diagnostiqués comme « varicelle atypique » et 6,1% parmi les cas d’éruption cutanée pour lesquels le diagnostic clinique n’a pas pu être établi.

Les difficultés diagnostiques étaient principalement basées sur les caractéristiques cliniques caractéristiques de la varicelle: pléomorphisme régional (dans 46% des cas mal diagnostiqués), distribution corporelle indéfinie des éruptions cutanées (49%) et distribution centripète des lésions cutanées (17%). Une hypertrophie ganglionnaire a été observée chez 76 % des patients mal diagnostiqués. En l’absence de variole, le principal problème de diagnostic clinique est la différenciation de la variole du singe humain de la varicelle.

Pouvez-vous repérer des différences majeures entre les deux images suivantes ?

Varicelle / Bardeaux
Variole du singe

Maintenant, vous pouvez voir pourquoi il a été régulièrement mal diagnostiqué.

La variole du singe humain a été identifiée pour la première fois chez l’homme en 1970 en République démocratique du Congo chez un garçon de 9 ans. Depuis lors, des cas humains de variole du singe ont été signalés dans 11 pays africains. Ce n’est qu’en 2003 que la première épidémie de variole du singe en dehors de l’Afrique a été enregistrée, et ce aux États-Unis.

Les principaux points à retenir de cela sont que la maladie présumée de la variole du singe est extrêmement rare, a rarement été vue en dehors de l’Afrique et n’a jamais été enregistrée dans plusieurs pays en dehors de l’Afrique en même temps.

Cela étant, ne trouvez-vous pas étrange qu’on nous dise soudainement que des cas de variole du singe sont maintenant enregistrés aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie, en Suède, aux Pays-Bas, en Belgique, en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne, tous en même temps?

Source

Surtout lorsque l’Organisation mondiale de la santé a confirmé qu’il n’y a aucune preuve que le virus de la variole du singe a muté.

Source

Mais si vous ne trouvez pas cela étrange, la carte suivante montrant les pays où l’injection de Pfizer Covid-19 a été principalement administrée pourrait vous faire changer d’avis –

Parce que les preuves suggèrent que nous n’assistons pas du tout à une épidémie de variole du singe dans les pays du premier monde. Au lieu de cela, nous assistons aux conséquences des dommages causés au système immunitaire par les injections de Covid-19 dans les mêmes pays du premier monde, et les autorités se précipitent pour les dissimuler.

Le virus de l’herpès simplex (HSV) est une cause fréquente de maladie ulcéreuse de la peau chez les personnes immunodéprimées et immunocompétentes. La plupart des personnes infectées par le VHS ne présentent aucun symptôme ou des symptômes bénins qui passent inaperçus.

Lorsque les symptômes apparaissent, ils se présentent d’abord avec des picotements et / ou des rougeurs, suivis de lésions ressemblant à des cloques qui se fondent rapidement dans des plaies ouvertes et pleureuses. Les plaies sont souvent assez douloureuses et peuvent être accompagnées de fièvre et de ganglions lymphatiques enflés.

Tout comme la variole du singe.

Chez les personnes immunodéprimées, comme chez celles atteintes du syndrome d’immunodéficience acquise, la fréquence et les symptômes des poussées de VHS peuvent parfois être graves, se propageant de la bouche ou des organes génitaux aux tissus plus profonds des poumons ou du cerveau. En tant que tel, le VHS a été classé comme une « condition définissant le sida » s’il dure plus d’un mois ou se présente dans les poumons, les bronches ou l’œsophage.

Saviez-vous que l’herpès est répertorié comme un événement indésirable d’intérêt spécial (AESI) par Pfizer en relation avec leur injection de Covid-19? Vous pourriez être pardonné de ne pas le savoir, car ce n’est que récemment que les documents confidentiels de Pfizer ont été contraints de publier par ordonnance du tribunal en 2022.

Documents confidentiels de Pfizer

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a tenté de retarder de 75 ans la publication des données d’innocuité du vaccin COVID-19 de Pfizer malgré l’approbation de l’injection après seulement 108 jours d’examen de l’innocuité le 11 décembre 2020.

Mais début janvier 2022, le juge fédéral Mark Pittman leur a ordonné de publier 55 000 pages par mois. Ils ont publié 12 000 pages à la fin du mois de janvier.

Depuis, PHMPT a affiché tous les documents sur son site Web. La dernière baisse a eu lieu le 2 mai 2022.

L’un des documents contenus dans le vidage de données est « reissue_5.3.6 post-commercialisation expérience.pdf ». La page 21 du document confidentiel contient des données sur les événements indésirables présentant un intérêt particulier, l’un d’entre eux étant spécifiquement les infections virales de l’herpès.

Source

Selon le document à la fin du mois de février 2021, seulement 2 mois après que le vaccin de Pfizer ait obtenu une autorisation d’utilisation d’urgence aux États-Unis et au Royaume-Uni, Pfizer a reçu 8 152 rapports relatifs à l’infection par l’herpès, et 18 d’entre eux avaient déjà conduit à un syndrome de dysfonctionnement de plusieurs organes.

Le syndrome de dysfonctionnement des organes multiples (MODS) est une réponse inflammatoire systémique et dysfonctionnelle qui nécessite un long séjour en unité de soins intensifs (USI). Il se caractérise par un taux de mortalité élevé en fonction du nombre d’organes impliqués. Il peut être causé par l’infection de l’herpès comme cette étude scientifique l’a prouvé en 2012 –

Source

Il convient de noter que, selon l’étude, le choc septique associé à une défaillance de plusieurs organes a entraîné la mort des personnes, car nous passerons très bientôt à la septicémie.

Les documents confidentiels de Pfizer énumèrent également une autre condition qui présente des similitudes extrêmes avec la variole du singe: la maladie auto-immune des cloques.

La condition est cachée dans la longue liste de 9 pages d’événements indésirables d’intérêt particulier à la fin de l’expérience post-commercialisation reissue_5.3.6 de Pfizer.pdf document.

Source

La maladie auto-immune des cloques provoque des cloques sur la peau et les muqueuses dans tout le corps. Il peut affecter la bouche, le nez, la gorge, les yeux et les organes génitaux. Il n’est pas entièrement compris, mais les « experts » croient qu’il est déclenché lorsqu’une personne qui a une tendance génétique à contracter cette condition entre en contact avec un déclencheur environnemental. Il peut s’agir d’un produit chimique ou d’un médicament. Comme l’injection de Pfizer Covid-19 ?

Alors maintenant que nous savons que Pfizer a répertorié plusieurs conditions avec des symptômes extrêmement similaires à la variole du singe comme « événements indésirables d’intérêt particulier pour leur injection de Covid-19, il serait très utile de savoir si ces mêmes conditions se sont réellement produites régulièrement dans le monde réel. Heureusement, les Centers for Disease Control des États-Unis disposent d’un outil très utile qui nous permet de le savoir.

Événements indésirables signalés aux États-Unis

Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) hébergé par les Centers for Disease Control (CDC) contient des données historiques sur les effets indésirables signalés contre chaque vaccin administré aux États-Unis d’Amérique et peut être consulté ici.

Nous avons effectué plusieurs recherches dans la base de données et avons importé les données dans des graphiques. Mais voici un exemple de ce que vous trouverez si vous exécutez la recherche vous-même.

Ce qui suit est une liste de tous les vaccins liés à l’herpès, la variole, la varicelle, l’hépatite, etc.

Et ce qui suit est la liste des résultats de recherche retournés sur les effets indésirables des vaccins ci-dessus en relation avec l’herpès, l’infection entre 2008 et 2020.

Le tableau suivant montre les événements indésirables signalés au VAERS liés à l’herpès, au zona et au syndrome de dysfonctionnement de plusieurs organes. Il montre le nombre d’événements indésirables signalés contre les vaccins contre la grippe, tous les vaccins combinés (à l’exclusion des injections de Covid-19) et les vaccins contre le VPH / variole entre 2008 et 2020. Ainsi que le nombre d’événements indésirables signalés contre les injections de Covid-19 jusqu’au 13 mai 2022.

As you can see the Covid-19 injections have caused the most herpes related infections, and this is within 17 months. When comparing these to the number of flareups reported against the HPV/Smallpox vaccines in 13 years, these numbers are extremely concerning.

Beaucoup diront que cela pourrait être complètement sans rapport et que cela est juste dû à tant d’injections de Covid-19 administrées. Mais les mêmes personnes qui soutiennent cela ne fourniront aucune preuve à l’appui. C’est ce que nous ferons.

Selon ‘Our World in Data’, au 6 mai 2022, un total de 579,9 millions d’injections de Covid-19 avaient été administrées aux États-Unis.

Source

Mais selon les chiffres publiés par le CDC, un total de 1,72 milliard de vaccins contre la grippe ont été administrés aux États-Unis entre 2008 et 2020.

Source

Donc, comme vous pouvez le voir, il y a eu plus de 3 fois plus de vaccins contre la grippe administrés entre 2008 et 2020 seulement.

Maintenant que nous connaissons ces chiffres, nous pouvons les utiliser pour calculer le taux d’événements indésirables liés à l’herpès, etc. par 1 million de doses administrées. Nous n’avons qu’à effectuer le calcul suivant –

Nombre de doses administrées / 1 million = Y
Nombre d’événements indésirables / Y = Taux d’événements indésirables pour 1 million de doses

Le tableau suivant révèle la réponse à ce calcul :

Le taux d’infections liées à l’herpès signalées comme effets indésirables aux vaccins antigrippaux est de 0,75 événement indésirable pour 1 million de doses administrées. Mais le taux d’infections liées à l’herpès signalées comme effets indésirables des injections de Covid-19 est de 31,31 événements indésirables pour 1 million de doses administrées.

C’est une différence de 4 075 % et c’est révélateur d’un problème très grave. Mais quel mécanisme de vaccination contre le Covid-19 est à l’origine de cela ?

La réponse réside dans le fait que les injections de Covid-19 provoquent le syndrome d’immunodéficience acquise chez les receveurs.

Syndrome d’immunodéficience acquise par le vaccin (VAIDS)

Les gouvernements du monde entier publient discrètement des données depuis des mois qui suggèrent fortement que les injections de Covid-19 causent des dommages importants au système immunitaire naturel, amenant les receveurs à développer une nouvelle forme de syndrome d’immunodéficience acquise.

Voici un exemple de ces données de la HEALTH Security Agency (UKHSA) du Royaume-Uni.

Le tableau suivant a été assemblé à partir des tableaux de taux de cas trouvés dans les rapports de surveillance des vaccins UKHSA des semaines 3, 7 et 13 et il montre les taux de cas de Covid-19 pour 100 000 parmi la population non vaccinée et triplement vaccinée en Angleterre –

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, les taux de cas pour 100k étaient les plus élevés parmi la population triplement vaccinée au cours de ces 3 mois, à l’exception des 18-29 ans dans le rapport de la semaine 3 seulement, et des moins de 18 ans dans les 3 mois. Mais il convient de noter la baisse rapide des taux chez les enfants non vaccinés par rapport à la faible baisse des taux chez les enfants vaccinés.

Avec ces taux, nous pouvons calculer l’efficacité réelle du vaccin en utilisant la formule d’efficacité de Pfizer –

Taux de cas non vaccinés – Taux de cas vaccinés / Taux de cas non vaccinés x 100

Le graphique suivant montre l’efficacité du vaccin Contre le Covid-19 parmi la population triplement vaccinée en Angleterre dans les rapports des semaines 37 et 13 de 2022 –

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, au début de 2022, les choses étaient nettement pires qu’en octobre en termes d’efficacité; et désastreusement pire d’ici la fin du mois de mars.

Les données montrent que l’efficacité du vaccin a diminué d’un mois à l’autre, l’efficacité la plus faible enregistrée chez les 60-69 ans ayant atteint un niveau choquant de moins 391%. Ce groupe d’âge a également connu la plus forte baisse, passant de -104,69 % à la semaine 3.

Mais l’une des baisses les plus préoccupantes de l’efficacité des vaccins a été enregistrée chez les 18-29 ans, tombant à moins 231% à la semaine 12 de 2022 contre +10,19% à la semaine 3.

Une efficacité négative du vaccin indique des dommages au système immunitaire parce que l’efficacité du vaccin n’est pas vraiment une mesure de l’efficacité d’un vaccin. Il s’agit d’une mesure de la performance du système immunitaire d’un vaccin par rapport à la performance du système immunitaire d’une personne non vaccinée.

Le vaccin Covid-19 est censé entraîner votre système immunitaire à reconnaître la protéine de pointe de la souche originale du virus Covid-19. Il le fait en demandant à vos cellules de produire la protéine spike, puis votre système immunitaire produit des anticorps et se souvient de les utiliser plus tard si vous rencontrez à nouveau la partie spike du virus Covid-19.

Mais le vaccin ne traîne pas après avoir terminé la formation initiale, il laisse votre système immunitaire s’occuper du reste. Ainsi, lorsque les autorités affirment que l’efficacité des vaccins s’affaiblit avec le temps, ce qu’elles veulent vraiment dire, c’est que les performances de votre système immunitaire s’affaiblissent avec le temps.

Le problème que nous voyons dans les données officielles est que le système immunitaire ne revient pas à son état d’origine et naturel, et le tableau suivant montre la performance du système immunitaire de la population triplement vaccinée en Angleterre par groupe d’âge sur des périodes de quatre semaines, par rapport au système immunitaire naturel de la population non vaccinée –

À la fin de mars 2022, la performance du système immunitaire la plus faible était chez les 60-69 ans à un choquant moins-80%, mais toutes les personnes triplement vaccinées âgées de 30 à 59 ans n’étaient pas loin derrière, avec une performance du système immunitaire allant de -75% à -76%.

Même les 18 à 29 ans se trouvaient dans cette région à moins 70%, tombant d’une performance du système immunitaire de +11,35% entre la semaine 51 et la semaine 2, ce qui signifie qu’ils avaient subi la baisse la plus rapide des performances du système immunitaire.

Cela s’est également traduit par des décès.

Le graphique suivant montre les taux de mortalité du Covid-19 pour 100 000 personnes par statut vaccinal en Angleterre en mars 2022 sur la base des données publiées par l’UKHSA 

Source Data

Here’s what that meant in terms of real-world vaccine effectiveness against death –

All of this is indicative of Covid-19 vaccine acquired immune deficiency syndrome, which in turn can lead to activating dormant herpes infections, and further data from the Centers for Disease Control’s VAERS system supports this.

The following chart shows the percentage of all of the above AIDS-associated adverse reactions reported to VAERS to all vaccines by year –

Cinquante et un pour cent de tous les effets indésirables associés au sida signalés depuis l’an 2000 ont été signalés en 2021, et 16 % supplémentaires ont été signalés en 2022 jusqu’à présent.

Le tableau suivant montre le nombre de troubles immunitaires acquis, y compris le sida, qui ont été signalés au VAERS comme effets indésirables à tous les vaccins (y compris les vaccins Covid-19) par l’année signalée, et les vaccins Covid-19 uniquement par l’année signalée –

Il y a eu une énorme augmentation des rapports en 2021 et en 2022 jusqu’à présent, la grande majorité étant attribuée aux injections de Covid-19.

Le nombre moyen de troubles immunitaires acquis signalés comme effets indésirables à un vaccin entre 2000 et 2020 équivaut à 31.

Le nombre total de troubles immunitaires acquis signalés comme effets indésirables en 2021 était de 386. Cela représente une augmentation de 1145 %.

Il est toutefois important de noter que tous les effets indésirables ne sont pas signalés au VAERS. En fait, le CDC a admis que seulement 1 à 10% des effets indésirables sont effectivement signalés au système. Mais une brillante analyse menée par Jessica Rose Phd estime avec précision que le facteur de sous-déclaration est d’au moins 41,3. Voir ici.

Le tableau suivant montre le nombre de cancers courants généralement associés au sida qui ont été signalés au VAERS en tant qu’effets indésirables à tous les vaccins (y compris les vaccins Covid-19) par année signalée, et les vaccins Covid-19 uniquement par l’année signalée –

Comme vous pouvez le voir, il y a eu une énorme augmentation des rapports en 2021 et en 2022 jusqu’à présent, la grande majorité étant attribuée aux injections de Covid-19.

Le nombre moyen de cancers courants associés au sida signalés comme effets indésirables à tout vaccin entre les années 2000 et 2020 équivaut à 21,3.

Le nombre total de cancers courants associés au sida signalés comme effets indésirables en 2021 était de 430. Cela représente une augmentation de 1919 %.

Le graphique suivant montre le nombre d’infections/complications de l’herpès qui ont été signalées au VAERS en tant qu’effets indésirables à tous les vaccins (y compris les vaccins Covid-19) par année signalée, et les vaccins Covid-19 uniquement par l’année signalée –

Nous supposons que vous commencez à voir le modèle ici? Une autre augmentation énorme en 2021 et 2022.

Le nombre moyen d’infections herpétiques signalées comme effets indésirables à tout vaccin entre 2000 et 2020 équivaut à 926.

Le nombre total d’infections à l’herpès signalées comme effets indésirables en 2021 était de 18 336. Cela représente une augmentation de 1880 %.

Le tableau suivant montre le nombre de cas de septicémie qui ont été signalés au VAERS en tant que réactions indésirables à tous les vaccins (y compris les vaccins Covid-19) par année signalée, et les vaccins Covid-19 uniquement par l’année signalée –

La septicémie est la réponse extrême du corps à une infection. Il s’agit d’une urgence médicale potentiellement mortelle. La septicémie se produit lorsqu’une infection que vous avez déjà déclenche une réaction en chaîne dans tout votre corps. Les infections qui conduisent à la septicémie commencent le plus souvent dans les poumons, les voies urinaires, la peau ou le tractus gastro-intestinal.

Le nombre moyen de cas de septicémie signalés comme effets indésirables à un vaccin entre les années 2000 et 2020 équivaut à 75.

Le nombre total de cas de septicémie signalés comme effets indésirables en 2021 était de 1593. Cela représente une augmentation de 2024 %.

Cela ne se limite pas au Royaume-Uni et aux États-Unis. Nous observons également les mêmes tendances au Canada et en Nouvelle-Zélande. Les preuves suggèrent fortement que les injections de Covid-19 provoquent chez les receveurs un syndrome d’immunodéficience acquise.

Cela conduit à son tour à des poussées d’infections herpétiques entraînant des conditions telles que le zona, la maladie des cloques auto-immunes et le syndrome de dysfonctionnement de plusieurs organes. Mais les autorités vous disent que la variole du singe est à blâmer pour tenter de dissimuler les conséquences des dommages causés au système immunitaire naturel par la vaccination contre le Covid-19.

Les documents confidentiels de Pfizer le suggèrent, la base de données VAERS des Centres de contrôle des maladies le suggère, les données gouvernementales publiées dans le monde entier le suggèrent, et cette étude scientifique publiée en octobre 2021 suggère ceci –

Source

La question est maintenant de savoir jusqu’où les autorités sont prêtes à aller dans ce domaine. Le gouvernement britannique « conseille » déjà que les contacts étroits identifiés de cas « confirmés » de variole du singe devraient s’isoler pendant au moins trois semaines. La « variole du singe » est-elle sur le point d’être utilisée comme dernière excuse pour faire avancer les politiques draconiennes de biosécurité et les prises de pouvoir mondiales ?

Nous sommes sur le point de le découvrir.

Source : The Exposé

3 commentaires sur « INTERESSANT ….Des rapports officiels du gouvernement suggèrent que les autorités utilisent la variole du singe pour dissimuler le fait que les vaccins Covid-19 provoquent le syndrome d’immunodéficience acquise  »

  1. IMMENSE MERCI A VOUS POUR CET ARTICLE.

    Donc les personnes immunodéprimées éventuellement porteuses du virus de l’HERPES risquent d’avoir une flambée virale D’HERPES avec l’expression de pustules qui dans leur apparence feraient penser à la variole.

    Je plains ces personnes de tout mon coeur, mais ça empêchera aux autres vaccinés et non vaccinés d’avoir de grandes angoisses. Car on sait au moins où l’on va.
    Par contre on va leur proposer encore un vaccin (inutile dans leur cas) pour les soigner, vaccin qui va anéantir totalement leur système immunitaire (s’il leur en restait un peu)
    Je plains aussi tous les chercheurs, médecins et scientifiques qui vont être débordés dans leur tâche : celle de devoir dans l’urgence sauver ces gens, si on leur permet toutefois d’exercer leur profession comme il se doit.

    Mais il y a de notre faute aussi car si 40 millions d’adultes savaient manifester devant l’ordre des médecins dans chaque région,les médecins honnêtes pourraient exercer normalement leur métier.
    Nous sommes encore les adolescents de la république, nous n’avons pas grandi.

    Aimé par 1 personne

  2. notre faute aussi car si 40 millions d’adultes savaient manifester devant l’ordre des médecins dans chaque région,les médecins honnêtes pourraient exercer normalement leur métier.
    EXACT ! voilà le Nœud du problème !
    « l’éternel retour du concret » comme dirait Lénine
    si 40 millions d’adultes savaient manifester devant l’ordre des médecins dans chaque région,les médecins honnêtes pourraient exercer normalement leur métier.
    à diffuser partout

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.