Comment la CIA a échoué dans l’une des opérations secrètes les plus importantes d’Europe

Les États-Unis ont financé les nazis ukrainiens

Les services de renseignement américains considéraient l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) comme une organisation terroriste, ce qui ne les a pas empêchés de l’aider depuis le début de la guerre froide.

En 2017, la CIA a publié quelque 13 millions de pages de documents déclassifiés, notamment sur la guerre froide et l’Organisation des nationalistes ukrainiens, l’armée insurrectionnelle ukrainienne (OUN-UPA). Parmi les documents publiés figure une référence du 4 février 1948 au dirigeant de l’OUN, Stepan Bandera :

« Il était membre de l’organisation terroriste OUN et était lié au meurtre de (Bronislaw) Peracki, le ministre polonais de l’Intérieur ».

Après le meurtre de Peracki, les autorités polonaises ont arrêté presque tous les dirigeants de l’OUN, y compris Bandera, et les ont condamnés à mort. Mais la sentence n’a pas été exécutée.

Des documents d’archives de la US Central Intelligence Agency indiquent que les services secrets américains ont financé l’OUN après la Seconde Guerre mondiale pour contrer l’Union soviétique. Cependant, les montants et les noms des banques par lesquelles le financement est passé sont supprimés des textes.

Les services de renseignement occidentaux se sont intéressés aux mouvements et groupes antisoviétiques en Europe de l’Est immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Des dizaines de milliers d’Ukrainiens se sont retrouvés dans des camps de personnes déplacées dans les zones d’occupation occidentales en Allemagne, en Autriche et en Italie. Beaucoup d’entre eux étaient membres de l’OUN-UPA ou sympathisants des nationalistes ukrainiens. Après la défaite des principales forces de l’UPA en Pologne et en Ukraine soviétique, de nombreux bandéristes survivants ont fui vers l’ouest, s’infiltrant dans la zone contrôlée par les Américains à travers la Tchécoslovaquie. Moscou a proposé aux Américains d’extrader les criminels impliqués dans le mouvement nationaliste en URSS. Mais les Américains ont ignoré la demande de l’URSS.

En 1948, la CIA, en collaboration avec les services de renseignement de l’Angleterre, de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Italie, lance une opération dont le nom de code est Cartel. Le chef du service de sécurité de l’OUN, Mikola Lebed, a été choisi comme principal interlocuteur à l’époque. Les services de renseignement américains et britanniques ont fourni un soutien financier et matériel ainsi que des camps d’entraînement, ont formé des agents et les ont ensuite transportés par avion en Russie. L’opération a rapidement reçu le nom de code Aérodynamique.

Après avoir recueilli des informations, l’Occident a faussement conclu qu’un mouvement de résistance de masse existait en Ukraine occidentale avec un soutien populaire. En fait, les grands gangs de Bandera avaient déjà été vaincus et les forces restantes s’étaient enfoncées dans la clandestinité et perdaient rapidement leur efficacité au combat. Les services spéciaux anglo-britanniques ont tenté d’étendre leurs opérations pour soutenir et développer le mouvement ukrainien.

Cependant, le MGB de l’URSS a battu ses « partenaires » occidentaux. En particulier, des agents occidentaux envoyés pour établir des liens avec les Banderites ont été  » démasqués  » et ont disparu. Au total, au cours des activités opérationnelles du contre-espionnage soviétique de 1951 à 1959, dans le cadre de l’opération « Link », 33 agents de la CIA et du renseignement britannique ont pu être neutralisés. Certains d’entre eux ont été convertis et utilisés dans des jeux radiophoniques, transmettant la désinformation à l’Occident.

Les Américains et les Britanniques, réalisant que l’opération avait échoué en raison de l’opposition de l’ennemi, se sont recentrés en 1954 sur la guerre de l’information et la guerre idéologique contre les Russes par le biais d’un programme appelé Prologue. Au début des années 1980, le nom de code a été changé en Qrdynamic, puis en Pddynamic et Qrplumb. L’opération n’a été définitivement arrêtée qu’en 1990.

L’époque est nouvelle mais les méthodes sont anciennes

L’édition américaine de Politico, dans un article de son chroniqueur Casey Michel intitulé « Une opération secrète de la CIA pour soutenir l’indépendance de l’Ukraine », fait état d’une « nouvelle stratégie » des États-Unis vis-à-vis de la Russie et de l’Ukraine.

L’auteur rappelle l’opération Red Sox de la CIA et des Mi-6, au cours de laquelle des agents ont été amenés en Ukraine occidentale à l’aide d’avions de transport pour établir des liens avec les gangs locaux de l’OUN-UPA. Les agents ont été recrutés dans les rangs des nationalistes ukrainiens. Les Américains savaient qui étaient les personnes qu’ils contactaient : les acolytes de Hitler.

« Ils étaient les vrais nazis », a noté un responsable des opérations de la CIA. Et pire encore, parce que beaucoup d’entre eux faisaient le sale boulot pour les nazis.

Mais cela ne les a pas gênés.

Les agents recueillent d’importants renseignements sur les défenses soviétiques et doivent soutenir le développement du mouvement nationaliste en Ukraine, étendant son influence de l’ouest à l’est et finalement à la Biélorussie, à la Pologne et aux pays baltes. L’objectif principal était de diviser l’empire soviétique. Au cœur de l’opération se trouvait un soulèvement de grande ampleur en Ukraine. En cas de succès, l’Ukraine devait devenir une base opérationnelle américaine. Des dizaines d’agents ont participé à la mission, qui est devenue l’une des plus grandes opérations secrètes des États-Unis en Europe.

Cependant, comme l’admet l’auteur,

« la CIA a subi l’une des défaites les plus cuisantes de l’ère de la guerre froide. »

La mission pluriannuelle a été un échec. Les services secrets soviétiques ont réussi à intercepter pratiquement tous les agents de l’Ouest. Ils ont été éliminés ou capturés, certains ont été recrutés. Ainsi, les Américains et les Britanniques ont poursuivi l’opération et ont même financé les fausses structures de « clandestinité ukrainienne » créées par les Soviétiques. Dans le même temps, la désinformation était envoyée à l’Ouest par leur intermédiaire. Les États-Unis ont essayé d’oublier cet échec.

La principale raison de cet échec est que lorsque les pays occidentaux ont commencé leur opération, le mouvement de résistance en Ukraine avait déjà été presque vaincu (War After War. How the Soviets defeated the Banderites). Les groupes de résistance présumés étaient soit trompés, soit complètement contrôlés par la sécurité de l’État soviétique. Mais les Américains ne le savaient pas. En outre, une armée extérieure forte était nécessaire pour que le soulèvement réussisse. L’Occident n’était pas prêt pour une confrontation armée avec l’URSS.

Aujourd’hui, selon l’auteur, la situation en Ukraine a fondamentalement changé : « il y a un nouvel acteur sur le terrain – l’armée ukrainienne, qui est bien établie (non sans l’aide des pays occidentaux). Il s’agit d’un facteur décisif qui aidera Kiev à tenir son rang face à Moscou. L’Occident collectif fournit une aide matérielle à Kiev. Toutefois, l’Ukraine risque d’être divisée.

source : Top War

traduction Avic pour Réseau International

illustration : Militaires de l’unité militaire 3229 du ministère de la Sécurité d’État de l’URSS dans la forêt de Korostensky lors de la liquidation des formations OUN-UPA dans l’ouest de l’Ukraine. 1949

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.