Adieu pandémie, bonjour endémie

Au début de 1918, alors que la Première Guerre mondiale entrait dans sa dernière année, le virus H1N1 de la grippe A a infecté des millions de personnes, provoquant la pandémie de grippe espagnole. En avril 1920, après quatre vagues et près de 100 millions de décès, cette pandémie a pris fin. Le virus H1N1 est devenu beaucoup moins mortel et ne provoquait plus qu’une grippe saisonnière ordinaire. Il est devenu un virus endémique.

Est-ce que l’histoire va se répéter ? Après deux ans de pandémie du Covid-19 et quatre vagues de variants différents, le virus SRAS-CoV-2 deviendra-t-il un virus endémique ?

Une bonne nouvelle

Après la publication de mon récent article intitulé « Omicron pourrait signer la fin de la pandémie cet hiver », des lecteurs m’ont demandé si je pouvais citer des publications évaluées par des pairs pour étayer mon pronostic selon lequel on arrivait à la fin de pandémie du Covid-19. Bien sûr, puisque la vague du variant Omicron est toujours là, mon pronostic ne peut être considéré que comme une prédiction éclairée. Cependant, les choses se présentent plutôt bien.

La semaine dernière, plusieurs analyses publiées allaient dans le même sens : l’Omicron se propage rapidement, mais il est moins pathogène. Aucune de ces analyses n’a encore été examinée par les pairs, car un tel examen prend du temps.

Que suggèrent donc ces nouvelles données ? La propagation d’Omicron pourrait-elle mettre fin à la pandémie ? On sait que les vagues vont et viennent. Pour que la vague d’Omicron soit la dernière, il faut que ce variant soit capable de stimuler une immunité forte et durable contre d’éventuels futurs variants.

Immunité des cellules T et vaccination

L’espoir d’une immunité durable repose sur les réactions protectrices des cellules T. Dans mon article précédent, je citais une étude de l’université du Cap montrant qu’une réaction de longue durée des cellules T, induite soit par la vaccination soit par une infection naturelle, indique que ces cellules reconnaissent l’Omicron. Les auteurs de l’étude ont conclu que l’immunité des cellules T contre l’Omicron est susceptible de contribuer à la protection contre les formes sévères du Covid-19 causées par d’autres variants.

Toutefois, il s’avère que les réactions des cellules T ne sont pas toutes identiques. Nous savons aujourd’hui que, bien que les vaccinations à base de protéines S (Spike) stimulent les réactions des cellules T, ces réactions n’induisent pas de protection. C’est pourquoi, même si le monde avait un taux de vaccination élevé en novembre dernier, la vague d’Omicron s’est tout de même produite.

Une protection plus forte

Le 10 janvier, la revue scientifique Nature a publié un article évalué par les pairs et intitulé « Cross-reactive memory T cells associate with protection against SARS-CoV-2 infection in COVID-19 contacts ». Soumis à Nature par des scientifiques de l’Imperial College de Londres il y a cinq mois, l’article examinait les épitopes (très petits fragments de protéines) de cellules T de différentes protéines du SRAS-CoV-2 (S, N, E et ORF1) du point de vue de leur réactivité envers d’autres espèces de coronavirus humains. Lorsque j’ai lu cet article, j’ai été particulièrement intéressé par son analyse concernant les protéines non Spike (N et ORF1) et la réactivité croisée des épitopes des cellules T de ces protéines par rapport aux virus du SARS-CoV-2 et du huCoV (coronavirus humain). Ces nouvelles informations pourraient mettre en lumière les détails de la protection immunitaire croisée des cellules T par rapport à ces virus.

En d’autres termes, si les épitopes de la protéine N du rhume ordinaire ont pu induire une immunité protectrice des cellules T à long terme contre le SRAS-CoV-2, alors l’infection par l’Omicron – ayant de nombreux épitopes de la protéine N – devrait également être capable d’induire une immunité similaire des cellules T et d’assurer une protection plus forte contre toute infection future par un variant du SRAS-CoV-2.

Autrement dit, si vous pouvez reconnaître un cousin éloigné dans une foule, vous pouvez certainement repérer votre frère juste à côté de vous.

La lumière au bout du tunnel

Depuis environ un an, les scientifiques discutent de la possibilité que le SRAS-CoV-2 rejoigne les quatre autres coronavirus humains en tant que virus endémique.

Le SRAS-CoV-2 est le septième coronavirus qui infecte les êtres humains. Il y a également le coronavirus de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), les coronavirus de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV et SRAS-CoV-2), et les quatre autres virus endémiques qui causent le rhume (OC43, HKU1, 229E et NL63).

Dans un article évalué par les pairs, intitulé « Immunological characteristics govern the transition of COVID-19 to endemicity » et publié dans la prestigieuse revue Science en février 2021, des scientifiques de l’université d’État de Pennsylvanie et de l’université Emory ont expliqué que tous les coronavirus humains suscitent une immunité avec des caractéristiques similaires. La pandémie de Covid-19 provient du fait que les humains n’ont jamais fait face au SRAS-CoV-2 auparavant. Une fois qu’une infection généralisée se produit dans le monde (comme la vague d’Omicron), le virus finira par circuler de manière endémique, ce qui signifie que des infections peuvent encore se produire, mais avec des symptômes plus légers et une mortalité bien inférieure.

Il y a deux raisons qui expliquent pourquoi le passage de la pandémie à l’endémie ne s’est pas produit avant l’Omicron : 1) tous les vaccins largement utilisés sont basés sur la protéine Spike qui n’induit pas de réaction protectrice des cellules T de longue durée, et 2) l’immunité naturelle n’était pas répandue.

L’article de Nature a révélé que des cellules T protectrices sont induites par l’infection par le SRAS-CoV-2. Par conséquent, on peut supposer qu’une plus grande propagation de l’infection par l’Omicron induira un plus large éventail de réactions immunitaires de cellules T, offrant par la suite une protection plus étendue contre d’éventuels futurs variants du SRAS-CoV-2. Ainsi, nous sommes probablement très près de pouvoir dire adieu à la pandémie du Covid-19.

Toutefois, bien que nous devions garder à l’esprit que nous ne sommes pas encore sortis de l’ornière et que des gens souffrent toujours, je reste optimiste et je pense que nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel.

Nous devons également nous rappeler que même lorsque nous aurons dit adieu au Covid-19, nous ne serons probablement pas complètement débarrassés du SRAS-CoV-2. Même la grippe saisonnière tue plus d’un demi-million de personnes dans le monde chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé. Et un autre virus endémique risque d’alourdir la charge des systèmes de santé de différents pays.

Cependant, comme je l’ai noté dans mon précédent article, la bonne nouvelle est que l’Omicron, en tant que virus moins virulent, peut lui-même être considéré comme un « vaccin atténué » vivant – ce genre de vaccin a montré de très bons résultats parmi tous les vaccins. Les vaccins atténués ont été largement utilisés pour combattre environ 11 maladies – en particulier la rougeole, les oreillons, la varicelle et la polio. Jusqu’à présent, aucune de ces maladies ne s’est propagée de manière incontrôlée après des décennies de vaccination.

Espérons qu’Omicron se comportera comme ses autres cousins vaccins atténués et, avec un peu de chance, aucun autre variant du SRAS-CoV-2 n’émergera dans le futur pour devenir une pandémie.

Joe Wang, docteur en médecine, a été l’un des principaux scientifiques chargés du projet du vaccin contre le SRAS de Sanofi Pasteur en 2003. Il est maintenant président de la chaîne de télévision New Tang Dynasty TV (Canada), média partenaire d’Epoch Times.

https://m.epochtimes.fr/adieu-pandemie-bonjour-endemie-1932540.html?utm_source=facebook&utm_medium=sharedFromMember&fbclid=IwAR2hYwThtJ6yQHCxQbUL6UHN_h5CBmjcp0wojsLJvpy7fwEtE2u40BV0XMA

5 commentaires sur « Adieu pandémie, bonjour endémie »

  1. La théorie des germes

    La plupart des gens, et même la plupart des médecins, ignorent les expériences du Dr Milton J. Rosenau.

    Le Dr Rosenau a mené des expériences au plus fort de l’épidémie de grippe espagnole. Il voulait établir les moyens par lesquels la grippe s’était propagée. Il a pris 100 volontaires sains qui ont accepté d’être exposés à la grippe espagnole. Ils ont été exposés à la grippe dans des conditions contrôlées mais aucun d’entre eux n’a contracté la grippe.

    Le Dr Rosenau a expliqué que son équipe médicale « a d’abord procédé avec prudence en administrant une culture pure de bacille de la grippe, le bacille de Pfeiffer, en quantité plutôt modérée, dans les narines de quelques-uns de ces volontaires ». Aucun des volontaires n’a attrapé la grippe.

    Il a ensuite obtenu les extractions des poumons des victimes de la grippe récemment décédées. Il a ensuite aligné 19 volontaires et a utilisé un atomiseur pour pulvériser les suspensions des extractions grippales dans le nez et dans les yeux, et de nouveau dans la gorge des 19 volontaires. Aucun des volontaires n’a eu la grippe.

    Le Dr Rosenau a ensuite obtenu du matériel et des sécrétions muqueuses de la bouche, du nez, de la gorge et de bronches des personnes vivantes atteintes de la grippe espagnole et l’a diffusé à 10 volontaires en pulvérisant les mucosités infectées directement « dans chaque narine et dans la gorge, tout en inspirant, et sur les yeux.

    Ensuite, l’équipe du Dr Rosenau a utilisé des cotons-tiges pour envoyer « le matériel infecté directement du nez au nez et de la gorge à la gorge, en utilisant un tube West pour la culture de la gorge, afin d’obtenir le matériel non seulement des amygdales, mais aussi du nasopharynx postérieur. Aucun des 19 volontaires qui ont reçu les écouvillons infectés n’est tombé malade.

    Le Dr Rosenau explique que « [notre] prochaine expérience consistait en des injections de sang. Nous avons pris cinq donneurs, cinq cas de grippe au stade fébrile, certains encore assez tôt dans la maladie. Nous avons prélevé 20 cc de la veine du bras de chacun, pour un total de 100 cc, qui ont été mélangés et traités avec 1 % de citrate de sodium. 10 cc ont été injectés à chacun des dix volontaires. Aucun d’entre eux n’est tombé malade de quelque façon que ce soit.

    Le Dr Rosenau n’avait pas fini. « Ensuite, nous avons collecté beaucoup de matières muqueuses des voies respiratoires supérieures et les avons filtrées à travers des filtres Mandler. Alors que ces filtres retiennent les bactéries de taille ordinaire, ils permettront aux organismes « ultramicroscopiques » de passer. Ce filtrat a été injecté à dix volontaires, chacun recevant 3,5 cc par voie sous-cutanée et aucun d’entre eux ne s’est retrouvé malade de quelque façon que ce soit.

    Le Dr Rosenau pensait que, peut-être, la grippe s’était transmise par contact humain direct. Il a donc demandé à 10 volontaires d’entrer en contact social avec des personnes connues pour être infectées par la grippe.

    Chaque volontaire a été conduit jusqu’au chevet du patient ; il a été présenté. Il s’est assis à côté du lit du patient. Ils se sont serrés la main, et il s’est approché le plus possible, et ils ont parlé pendant cinq minutes. A la fin des cinq minutes, le patient a expiré aussi fort qu’il le pouvait, tandis que le volontaire, nez à nez (conformément aux instructions, environ 2 pouces entre les deux), recevait cette respiration expirée, et, en même temps, il inspirait pendent que le patient expirait.

    Ils l’ont répété cinq fois, et ils l’ont fait assez fidèlement dans presque tous les cas. Après avoir fait cela cinq fois, le patient à toussé directement dans le visage du volontaire, face à face, cinq fois de suite.

    Après que le volontaire eut ce genre de contact avec le patient, lui parlant, bavardant et lui serrant la main pendant cinq minutes, et reprenant son souffle cinq fois, puis sa toux cinq fois directement dans son visage, il passa au patient suivant jusqu’à ce que ce volontaire ait eu ce genre de contact avec dix cas différents de grippe, à différents stades de la maladie, pour la plupart des cas frais, aucun d’entre eux n’ayant plus de trois jours.

    Nous nous souviendrons que chacun des dix volontaires a eu ce genre de contact intime avec chacun des dix différents patients grippés. Ils ont été surveillés attentivement pendant sept jours, et aucun d’eux ne fut malade, de quelque façon que ce soit.

    Après avoir échoué à transmettre la grippe à l’un des volontaires au cours de ses nombreuses expériences, le Dr Rosenau a conclu qu’il ne savait pas comment la grippe est contractée.

    « En fait, nous sommes entrés dans l’épidémie avec l’idée que nous connaissions la cause de la maladie et étions tout à fait sûrs de savoir comment elle se transmettait de personne à personne. Ce que nous avons appris avec certitude, c’est que nous ne sommes plus tout à fait sûrs de ce que nous savons de la maladie. »

    Les droits et les libertés ont été perdus et volontairement cédés à l’État au motif qu’une pandémie «mortelle» balaie le monde en raison d’un nouveau coronavirus contagieux. Un nouveau coronavirus contagieux qui n’existe que dans le monde de la théorie des germes. Mais l’indice est dans le titre, ce n’est qu’une théorie, et les preuves montrent que c’est faux.

    La théorie du terrain n’est aussi que cela, une théorie. Donc, en vérité, personne ne le dit vraiment, tout ce que nous pouvons faire est d’examiner les preuves réelles et tirer nos propres conclusions. Le problème est que la théorie des germes a été largement acceptée comme un fait et utilisé pour des crimes contre l’humanité et la plus grande prise de pouvoir de notre vie.

    Les germes provoquent la maladie ?

    OU

    la maladie vient d’un affaiblissement du système immunitaire ?

    La théorie des germes : on vaccine le poisson
    La théorie du terrain : on nettoie le bocal

    Pour la théorie des germes, il faut :
    – Un professionnel de santé
    – Une seringue
    – et… un vaccin qu’on a eu trop du mal à mettre au point
    (3 heures selon une responsable de chez Pfizer)

    Pour la théorie du terrain, il faut :
    – de l’eau

    ON NOUS CASH QUELQUE CHOSE !

    Aimé par 1 personne

      1. Bonjour,

        J’avoue ne pas avoir enregistré le lien sur ce sujet. Je n’ai fait que l’enregistrer (et l’envoyer à mon médecine et à ma pharmacienne 😋).

        Une recherche sur Swisscows « expérience du Dr ROSENAU grippe espagnole » m’a dirigé vers un lien intéressant : https://ondevraitenparler.wordpress.com/2021/09/02/la-verite-revelee-sur-la-grippe-espagnole-de-1917-il-sagissait-en-fait-dune-pneumonie-bacterienne/

        Une vidéo faite par Novak DJOKOVIC mérite aussi le détour :
        https://odysee.com/@QuadrillageTraduction:1/Lebonheurlasantelenergie:e

        https://swisscows.com/web?culture=fr&query=Expérience%20du%20Dr%20ROSENAU%20grippe%20espagnole

        Aimé par 1 personne

        1. la grippe espagnole j ai vu merci beaucoup dommage que les vidéos d Odyssée ne passent pas sur ce site ; merci beaucoup mon amie , bonne après midi

          J’aime

  2. Je ne comprends pas que vous ne puissiez visionner les vidéos d’Odysee.
    Je subodore que vous recevez un avertissement quand vous voulez aller sur cette plateforme. Et pour cause, c’est là où se retrouvent les censurés YT.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.