le pape François a tenu des réunions privées non divulguées avec le PDG de Pfizer l’année dernière. Selon des sources du Vatican,le Saint-Père a rencontré à deux reprises Albert Bourla,PDG de Pfizer,au Vatican,bien que les détails ne soient pas connus

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, discute lors d’une conférence de presse avec le président de la Commission européenne après une visite de l’usine Pfizer-BioNtech à Puurs, en Belgique, le 23 avril 2021. (photo : John Thys / Pool / AFP via Getty Images)
Edward Pentin
Blogs
15 janvier 2022
CITÉ DU VATICAN – The Register a appris que le pape François a tenu des réunions privées non divulguées avec le PDG de Pfizer l’année dernière, alors que des questions se posent sur l’efficacité des vaccins pour prévenir la transmission, qui sont maintenant obligatoires pour tout le personnel et les visiteurs du Vatican.

Selon des sources vaticanes, le Saint-Père a rencontré à deux reprises le PDG de Pfizer, Albert Bourla, au Vatican, bien que les détails précis ne soient pas connus.

Contrairement à la plupart des audiences privées du pape, ces rencontres n’ont pas été annoncées par le bureau de presse du Saint-Siège, qui n’a pas répondu aux demandes répétées de confirmation de ces rencontres.

Un porte-parole de Pfizer a déclaré : « Nous ne pouvons ni confirmer ni démentir car, selon notre politique, les mouvements de nos cadres sont considérés comme confidentiels. »

Les rencontres de Bourla avec le pape ne seraient pas la première rencontre papale inopinée de ce type ces dernières années. En novembre 2019, peu avant le début de l’urgence sanitaire COVID-19, le pape a reçu en privé Melinda Gates. La rencontre, bien connue au Vatican, n’a pas été annoncée et n’a jamais été reconnue officiellement.

En mai dernier, Bourla a pris part à une conférence en ligne du Vatican sur la santé intitulée « Unite to Prevent & Unite to Cure » qui comprenait un accent important sur les traitements et la prévention du COVID-19 ainsi qu’une plateforme de promotion des vaccins produits par les grandes entreprises pharmaceutiques.

Parmi les autres orateurs de la réunion co-organisée par le Conseil pontifical de la culture figuraient Stéphane Bancel, PDG de Moderna, un autre grand producteur de vaccins anti-COVID-19, le Dr Anthony Fauci, médecin en chef du président Joe Biden, et le Dr Francis Collins, alors directeur des National Institutes of Health des États-Unis.

Premier à utiliser Pfizer

L’État de la Cité du Vatican a été l’une des premières autorités à administrer des vaccins après avoir signé un contrat avec Pfizer fin 2020 pour proposer exclusivement son produit pharmaceutique Pfizer-BioNTech à son personnel. Les premières inoculations ont été déployées au début de 2021.

Fervent partisan du vaccin à la lumière de ce qu’il estime être une « poursuite et une aggravation de l’urgence sanitaire actuelle », le Vatican a rendu obligatoire l’injection Pfizer pour tout le personnel et les visiteurs depuis le 23 décembre.

À partir du 31 janvier, la triple vaccination (deux doses plus le rappel) sera exigée pour entrer sur le territoire du Vatican. (La preuve d’une guérison récente du COVID-19 permet également d’être admis, et il n’y a aucune exigence pour les liturgies publiques et les audiences générales).

Mais ces mandats ont été imposés alors que l’efficacité de tous les vaccins COVID-19 pour prévenir la propagation de la maladie est remise en question.

En décembre 2020, le professeur Andrea Arcangeli, directeur de la Direction de la santé et de l’hygiène du Vatican, a déclaré que le Vatican avait choisi d’utiliser le vaccin Pfizer parce que des essais cliniques avaient montré qu’il était « efficace à 95 % ». Il a ajouté que « par la suite, d’autres vaccins produits avec des méthodes différentes pourront être introduits après évaluation de leur efficacité et de leur pleine sécurité. »

Le chiffre de 95 % signifie que les personnes vaccinées avaient un risque inférieur de 95 % de contracter le COVID-19 par rapport aux participants du groupe témoin des essais, qui n’étaient pas vaccinés. En d’autres termes, Pfizer disait au public que dans son propre essai clinique, les personnes vaccinées avaient 20 fois moins de chances que le groupe témoin de contracter le COVID-19.

Toutefois, dans une interview accordée le 10 janvier à Yahoo News, M. Bourla a reconnu que les deux premières doses du vaccin sont désormais largement inefficaces contre la propagation de la variante Omicron et que, bien que cette dernière soit « plus bénigne » que les variantes précédentes, en raison des taux d’infection élevés, les hospitalisations ont été « beaucoup plus nombreuses en termes de maladies graves, d’occupation des unités de soins intensifs, etc.

« Nous savons que les deux doses du vaccin ont une protection très limitée, voire nulle », a déclaré Bourla à Yahoo News. « Les trois doses, avec le rappel, offrent une protection raisonnable contre les hospitalisations et les décès ».

Les cas continuent malgré la vaccination

Malgré le taux d’efficacité initial de 95 % contre les variantes antérieures qui a incité le Vatican à signer un contrat avec Pfizer, le personnel du Vatican a continué à contracter le COVID-19 au cours de l’année écoulée malgré une double ou triple vaccination. Le dernier cas en date est celui de l’évêque Brian Farrell, secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, qui est actuellement infecté par le COVID-19 bien qu’il ait reçu le vaccin de rappel.

Un fonctionnaire du Conseil pontifical a déclaré au Register ce matin « il a été testé positif, mais nous attendons qu’il revienne au bureau la semaine prochaine ».

Des sources vaticanes ont également indiqué au Register que pas moins de 14 gardes suisses avaient contracté le COVID-19 au cours du second semestre de l’année dernière, mais que les cas n’avaient jamais été signalés. Tous avaient reçu deux doses de Pfizer mais n’avaient pratiquement aucun symptôme.

Le Vatican n’a signalé aucun cas d’hospitalisation ou de décès depuis le lancement du vaccin, et tout au long de la pandémie, aucun décès dû au COVID-19 n’a été signalé dans la Cité du Vatican.

Cependant, depuis le début du programme de vaccination au début de l’année 2021, le bureau de presse du Saint-Siège a cessé de signaler les nouveaux cas de COVID-19, contrairement à 2020, où il annonçait régulièrement si des membres du personnel ou des résidents avaient été testés positifs au virus.

Les derniers membres du personnel du Vatican à avoir été infectés sont le cardinal Giuseppe Bertello, alors président de l’État de la Cité du Vatican, et l’aumônier pontifical, le cardinal Konrad Krajewski, en décembre 2020. Tous deux ont survécu à la maladie.

Malgré les craintes que le vaccin Pfizer soit entaché par l’avortement, le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a semblé cette semaine exclure tout droit d’exemption de conscience.

Il a déclaré au Register que les employés du Vatican cherchant à obtenir une exemption parce qu’ils s’opposent au lien entre le vaccin et l’avortement « ne semble pas justifié », étant donné que le produit Pfizer a seulement été testé et non produit à partir de lignées cellulaires issues de l’avortement.

Le vaccin Pfizer-BioNTech a également provoqué des effets secondaires indésirables, notamment des troubles cardiaques et la formation de caillots sanguins, en particulier chez les plus jeunes, dont certains ont entraîné la mort. Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies insistent sur le fait que ces « rapports sont rares et que les avantages connus et potentiels de la vaccination par le COVID-19 l’emportent sur les risques connus et potentiels [de ces effets secondaires] ».

Des milliers de ces cas et d’autres ont néanmoins été signalés sur les sites gouvernementaux de divers pays (voir les chiffres du Royaume-Uni pour le vaccin Pfizer ici) où les effets secondaires suspectés peuvent être signalés volontairement, et des citoyens ont créé des sites web pour enregistrer leurs propres témoignages d’effets indésirables de tous les vaccins COVID-19.

Edward Pentin
Edward Pentin Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le pape et le Vatican à Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d’EWTN. Il a également réalisé des reportages sur le Saint-Siège et l’Église catholique pour un certain nombre d’autres publications, dont Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l’Église et le Moyen-Orient. Edward est l’auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et The Rigging of a Vatican Synod ? Une enquête sur les allégations de manipulation lors du Synode extraordinaire sur la famille (Ignatius Press, 2015). Suivez-le sur Twitter à l’adresse @edwardpentin.

https://www.ncregister.com/blog/pfizer-and-the-vatican

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.