Les députés européens commencent à se rassembler pour défendre les droits fondamentaux des citoyens de l’UE et s’opposent à la vaccination obligatoire et au certificat vert Traduction Communiqué de presse – Strasbourg, Parlement européen – 21/10/2021

Brigitte Rebotton

Les députés européens commencent à se rassembler pour défendre les droits fondamentaux des citoyens de l’UE et s’opposent à la vaccination obligatoire et au certificat vert Traduction Communiqué de presse – Strasbourg, Parlement européen – 21/10/2021

Réagissant à l’augmentation des violations des droits de l’homme fondamentaux dans toute l’UE, les membres du Parlement européen ont adopté une position commune pour défendre les droits fondamentaux de tous les citoyens de l’UE, qui sont actuellement menacés en raison de la vaccination obligatoire et des abus Utilisation en direct du Certificat COVID numérique.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Strasbourg, le 20 octobre 2021, ils ont également exprimé les graves inquiétudes de centaines de membres du personnel travaillant pour le Parlement européen, qui vivent sous la menace de perdre leur emploi s’ils n’ont pas le numérique

Certificat COVID, alias Certificat vert. La conférence de presse intitulée « Défendre les droits fondamentaux en s’opposant à l’utilisation abusive du certificat vert numérique » a été abordée par quatre députés européens : Christine Anderson (Allemagne, ID), Francesca Donato (Italie, NI), Ivan Vilibor Sin či ć (NI, HR) et Cristian Terhe ş (ECR, RO). Ces députés ont décidé de donner la voix à des millions de citoyens européens qui se battent dans toute l’UE pour leurs droits fondamentaux.

La députée européenne Christine Anderson, après avoir insisté sur l’importance des droits de l’homme, a déclaré :  » laissez-moi dire ceci, je n’ai pas Ce dont je crains, c’est que les gouvernements abusent de cette « crise » ou de toute autre « crise » d’ailleurs, pour porter atteinte aux droits civiques, les révoquer ou pour remettre en question la liberté.

Ce que nous avons vu dans cette crise, c’est que les droits civils et les libertés sont passés des droits fondamentaux à des privilèges que les gouvernements accordent ou révoquent comme ils l’entendent. J’appelle tous les Européens à tenir tête à tout gouvernement qui essaie de nous enlever notre liberté, nos droits civiques et nos libertés !  » L’avocate et députée européenne Francesca Donato a déclaré que « nous avons une situation vraiment terrible en Europe aujourd’hui parce que les droits de l’homme ne ] et partout en Europe les manifestations pacifiques sont violemment réprimées ».

Introduit comme un outil pour faciliter la liberté de circulation, le certificat COVID est maintenant utilisé dans de nombreux pays par les gouvernements nationaux comme un passeport « obligatoire » pour chaque activité sociale, y compris l’emploi – a-t-elle déclaré – en donnant l’exemple d’Italie. « Et donc, nous forçons les citoyens à recevoir des traitements de santé invasifs et risqués, parce que le consentement éclairé que les citoyens sont obligés de signer pour recevoir les vaccins n’est pas gratuit : c’est un consentement extorqué.

Donc, même quand les gens ont des contre-indications médicales pour recevoir des vaccins, ils sont obligés de les prendre. Ils sont obligés de le faire parce qu’ils perdraient leur emploi, perdraient leurs droits fondamentaux s’ils ne le font pas. Et quand ces personnes ont des effets néfastes, même très graves, elles ne reçoivent aucune aide gratuite. Même les rapports d’effets indésirables sont très rares.

Les données sur les effets indésirables que nous pouvons lire sur les journaux sont juste sous-estimées. Nous avons donc un problème médical qui s’est transformé en problème démocratique. Nous devons tous aujourd’hui défendre les droits de l’homme en Europe, nous devons le faire tous ensemble et nous devons le faire maintenant », a-t-elle conclu. Le député européen Ivan Sin či ć a déclaré « qu’il est vraiment triste de voir les libertés, les droits et l’État de droit mis en danger en Europe aujourd’hui.

Malheureusement, dans certains pays, vous ne pouvez pas garder votre emploi sans certificat vert numérique, vous ne pouvez entrer dans les bâtiments publics sans DGC, vous ne pouvez rentrer dans un magasin sans DGC ». Il a décrit le Cer vert numérique « comme une licence de propagation et d’infection » qui donne « un faux sentiment de sécurité », puisqu’il ne protège pas la personne contre l’infection ou la propagation du virus. Le certificat vert numérique « est complètement illogique, il n’est pas scientifique et doit être abandonné », a-t-il ajouté. Sin či ć a déclaré qu’il « soutient pleinement le personnel du Parlement européen dans leurs positions.

Les positions de non-discrimination, non-ségrégation, liberté de venir sur le lieu de travail. C’est leur lieu de travail avec nous, les députés européens ». « Mon message au personnel est simple : vous n’êtes pas seul et vous battez pour vos droits ! Nous nous battons avec vous ! », a-t-il conclu. Le député européen Cristian Terhes a cité l’article 46 du règlement original sur le certificat vert numérique, qui exposait le désir du Parlement européen de défendre les droits humains fondement

MEPs press conference on the abusive use of Green Certificate – European Parliament

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.