La microscopie électronique à balayage et à transmission révèle la présence d’oxyde de graphène dans les vaccins contre le CoV-19

La microscopie à contraste de phase, la microscopie électronique à transmission et à balayage et la spectroscopie à rayons X à dispersion d’énergie révèlent les ingrédients des vaccins contre le CoV-19 !

Actuellement, quatre grandes sociétés pharmaceutiques fabriquent un vaccin contre le SRAS-CoV-2, désormais appelé SRAS-CoV-19. Ces fabricants et leurs vaccins sont Pfizer–BioNTech mRNA Vaccine, Moderna-Lonza mRNA-1273 Vaccine, Serum Institute Oxford Astrazeneca Vaccine et Janssen COVID -19 Vaccine, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson, un adénovirus recombinant, incompétent pour la réplication, exprimant la protéine de pointe du SRAS-CoV-2. L’objectif de ces vaccins est de conférer une immunité contre le nouveau coronavirus infectieux ou SARS-CoV-2, désormais appelé SARS-CoV-19. Ces quatre sociétés pharmaceutiques n’ont pas fourni de divulgation complète à la FDA sur leur boîte de vaccin, leur fiche d’information ou leur étiquette pour bon nombre des ingrédients majeurs et/ou mineurs contenus dans ces soi-disant vaccins. Le but de cet article de recherche est d’identifier les ingrédients majeurs et mineurs spécifiques contenus dans le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna, le vaccin Astrazeneca et le vaccin Janssen en utilisant divers tests scientifiques anatomiques, physiologiques et fonctionnels pour chaque vaccin SRAS-COV-2-19. En tant que droit de l’homme, régi en vertu du droit mondial par le Code de Nuremberg de 1947, l’information sur les ingrédients spécifiques du vaccin est essentielle, requise et nécessaire à connaître pour que tout être humain de n’importe quel pays du monde puisse prendre une décision éclairée quant à son consentement ou non à l’inoculation du SRAS-CoV-2-19. Nous avons effectué les tests scientifiques sur chaque vaccin et avons identifié plusieurs ingrédients ou adjuvants non divulgués qui sont contenus dans ces quatre vaccins contre le SRAS-CoV-2-19. Actuellement, ces vaccins sont administrés à des millions d’êtres humains dans le monde entier en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) délivrée par chaque pays sans divulgation complète de tous les ingrédients et, dans certains cas, à la demande de gouvernements ou d’employeurs, ce qui constitue une violation des droits de l’homme individuels en vertu du Code de Nuremberg de 1947.

Méthodologie et techniques

Quatre « vaccins » ont été analysés, à savoir le vaccin Pfizer-BioNtech, Moderna-Lonza mRNA-1273, Vaxzevria d’Astrazeneca, Janssen de Johnson & Johnson, en utilisant différents instruments et protocoles de préparation selon les nouvelles approches technologiques des nanoparticules. Les différents instruments comprennent la microscopie optique, la microscopie à champ clair, la microscopie à contraste de pHase, la microscopie à champ sombre, l’absorbance UV et la spectroscopie de fluorescence, la microscopie électronique à balayage, la microscopie électronique à transmission, la spectroscopie à dispersion d’énergie, le diffractomètre à rayons X et les instruments de résonance magnétique nucléaire, qui ont été utilisés pour vérifier la morphologie et le contenu des « vaccins ». Pour les mesures de haute technologie et le soin de l’enquête, tous les contrôles ont été activés et les mesures de référence adoptées afin d’obtenir des résultats validés.

Microscopie à contraste de phase et à champ sombre du sang vivant

Des images des fractions aqueuses des vaccins ont ensuite été obtenues pour évaluer visuellement la présence éventuelle de particules de carbone ou de graphène.

Les observations au microscope optique ont révélé une abondance d’objets laminaires 2D transparents qui présentent une grande similitude avec les images de la littérature (Xu et al, 2019), et avec les images obtenues à partir du standard rGO (SIGMA)(Figures 1, 2 et 3).

Des images de grandes feuilles transparentes de taille et de formes variables ont été obtenues, montrant des formes ondulées et plates, irrégulières. Des feuilles plus petites de formes polygonales, également similaires aux flocons décrits dans la littérature (Xu et al, 2019) peuvent être révélées avec la microscopie à contraste de pHase et à champ sombre (Figure 3).

Tous ces objets laminaires étaient répandus dans la fraction aqueuse de l’échantillon de sang (Figure 1) ou de vaccin (Figures 2 et 3) et aucun composant décrit par le brevet déposé ne peut être associé à ces feuilles.

Sur la figure 1, vous pouvez voir à quoi ressemble une bombe à fragmentation d’oxyde de graphène réduit (rGO) dans les 19 soi-disant vaccins vivants non tachés de Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ?

Sang normal sain normal et après inoculation de l’ARNm

Les nanotubes et les microtubes provoquent une coagulation sanguine pathologique entraînant une hypercapnie, une hypoxie et la mort.

Quels sont les ingrédients non divulgués contenus dans les soi-disant vaccins CoV-19 de Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ?

Pour répondre à cette question, une fraction aqueuse des vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen a été prélevée dans chaque flacon, puis examinée séparément sous microscope à contraste de pHase à des grossissements de 100x, 600x et 1500x, montrant des preuves anatomiques de particules d’oxyde de graphène réduit (rGO) qui ont été comparées à des micrographies de rGO de Choucair et al, 2009 pour identification et vérification[3].

Étapes de l’analyse des fractions aqueuses du vaccin

Les échantillons réfrigérés ont été traités dans des conditions stériles, en utilisant une chambre à flux laminaire et du matériel de laboratoire stérilisé.

Les étapes de l’analyse sont les suivantes

  1. Dilution dans du sérum physiologique stérile à 0,9 % (0,45 ml + 1,2 ml)
  2. Fractionnement par polarité : 1,2 ml d’hexane + 120 ul d’échantillon RD1
  3. Extraction de la pHase aqueuse hydrophile
  4. Analyse de l’absorbance UV et de la spectroscopie de fluorescence
  1. Extraction et quantification de l’ARN dans l’échantillon
  2. Microscopie électronique et optique de la pHase aqueuse.

Les ingrédients non divulgués du « vaccin » Pfizer

Les micrographies des figures 2 et 3 ont été obtenues par microscopie optique à contraste de pHase 100X, 600X et 1500X, à champ sombre et à champ clair [3].

À gauche de chaque micrographie, vous verrez des micrographies obtenues à partir de la fraction aqueuse du vaccin Pfizer contenant du rGO.

À droite de chaque micrographie, vous verrez une correspondance avec des sources connues contenant du rGO pour la validation anatomique.

Les observations sous microscope à contraste de phase, à champ sombre, à champ clair, à microscopie électronique à transmission et à balayage du produit vaccinal de Pfizer, notamment
produits vaccinaux de Moderna, Astrazeneca et Janssen ont révélé certaines entités qui peuvent être des bandes de graphène comme le montre la figure 3 ci-dessous.

Figure 3 – Images de la fraction aqueuse contenant de l’oxyde de graphène réduit provenant de l’échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l’oxyde de graphène réduit (rGO) standard soniqué (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique à contraste de pHase, 600X. De plus, le rapport Muestra RD1, La Quinta Columna, 28 juin 2021 ; Graphene Oxide Detection in Aqueous Suspension ; Delgado Martin, Campra Madrid confirme nos résultats. [4] https://cen.acs.org/articles/86/i4/Graphene
-Ribbons.html

La figure 4 montre la capside du liposome contenant le rGO que Pfizer utilise pour son produit afin de véhiculer l’oxyde de graphène en attachant la capside du liposome à des molécules d’ARNm spécifiques pour conduire le contenu du liposome de rGO vers des organes, des glandes et des tissus spécifiques, à savoir les ovaires et les testicules, la moelle osseuse, le cœur et le cerveau. L’image a été obtenue par une préparation SEM-Cryo.

Pour une identification définitive du graphène par TEM, il est nécessaire de compléter l’observation par la caractérisation structurelle en obtenant un échantillon standard caractéristique par diffraction d’électrons (comme la figure ‘b’ montrée ci-dessous)[4].

L’échantillon standard correspondant au graphite ou au graphène a une symétrie hexagonale, et présente généralement plusieurs hexagones concentriques.

La figure 4b révèle le diagramme de diffraction des rayons X des particules de graphène. Matéria (Rio J.) 23 (1) , 2018. Caractérisation de nano-feuilles de graphène obtenues par une méthode de Hummer modifiée. Renata Hack et al. [4]

Grâce à la microscopie électronique à transmission (MET), nous avons observé une matrice ou un maillage complexe de feuilles de rGO flexibles, translucides et pliées, avec un mélange d’agglomérations multicouches plus sombres et de monocouches dépliées de couleur plus claire, comme le montre la figure 5. [3][4]

La figure 5 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées.

Les zones linéaires plus sombres de la figure 5 semblent correspondre à un chevauchement local des feuilles et à une disposition locale des feuilles individuelles parallèlement au faisceau d’électrons[5].

Après le maillage, une forte densité de formes claires arrondies et elliptiques non identifiées apparaît, correspondant peut-être à des trous générés par le forçage mécanique du maillage de rGO pendant le traitement, comme on le voit sur la figure 6[4][5].

La figure 6 montre une observation par microscopie TEM où des particules d’oxyde de graphène réduit sont présentes dans un vaccin Pfizer. La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines de rGO à base de carbone. Cette preuve a été initialement trouvée par Muestra RD1, et publiée dans le rapport de La Quinta Columna, 28 juin 2021 ; Détection d’oxyde de graphène dans une suspension aqueuse ; Delgado Martin, Campra Madrid. [4]

The Immune Response to Dietary, Metabolic, Environmental and Inoculated Organic and Inorganic Micro and Nano Particulates

La réponse immunitaire aux micro et nanoparticules organiques et inorganiques alimentaires, métaboliques, environnementales et inoculées.

Le cristal de sang orange vif ci-dessous est de l’acide urique solidifié provenant de l’ingestion d’un régime hyperprotéiné à base de chair animale, de sang et de fluides interstitiels. Vous remarquerez qu’il y a plusieurs neutrophiles qui tentent de nettoyer et d’éliminer cette masse toxique. C’est l’objectif principal des globules blancs de gérer et de maintenir l’équilibre délicat du pH des fluides corporels.

En regardant la vidéo ci-dessus, vous voyez deux neutrophiles (les neutrophiles représentent les 2/3 du nombre total de globules blancs) nager dans le plasma sanguin. Le neutrophile de gauche se déplace vers le bas pour ramasser une transformation biologique d’une levure de forme Y, comme Candida albicans. En une minute environ, vous verrez ce neutrophile expulser cette levure de forme Y hautement toxique dans le plasma sanguin.

L ARTICLE EST TRES IMPORTANT A LIRE ET TRES LONG LA SUITE EN ANGLAIS SUR CE SITE ……https://www.drrobertyoung.com/post/transmission-electron-microscopy-reveals-graphene-oxide-in-cov-19-vaccines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.