Gouverner par le mensonge et la peur ne peut que mal finir

À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (John Fitzgerald Kennedy)

Mensonges à gogo

Depuis 18 mois sur les masques, les morts attribués au covid-19, les réquisitoires dans des articles caviardés contre l’hydroxychloroquine et en faveur des médicaments dangereux inefficaces et hors de prix comme le remdésivir, sur l’intérêt des confinements pourtant démontrés délétères, etc.

Pour gouverner selon leur bon plaisir et mettre en place le programme de Davos, détruire tous nos droits sociaux, le chômage, les régimes de retraite, la Sécurité sociale, les gouvernants occidentaux rêvent de supprimer définitivement nos libertés fondamentales selon le modèle chinois et le PCC – parti communiste chinois avec lequel beaucoup sont très liés.

Machiavel et le gouvernement de la peur

Pour nous empêcher de réagir, ils instrumentalisent la panique créée et entretenue par une propagande massive et permanente des médias, et des simulations mathématiques apocalyptiques présentées comme des vérités. Actuellement c’est la quatrième vague qui devrait arriver, celle du variant delta. Leurs discours actuels sont totalement mensongers.

Ils mentent en prétendant que les pseudo-vaccins ne sont plus en essai

Le ministre O. Véran a publiquement prétendu que les pseudo-vaccins avaient terminé les essais phase 3 avec succès. Ceci est un mensonge grossier. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter le site officiel américain clinicaltrials.gov qui montre que la fin de ces essais phase 3 est attendue au plus tôt en 2023.  

Ils mentent en prétendant que les pseudo-vaccins sont efficaces sur le variant delta

Le variant delta a été identifié pour la première fois en Inde le 5 octobre 2020 et aurait pour origine deux modifications génétiques du virus : la mutation L452R, semblable à celle observée sur le variant californien et l’autre, appelée E484Q, proche d’une autre mutation détectée sur les variants brésiliens et sud-africains. Plus contagieux que les souches précédentes qu’il tend de ce fait à supplanter, car il est peu sensible aux pseudo-vaccins actuels.

En Grande-Bretagne, champion européen des injections anticovid-19 expérimentales qui ont touché près des deux tiers de la population, les chiffres de l’OMS montrent depuis 6 semaines un accroissement exponentiel des contaminations dont plus de 95 % sont des variants delta.

En Israël même inefficacité de l’injection Pfizer sur le variant delta.

Israël est le champion moyen-oriental de l’injection Pfizer avec plus des deux tiers de sa population traitée. Mais cette injection expérimentale est incapable d’empêcher les contaminations au variant delta.

Une enquête épidémique à la recherche du premier contaminateur d’un foyer d’infectés révèle qu’il s’agissait d’un touriste vacciné qui a transmis le virus à un membre de sa famille lui aussi vacciné qui aurait ensuite contaminé 75 étudiants (dont la majorité était vaccinée) lors d’une fête privée.

Donc nos gouvernants et les médias mentent lorsqu’ils prétendent que les pseudo-vaccins actuels pourraient nous protéger contre le variant delta et qu’ils constituent la seule solution contre la maladie. 

Moderna a reconnu que son vaccin fonctionnait mal contre les variants et a promis une troisième dose adaptée au nouveau variant pour l’automne prochain ! Mais d’ici là d’autres variants auront déjà rendu cette troisième dose obsolète.

Cette inefficacité des vaccins contre les variants était prévisible ; elle est constatée avec les virus grippaux et impose à chaque épidémie grippale un nouveau vaccin qui se révèle souvent inefficace ou très peu efficace parce que mal adapté à la nouvelle souche.

Ils mentent lorsqu’ils prétendent que ce variant delta est dangereux

Lorsqu’on compare les chiffres de contaminations et de mortalité, il est évident que ce variant est très peu dangereux comme le montre l’évolution en Israël.

Mais aussi en Grande-Bretagne :

Et aux Pays-Bas

Le variant delta est donc beaucoup moins mortifère que le virus initial et de plus, également sensible aux traitements précoces. Aucune raison d’avoir peur.

Ils mentent lorsqu’ils prétendent qu’il n’y a pas de traitement efficace

Deux mois après le début de la vaccination, l’Inde a été confrontée à l’émergence du variant delta qui se propageait de manière incontrôlée. Le recours aux traitements précoces par Ivermectine et hydroxychloroquine a permis de rétablir la situation sanitaire.

L’efficacité de l’Ivermectine comme traitement anti-covid a été, depuis, confirmée par un jugement de la cour de Bombay le 13 mai 2021, basée sur la revue complète et fournie de la littérature médicale par les scientifiques indiens.

L’efficacité des traitements précoces a été également confirmée à Mexico où la poussée épidémique a été contrôlée par l’utilisation de l’Ivermectine.

Actuellement le traitement par Ivermectine est actuellement recommandé en cas de besoin à 22 % de la population mondiale. Les traitements précoces basés en particulier sur l’hydroxychloroquine et les autres antipaludéens sont utilisés dans une grande partie du monde depuis le début de l’épidémie expliquant la faible mortalité liée au Sars Cov2 dans de nombreux pays contrastant avec la haute mortalité des pays occidentaux interdisant ces traitements précoces aux médecins (contre toute légalité), les mêmes qui veulent imposer maintenant à toute force les injections géniques à leur population.

Rappelons qu’actuellement un peu moins de 12 % de la population mondiale est « vaccinée » contre le covid-19 laissant fort heureusement plus de 81 % indemnes de ce poison.

Un revirement de l’Institut Pasteur ?

L’institut Pasteur lui-même pourtant très pro-vaccin reconnaît que le traitement précoce par Ivermectine paraît très prometteur [1] « nous montrons que les doses standard d’Ivermectine (IVM), empêchent la détérioration clinique, réduisent le déficit olfactif, et limitent l’inflammation des voies respiratoires supérieures et inférieures dans les hamsters infectés par le SARS-CoV-2. »

Alors pourquoi nos dirigeants prétendent-ils encore qu’il n’y a pas de traitements efficaces ?

Et continuent-ils de baser leur politique sur des prophéties fausses dont le but est d’entretenir la panique qu’elles ont créée ?  Parce que les AMM conditionnelles des injections géniques précoces avant la fin des essais cliniques ne peuvent être accordées que s’il n’existe AUCUN traitement médical efficace reconnu sur l’affection qu’on veut traiter.

Ceci explique l’acharnement à refuser de reconnaître l’efficacité contre le covid-19 de tous les médicaments anciens et bon marché et en particulier l’hydroxychloroquine prônée par les professeurs Raoult et Perronne entre autres, mais aussi l’Artemisia utilisée largement en Afrique (expliquant la mortalité très faible de ces pays) ou l’Ivermectine manifestement extrêmement efficace contre le covid-19 et ses variants qui subit aussi depuis quelques mois une vague de dénigrement contraire à tous les principes de la médecine.

Les prophètes de la peur mentent depuis le début

Ces prédictions des covid terroristes ne reposent absolument pas sur des faits avérés dans le monde réel, mais uniquement sur les prophéties alarmistes de l’Impérial College et de l’Institut Pasteur qui utilisent les programmes de modélisation de Neil Ferguson qui a toujours considérablement surestimé la gravité des maladies pour justifier des mesures nuisibles.

Les mensonges du mage Ferguson dans les décennies précédentes

Rappelons, par exemple qu’en 2001, ses prédictions sur la fièvre aphteuse ont entraîné l’abattage de 6 millions de bovins, décision aujourd’hui considérée comme aberrante. En 2002, Ferguson prophétisa que la maladie de la vache folle tuerait environ 50 000 Britanniques. À la fin de l’épidémie, on en recensa 177. En 2005, il prédit que la grippe aviaire tuerait 65 000 Britanniques. Il y en eu au total 457. En 2009 lors de la grippe H1N1, Ferguson, avait prédit 8 000 morts au Canada il y en eut moins de 500. En France, il avait prédit 20 000 morts ; il y en eut 312.

Pour le Covid-19, le rapport 9 de l’Imperial College en mars 2020 prophétisait qu’en l’absence de verrouillage total pompeusement appelé « stratégie de suppression » on compterait dans les 3 mois 2,2 millions de morts aux USA, 510 000 en Grande-Bretagne, 500 000 en France, 100 000 aux Pays-Bas et 70 000 en Suède… Le 11 juillet 2021, après presque 18 mois d’épidémie sans confinement aveugle, les Pays -Bas ne comptent que 17 765 morts et la Suède 14 643 démontrant que les prédictions de Ferguson majorent de 4 à 5 fois le risque réel.

Les covid terroristes prétendaient que, sans confinement, les hôpitaux seraient totalement débordés, incapables de distribuer les soins de base accroissant d’autant la mortalité globale. Les pays qui n’ont pas confiné (Suède, Pays-Bas, Biélorussie, Finlande) ont pu faire face sans problèmes à la situation sanitaire et la mortalité covid-19 chez eux est en moyenne deux fois moins élevée que dans les pays comme l’Italie, l’Espagne, la Belgique, la France ou la Grande-Bretagne qui ont confiné aveuglément.

Alors pourquoi nos dirigeants continuent-ils à croire ces faux prophètes, vrais terroristes de la vie quotidienne, qui se trompent (ou nous trompent) presque constamment et dans des proportions considérables lorsqu’ils modélisent des maladies nouvelles ?

Pour traiter une maladie, il ne faut pas se baser sur des boules de cristal (même électroniques), mais sur les faits avérés du monde réel.

Une tyrannie pas même éclairée

Les tyrans estiment que les princes éclairés pourraient faire progresser l’humanité. Macron croit peut-être qu’imposer un pseudo-vaccin aux Gaulois réfractaires est une bonne chose pour eux. Mais cela témoigne d’un mépris total de la démocratie et du peuple et d’une méconnaissance grave des faits avérés et de l’Histoire.

Dans l’Histoire, les régimes tyranniques ne durent jamais très longtemps. Au tyran demandé par la foule succèdent le désenchantement, puis la colère, car au fur et à mesure que la tyrannie devient moins utile, elle se fait de plus en plus oppressive. Le refus d’écouter la souffrance du peuple suscite la colère croissante puis la haine jusqu’à l’explosion finale et la fin trop souvent sanglante qu’ont connue Alexandre tyran de Phères, Néron, Caligula, Vitellius, Gallère empereurs romains, Louis XVI, Mussolini, Trujillo, Kadhafi, Saddam Hussein…

La dérive de plus en plus totalitaire d’un gouvernement qui prolonge une loi d’urgence sans aucune justification réelle accroît la propagande permanente, les mensonges quotidiens, la censure, et multiplie les menaces et les intimidations contre les opposants, fracture un peu plus le pays, et fait courir des risques politiques insensés à notre démocratie, au peuple et aussi à ses dirigeants.

Pour éviter une issue sanglante à cette dérive totalitaire il faut que chacun utilise les moyens pacifiques dont nous disposons encore : distribuer des tracts rappelant que les privations de liberté qu’on nous a imposées n’ont servi à rien, qu’elles ont causé des dommages considérables, que ce ne sont pas des vaccins qu’on veut nous imposer, mais des médicaments OGM, qu’ils sont encore expérimentaux pendant au minimum 18 mois, qu’ils ne protègent  ni de la maladie, ni de la transmission et que de toute manière même si on était vacciné,  ils ne nous rendraient pas nos libertés, si nous ne combattons pas pour les récupérer.

Ceux qui peuvent marcher devraient  rejoindre les cortèges de manifestants qui se créent partout.

Ceux qui ne peuvent pas marcher doivent écrire, téléphoner ou mieux rencontrer leurs représentants (députés, sénateurs, maires, conseillers régionaux) pour leur exposer la réalité du terrain, et tenter de les convaincre qu’ils ne voteront plus pour eux s’ils acceptent des lois liberticides injustifiées. Durant la Résistance, les collaborateurs étaient plus honnis que l’occupant. Rappelons-leur.

Préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948

« Il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression ».

Gérard Delépine

https://ripostelaique.com/gouverner-par-le-mensonge-et-la-peur-ne-peut-que-mal-finir.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.