Le gouvernement japonais annonce qu’il va rejeter à la mer l’eau irradiée de la centrale nucléaire de Fukushima.

Les eaux usées contaminées de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi seront rejetées dans l’océan « dans environ deux ans », a annoncé le gouvernement japonais, malgré les appels de la Chine et de la Corée du Sud qui s’y opposent.
Le Premier ministre Yoshihide Suga a annoncé cette décision à Tokyo mardi matin, heure locale. Il avait auparavant qualifié le rejet d' »inévitable », compte tenu de la quantité d’eau accumulée au cours de la dernière décennie.

La centrale nucléaire de Dai-ichi, dans la préfecture de Fukushima, a subi une fusion après avoir été frappée par un séisme de magnitude 9 et un tsunami de 15 mètres en mars 2011. Il s’agit de la pire catastrophe nucléaire depuis l’accident de Tchernobyl en 1986 en URSS.

Les eaux usées contaminées par le tritium – l’isotope radioactif de l’hydrogène – qui se sont accumulées depuis à l’intérieur du complexe seront diluées et rejetées dans l’océan, a rapporté mardi la chaîne nationale japonaise NHK, citant des responsables gouvernementaux.

En début de semaine, la Chine a averti le Japon que « la communauté internationale l’observe » et a appelé Tokyo à « assumer ses responsabilités internationales » en matière d’environnement.

Un porte-parole du ministère sud-coréen des affaires étrangères a déclaré lundi que le rejet de l’eau « affecterait directement et indirectement la sécurité de la population et de l’environnement voisin » et qu’il serait « difficile d’accepter » que le Japon prenne cette décision sans « consultation suffisante » de ses voisins.

L’eau tritiée accumulée est un sous-produit des autorités qui ont tenté de refroidir le combustible nucléaire fondu du cœur du réacteur de la centrale au cours des dix dernières années. Une étude réalisée par le gouvernement japonais en 2013 a conclu qu’il n’existe « aucune technologie de séparation pratique à l’échelle industrielle » pour traiter les eaux usées, et a recommandé comme solution le « rejet contrôlé dans l’environnement ».

Il y a plus de 1,25 million de tonnes d’eau tritiée dans les réservoirs de stockage du complexe de Fukushima Dai-ichi. Son exploitant, Tokyo Electric Power Company (TEPCO) Holdings, prévoit de manquer d’espace de stockage dès l’automne 2022. L’eau tritiée a déjà été traitée selon un procédé qui permet d’éliminer d’autres matières radioactives, notamment le strontium et le césium, qui sont hautement toxiques, a précisé TEPCO.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ne s’est pas opposée au projet du Japon de rejeter les eaux usées, estimant qu’il « répond aux normes mondiales » des pratiques de l’industrie nucléaire. Au cours d’une vidéoconférence avec le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, le mois dernier, le ministre japonais de l’Industrie, Hiroshi Kajiyama, a demandé à l’agence de mener « un examen scientifique et objectif » de l’évacuation des eaux et de « communiquer ouvertement son point de vue à la communauté internationale », selon le Mainichi Shimbun.

https://www.rt.com/news/520856-fukushima-contaminated-water-release/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.