De « l’Évènement 201 » à « Cyber Polygone » – Simulation d’une « cyberpandémie » à venir au Forum économique mondial

par Johnny Vedmore et Whitney Webb.

L’année dernière, le Forum économique mondial (FEM) s’est associé au gouvernement russe et aux banques mondiales pour mener une simulation de cyberattaque très médiatisée qui visait le secteur financier, un événement qui ouvrirait la voie à une « réinitialisation » de l’économie mondiale. Cette simulation, baptisée Cyber Polygone, était peut-être plus qu’un simple exercice de planification et présente des similitudes avec la simulation de pandémie, l’Évènement 201, parrainé par le FEM qui a précédé la crise du COVID-19.

Mercredi, le Forum économique mondial, ainsi que la banque russe Sberbank et sa filiale de cybersécurité BI.ZONE ont annoncé qu’une nouvelle simulation de cyberattaque mondiale aurait lieu en juillet prochain pour apprendre aux participants à « développer des écosystèmes sécurisés » en simulant une cyberattaque de la chaîne d’approvisionnement similaire au récent piratage de SolarWinds qui permettrait « d’évaluer la cyber-résistance » des participants à l’exercice. Sur le site web de l’événement récemment mis à jour, la simulation, appelée Cyber Polygone 2021, avertit de façon inquiétante que, compte tenu des tendances à la numérisation largement encouragées par la crise du COVID-19, « un seul lien vulnérable suffit à faire tomber le système tout entier, selon un effet domino », ajoutant qu’une « approche sécurisée du développement numérique aujourd’hui déterminera l’avenir de l’humanité pour les décennies à venir ».

Cet exercice intervient plusieurs mois après que le FEM, « l’organisation internationale pour la coopération public-privé » qui compte parmi ses membres l’élite la plus riche du monde, ait officiellement annoncé son initiative pour une Grande Réinitialisation, qui impliquerait la transition coordonnée vers une économie mondiale de la Quatrième Révolution industrielle dans laquelle les travailleurs humains deviennent de plus en plus insignifiants. Cette révolution, dont son plus grand partisan, le fondateur du FEM, Klaus Schwab, a déjà présenté un problème majeur pour les membres et les organisations membres du FEM, à savoir le sort réservé aux masses de personnes laissées au chômage par l’automatisation et la numérisation croissantes sur le lieu de travail.

Les nouveaux systèmes économiques basés sur la numérisation, en partenariat avec les banques centrales ou gérés par elles, sont un élément clé de la Grande Réinitialisation du FEM, et de tels systèmes seraient une partie de la réponse au contrôle des masses de chômeurs récents. Comme d’autres l’ont fait remarquer, ces monopoles numériques, et pas seulement les services financiers, permettraient à ceux qui les contrôlent de « couper » la rentrée d’argent d’une personne et son accès aux services si cette personne ne respecte pas certaines lois, mandats et règlements.

Le FEM a activement promu et créé ces systèmes et a récemment commencé à appeler son modèle préféré « capitalisme des parties prenantes ». Bien qu’il soit annoncé comme une forme de capitalisme plus « inclusive », le capitalisme des parties prenantes fusionnerait essentiellement les secteurs public et privé, créant ainsi un système qui ressemble beaucoup plus au style corporatiste du fascisme de Mussolini qu’à autre chose.

Cependant, pour inaugurer ce nouveau système radicalement différent, le système corrompu actuel doit en quelque sorte s’effondrer dans son intégralité, et son remplacement doit être commercialisé avec succès auprès des masses comme étant en quelque sorte meilleur que son prédécesseur. Lorsque les personnes les plus puissantes du monde, telles que les membres du FEM, souhaitent apporter des changements radicaux, des crises apparaissent commodément – qu’il s’agisse d’une guerre, d’un fléau ou d’un effondrement économique – qui permettent une « remise à zéro » du système, qui s’accompagne souvent d’un transfert massif de richesses vers le haut.

Au cours des dernières décennies, de tels événements ont souvent été précédés par des simulations qui se déroulent avant que l’événement qu’ils étaient censés « prévenir » ne se produise. Parmi les exemples récents, citons les élections américaines de 2020 et le COVID-19. L’une de ces simulations, l’Événement 201, a été organisé conjointement par le Forum économique mondial en octobre 2019 et a simulé une nouvelle pandémie de coronavirus qui se propage dans le monde entier et provoque des perturbations majeures de l’économie mondiale – quelques semaines seulement avant l’apparition du premier cas de COVID-19. Cyber Polygone 2021 n’est que la dernière simulation de ce type, co-parrainée par le Forum économique mondial. Le programme actuel du forum et ses antécédents en matière d’accueil de simulations prophétiques exigent que l’exercice soit examiné de près.

Bien que Cyber Polygone 2021 ne soit pas prévu avant plusieurs mois, il a été précédé par Cyber Polygone 2020, une simulation similaire parrainée par le FEM qui a eu lieu en juillet dernier et dans laquelle les intervenants ont mis en garde contre une « pandémie » de cyberattaques mortelles qui cibleraient principalement deux secteurs économiques, la santé et la finance. Cyber Polygone 2020 a été officiellement décrit comme une « formation internationale en ligne pour accroître la cyber-résistance mondiale » et a impliqué de nombreuses grandes entreprises technologiques et autorités internationales, d’IBM à INTERPOL. L’événement a également attiré de nombreux participants surprenants, dont certains ont été traditionnellement considérés comme opposés aux intérêts impériaux occidentaux. Par exemple, la personne choisie pour ouvrir l’événement Cyber Polygone était le premier ministre de la Fédération de Russie, Mikhail Mishustin, et son hôte principal, BI.ZONE, était une filiale de la Sberbank contrôlée par le gouvernement russe. Cela suggère que le récit récurrent du « piratage russe » pourrait toucher à sa fin ou sera bientôt remplacé par un autre croque-mitaine plus approprié à la lumière des réalités politiques actuelles.

Outre Mishustin, le directeur exécutif du FEM Klaus Schwab et l’ancien premier ministre britannique Tony Blair ont participé à l’événement Cyber Polygone 2020, qui doit être répété chaque année et qui présente de nombreuses similitudes avec l’Événement 201 de 2019. Plutôt que de se préparer à une éventuelle pandémie médicale, le Cyber Polygone 2020 s’est concentré sur la préparation d’une « cyberpandémie », qui, selon les médias grand public comme le New Yorker, est « déjà en cours ». Au vu des récentes simulations du FEM, les puissants propriétaires d’entreprises et banquiers milliardaires semblent prêts à utiliser les pandémies physiques et numériques pour réformer nos sociétés selon leur propre conception et pour leur propre bénéfice.

Les architectes de Cyber Polygone

Selon la société russe de cybersécurité BI.ZONE, 120 organisations réparties dans 29 pays ont participé aux deux scénarios simulés lors de Cyber Polygone 2020, avec jusqu’à cinq millions de personnes qui auraient regardé le direct en streaming dans plus de 57 pays. Comme de nombreux événements qui ont eu lieu en 2020, les simulations du Cyber Polygone ont été réalisées en ligne en raison des restrictions imposées par le COVID-19. En collaboration avec le Forum économique mondial, BI.ZONE, une filiale de Sberbank, gère le projet Cyber Polygone. Le plus grand actionnaire de la Sberbank, depuis l’année dernière, est le gouvernement russe, et elle est donc souvent décrite par les médias anglophones comme une banque contrôlée par l’État.

L’événement de 2020 a été lancé par un discours du premier ministre de la Fédération de Russie, Mishustin, qui courtisait les entreprises technologiques occidentales avant d’entrer en politique. En 1989, Mishustin a obtenu un diplôme en ingénierie des systèmes à l’Université technologique d’État de Moscou (généralement connue sous le nom de Stankin). Au cours des années 1990, il a travaillé au sein de l’International Computer Club (ICC), une organisation à but non lucratif dont l’objectif est « d’attirer les technologies de l’information avancées occidentales » en Russie. Entre 1996 et 1998, Mishustin était le président du conseil d’administration de l’ICC, mais la société a été liquidée en 2016. Entre 2010 et 2020, il a été à la tête du Service fédéral des Impôts de la Fédération de Russie. Bien qu’il n’ait jamais manifesté d’ambitions politiques auparavant, le 16 janvier 2020, il a été nommé premier ministre de la Fédération de Russie par un décret du président Poutine.

Lors des allocutions de bienvenue de Mishustin au Cyber Polygone 2020 du FEM, le premier ministre russe a mis en garde contre la nécessité de créer une politique publique pour « renforcer la sécurité numérique des activités critiques sans compromettre les bénéfices de la transformation numérique dans les secteurs critiques qui restreindrait inutilement l’utilisation et l’ouverture de la technologie numérique ». La déclaration suggère que les « restrictions inutiles » pourraient être considérées comme nécessaires à terme.

Mishustin a poursuivi en expliquant que le redressement économique de la Russie après la crise sera basé sur « la numérisation croissante de cette économie et de ce gouvernement », ajoutant que « nous allons augmenter de manière drastique le nombre de services publics numériques disponibles et introduire des mesures de soutien fondamentalement nouvelles pour les entreprises numériques ». Il a également déclaré que « la Russie a développé un système national commun pour l’identification et la prévention des cyberattaques avec les systèmes d’information de l’agence gouvernementale reliés dans le système ». Il s’est également adressé à l’audience de Cyber Polygone sur la nécessité pour la communauté internationale de se rassembler pour prévenir une « pandémie mondiale de cyberfraude ».

Sberbank, la plus grande institution bancaire russe et ancien monopole d’épargne soviétique, qui a été fondée à l’origine par Nicolas Ier, a été l’hôte officiel de l’événement Cyber Polygone 2020 aux côtés du Forum économique mondial. Comme l’a rapporté The Economist en janvier 2021, le géant bancaire russe a commencé à réimaginer ses activités dans le but de devenir un géant de la technologie de consommation. Sberbank a dépensé environ 2 milliards de dollars en technologie et en acquisitions, avec notamment l’acquisition du groupe de médias Internet Rambler, qu’il a entièrement racheté en 2020. Le 30 décembre 2020, Sberbank a acquis Doma.ai, qui se décrit comme « une plateforme de gestion immobilière pratique ». Le 15 juin 2020, Sberbank a acheté 2GIS, une carte, un navigateur et un annuaire d’entreprises avec plus de 42 millions d’utilisateurs actifs par mois. Les 22 investissements de Sberbank, dont 11 en tant qu’investisseur principal, comprennent certains des services les plus utilisés en Russie, et son intention claire est de devenir un portail numérique unique pour tous les services. La banque est également devenue propriétaire de l’un des plus grands centres de traitement des données en Europe lorsque le centre de traitement des données South Port a ouvert en novembre 2011, remplaçant les 36 centres de traitement des données régionaux existants. La Sberbank devrait être la première banque au monde à lancer sa propre cryptomonnaie, le Sbercoin, et son « écosystème » de finance numérique en mars prochain. Elle a notamment annoncé le lancement prochain du Sbercoin, un « stablecoin » lié au rouble russe, quelques semaines seulement après l’exercice Cyber Polygone 2020.

L’alliance de la Sberbank avec le FEM et sa présence au Cyber Polygone 2020 ont été soulignées lors de l’événement lors du discours de bienvenue prononcé par Klaus Schwab. Schwab a remercié tout particulièrement Herman Gref, membre du conseil d’administration du Forum économique mondial et PDG de Sberbank, et a également lancé l’avertissement suivant :

« Nous connaissons tous, mais n’y prêtons pas encore suffisamment attention, le scénario effrayant d’une cyberattaque globale qui mettrait complètement à l’arrêt l’approvisionnement en électricité, les transports, les services hospitaliers, notre société dans son ensemble. La crise du COVID-19 serait à cet égard considérée comme une petite perturbation par rapport à une cyberattaque majeure. Nous devons nous demander, dans une telle situation, comment nous avons pu laisser cela se produire alors que nous avions toutes les informations sur la possibilité et la gravité d’une attaque à risque. La cybercriminalité et la coopération mondiale devraient être au premier plan de l’agenda mondial ».

Des avertissements similaires ont été entendus lors d’une simulation de 2019 qui était également co-parrainée par le Forum économique mondial, l’Événement 201. L’Événement 201, qui a simulé une pandémie mondiale quelques mois avant la crise du COVID-19, a mis en garde dans sa documentation officielle : « La prochaine pandémie grave ne provoquera pas seulement de grandes maladies et des pertes de vies humaines, mais pourrait également avoir des conséquences économiques et sociétales majeures en cascade qui pourraient contribuer grandement à un effondrement et à la souffrance des populations au niveau mondial ». Contrairement aux simulations similaires réalisées dans le passé, l’Événement 201 a défendu une approche de « partenariat public-privé » pour lutter contre les pandémies, en mettant l’accent sur l’engagement « du secteur privé dans la préparation aux épidémies au niveau national ou régional ». Le FEM est, entre autres, un acteur majeur pour la fusion des secteurs public et privé au niveau mondial, se décrivant lui-même comme « l’organisation internationale pour la coopération public-privé ». Il n’est donc pas surprenant que leur dernière simulation de catastrophe, qui se concentre sur les cyberattaques, promeuve ce même agenda.

Les orateurs de Cyber Polygone 2020

Outre Schwab et Mishustin, 20 autres personnes ont participé au Cyber Polygone 2020, dont quelques grands noms de l’élite politique. Tout d’abord, Herman Gref s’est entretenu avec l’ancien premier ministre britannique Tony Blair, qui milite depuis des décennies en faveur des systèmes d’identité numérique. Blair a déclaré sans détour au PDG de Sberbank que les systèmes d’identité numérique biométriques seront « inévitablement » les outils que la plupart des gouvernements utiliseront pour faire face aux futures pandémies. Blair, discutant de la pandémie de coronavirus avec Gref, a préconisé les mesures de verrouillage les plus sévères, affirmant que la seule alternative aux identités numériques biométriques est de « verrouiller l’économie ».

Ensuite, Sebastian Tolstoy, directeur général d’Ericsson pour l’Europe de l’Est, l’Asie centrale et la Russie et président actuel de la Fondation de la famille Tolstoy en Suède, a dialogué avec Alexey Kornya. Kornya est président, PDG et président du conseil d’administration de Mobile TeleSystems. Il a précédemment travaillé pour PricewaterhouseCoopers et AIG-Brunswick Capital Management chez North-West Telecom. Tolstoï et Kornya ont présenté un segment à Cyber Polygone 2020 intitulé « Building a Secure Interconnected World » : Dans ce cadre, ils ont discuté de l’importance de la communication et de la connectivité numériques pour notre mode de vie moderne.

Dans le segment suivant, Nik Gowing, présentateur de BBC World News entre 1996 et 2014 et fondateur et directeur de Thinking the Unthinkable, s’est entretenu avec Vladimir Pozner, journaliste et radiodiffuseur, sur le sujet des « fausses nouvelles » dans une conversation qui était en fait quelque peu rafraîchissante dans ses arguments et son approche.

Stéphane Duguin, le PDG de l’Institut CyberPeace, une société basée à Genève qui se décrit comme « des citoyens qui recherchent la paix et la justice dans le cyberespace », a ensuite donné une conférence aux millions de téléspectateurs qui regardaient la simulation. L’Institut CyberPeace, financé par Microsoft, Facebook, Mastercard et la Fondation Hewlett, entre autres, prétend aider ses clients à « accroître la résilience numérique et la capacité à répondre aux cyberattaques et à s’en remettre ». Les principaux bailleurs de fonds de l’Institut CyberPeace font également partie des principaux bailleurs de fonds de la Global Cyber Alliance, qui réunit les secteurs publics des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France avec des multinationales et des sociétés de cybersécurité liées au renseignement, en utilisant « une approche coordonnée et une collaboration non traditionnelle » pour « réduire le risque cybernétique ».

« Nous voulons un monde de collaboration, c’est pourquoi nous sommes en train de construire un réseau de cyber-volontaires à partir des capacités et de la volonté afin de travailler collectivement pour atteindre la cyber-paix »

Duguin, qui fait également partie du conseil consultatif du Forum mondial sur la Cyber-Expertise, a récemment lancé l’initiative Cyber4Healthcare, un service de cybersécurité « gratuit » destiné aux prestataires de soins de santé qui luttent contre la pandémie de COVID-19. L’initiative Cyber4Healthcare compte parmi ses principaux partenaires BI.ZONE ainsi que Microsoft et la Global Cyber Alliance. Il s’agit d’un autre service de cybersécurité gratuit lié à Microsoft qui est actuellement proposé et adopté par les prestataires de soins de santé du monde entier, à un moment où les avertissements d’une cyberattaque imminente contre les systèmes de santé dans le monde entier sont de plus en plus publics.

Dhanya Thakkar, vice-président senior de l’AMEA chez Trend Micro, qui se présente en ligne comme l’un des principaux « influenceurs en cybersécurité » du réseau LinkedIn de l’ANASE, et Wendi Whitmore, vice-président d’IBM X-Force Threat Intelligence, ont ensuite abordé le sujet « Connaître son ennemi : comment la crise modifie-t-elle le paysage des cybermenaces ? » La présence d’IBM est notable en raison des relations de longue date de la société avec la CIA, qui remontent au début de la Guerre froide. L’entreprise s’est tellement enracinée que la CIA a récemment recruté son directeur de l’information directement chez IBM Federal. Avant de rejoindre IBM, Whitmore a occupé des postes de direction au sein des sociétés technologiques de cybersécurité CrowdStrike et Mandiant, basées en Californie, cette dernière ayant été rachetée par FireEye dans le cadre d’une opération en actions et en espèces d’une valeur supérieure à un milliard de dollars. Whitmore était responsable des « services professionnels ». Il est à noter que CrowdStrike et Mandiant/FireEye sont les deux organisations clés qui mènent l’enquête sur le récent piratage de SolarWinds, que les services de renseignement américains ont imputé à un « hacker russe » sans fournir aucune preuve. Whitmore a commencé sa carrière en tant qu’agent spécial chargé des enquêtes sur les crimes informatiques au sein du Bureau des Enquêtes spéciales de l’armée de l’air.

Jacqueline Kernot, la « partenaire en cybersécurité » australienne d’Ernst and Young, et Hector Rodriguez, vice-président senior et responsable régional des risques pour Visa, ont ensuite discuté de la manière de se préparer aux cyberattaques. Kernot a travaillé pendant plus de 25 ans comme officier militaire pour le Corps de Renseignement australien et a passé deux ans à travailler pour IBM Defence|Space|Intelligence pour Tivoli Software au Royaume-Uni avec « des responsabilités internationales au sein du Ministère de la Défense britannique, des Defence Primes et de l’OTAN ». Ernst and Young et Visa, ainsi que d’autres sociétés liées au FEM telles que Salesforce, sont bien représentées au sein du Conseil exclusif du Vatican pour le Capitalisme inclusif. Le Conseil, tout comme le FEM, appelle à une reconstruction du système économique plus « durable », « inclusive » et « dynamique » en « exploitant le pouvoir du secteur privé ».

Troels Ørting Jørgensen, président du conseil consultatif du Centre pour la Cybersécurité du Forum économique mondial, et Jürgen Stock, secrétaire général danois d’INTERPOL, se sont également exprimés ensemble à Cyber Polygone sur les changements survenus dans la cybercriminalité mondiale au cours de l’année précédente. Quelques mois après avoir participé à Cyber Polygone, l’Autorité danoise de Surveillance financière a annoncé dans un communiqué officiel que « Troels Ørting a notifié au Ministère des Affaires commerciales qu’il démissionnait du conseil d’administration de l’Autorité danoise de Surveillance financière ». Citant des sources anonymes, le service d’information financière danois FinansWatch a rapporté que, entre 2015 et 2018, alors qu’il était employé comme chef de la sécurité de la banque Barclays, Ørting avait été une figure clé dans la chasse à un dénonciateur qui avait exposé la même activité criminelle que celle contre laquelle Ørting s’était battu pendant Cyber Polygone.

« Nous devons poursuivre le rythme d’introduction des règles de cyber hygiène car les criminels ne veulent pas investir 1 dollar pour voler 50 cents, ils veulent que cela soit automatisé, donc si c’est trop difficile, ils passeront à quelqu’un d’autre »

L’homme qui parlait aux côtés d’Ørting, Jürgen Stock, est un ancien policier, criminologue et avocat allemand. Il a été élu pour un second mandat en tant que secrétaire général d’INTERPOL en 2019, mandat qui dure généralement cinq ans. Craig Jones, le directeur de la cybercriminalité à INTERPOL, s’est également joint à la discussion lors du Cyber Polygone 2020. Le Néo-Zélandais a passé 27 ans dans les forces de l’ordre et est considéré comme un expert en matière d’enquêtes sur la cybercriminalité. Il a précédemment occupé plusieurs postes de direction dans les services de police britanniques, et plus récemment à la National Crime Agency.

Petr Gorodov et John Crain ont été brièvement interviewés lors de l’événement Cyber Polygone 2020. Gorodov est le chef de la Direction générale des Relations internationales et de l’Assistance juridique du Bureau du Procureur général de la Fédération de Russie et il siège également à la Commission de Contrôle des Fichiers d’INTERPOL. Il fait partie de la Chambre des Requêtes d’INTERPOL, qui examine et décide des demandes d’accès aux données ainsi que des demandes de correction et/ou de suppression des données traitées dans le système d’information d’INTERPOL. John Crain est responsable de la sécurité, de la stabilité et de la résilience à l’ICANN, la société à but non lucratif de sécurité Internet. Il est actuellement responsable de la gestion du serveur L-Root, l’un des treize serveurs racine de l’internet, ce qui rend sa participation à la simulation particulièrement notable. À Cyber Polygone 2020, il a promu une « solution à long terme de collaboration au sein de la communauté de la cybersécurité ».

Le mot de la fin de Cyber Polygone 2020 a été prononcé par Stanislav Kuznetsov, vice-président du conseil d’administration de la Sberbank. Il est également membre du conseil d’administration de la fondation caritative de Sberbank « Contribution to the Future », un projet qui vise à intéresser les écoliers russes de la septième à la onzième année d’études à l’intelligence artificielle, à l’apprentissage automatique et à l’analyse des données, et à les aider à développer des compétences en mathématiques et en programmation. Kuznetsov a étudié à l’Institut de droit du Ministère des Affaires intérieures de la Fédération de Russie.

L’événement principal : Entrez dans le Polygone
Participants à l’événement Cyber Polygone 2020, source : https://cyberpolygon.com/

La simulation Cyber Polygone 2020 a vu 120 équipes de 29 pays prendre part à la simulation technique de cybersécurité. Pendant l’événement en ligne, les participants « exercent les actions de l’équipe d’intervention dans une attaque ciblée visant à voler des données confidentielles et à porter ainsi atteinte à la réputation de l’entreprise ». Deux équipes, la rouge et la bleue, se sont affrontées dans les simulations où l’Équipe rouge, composée des organisateurs de la formation de BI.ZONE, a simulé des cyberattaques et les membres de l’Équipe bleue ont tenté de protéger leurs segments de l’infrastructure de formation. La simulation réelle était composée de deux scénarios dans lesquels les différents sous-groupes composant les équipes pouvaient gagner des points.

Le premier scénario, appelé Défense, a permis aux participants de Cyber Polygone de s’entraîner à repousser une cyberattaque active APT (menace persistante avancée). L’objectif du scénario était de « développer des compétences pour repousser des cyberattaques ciblées sur un système critique pour l’entreprise ». L’infrastructure virtuelle de l’organisation fictive de la simulation comprenait un service qui traite les informations confidentielles des clients. Ce service est devenu le sujet d’intérêt d’un groupe d’APT qui prévoyait de voler des données confidentielles des utilisateurs et de les revendre sur le « darknet » pour en tirer un bénéfice financier et nuire à la réputation de l’entreprise. Le groupe APT a étudié le système cible à l’avance et a découvert plusieurs vulnérabilités critiques. Dans le scénario, le « gang » cybernétique prévoit d’attaquer le jour de l’exercice. Les participants impliqués ont été jugés sur leur capacité à faire face à l’attaque le plus rapidement possible, à minimiser la quantité d’informations volées et à maintenir la disponibilité du service. Les participants de l’Équipe bleue pouvaient utiliser toutes les applications et tous les outils pour protéger l’infrastructure et étaient également autorisés à corriger les vulnérabilités du système en améliorant le code de service.

Dans le second scénario, appelé Réponse, les équipes devaient enquêter sur l’incident en utilisant « les techniques classiques de la police scientifique et de la chasse aux menaces ». Sur la base des informations recueillies, les participants devaient composer un dossier qui aiderait les services de police à localiser les criminels. L’objectif du second scénario était de développer les compétences en matière d’enquête sur les incidents en utilisant le scénario dans lequel les cybercriminels ont accédé à un compte privilégié grâce à une attaque d’hameçonnage réussie.

Lorsque l’équipe de BI.ZONE a publié les résultats de la simulation, elle a intentionnellement évité d’utiliser les vrais noms des organisations afin de ne pas « déclencher une compétition entre les participants et de garder leurs résultats confidentiels ». Cependant, les équipes ont pu par la suite comparer leurs résultats avec les autres en utilisant un tableau de bord de base, et les hôtes ont pu analyser les données cruciales montrant les diverses faiblesses organisationnelles de chacune des équipes/institutions participantes.

Le rapport final indique que les résultats ont montré que « les banques et les entreprises du secteur des technologies de l’information ont fait preuve de la plus grande résilience. L’expertise en matière d’évaluation de la sécurité dans ces secteurs est assez bien développée, la médecine légale classique et la chasse aux menaces étant largement appliquées ». En termes simples, les équipes des banques et de l’industrie informatique semblaient mieux préparées que la plupart des autres secteurs pour enquêter sur les menaces et les traquer. Cependant, toutes les équipes impliquées se sont révélées moins que capables lorsqu’il s’agissait de la défense initiale contre une cyber-attaque, le rapport BI.ZONE indiquant que « 27% des équipes ont eu des difficultés à gagner des points pour le premier scénario, ce qui nous permet de conclure que certains des membres de l’équipe manquent ou ont une expertise insuffisante en matière d’évaluation de la sécurité et de protection des applications web ». En ce qui concerne la chasse aux menaces, le rapport indique que « 21% des équipes n’ont pas pu gagner un seul point pour le deuxième tour du deuxième scénario. Cela a été attribué au fait que la « chasse aux menaces » est une approche relativement nouvelle et que la majorité des organisations manquent d’expérience dans l’application de ses techniques dans la pratique ».

L’événement « Cyber Polygone 2020 » a révélé la faiblesse de la réaction défensive et de la résilience de l’homme en matière de cyberdéfense. Ce résultat convient aux entreprises de cybersécurité de haute technologie comme BI.ZONE qui souhaitent souligner la supériorité des produits de cybersécurité basés sur l’IA par rapport aux travailleurs humains « inefficaces ». Il convient également de noter que le fait que BI.ZONE ait acquis des connaissances sur les faiblesses institutionnelles mondiales grâce à la formation en matière de cyberdéfense pourrait être utile à sa société mère, la Sberbank, et à son tour au plus grand actionnaire de la Sberbank, le gouvernement russe.

Faire sortir la Russie du froid ?

Bien que les autorités de la Fédération de Russie aient l’habitude d’être en froid avec l’Occident, il semble y avoir un changement dans l’ordre habituel des nations. L’inclusion de la Russie en tant que leader dans une initiative mondiale de cybersécurité aussi importante est un peu surprenante, surtout après que la Russie ait été le bouc émissaire de choix pour toute cyberattaque commise contre une puissance occidentale pendant plusieurs années, plus récemment avec le piratage de SolarWinds aux États-Unis. Pourtant, il n’y a pas eu de tollé en Occident à propos de Cyber Polygone 2020, dans lequel une société détenue majoritairement par le gouvernement russe a pu prendre directement connaissance des faiblesses en matière de cyberdéfense des grandes institutions, banques et entreprises mondiales en accueillant l’exercice.

L’absence totale du récit du « piratage russe » à Cyber Polygone ainsi que le rôle de leader de la Russie lors de l’événement suggèrent soit qu’un changement géopolitique a eu lieu, soit que le récit du piratage russe communément déployé par les agences de renseignement aux États-Unis et en Europe est principalement destiné au grand public et non aux figures d’élite et aux décideurs politiques présents à Cyber Polygone.

Une autre possibilité pour la Russie de ne plus être traitée comme l’ennemi perpétuel du cyberespace est qu’elle soit entièrement d’accord avec le récit officiel sur le coronavirus et la cyberpandémie prétendument imminente. Cyber Polygone 2020 est apparu, en partie, comme une offensive de charme russe qui a été bien accueillie par la puissante élite. Tony Blair, qui a un jour tendu la main de la fausse réconciliation au nom de la communauté internationale au colonel Kadhafi, a souvent été impliqué dans ces exercices de diplomatie internationale au nom des élites dans les années qui ont suivi son départ de la fonction publique. Sa participation à cet exercice a peut-être eu pour but de faciliter le soutien des gouvernements occidentaux alignés sur le FEM en faveur d’une inclusion encore plus grande de la Russie dans la Grande Réinitialisation. Cela est dû en partie à l’effort du FEM pour amener les nations du BRICS comme la Chine et la Russie dans le giron de la Grande Réinitialisation, car c’est essentiel pour le succès de leur programme à l’échelle mondiale. Aujourd’hui, la Russie est le pionnier de ce nouveau modèle de systèmes financiers nationaux que le FEM soutient par la création par la Sberbank d’un monopole numérique non seulement des services financiers mais de tous les services au sein de la Fédération de Russie.

Cyber Polygone 2020 était à la fois une publicité pour les relations pro-russes et un exercice de promotion pour Klaus Schwab et la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial. Certaines des personnes qui ont participé et soutenu l’événement Cyber Polygone sont impliquées aux plus hauts niveaux du cyber-espionnage ; certaines peuvent même avoir été des représentants non officiels de leur appareil national de renseignement d’État. La décision de plusieurs gouvernements nationaux de participer directement à la Grande Réinitialisation organisée par le FEM n’est pas une « théorie du complot ». Par exemple, le nouveau gouvernement Biden a dépêché son envoyé pour le climat, John Kerry, à la réunion annuelle du FEM le mois dernier, où Kerry a souligné l’engagement des États-Unis en faveur du programme de la Grande Réinitialisation et de la Quatrième Révolution industrielle qui y est associée et qui vise à automatiser la plupart des tâches actuellement effectuées par les humains. Les gouvernements de Russie, de Chine, des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Israël, du Canada et de l’Inde, entre autres, ayant adhéré à ce programme transnational, il devient profondément troublant que des agents de haut rang des secteurs public et privé aient rejoint le FEM pour mener une simulation de crise qui bénéficierait clairement au programme de la Grande Réinitialisation.

Comme mentionné précédemment, le FEM a coparrainé une simulation d’une pandémie de coronavirus quelques mois avant l’événement réel. Peu après le début de la crise de COVID-19 en mars dernier, Schwab a fait remarquer que la crise pandémique était exactement ce qu’il fallait pour lancer la Grande Réinitialisation car elle a servi de catalyseur pratique pour commencer à remanier les économies, la gouvernance et la société sociale à l’échelle mondiale. Si les événements déstabilisateurs simulés à Cyber Polygone se produisent, il est probable que le FEM s’en félicitera également, étant donné qu’une défaillance critique du système financier mondial actuel permettrait l’introduction de nouveaux monopoles public-privé de type « écosystème numérique », comme ceux que la Sberbank est en train de mettre en place en Russie.

Cet effort de la Sberbank pour numériser et monopoliser l’accès à tous les services, tant privés que publics, peut être attrayant pour certains en raison de son apparente commodité. Cependant, il sera également emblématique de ce que nous pouvons attendre de la Grande Réinitialisation de Schwab – des monopoles d’entités fusionnées des secteurs public et privé déguisés par le terme « capitalisme des parties prenantes ». Ce que le grand public ne réalise pas encore, c’est qu’il ne sera pas lui-même inclus parmi ces « parties prenantes », car la Grande Réinitialisation a été conçue par les banquiers et l’élite riche pour les banquiers et l’élite riche.

Quant à l’événement Cyber Polygone 2020, la prochaine cyberpandémie nous est prophétiquement jetée au visage, tout comme l’exercice de pandémie l’était avant l’apparition de la maladie proprement dite. Mais ces avertissements prophétiques ne viennent pas seulement du FEM. Par exemple, le chef de la Direction nationale des Cyberattaques d’Israël, Yigal Unna, a averti l’année dernière qu’un « hiver cybernétique » de cyberattaques « arrive et arrive plus vite que je ne le soupçonnais ». Au sein de la cyberdirection, Unna travaille en étroite collaboration avec les agences de renseignement israéliennes, dont la tristement célèbre Unité 8200, qui a une longue histoire d’espionnage électronique ciblant les États-Unis et d’autres pays et qui a été responsable de plusieurs piratages dévastateurs, dont le virus Stuxnet qui a endommagé le programme nucléaire iranien. Les services de renseignement israéliens sont également sur le point de figurer parmi les plus grands bénéficiaires de la Grande Réinitialisation en raison de la force du secteur de la haute technologie du pays. En outre, le mois dernier, la Banque centrale des Émirats Arabes Unis a suivi l’exemple de Cyber Polygone en menant sa toute première simulation de cyberattaque en coordination avec le secteur financier privé émirati. Les médias corporatistes, pour leur part, ont commencé cette année en affirmant que « les cyberattaques pourraient déclencher la prochaine crise pour les banques » et, depuis le 1er février, que « la prochaine cyberattaque est déjà en cours ».

Certains diront qu’une « cyberpandémie » est une conséquence inévitable du développement rapide du monde de la haute technologie dans lequel nous vivons, mais il est tout de même juste de souligner que 2021 est l’année que beaucoup prédisent pour la destruction financière des grandes institutions qui conduiront à de nouveaux systèmes économiques s’alignant sur la Grande Réinitialisation. L’effondrement inévitable du système bancaire mondial, résultant de la corruption et de la fraude hors normes qui sévissent depuis des décennies, se fera probablement par un effondrement contrôlé, qui permettrait aux riches banquiers et aux élites, comme ceux qui ont participé à Cyber Polygone, d’éviter d’être tenus responsables de leur pillage économique et de leurs activités criminelles.

Cela est particulièrement vrai pour la Deutsche Bank, qui participe à Cyber Polygone, dont l’effondrement inévitable a été ouvertement discuté pendant des années en raison de l’extrême corruption, de la fraude et de l’exposition massive aux produits dérivés de la banque. Fin 2019, quelques mois avant le début de la crise du COVID-19, le PDG de la Deutsche Bank a averti que les banques centrales ne disposaient plus d’outils pouvant répondre de manière adéquate à la prochaine « crise économique ». Il est certainement révélateur que des systèmes bancaires entièrement nouveaux, tels que le monopole monétaire numérique de la Sberbank, qui sera bientôt lancé, aient commencé à être développés au moment même où l’on commençait à reconnaître publiquement que les moyens traditionnels des banques centrales pour répondre aux calamités économiques n’étaient plus viables.

Une cyberattaque majeure, telle que celle simulée à Cyber Polygone 2020, permettrait de blâmer les pirates informatiques sans visage pour l’effondrement de l’économie, exonérant ainsi les véritables criminels financiers de toute responsabilité. De plus, en raison de la nature difficile des enquêtes sur les piratages et de la capacité des agences de renseignement à faire porter le chapeau aux autres États-nations pour les piratages qu’ils ont eux-mêmes commis, tout croque-mitaine de choix peut être blâmé, qu’il s’agisse d’un groupe de « terroristes intérieurs » ou d’un pays non aligné sur le FEM (pour l’instant, du moins) comme l’Iran ou la Corée du Nord. Entre les avertissements bien placés, les simulations et l’avantage évident pour l’élite mondiale qui a l’intention d’une Grande Réinitialisation, Cyber Polygone 2020 semble avoir servi non seulement son objectif déclaré publiquement, mais aussi ses arrière-pensées.

source : https://unlimitedhangout.com

traduit par Réseau International

illustration : Dmitri Samartsev, PDG de BI.ZONE, fait une présentation lors de la première session de Cyber Polygone lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial, en janvier 2020. Source : BI.ZONE

https://reseauinternational.net/de-levenement-201-a-cyber-polygone-simulation-dune-cyberpandemie-a-venir-au-forum-economique-mondial/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.