Secrets de santé bien gardés du Président Macron

lego toy in clear glass container

Que décide pour vous le Président Macron sur votre santé ?

Y a t’il lieu de s’inquiéter, de vous inquiéter sur ce que vous réserve celui ci ?pour

  • pourquoi la vaccination des bébés moins de 2 mois contre l’hépatite B, alors que c’est une maladie qui touchent les toxicomanes, (les 18-29 ans parmi les plus touchés, lire le lien) que ce vaccin contient de l’aluminium dangereux neurotoxiques, (L’ALUMINIUM, CE MÉTAL QUI NOUS EMPOISONNE, lire le lien )
  • pourquoi l’homéopathie n’est plus remboursée ? sans effet indésirable ? pourquoi nommer un ministre de l’agriculture qui n’en a rien à faire des agriculteurs et des pesticides ? (Il déclare son opposition à l’instauration de zones sans pesticides dans un rayon de 150 mètres autour de toute habitation que réclament certains maires de communes et associations)
  • pourquoi des naissances de bébés sans bras, sans mains dans toute la France. (Le toxicologue André Cicolella, président du Réseau environnement santé, souligne, lui, « la faiblesse criante » du volet environnemental de l’enquête. « On aurait pu regarder en priorité les substances connues pour induire des malformations », estime-t-il).
  • pourquoi continuer à soigner contre le cholestérol et prendre des médicaments qui ne servent à rien ??? (Le toxicologue André Cicolella, président du Réseau environnement santé, souligne, lui, « la faiblesse criante » du volet environnemental de l’enquête. « On aurait pu regarder en priorité les substances connues pour induire des malformations », estime-t-il.) (lire l’article le traitant de complotiste)
  • pourquoi installer au ministère de l’écologie une ancienne lobbyiste du groupe alimentaire Danone (Une des 25 entreprises françaises qui épuisent le plus la planète) qui aime fait l’éloge de l’huile de palme, n’a jamais milité, le clan des énarques même promo que le 1er ministre, article à lire.
  • pourquoi le scandale sur le Lévothyrox ? Dans les déclarations de l’Agence du médicament, il y a la justification du remplacement du lactose parce qu’il dégraderait le Levothyrox et en pertuberait la stabilité. On constate que 5% des Européens sont intolérants au lactose. Mais on constate aussi que plus de 80% des Asiatiques, notamment les Chinois, sont intolérants au lactose. C’est un immense marché. Et l’on constate également que l’usine Merck  de Nantong, en Chine — pour laquelle le laboratoire a investi des dizaines et des dizaines de millions d’euros — fabrique le Levothyrox avec la molécule mannitol, mannitol qui est également produit en Chine. On se demande pourquoi, alors que pendant des années les patients européens et français ont pris du Levothyrox sodium avec du lactose, on leur trouve soudainement un impératif à ce qu’ils prennent un autre excipient que le lactose, et que parallèlement l’entreprise Merck développe une énorme usine en Chine qui fabrique du Levothyrox sans lactose, mais avec du mannitol. Et je trouve très étrange aussi que les autres pays européens comme l’Italie et l’Espagne conservent le lactose comme excipient et n’aient pas du tout les mêmes désirs que l’Agence française du médicament. La France serait’elle laboratoire de tests ???

Bonnes gens le pire de cette liste non exhaustive est à venir.

  1. la vaccination obligatoire et forcée pour la grippe saisonnière malgré son inefficacité
  2. les huiles essentielles vont disparaître par une réglementation drastique
  3. la destruction de notre système de santé, hôpitaux publics, fermeture de 69 000 lits en 15 ans,  la France au 19ème rang mondial sur le nombre de lits de réa, soit 3,1 pour 1000 habitants affligeant (article à lire, merci)
  4. les médecins homéopathes n’ont plus le droit de le mentionné ni sur leur feuilles de prescriptions ni sur leur plaques professionnelles qu’ils sont homéopathes. « Ces médecines soignent l’inutile en surmédicalisant la population » Article à lire.

Hélas la liste est longue de tout ces éradications, suppressions, voir assassinat à petit feu de la santé des Français, un petit cercle de personnes veillent sur notre santé, non physique, non mentale, mais sur leur santé à eux celle de la finance

Macron cet homme inconnu, avec un culot et une détermination à toutes épreuves, un opportuniste, dans une France fracturée, les qualités requises pour conquérir le pouvoir ne suffisent pas à l’exercer, Macron a le goût du secret, du contrôle et décide souvent seul. De quoi douter de sa promesse : « Je ne veux pas gouverner, je veux présider. »

Le 14 mai 2017 lors de la cérémonie de prise de pouvoir de Macron, tradition de recevoir dans les salons de l’Elysée, les proches, les personnalités qui ont compté pour lui. Macron fend la foule pour aller saluer un homme, c’est Serge Weinberg, le PDG de Sanofi, c’est un vieil ami, à qui il doit tant. Retour sur cette histoire d’amour…

2007. Rapporteur de la Commission Attali « pour la libération de la croissance », Emmanuel Macron, jeune inspecteur des Finances, fréquente alors les patrons de Nestlé, du Crédit agricole, de Essilor, etc. Et Serge Weinberg, aujourd’hui PDG de Sanofi, qui lui conseille de s’enrichir avant d’entrer en politique.

2008. Grâce à Serge Weinberg, il part pantoufler comme banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. En charge de fusions-acquisitions, il gère des deals, entre autres, pour Sofiprotéol, pour Nestlé ou pour Lagardère. Et fait fortune.

2010 fin d’année, il est promu, associé au sein de la banque, après avoir travaillé sur la recapitalisation du journal Le Monde et sur le rachat par Atos de Siemens IT Solutions and Services. Il bat ainsi le record de jeunesse d’âge de Grégoire Chertok. Cette ascension rapide apparaît comme un « mystère » pour certains commentateurs

2012  il conseille Philippe Tillous-Borde, le PDG de Sofiprotéol qui prend 41 % du capital de Lesieur Cristal. La même année, il est nommé gérant et dirige l’une des plus grosses négociations de l’année, le rachat par Nestlé de la filiale « laits pour bébé » de Pfizer. Cette transaction, évaluée à plus de neuf milliards d’euros, lui permet de devenir millionnaire. François Henrot dira de lui qu’« il aurait été, s’il était resté dans le métier, un des meilleurs en France, sans doute même en Europe ». L’expression « Mozart de la finance », parfois utilisée, est cependant critiquée par certains observateurs.

C’est à ce moment là qu’il entre dans les sphères de l’Elysée après avoir été éjecté par les adhérents socialistes de Picardie qui s’opposent à sa candidature élections législatives de 2007.

En 2008 il renonce à se présenter aux élections municipales de 2008,  Il indique avoir « décliné une offre au cabinet Woerth en 2007 » car « cela n’était pas conforme à [ses] opinions ». En 2010, il décline la proposition, portée par Antoine Gosset-Grainville et validée par le palais de l’Élysée, de devenir le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre, François Fillon. Il confie avoir songé à quitter son poste à l’automne 2013, estimant que la réforme des retraites présentée par l’exécutif n’était « pas à la hauteur ». Il apparaît dans la liste des invités à la réunion du groupe Bilderberg de 2014 en sa qualité de secrétaire général adjoint de la présidence de la République.

Le , l’Élysée annonce qu’il quitte le cabinet de François Hollande, Après avoir visité des start-ups en Californie avec Xavier Niel,  « À l’époque, il essayait de monter une start-up dans le conseil stratégique. Il nous a demandé de l’accompagner sur les aspects juridiques »

Par un coup de baguette magique alors que le Président Hollande n’en voulait pas dans son gouvernement en raison de son absence de mandat électoral, le revoilou…. Le , il est nommé ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.

Résultat de recherche d'images pour "le casse du siècle macron"

Le casse du siècle, Macron vidéo à visionner.

2016. Lancé dans la course à l’Elysée, Emmanuel Macron reçoit le soutien, implicite ou explicite, de nombreux patrons, dont des patrons de presse : Vincent Bolloré, Bernard Arnault, Arnaud Lagardère… et bien sûr Serge Weinberg.

8 janvier 2017, Nevers. Alors que Mélenchon et Hamon, mais aussi Asselineau, Lassalle, Poutou, etc., veulent « mettre fin à la rente des labos », Emmanuel Macron leur déclare sa flamme. Il affirme ne pas vouloir « sacrifier l’industrie pharmaceutique pour essayer de faire des économies sur son dos ». Et estime qu’il « faut payer les médicaments au juste prix quand il y a derrière des innovations, quand il y a des investissements pour avoir une grande industrie pharmaceutique ».

4 juillet 2017, à l’Assemblée. Discours de politique générale du Premier ministre :
« Des maladies que l’on croyait éradiquées se développent à nouveau sur notre territoire. Des enfants meurent de la rougeole aujourd’hui en France. Dans la patrie de Pasteur ce n’est pas admissible. L’an prochain, les vaccins pour la petite enfance, qui sont unanimement recommandés par les autorités de santé, deviendront obligatoires. »

20 juillet, Vitry. Édouard Philippe, Premier ministre, rend une visite à Serge Weinberg, sur un site de Sanofi. Mais fait original : le chef du gouvernement n’a prévenu ni les syndicats ni les médias, ni les salariés ni les Français. Cette rencontre s’effectue en catimini, discrète sinon secrète. Elle se déroule, semble-t-il, à l’initiative du « Cercle de l’industrie » : un lobby patronal, qui comprend Areva (dont Édouard Philippe fut lobbyiste), Alstom, L’Oréal, Peugeot, etc., et bien sûr Sanofi.

Les liens sont liés entre Macron, Sanofi,  Pfizer etc….

Au cours de sa campagne Macron choisit un conseiller santé le cardiologue Jean-Jacques Mourad il est accusé par la candidate du Front national et Florian Philippot de rouler pour le lobby pharmaceutique, qui s’était notamment dite « inquiète de voir le programme santé de M. Macron dicté par Servier »

L’association Formindep a découvert soixante interventions du cardiologue par le laboratoire Servier, plus 80 000 euros de frais de restaurant et de transport. Après ces révélations, il démissionne. À Nevers, Emmanuel Macron avait notamment plaidé pour un meilleur remboursement des médicaments contre l’hypertension artérielle sévère… précisément le domaine de spécialité de Servier ! (Au passage, ajoute Marianne : « Jean-Jacques Mourad est le frère de Bernard Mourad. Cet ancien banquier conseil de l’homme d’affaires Patrick Drahi a rejoint Emmanuel Macron en octobre 2016. Il est devenu l’un des plus proches conseillers du candidat. »)

Venons en à Agnès Buzyn ex ministre de la Santé, ex épouse de Monsieur Pierre-François Veil, Avocat fils de Simone Veil, épouse de Yves Lévy directeur général de l’INSERM  

Le lien de mon précédent article sur le Coronavirus, prenez soin de vous.

COVID19 TOUTE LA VÉRITÉ….

Le , elle est nommée ministre des Solidarités et de la Santé, petit clin d’œil à la Macron pour satisfaire BigPharma, celle qui  a été rémunérées par tous ces lobbys elle déclare avoir été directement rémunérée pour diverses activités (organisation de congrès, interventions en conférences, « cours » dispensés à des médecins et professionnels de santé…) par le laboratoire Genzyme, désormais filiale de Sanofi, dès 1998, puis par les laboratoires Bristol Meyers-Squibb (BMS) et Novartis à compter de 2005. À partir de 2007 chez BMS et 2008 chez Novartis elle siégeait même au comité consultatif (Advisory Board en anglais) en charge du développement de plusieurs molécules anticancéreuses. Siéger au « board » d’un labo consiste en réalité à occuper une position-clé de conseil en stratégie marketing ainsi qu’à intervenir lors de colloques dans l’optique d’une mise sur le marché des différents médicaments. Selon Mediapart certains professeurs peuvent être rémunérés 2000€ la journée pour une seule réunion. Ce qui choque particulièrement c’est qu’elle était dans le même temps membre du conseil d’administration et vice-présidente de l’Institut national du cancer. Un conflit d’intérêts flagrant, comme le soulignait déjà Mediapart en 2016 lorsqu’elle a pris la tête de la Haute autorité de santé.

Ces deux laboratoires ainsi que Pierre Fabre et Schering-Plough (filiale de Merck) ont également financé entre 2005 et 2011 l’association Robert Debré, que dirigeait Agnès Buzyn. L’ex ministre a finalement jugé nécessaire de mettre un terme à l’ensemble de ses contrats avec l’industrie pharmaceutique en mars 2011, juste avant d’être nommée présidente de l’INCa.

De fait il est légitime de se poser plusieurs questions. Peut-on accepter qu’une ministre de la Santé présente de tels conflits d’intérêts avec « Big Pharma » ? Comment peut-on imaginer que la médecine puisse être libre et indépendante vis-à-vis des intérêts financiers colossaux des laboratoires pharmaceutiques ? Selon Anne Chailleu, présidente du Formindep, association pour une médecine indépendante, « la conception de l’expertise d’Agnès Buzyn va à l’encontre du sens de l’Histoire mais également de la rigueur scientifique ».

Références :
1. Déclaration publique d’intérêts d’Agnès Buzyn à l’IRSN : http://www.libreactu.fr/wp-content/uploads/2017/06/DPI_Agn%C3%A8s-Buzyn.pdf
2. Déclaration publique d’intérêts d’Agnès Buzyn à l’INCa : http://www.libreactu.fr/wp-content/uploads/2017/06/Agn%C3%A8s-BUZYN-2014-10-10.pdf
3. Les petits arrangements de la nouvelle présidente de la Haute autorité de santé : https://www.mediapart.fr/journal/france/070316/les-petits-arrangements-de-la-nouvelle-presidente-de-la-haute-autorite-de-sante?onglet=full
4. Décision contentieuse du Conseil d’Etat concernant la vaccination obligatoire : http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Vaccination-obligatoire

“Entre 2009 à 2011, après avoir été nommée membre du conseil d’administration puis vice-présidente de l’INCA, Agnès Buzyn a pourtant continué à participer aux conseils d’administration des laboratoires Novartis et Bristol-Myers Squibb.”

Et Buzyn en grand manitou de la santé oblige les bébés à se faire vacciner, 11 vaccins de 3 mois à 18 mois,  obligatoires pour les enfants (ajoutant aux vaccins contre la poliomyélite, le tétanos et la diphtérie, ceux contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, l’infection par la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque et le méningocoque C).

Le Dolder, club ultra-discret de la « big pharma », a rendez-vous lundi à Paris, Juillet 2018. Le Dolder tire son nom d’un grand hôtel de Zurich, le Dolder Grand, sorte de château alpin avec des tourelles semblant tout droit sorti d’un film de James Bond, où ce cercle s’est réuni pour la première fois à partir des années 1970.

Ce petit sommet d’environ 25 patrons est encore plus confidentiel que son modèle, le club Bilderberg, qui réunit chaque année à huis clos une centaine de personnalités du monde des affaires et de la politique. Car à l’inverse du Bilderberg, le Dolder n’a pas de site officiel divulguant au moins le lieu et la date du rendez-vous, les thèmes des discussions et la liste des participants. Ainsi, nulle mention du Dolder sur le site de la fédération internationale des fabricants pharmaceutiques (IFPMA), basée à Genève, qui en est pourtant l’organisateur.

C’est grâce à ces méthodes mafieuses que les laboratoires pharmaceutiques sont devenus, en quelques années à peine, l’industrie la plus rentable au monde. Elle est même plus rentable que les secteurs du luxe, du pétrole, de la banque et… du crime organisé. En tout, ce sont 826 MILLIARDS d’euros de chiffre d’affaires qui se sont assis à table avec le Président Macron le 9 juillet 2018.Qu’est-ce que les membres du Club Dolder ont-ils demandé à Emmanuel Macron ? Qu’est-ce qu’Emmanuel Macron leur a-t-il promis ?

 Et surtout…

Et vous allez voir qu’il existe des liens d’intérêt flagrants entre Emmanuel Macron et certains de ces puissants patrons :

  • Olivier Brandicourt, directeur de Sanofi, le géant pharmaceutique français dont le PDG est Serge Weinberg, un ami et soutien d’Emmanuel Macron depuis 2007, lorsqu’ils ont tous les deux collaboré dans le cadre de la commission Attali
  •  Ian Read, PDG du géant pharmaceutique américain Pfizer, pour qui Emmanuel Macron, alors jeune banquier chez Rothschild, a réalisé une transaction financière de 9 MILLIARDS d’euros. Emmanuel Macron avait alors touché une commission rondelette de 2 MILLIONS d’euros ! [4];
  • Et la liste continue avec : Kenneth Frazier, PDG de Merck, l’autre géant américain du médicament ; Emma Walmsley, PDG de GSK, le monstre pharmaceutique britannique ; Lars Fruergaard Jørgensen, PDG de Novo Nordisk, laboratoire n°1 mondial dans le traitement du diabète ; Stefan Oschmann, PDG de Merck en Europe ; David Ricks, PDG du laboratoire Eli Lilly, mastodonte américain du médicament ; Kåre Schultz, PDG de Teva Pharmaceutical Industries, le n°1 mondial des médicaments génériques ; Pascal Soriot PDG français de AstraZeneca, géant pharmaceutique anglo-suédois ; Michel Vounatsos, PDG de Biogen, leader mondial dans les biotechnologies ; Christophe Weber, PDG français de Takeda, le géant pharmaceutique japonais.

Aucune information officielle n’a filtré suite à cette rencontre entre Emmanuel Macron et les géants de l’industrie pharmaceutique. Pourtant, les décisions prises dès le lendemain de ce dîner ne laissent place à aucun doute…

 … Emmanuel Macron a promis aux puissants patrons de ces laboratoires pharmaceutiques un monopole TOTAL sur votre santé, leur assurant ainsi des MILLIARDS de profits pour les années à venir (avenir).

 PREUVE : le lendemain de ce dîner, le Président Macron a fait sauter des procédures de contrôle sur les nouveaux médicaments.

Il sacrifie publiquement la santé des Français au profit des laboratoires pharmaceutiques alors que Big Pharma a réalisé, tenez-vous bien, 71,5 MILLIARDS de dollars de profits en 2017.

Pourtant, malgré la gravité de cette mesure pour votre santé, le pire est à venir. Car Emmanuel Macron prépare un coup de force inédit contre la santé des Français : il veut mettre à genoux les médecines naturelles afin d’offrir à Big Pharma le contrôle TOTAL sur VOTRE santé.

La mafia du médicament dîne avec Macron et c’est vous qui payez l’addition.

 Pourquoi cette rencontre fait peser une menace gravissime sur votre santé ?

Ensuite Macron a déclaré la guerre contre les médecines naturelles, l’homéopathie, les plantes médicinales, en fait tout ce qui est naturel.

Au jour d’aujourd’hui le 23 mars 2020, le coronavirus fait rage surtout en Europe, l’Italie, l’Espagne dénombre beaucoup de personnes qui sont décédées, ce gouvernement nous ment, vous ment, sur le nombre de décès, il ne comptabilise pas les personnes décédées chez elle ou en maison de retraite ou ailleurs du coronavirus.

La preuve avec cet extrait d’un journal Mantois, que j’ai publié sur Tweeter

Image

PRENEZ SOINS DE VOUS.

Restez chez vous.

Bien à vous

Laddy Marie

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.