Goldnadel : le vrai visage du fascisme est incarné par l’extrême gauche

Goldnadel : le vrai visage du fascisme est incarné par l’extrême gauche

Sur LCI et BFM-Macron, on peut voir comment les journalistes collabos et les commentateurs pro-Macron diabolisent l’opposition et notamment la droite nationale. Si la police politique de Macron, la Castapo, est l’instrument de la répression LREM de l’État bourgeois contre le peuple, LCI et BFM-Macron sont les instruments de la propagande de la macronnerie vulgaire révélateurs de toutes les impostures des socialistes recyclés LREM. Sur LCI et BFM-Macron, les journalistes collabos et les commentateurs pro-Macron au service du Block Bourgeois vous mentent et pas seulement sur les dérives policières de la Castapo, la police politique de Macron, le petit dictateur élu à l’Élysée par défaut. C’est une véritable corruption des journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron au service du parti au pouvoir pour tenter de masquer la crise générale de confiance de la population dans les méfaits persistants de la macronnerie vulgaire.

On peut étudier au grand jour la désinformation dans le monde LREM contemporain à partir d’un point d’observation porté sur les mensonges des télés vulgaires en continu, LCI et BFM-Macron. Seule la télé permet d’observer sans entrave son propre système pro-Macron au service de la désinformation digne d’un système totalitaire, où se mêlent la censure de l’opposition et la liberté de parole des journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron. Sur LCI et BFM-Macron, on peut voir que les journalistes collabos évitent d’entreprendre de vraies enquêtes comme sur l’affaire Macron-Benalla. Il fallait tenter de sauver le petit soldat Macron sans expérience politique qui n’a pas su gérer de manière habile le coup foireux de l’affaire Benalla avec : « Benalla n’est pas mon amant » ! Et « Qu’ils viennent me chercher » ! Ce qui a conduit à des semaines et des mois de polémiques où l’actualité était occupée par des bavardages sur l’affaire Macron-Benalla. Il fallait éviter d’entreprendre de vraies enquêtes et d’en divulguer les résultats pour proposer une information vraie.

Dans les pays totalitaires, les services spécialisés dans le renseignement effectuent des études très poussées de la presse, des médias, de l’opinion publique. Ils savent fort bien comment maîtriser l’information. De par la nature même du système totalitaire, aucune information n’est mise à la libre disposition du public.

C’est pourquoi les journalistes collabos et les commentateurs pro-Macron sur LCI et BFM-Macron doivent faire diversion afin qu’aucun citoyen ordinaire n’ait la possibilité de se renseigner sur la situation de la France et du pays réel. En conséquence, si des représentants de l’opposition et de la droite nationale peuvent se faire inviter sur LCI et BFM-Macron, il est exceptionnel qu’ils se voient offrir la chance d’un débat national marqué par un minimum d’impartialité et de respect. De là, la plupart des représentants de l’opposition et de la droite nationale ne s’expriment pleinement et ouvertement que sur les réseaux sociaux, ce qui les rend aussitôt suspects et les fait condamner aux yeux des journaleux de la gauche collabo pro-Macron.

Le téléspectateur est soumis à toutes les pressions politiques, les distorsions partisanes LREM et les déformations de l’information inhérentes à la propagande des journaleux de la gauche collabo pro-Macron.

La désinformation est une arme de combat pro-Macron sur LCI et BFM-Macron, et elle déforme, en conséquence, l’opinion au lieu de l’informer et détourne ensuite l’opinion publique des médias corrompus.

L’obstacle à l’objectivité de l’information sur LCI et BFM-Macron est donc au plus près de la censure.

Les préjugés, la partialité et les haines partisanes contre les partis d’opposition, faussent le jugement des journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron. Incapables d’emporter la conviction sur LCI et BFM-Macron, il leur reste la diabolisation idéologique de l’opposition et notamment la censure de la droite nationale qui bride la liberté d’expression de la droite nationale et veut tyranniser l’opposition anti-Macron.

Il est interdit à la droite nationale de critiquer les droits de l’homme, les abus de pouvoir de Macron, son échec économique, bref de donner une information objective sur un fait calamiteux de la macronnerie vulgaire sur LCI et BFM-Macron. C’est pourquoi les journalistes collabos et les commentateurs pro-Macron préfèrent toujours dénoncer une dictature imaginaire de droite ou une société capitaliste anti-démocratique.

L’opposition de la droite nationale serait retombée dans ses obsessions contre le totalitarisme de Macron. C’est pourquoi les journalistes collabos et les commentateurs pro-Macron doivent veiller à ne jamais citer un cas gênant pour les LREM et Macron, mais plutôt émettre une accusation accablante pour la droite.

Le XX ème siècle a connu deux totalitarismes des plus dangereux : le nazisme et le stalinisme.

Jean François Revel, dans La connaissance inutile, cite l’écrivain polonais Piotr Rawicz, qui a écrit : « Le nazisme possède à mes yeux une grande supériorité sur le communisme, c’est qu’il a disparu en 1945. »

Malgré cela, le stalinisme subsiste et il ne cesse de gagner du terrain et d’élargir son emprise dans les médias de gauche. Or la gauche n’en a pas moins imposé le mythe du nazisme de la droite nationale qui serait le plus dangereux, et c’est donc un devoir pour les journalistes collabos de critiquer la droite nationale en dénonçant un totalitarisme qui n’existe plus pour tenter de masquer un totalitarisme de la gaucho-sphère qui existe toujours ! Il leur faut dénoncer toute position politique considérée comme penchant à droite. C’est l’hostilité à la gaucho-sphère qui rend suspect de fascisme les totalitarismes imaginaires de droite !

Le totalitarisme de la gaucho-sphère est nié et le totalitarisme ne subsisterait que dans sa version fasciste attribuée à la droite nationale et soutenue par l’impérialisme américain de Donald Trump. C’est le seul qu’il faille combattre par les journalistes collabos et les commentateurs pro-Macron, en incluant dans ce combat une vigilance de tous les instants à l’égard du péril imaginaire de la droite nationale nazifiée pour passer sous silence le fascisme actuel de la gaucho-sphère. Pour Macron en guerre contre le RN, il faut que la menace imaginaire indispensable du nazisme totalitaire n’ait pas disparu. C’est pourquoi les électeurs doivent se méfier davantage du danger nazi de la droite nationale que de la tyrannie de la gaucho-sphère.

Mais devant ces dénonciations hallucinatoires, on comprend qu’il s’agit de tout autre chose, qu’il s’agit de faire comme si ce venin fatal du danger nazi de la droite nationale était le même qu’en 1933 ou en 1939 !

La droite nationale doit se montrer héroïque et intraitable contre tant d’abominations des journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron sur LCI et BFM-Macron qui veulent faire triompher la cause du Bien pro-Macron. Personne n’en doute, le fascisme de la gaucho-sphère et des activistes islamo-gauchistes est une des perversions politiques et morales dont Macron et les LREM se sont clairement rendus coupables.

Gilles-William Goldnadel : « Aujourd’hui, le vrai visage du fascisme est incarné par l’extrême gauche, idéologie qui utilise la violence de manière récurrente et qui ne fait pas l’objet d’une répulsion médiatique. » Tancrède ن￿￿@Tancrede_Crptrs « Aujourd’hui, le vrai visage du fascisme est incarné par l’extrême gauche. […] L’opinion s’habitue et les médias n’éternuent pas. Il y a une véritable idéologie qui utilise la violence de manière récurrente et qui ne fait pas l’objet d’une répulsion médiatique. » – @GWGoldnadel

Or n’est-il pas d’un immense intérêt moral de faire constater que la nature humaine des journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron sur LCI et BFM-Macron est encline à collaborer avec le plus fort, le pouvoir en place de Macron. Et on comprend que tout pouvoir totalitaire sécrète la bassesse autour de lui, que, pour cette raison, il faut vivre sous la seule autorité de lois des LREM qui contraignent la France et les Français à subir l’invasion des migrants venus d’Afrique et le projet de loi haïssable contre les retraites. Selon les journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron sur LCI et BFM-Macron, personne n’aurait rien à craindre du projet de loi injuste contre les retraites qui ne justifierait aucune, absolument aucune critique !

Cette allégation, de toute évidence, a beau émaner des journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron sur LCI et BFM-Macron, est invraisemblable. Elle a pour objectif d’abaisser la lucidité politique des citoyens. Cette affirmation a pour fonction de permettre d’éluder la vérité des attaques contre les retraites et de répéter la fable politique de l’universalité de la réforme des retraites pour la prédation des retraités !

Vouloir faire croire que le nazisme serait le danger actuel, alors que les collabos pullulent aujourd’hui, c’est logique pour les journalistes collabos et des commentateurs pro-Macron sur LCI et BFM-Macron !

En s’abstenant de livrer au regard la face cachée du fascisme de la gaucho-sphère et des activistes islamo-gauchistes, les journalistes collabos sur LCI et BFM-Macron préfèrent mobiliser leur énergie contre le nazisme imaginaire omniprésent, de toute évidence, en tant que menace actuelle de la droite nationale soutenue par l’impérialisme américain de Donald Trump. Car cette marée fasciste serait actuelle, elle nous entoure et monte autour de nous pour 2022. Les télés ont insisté longuement sur le défilé des groupuscules néo-nazis s’exhibant aux côtés de l’Afd. Là est le grand danger de l’heure ! Il est temps de réagir avec le zèle opportun pro-Macron des journalistes collabos et des commentateurs partisans sur LCI et BFM-Macron.

Ils veulent écarter les objections justifiées de la masse du peuple contre les élucubrations de Macron contre les retraites. Pourfendre la menace actuelle de la droite nationale en refusant de vraiment la connaître ne risque pas de tenir tête au danger totalitaire du fascisme islamiste des énergumènes de la gaucho-sphère contre l’humanité et des activistes islamo-gauchistes que nous ne voulons pas voir devant nous aujourd’hui. Nier le danger actuel de l’inconcevable, de l’inacceptable, de l’islamisme de conquête, pour privilégier la vision du fascisme imaginaire nazi. L’essentiel est donc de ne jamais oublier le fascisme imaginaire nazi, d’en entretenir le souvenir et de n’en perdre aucune leçon. La leçon est de faire revivre au présent le nazisme imaginaire et artificiellement entretenu en tant que statut de danger très actuel !

Thierry Michaud-Nérard

https://ripostelaique.com/goldnadel-le-vrai-visage-du-fascisme-est-incarne-par-lextreme-gauche.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.