Censure, Zemmour, antisémitisme… Rencontre avec Marc-Edouard Nabe, l’écrivain le plus sulfureux de France (1/2)

Tous aux abris ! Son nom est réapparu dans la presse lors de “l’affaire Moix” à l’automne dernier. Exilé en Suisse, l’auteur d’Au Régal des Vermines s’est confié longuement à Valeurs actuelles durant nos deux jours de visite. Au programme : son boycott, Zemmour, Les Porcs 2, Céline, Pornabe, Moix, #MeToo, l’antisémitisme, Houellebecq, la dissidence, sa compagne Alexandra, Jésus et une fondue. Entretien explosif. Partie 1/2.

Attention, âmes sensibles s’abstenir. La seule évocation de son nom suffit à jeter l’effroi, à raviver les pires heures de notre histoire, à refermer sur lui les portes du purgatoire. Marc-Edouard Nabe est un auteur sulfureux, un champion olympique de la provocation, un suppôt de Satan modèle géant. Au point d’être damné par l’édition et les médias depuis 30 ans. Pire que Gabriel Matzneff, son confrère pédophile, c’est dire ! « Ce mec est fou », « Fais gaffe, il est radioactif », « Tu vas finir en cellule psychologique »… Évidemment, nous avons rencontré sans hésiter l’écrivain maudit malgré les mises en garde. Ah ! la Suisse ! ses trains qui arrivent à l’heure, ses banquiers qui distribuent des pommes et ses artistes en exil qui vous accueillent en gare ! Ça fait rêver. C’est donc à Lausanne que Nabe s’est réfugié depuis un an et demi pour fuir la France, ses « parasites » et sa « censure dégueulasse ». Dégueulasse ? Le mot sera répété 22 fois au cours de nos deux jours de visite. Signe que la tâche est indélébile. On vous rassure, notre magazine n’échappe pas à sa lessiveuse. « C’est un torchon idéologique, je déteste votre ligne, lance-t-il sans s’échauffer. Mais vous prenez de plus en plus de risque et c’est très bien : Macron, Schiappa, moi. Vous avez raison mais vous vous trompez. Vous vous croyez minoritaires et résistants, vous êtes en fait des collabos. Oui, le pouvoir et la pensée dominante sont à gauche, mais les fondamentaux et le tellurisme sont à droite. Et de plus en plus. Je l’écrivais déjà dans Au Régal des Vermines, en 1985. Vous êtes la majorité. C’est Marine Le Pen, la présidente, pas Macron. C’est elle qui a gagné. »

On le prendrait presque comme un compliment. Il faut dire que Nabe a le chic pour balancer des horreurs avec le sourire. « Je vomis la Terre entière dans ce livre, il n’y a pas de raison pour que les juifs soient exclus de ma gerbe d’or », proclamait à l’époque le kamikaze flamboyant à propos de son pamphlet culte dans l’émission Apostrophes de Bernard Pivot. Jadis reconnu par la profession, édité chez Gallimard et encensé par la critique, l’écrivain de 61 ans traîne depuis comme un boulet une réputation infernale. C’est pourtant un homme affable, drôle, charmant même, que nous découvrons au restaurant « La Pomme de Pin », niché entre la cathédrale et le château Saint-Marie, avec deux amis et lecteurs suisses. Tandis que sa perche refroidit, Nabe le volubile défait le monde, raconte Larmes de clown, film américain muet de Sjöström, Un merveilleux dimanche, film japonais méconnu de Kurosawa et les « chefs-d’oeuvre » du cinéma scandinave, encense le jazz, « la plus belle musique du monde », puis cite le mot « génial » de Villiers de L’Isle-Adam, « un des plus grands écrivains du 19e siècle », sur son lit de mort : « Eh ben, je m’en souviendrai de cette planète. » Enfin, il moque même gentiment son assistant et « drogué notoire » Antoinerevenu dans la nuit d’un concert de Vincent Delerm, à Paris. Trop tard, sa glace kiwi/framboise a déjà fondu.

Les juifs et l’antisémitisme

Désormais seuls dans son modeste appartement du quartier Cour, on aborde enfin les sujets qui fâchent. « Cette accusation d’antisémitisme me colle à la peau. Elle est éternelle, sauf pour Yann Moix. Lui, je l’ai modelé. Un petit bijou. Il est monstrueux. Son pardon est bidon. Il n’est pas philosémite. Il a fait tout ça pour amortir le choc. Et il a bien fait, la preuve, il est absout. Il a fait pourtant pire que moi, fustige Nabe, dont le nom a été jeté en pâture dans les médias par son ancien ami et adorateur transi, lors de la révélation de ses fanzines antisémites, en septembre dernier. Évidemment que je l’ai cherché. Mais moi, je ne hais pas les juifs, je dis simplement quand ils sont dégueulasses et je dénonce leur soutien aveugle à la politique d’Israël. Ils peuvent y aller, Soral et Dieudonné, ce sont tous des enfants de chœur. Moi, je les aime les juifs. La preuve, je suis avec une femme juive magnifique. Cette accusation, je ne cherche même plus à m’en détacher. J’ai craché sur le milieu littéraire et ils me le font payer. C’est mon étoile jaune. Je la porterai toute ma vie. » Puis, Nabe aggrave son cas : « L’antisémitisme, c’était grave en arrivant à Birkenau. Sinon, ça n’est pas grave, on s’en fout. Ca n’est pas la plaie de notre époque. Il y en a eu avant et après Hitler, avant et après Céline, avant et après moi. Il y en aura toujours. » Toujours plus loin.

Il est comme ça, Marc-Edouard Nabe, libre et sans limites. « Je suis ni de droite, ni de gauche et à la fois anarchiste de droite et de gauche, se décrit-il. Destructeur, transgresseur et jubilateur de punitions. Un grinceur de rouages de la société spectaculaire.» Jusqu’à répugner son pays d’origine ? « Les Français sont anti-Arabes à mort à cause de l’Algérie, même sans le savoir, ils sont nourris de ça. Moi, je n’aime pas les immigrés, je m’en fous, ce sont les Arabes que je défends politiquement. La France de gauche a colonisé le pire pays, le plus violent, celui à ne pas coloniser, ils se sont comportés comme des chiens, ils les ont exploités. C’est pas parce que les Arabes sont des trous du cul, qu’il faut s’autoriser à les enculer ! Ensuite, avec l’indépendance et la décolonisation, ils les ont abandonnés à leur triste sort, les ont humiliés, c’est ça la mentalité française qui m’épouvante. La même chose s’est passée avec les Allemands. Résultat : l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933. Mais les Arabes, c’est dans leurs tripes, c’est la tripe arabe qui gargouille dans l’organisme français. »

Crimes et châtiments

Il poursuit : « Cette décolonisation mal faite revient en boomerang sur la France. C’est donc normal que les immigrés viennent et foutent la merde et se croient chez eux et veulent imposer leurs coutumes et prier dans les rues et porter le voile, parce qu’en plus, quand on les a fait venir ici, on leur a fait faire des boulots de merde, évidemment. Le constat de Zemmour, c’est que les Arabes sont ici en masse et font la loi, mais ils n’ont pas le pouvoir, leur seul pouvoir c’est la culpabilisation des Français sur trois générations, mais la plupart sont en fait des collabeurs qui veulent s’intégrer bien gentiment, même si au fond d’eux, c’est vrai qu’ils restent musulmans, c’est vrai qu’ils sont islamistes, c’est vrai qu’ils ont un potentiel terroriste. Et ils le disent pas, les autres, même ceux d’extrême droite, ils veulent le taire car ils ont la trouille. Et Zemmour passe pour un héros quand il dit ça. Là, je suis d’accord, seulement je rajoute : ils ont raison de l’être. Lui, le déplore, moi, je l’encourage. C’est ça la différence, mais il a raison sur le constat, il est honnête. Historiquement, c’est justifié. »

Mais pourquoi, diable, s’en féliciter !? « Mais c’est normal, je ne peux que jubiler, moi je suis un homme de justice et de vérité. C’est juste qu’un peuple, comme les Algériens, qui s’est fait coloniser pendant 130 ans par des Français à coups de répressions et de provocations, décoloniser de façon sournoise et perverse, puis exploiter en France où ils ont été traités comme de la merde à faire les boulots dégueulasses dont les Français ne veulent pas, qu’à un moment donné une génération – je n’ai pas de sympathie pour eux, ce sont des connards, la plupart sont des conspirationnistes ou des carpettes qui veulent s’intégrer et crachent sur leurs frères  – comment leur reprocher à certains de vouloir montrer les dents, de foutre la merde en…

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/culture/censure-zemmour-antisemitisme-rencontre-avec-marc-edouard-nabe-lecrivain-le-plus-sulfureux-de-france-12-116116

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.