Je pense qu il serait temps de cesser de vous masturber le cerveau les médias et d écrire des inepties , le type se tape une branlette envois la vidéo, il devait connaitre les dangers que cela pouvait représenter étant un personnage public, cessez de parler de voyeurisme, et démocratie… alors que le seul coupable c est GRIVEAUX . Retrait de Griveaux : stupéfaite, la classe politique s’inquiète d’une «menace pour la démocratie»

Retrait de Griveaux : stupéfaite, la classe politique s’inquiète d’une «menace pour la démocratie»

«Violence», «naufrage voyeuriste»… Un «nouveau cap» a été franchi avec la diffusion de vidéos privées attribuées à Benjamin Griveaux, selon des responsables politiques de tous bords.

Benjamin Griveaux à son siège de campagne à Paris, le 14 février 2020.
Benjamin Griveaux à son siège de campagne à Paris, le 14 février 2020. AFP

La stupeur et l’indignation. Vendredi matin, la classe politique française a assisté, sidérée, au retrait du candidat (La République en marche, LREM) Benjamin Griveaux de la campagne des municipales à Paris, après la diffusion sur le web d’images privées à caractère sexuel. Une première en France, aux allures de «menace pour la démocratie», estiment des responsables politiques de tous bords. Tous se sont élevés pour défendre le respect de la vie privée.

Parmi les candidats à la mairie de Paris, la socialiste Anne Hidalgo et, à droite, Rachida Dati, ont exprimé leur souci d’une campagne électorale «digne». Le chef de file LREM dissident, Cédric Villani, a fustigé une «attaque indigne»«Refusons le naufrage voyeuriste de la vie publique du pays», a déclaré sur Twitter le chef de file de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon. «Non, tous les coups ne sont pas permis».

Le premier ministre, Edouard Philippe, a appelé à «défendre» la démocratie, tout en assurant l’ex-candidat LREM de sa «sympathie» et de son «soutien»depuis Le Havre (Seine-Maritime), où il mène sa campagne municipale. La porte-parole de son gouvernement, Sibeth Ndiaye, déplore pour sa part des «boules puantes» et une «campagne de bassesse».

Partager

Play Video

«Américanisation» de la vie publique

En chœur, des voix dénoncent un «cap franchi» dans une «américanisation de la vie politique», où la vie privée l’emporterait sur le débat d’idées. «La transparence nécessaire n’est pas le déballage délétère», juge le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, rejoint par le patron des députés Les Républicains, Damien Abad, remonté contre ce «lynchage gratuit», symptôme d’une «faillite républicaine». L’ancien ministre d’État François de Rugy, démissionnaire du gouvernement l’été dernier après des révélations sur son train de vie, fustige en ce sens une «violence monstrueuse» et une «dégradation de notre vie publique».

«Nous devons avoir aussi la responsabilité collective de dire : pas ici, pas en France», souligne Stanislas Guerini, le numéro un de LREM, convaincu que «ces attaques-là ne sont pas à la hauteur de la démocratie». Sans «limites» entre vie privée et vie publique, «il n’y aura plus jamais de gens qui voudront s’engager en politique», craint le porte-parole du Rassemblement national (RN), Sébastien Chenu. Selon lui, il ne s’agit pas d’élire «des saints, mais des femmes et des hommes compétents».

Les réseaux sociaux pointés du doigt

La viralité des vidéos et messages publiés sur Internet est aussi mise en cause. Pour le président LR du Sénat, Gérard Larcher, «il est grand temps de réguler les torrents de boue qui se déversent sur les réseaux sociaux». La diffusion des images doit «évidemment être poursuivie», a insisté le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, en référence au délit de pornodivulgation, passible de deux ans de prison et 60.000 euros d’amende.

Ce souci de voir la justice œuvrer est repris en écho par Marine Le Pen. «Ni les juges, ni les manipulateurs ne doivent pouvoir avoir une influence sur le cours d’une élection», veut croire la présidente du RN. Tout en pointant – voix dissonante dans la classe politique – un comportement «irresponsable» de Benjamin Griveaux. «Ces histoires de révélations sexuelles ont toujours existé», avance la candidate à la présidentielle, «et quand on est un responsable politique, on le sait».

Rares attaques sur le terrain politique

De rares élus, dans les camps Insoumis et lepéniste, ne se sont pas contentés de considérations sur le respect de la vie privée : ils y ont joint des attaques sur le terrain politique. Dressant un parallèle, comme le député LFI Alexis Corbière et l’eurodéputé RN Jérôme Rivière, entre la «violence» vécue par Benjamin Griveaux, et celle infligée, selon eux, aux Français par le gouvernement.

Dans les rangs des universitaires, le politologue Dominique Reynié a mis en garde, sur RTL, contre l’«hyperviolence» d’une vie politique rythmée par les réseaux sociaux. «Aucun régime de type démocratique ne peut résister à un tel régime médiatique», selon lui. Pour l’essayiste Olivier Babeau, cette affaire traduit deux phénomènes : le «triomphe de l’image sur le texte» et la fin de la «duplicité de l’homme politique», jusqu’alors bénéficiaire d’une claire distinction entre vie privée et vie publique.

https://www.lefigaro.fr/politique/retrait-de-griveaux-stupefaite-la-classe-politique-s-inquiete-d-une-menace-pour-la-democratie-20200214?fbclid=IwAR0vae0_wgK5wDfNT9wbvsiWhdSsmpA8N8siN8w6zZgifV1SLxYFt9Zg_HY

Un commentaire sur « Je pense qu il serait temps de cesser de vous masturber le cerveau les médias et d écrire des inepties , le type se tape une branlette envois la vidéo, il devait connaitre les dangers que cela pouvait représenter étant un personnage public, cessez de parler de voyeurisme, et démocratie… alors que le seul coupable c est GRIVEAUX . Retrait de Griveaux : stupéfaite, la classe politique s’inquiète d’une «menace pour la démocratie» »

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    Mais enfin de quelle démocratie parle t’on? celle du peuple attéré par la bassesse, vulgarité, illégalité d’une classe politique qui fait honte à notre honneur et notre pays? Ou est ce simplement une excuse minable pour renforcer la censure internet? Car, ce qui compte c’est qu’un politicien très haut placé, qui plus est, donneur de leçons et en caampagne électorale, a été « pris la main dans le sac », oui ou non? Ras le bol de tous ces pourriticiens, ils se serrent les coudes là, bizarre, non?? Y aurait il d’autres anguilles sous roches à ne pas dévoiler? Hummm.. on est tombés vraiment très très bas!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.