La syndicaliste Hafsa Askar, une future génocidaire de Blancs

Elle est jolie, Hafsa. Elle a un beau sourire, des yeux dont la forme évoque des Orients, des nuits étoilées, des chants andalous dans la fraîcheur de patios persans.

Vous vous confierez sans hésiter à elle pour des soins aux personnes âgées, dans un Ephad, une résidence de luxe, un centre de thalassothérapie. Et vous vous laisserez aller à la grâce de son visage dessiné par un calligraphe de Bagdad.

En vérité, vous lui donnerez Allah sans confession.

Vous aurez tort. Lisez cela.

Askar et les blancs

C’est autre chose, Hafsa. Je vais vous dire en quoi cela consiste, Hafsa.

Hafsa Askar, c’est la Turque qui donne en rigolant à des Arméniens étiques, mourants, la becquée de quelques miettes de pain saupoudrant leurs visages comme le sable, les fosses communes d’Erevan.

https://www.geo.fr/histoire/genocide-armenien-le-journal-dune-survivante-des-marches-de-la-mort-193292

http://www.genocide-museum.am/fr/28.10.2016-Wegner.php

Hafsa Askar, c’est l’infirmière près de Mengele, rictus aux lèvres, sur le quai terminal de Birkenau, celle qui dit à Sophie : « Choisis, entre ton fils et ta fille, celui ou celle qui survivra » *.

Hafsa Askar, c’est la Khmer rouge qui enfile en souriant sur ta tête, comme une cagoule, le sac plastique à l’intérieur duquel, dans une buée complice, ta vie va lentement, très lentement te quitter.

Hafsa Askar, c’est la petite « Française-innocente-et-tellement-désireuse-de-rentrer-au-pays », jouissant de sa puissance, qui ordonne à la jeune Yazidie que son mari, français lui aussi, a violé pour la cinquième fois de la semaine, de laver les draps témoins de leurs étreintes.

https://www.france24.com/fr/20181025-yazidies-jihadistes-francais-viols-crimes-sexuels-femmes-irak-justice-enquete-fidh-france

J’arrête là. Liste non exhaustive quoique assez contemporaine.

Hafsa Askar, c’est tout cela et bien d’autres saloperies nées de cerveaux affamés de règlements de comptes, de sentiment de supériorité et de stupidité idéologique.

Ici domine en fait la bêtise, l’insondable bêtise, ce mur contre lequel s’épuisent l’intelligence, la raison, le plus petit élan du cœur.

Ici, c’est la guerre.

Cette guerre est faite aujourd’hui à la France, par des gens comme cette jeune femme, qui n’ont rien vécu, rien ressenti, rien appris sauf cette antienne pour clones d’Oubrou, de Zekri, de Muhammad, reproductible à l’infini : « Il y a un seul ennemi, une seule cible : ce soleil d’Occident face auquel nous sommes réduits à ce que l’Histoire a fait de nous, ombres improductives marchant dans un tunnel millénaire, rien sauf notre propre masse imbécile et obstinée, vagissant dans le noir ».

Hafsa Askar est le parfait petit robot programmé pour nous mener, un jour ou l’autre, à l’abattoir. Il est encore possible de contester le logiciel. Il est même souhaitable, je pense, de le balancer dans l’une des ces poubelles aimablement mises à notre disposition par l’Histoire.

Jean Sobieski

*Le Choix de Sophie, film d’Alan J. Pakula (1982).

Va le voir, Hafsa.

https://ripostelaique.com/la-syndicaliste-hafsa-askar-une-future-genocidaire-de-blancs.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.