Jérusalem : Macron, triste plagiaire hystérisé de Chirac

« L’ambition dont on n’a pas les talents est un crime » Chateaubriand – Mémoires d’Outre-tombe – T 5.

David Desgouilles : « À Jérusalem, agacé par les agents de sécurité israéliens, Macron nous a fait (son petit) Chirac ! Et si le Chirac Tour ne faisait que commencer ? Macron a fait des siennes à Jérusalem. La vidéo de son altercation (hystérisée) avec la police israélienne a connu le bruit médiatique qu’il espérait !

L’acteur Macron, celui qui est né au lycée de la Providence à Amiens, au contact d’un professeur auquel il demeure très attaché, a plagié Chirac de belle facture. Sa pratique de la langue de Shakespeare s’est muée en un anglais qui rappelait celui de son lointain prédécesseur, mais aussi celui, encore plus drôle, de Jacques Delors. Certains ont moqué le manque de spontanéité (de Macron plagiaire récidiviste).

Christian Larnet : « À Jérusalem, il y avait plus de Gilbert Brossard (un acteur raté) que de Chirac ! Macron, qui se prend pour Chirac, a fait un scandale ridicule à Jérusalem… Un coup prémédité et préparé ! Avant sa rencontre avec les officiels Israéliens, Macron a tapé un petit scandale à la Chirac lors de sa visite à la basilique Sainte-Anne, propriété de la France à Jérusalem. L’escorte israélienne qui assure sa sécurité a voulu entrer ce que n’a pas apprécié Macron, qui a fait un gros caprice de gosse pour faire honte à Israël.

« Je n’aime pas ce que vous avez fait devant moi « , a crié Macron avec un accent anglais déplorable à un policier israélien devant l’entrée de l’église. « Allez à l’extérieur je vous prie, personne n’a à provoquer personne, c’est compris ? » Macron a demandé avec insistance à des policiers israéliens de le laisser entrer dans l’église Sainte-Anne de Jérusalem alors qu’un membre des forces de sécurité israéliennes voulait d’abord vérifier la sécurité des lieux. « C’est la France ici, et tout le monde connaît la règle« , toujours dans un anglais pitoyable ! C’est exactement dans ce quartier de Jérusalem que Chirac avait fait son petit caca nerveux, et s’était emporté en 1996 contre des soldats israéliens qui assuraient sa sécurité, en lançant dans un anglais très approximatif avec un accent qui ferait honte à un prof d’anglais, un désormais célèbre dans le monde arabe : « Do you want me to go back to my plane ? » (Voulez-vous que je retourne à mon avion ?)

Un coup prémédité ! La phrase avait rendu Chirac populaire dans le monde arabe et Macron n’a pas voulu rater l’occasion, sur le dos des juifs. Il a fait un copié-collé afin d’exiger que les militaires des forces de sécurité israéliennes sortent de Saint-Anne. La basilique Sainte-Anne, construite par les Croisés au XIIème siècle et offerte par l’Empire ottoman à la France en 1856, est l’un des 4 domaines français de Jérusalem.

Israël assure la sécurité de sa capitale, y compris des lieux qui appartiennent à la France, car c’est une cache idéale pour un terroriste. Macron le sait. Il a donc décidé, lors de sa balade dans la Vieille ville, de visiter l’église Sainte-Anne pour déclencher un scandale. D’autant que l’épisode Chirac, Macron le connaît bien et l’a répété : il l’avait parodié lors d’une bousculade au G7 de Taormine. Il savait que le problème se répèterait, et il avait préparé son coup (en conséquence). (© Christian Larnet pour Dreuz.info.)

Eber Haddad pour Dreuz.info. : « Le 23 octobre 1996, en visite à Jérusalem, Chirac humiliait, en direct sur toutes les chaînes de télévision mondiales, des policiers israéliens chargés de sa sécurité !

Un coup foireux pour devenir immédiatement très populaire au Moyen-Orient, dans le monde Arabo-Musulman et pensait-il, dans les banlieues qui commençaient déjà à être incontrôlables. Des rues avaient été baptisées en son nom dans plusieurs pays arabes. Aujourd’hui Macron refait le même coup, et il n’y a aucun doute possible pour les mêmes raisons. C’est un incident planifié, (pas) une coïncidence. Ça n’arrive jamais, à aucun président de n’importe quel pays et en visite dans n’importe quel autre pays, mais c’est arrivé à deux présidents français en Israël, avec la même arrogance et cette même attitude hautaine et méprisante !

Dire que la conduite de Macron est ignoble est un doux euphémisme, pire que celle de Chirac, lui au moins innovait dans la diplomatie sournoise et crapuleuse, car non seulement Macron l’a imité avec précision, mais il s’est servi d’une visite sensée marquer le 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz pour tenter d’humilier Israël et, à travers elle, les Juifs, pour s’assurer une ascension de popularité météorique au Moyen-Orient et, pense-t-il à l’instar de Chirac, dans les banlieues françaises encore plus incontrôlables.

Macron avait mal commencé car, alors que c’était la commémoration du plus grand crime planifié de l’humanité, et pas une incursion diplomatique, avait décidé de rendre visite à Mahmoud Abbas, ce dirigeant palestinien, un négationniste de la Shoah ayant présenté en 1982, à l’institut d’Études orientales de Moscou, une thèse de doctorat à ce sujet. Macron en a profité pour soigner sa cote de popularité sur le dos d’Israël !

On n’a jamais cru à ses discours lénifiants sur l’antisémitisme au CRIF et là, il a perdu toute crédibilité quand il parle de ce fléau (pour soigner sa popularité). Ce qui est triste dans cette histoire médiocre est qu’un être aussi inconséquent et méprisant soit à la tête de la France ! (© Eber Haddad pour Dreuz.info.)

Gaïa, Dreuz.info, Source : Résistance républicaine : « Macron en campagne électorale caresse dans le sens du poil les terroristes « palestiniens« . (Où l’on voit que Macron l’arrogant juvénile) parle anglais comme une vache espagnole pour maltraiter (insulter) les soldats israéliens. Lors de sa visite à Jérusalem, Macron a carrément fichu dehors les soldats israéliens qui voulaient continuer à assurer sa « sécurité ». Ce n’est pas un vain mot en Israël. Quand il entrait dans l’église Sainte-Anne, territoire resté français à Jérusalem, (Macron l’arrogant juvénile a voulu) faire sentir aux Israéliens qu’ils n’étaient pas chez eux partout dans Jérusalem !

La honte : ce qu’une journaliste de RTL a traduit par « les soldats israéliens force d’occupation » (tiens donc !). Jérusalem-est serait toujours considérée comme appartenant aux terroristes du Hamas et de Gaza ?

Dans son très mauvais anglais très frenchy pour le coup (il l’a fait exprès ?) il a hurlé aux soldats qui ne faisaient que leur travail : « Je suis le Président de la République, c’est moi qui décide« … Ben voyons !

« Je n’aime pas ce que vous avez fait face à moi. Sortez ! Dehors. Respectez les règles qui existent depuis des siècles. Elles ne vont pas changer avec moi, je peux vous l’assurer ! » (Traduction Le Figaro)

Si après ça, les Juifs n’ont pas compris à quel point Macron est du côté des Palestiniens ! Après le grand jeu et le tapis rouge offert à Mahmoud Abbas… Jamais Macron n’aurait osé s’adresser ainsi, avec cette brutalité et cette arrogance, à des soldats musulmans dans un des pays musulmans où il aime tant aller.

Jamais ! Même en enclave française. Macron est en campagne électorale… à Jérusalem !

Faut-il sourire ou pleurer quand on lit ça dans le Figaro ? Macron a voulu se rendre sur l’esplanade des Mosquées. Fait inédit : il y a pénétré par une des portes réservées aux musulmans. Il a ensuite gagné le Mur des lamentations, par la longue passerelle en bois qui est le théâtre d’affrontements réguliers entre communautés juive et musulmane : « Il est important de montrer, à une époque où notre monde se déchire, et où le fait religieux déchire souvent, qu’ils sont ici réconciliés. Et qu’ils le sont depuis des siècles ».

Selon Macron, sa démarche relevait du « rôle qu’a la France » et que « reconnaître la part de chaque religion » correspondait à « la juste définition de la laïcité ». Quand le journaliste reconnaît que la passerelle qui sépare l’Esplanade des mosquées est un théâtre pratiquement quotidien d’affrontements, Macron toute honte bue, disserte et affirme ce qui lui convient. (???) Juifs et illégaux musulmans réconciliés depuis des siècles ? Il prend ses désirs pour la réalité ? Non, il se paye la tête des Juifs israéliens qui risquent chaque jour leur vie.

Macron à l’étranger, la honte de la France est là et bien là, juste pour ses amis musulmans !

The Times of Israël, AFP : « Railleries et critiques pour Macron après son altercation à Jérusalem !

« Grotesque, pathétique : l’altercation verbale entre Macron et des policiers israéliens, 24 ans après une tirade chiraquienne similaire, suscite ironie et critiques dans l’opposition !

« Je n’aime pas ce que vous avez fait devant moi », a crié Macron qui voulait entrer dans la basilique Sainte-Anne, territoire français à Jérusalem. Pour Jordan Bardella, du Rassemblement national, la séquence est « grotesque » et « ça sent la mise en scène ». Macron « s’agite pour se faire remarquer quand il est attendu en France sur les terrains économiques et sociaux, et migratoire ». Il a aussi raillé « l’accent anglais très francisé » alors qu’on sait que Macron est parfaitement bilingue et qu’il ne manque pas une occasion de (le) rappeler ».

La députée LR Valérie Boyer a accusé Macron de « tenter d’imiter Chirac », en lui conseillant de se préoccuper plutôt du dossier brûlant des retraites et de « méditer le sondage Elabe qui dit que 61% des Français estiment – malgré 45 jours de grève – que sa soi-disant réforme des retraites devrait être retirée ».

« Pathétique imitation » de Chirac, a abondé la députée LFI Danielle Obono, fustigeant dans un tweet un Macron « responsable de violences policières contre son peuple ». Pour Olivier Faure, la sortie de Macron est « le énième coup de comm’ ». « Singer Chirac pour faire oublier qu’il mène la politique de Sarkozy », a réagi le porte-parole du PCF, sur Twitter. En 1996, dans les mêmes lieux, Chirac s’était emporté contre des soldats israéliens qui l’encadraient de trop près, avant d’exiger que les militaires sortent du domaine de Sainte-Anne.

Aude Lasjaunias : « Un air de déjà-vu » : l’éclat de voix de Macron à Jérusalem critiqué dans la presse du Proche-Orient. Macron peut-il se revendiquer de l’héritage de Chirac dans la région, se demandent des médias locaux. Un Macron haranguant les forces de sécurité de l’État d’Israël aux abords de l’église Sainte- Anne de Jérusalem, pour nombre de médias israéliens et internationaux, l’incident a « un air de déjà-vu ».

Difficile de ne pas faire le rapprochement entre les cris de Macron, et Jacques Chirac, 24 ans plus tôt, sur la via Dolorosa, aux abords du même édifice considéré comme un territoire français depuis 1856, date à laquelle les Ottomans en avaient fait cadeau à Paris pour son aide lors de la guerre de Crimée (1853-1856).

Le Français « avait l’intention de provoquer un drame en Israël pour plaire à l’opinion publique arabe ».

Macron aurait-il sciemment provoqué cet incident « pour séduire les populations arabes et une partie de l’électorat français ? » Peut-être, admet Anthony Samrani dans le journal libanais. « Peut-être même qu’il a forcé son accent en anglais pour que la mémoire sonore colle au visuel. Peut-être, enfin, qu’il le voulait absolument ce (plagiat du) moment chiraquien qui est resté dans toutes les mémoires ».

« La visite de Sainte-Anne était un arrêt symbolique soulignant l’influence historique de la France dans la région, où Paris se considère toujours comme un acteur important », écrit The Jerusalem Post. Avec Chirac, rappelle L’Orient-Le Jour, la France a souvent eu la volonté de « jouer les médiateurs entre les puissances régionales, d’offrir une voie alternative à celle de Washington pour tenter de résoudre les conflits ».

The Jerusalem Post : « Une posture que Macron pourrait avoir tenté de réaffirmer. « Sainte-Anne est un domaine national français à Jérusalem. C’est le rôle de la France dans cette ville de protéger ces lieux. »

Moralité Eber Haddad pour Dreuz.info. : « Jérusalem : Macron (plagiaire) refait le coup de Chirac !

Chirac humiliait les policiers israéliens chargés de sa sécurité pour devenir très populaire au Moyen-Orient, dans le monde Arabo-Musulman et dans les banlieues qui commençaient déjà à être incontrôlables.

Tout ça pour ça : Macron plagiaire triste à Jérusalem refait le coup de Chirac au petit pied hystérisé !

Aujourd’hui Macron a refait le même coup planifié et pour les mêmes raisons. Macron, où est ta victoire, quand tu flirtes avec les islamistes dans le mépris d’Israël ? Et surtout quand tu es responsable du marasme politique en France alors que tu n’arrives pas à gouverner ce pays qui t’est totalement étranger !

Retour du réel : « En visite en Israël, Macron devra compter avec la défiance des Français juifs ».

Thierry Michaud-Nérard

https://ripostelaique.com/jerusalem-macron-triste-plagiaire-hysterise-de-chirac.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.