La Chine a ses deux fléaux : coronavirus et coranvirus

La Chine a ses deux fléaux : coronavirus et coranvirus

Décembre 2019, message de Pékin aux USA : « La condamnation de notre politique envers les Ouighours freinera les négociations commerciales ».

La communauté musulmane des Ouighours du Xinjiang suscite moins d’empathie que les Tibétains et leur dalaï-lama. Certains sont entassés dans des camps de rééducation et il y en aurait plus de 400 selon les analyses satellitaires. La Chine a réponse à tout, même à l’islamocratie.

Les arrestations d’Ouighours ont débuté en 2018. Fait assez significatif, la Turquie et l’Arabie saoudite ne semblent pas particulièrement soucieuses du sort des musulmans chinois. À la recherche de nouveaux alliés, Erdogan soigne Pékin et laisse ses idéaux solidaires au vestiaire. Pour ce qui est de Trump, il se la joue Thierry Roland sur feue Antenne 2, « cela-ne-nous-regarde-pas »

La presse occidentale joue la partie avocate, elle évoque un génocide culturel proche de la méthodologie maoïste et un véritable lavage de cerveau au sein des camps du Xinjiang.

1/7 Le Xinjiang en bref

Autrefois Turkestan chinois, la région a été englobée dès 1949 par le rouleau compresseur maoïste. Elle acquiert une relative autonomie en 1955. Depuis cette époque, les Ouighours sont traités de contrerévolutionnaires et de séparatistes au vu de leur culture bien spécifique.

La province compte 21 millions d’habitants (47 % d’Ouighours, 40 % de Chinois Hans), soit 1,5 % de la population sur un territoire couvrant tout de même un sixième de la Chine. Capitale Urumqi, plus de 3 millions d’habitants. La région est semi-désertique, elle est traversée par de nombreux gazoducs et pipe-lines filant vers la Russie et le Kazakhstan.

Selon les souhaits de Pékin, Urumqi est amené à devenir à moyen terme un nœud de communication vital de la nouvelle route de la soie reliant la Chine à l’Europe et l’Afrique.

Le Président Xi Jinping souhaite quant à lui voir un Xinjiang « culturellement chinois, vidé de séparatisme, d’extrémisme et de terrorisme ». La religiosité ouighour apparaît ici comme une force centrifuge nuisant à la politique athée de l’État, sans compter les dangers potentiels liés au regain d’un fondamentalisme islamique aux visées séparatistes.

Mosquée tartare à Urumqi

2/7 Attentats des groupes extrémistes ouighours, un Bataclan chinois

2009 : émeutes à Urumqi, 200 tués
2013 : émeutes au Xinjiang, 35 tués
2014 : attentat de la gare de Kunming dans le Yunnan, 31 morts et 143 blessés

Les Chinois disent de Kunming que c’est leur 11 septembre. Après cette boucherie, l’Empire du Milieu a dit STOP et le Xinjiang s’est mué en État semi-totalitaire hautement surveillé via les dernières technologies monitoring. Le Xinjiang est d’ailleurs considéré par certains comme un « laboratoire techno-totalitaire »

Des mesures vigoureuses ont été prises : interdiction du hijab et des barbes kilométriques, installation d’un réseau de camps de rééducation. Actuellement, ils y seraient un million, sans compter le million bénéficiant d’un tarif préférentiel à savoir les cours du soir obligatoires sans paiement de minerval.

On déboule ainsi dans les « centres de rééducation » pour diverses raisons : visite de sites web suspects, traces de sourates sanguines du Coran sur smartphone, port de burqa, fréquentation de mosquées non reconnues par les autorités, déplacement vers un pays islamique. Le séjour forcé en centre de rééducation n’est pas illégal dixit la législation chinoise.

Pékin réagit impitoyablement, estimant que c’est le seul moyen de sécuriser cette route de la soie traversant des territoires habités par les Ouighours et les musulmans kazakhs. Pour que l’environnement ouighour soit stable, tous les facteurs perturbants doivent y être éradiqués. Notez à quel point la lutte contre l’islam est ici liée aux facteurs économiques : du jamais vu en Europe, à Mehdi-thé !

Avant sa mort en Syrie en octobre 2019, le monstre chef autoproclamé al-Bagdadi avait exhorté les Ouighours à prêter allégeance à l’État islamique et à lutter pour la séparation entre le Xinjiang et la Chine. Al-Qaïda définissait même la région comme un territoire musulman qui reviendrait en son temps au khalifat, nouvelle preuve de la légitimité des craintes chinoises !

Rééducation en version « dossier de presse pour ONG occidentales »
Ici, les cours sont donnés en mandarin

3/7 La ruse chinoise : « Pair Up and Become a Family »

Sur papier, cela paraît alléchant même pour les Occidentaux : Pékin encourage les Chinois Hans à épouser des femmes musulmanes ouïgoures dans le but de former des familles « ethniquement plus homogènes »

En réalité, les finalités sont tout autres : puisque les hommes partent vers les camps de redressement, les femmes « nouvellement disponibles » seront plus facilement contrôlables par le régime si mariées à des Chinois Hans. On parle de mariages forcés et de viols, selon les témoignages de la communauté ouïgoure émigrée. Celles qui refusent le mariage sont considérées comme extrémistes, avec toutes les contraintes au quotidien que cela suppose.

Soldats Hans en patrouille au Xinjiang
 Marche tout droit, cet islam-là, il n’est vraiment pas fait pour toi 

4/7 Gynécologie halal ? 不用了 (non merci)

Par voie légale (la France a fait le contraire par voie létale), la Chine a interdit aux officiels et aux fonctionnaires de l’État de prier dans les mosquées afin de les empêcher de fréquenter « des personnes indésirables » : ici l’athéisme communiste bat son plein !

À de nombreuses reprises, les muzz chinois ont exigé la commercialisation de la viande halal ainsi que sa réglementation. Pas de chance, à Pékin on sait également que l’industrie halal finance des organisations musulmanes parfois terroristes.

En Chine, on n’accueille pas les femmes voilées dans les hôpitaux. Rappelons-nous qu’en France, les incidents n’y sont pas rares : un musulman bat un gynécologue parce qu’il a touché sa femme, un autre parce qu’il est obligé de laisser sa femme seule en présence du médecin etc. Mais bon sang ! si je puis dire, les convictions musulmanes n’ont rien à faire au sein du monde hospitalier, c’est un espace neutre !

Femmes ouïgoures

5/7 La minorité Hui

La petite minorité musulmane chinoise Hui vit dans la région autonome du Ningxia à proximité de la Mongolie, ils sont dix millions environ. Les Hui ont opté pour une « sinisation » leur permettant une liberté de culte sous surveillance.

La minorité Hui affirme que les musulmans chinois furent impliqués dans la formation de l’identité nationale de la Chine avant l’entame du régime communiste maoïste. C’est sans doute vrai mais aujourd’hui la donne a changé : la mouvance islamiste infiltre chaque communauté musulmane de par le monde via Internet, c’est la globalisation du terrorisme. Aux quatre coins du globe, à chaque minorité musulmane son mini foyer de radicalisation !

Grande mosquée de Yinchuan, capitale de la région autonome hui du Ningxia

6/7 Déclaration choc de Li Xiaojun : toute la différence entre Chine et UE est là

C’est le directeur communication du Bureau des droits de l’homme du Conseil des affaires de l’État. Au sujet des camps d’internement, il déclare en 2018 à l’adresse de l’opinion publique internationale : « Ce ne sont pas des camps mais des centres de formation permettant aux musulmans de s’intégrer. Si vous pensez que ce n’est pas la meilleure voie, c’est peut-être la voie nécessaire pour éradiquer le problème de l’extrémisme islamique que personne ne sait résoudre en Occident. Jetez un coup d’œil sur la Belgique et sur Paris, vous y avez échoué ».

Dans cette foulée démonstrative, il ajoute que l’islam est l’ennemi de l’humanité entière et que, malgré les centaines de victimes et la sécession des musulmans arrachant des quartiers entiers à la juridiction nationale, l’Europe en est encore au stade de l’islam-religion-de-paix où les extrémistes ne peuvent être assimilés au véritable islam.

Que disent sans ambages les Chinois face à l’Onu et aux ONG ?
CONTRAIREMENT À VOUS, NOUS SAVONS QUE FAIRE FACE À L’ISLAM

7/7 Une France qui ne sait contrôler sa sécurité intérieure ne se différence nullement d’une France barbare

En Chine, on se pose les vraies questions : les Ouighours se sentent-ils chinois ou d’abord et avant tout musulmans ? Même si Pékin apporte parfois des réponses trop brutales comme les mariages forcés de femmes ouïgoures, c’est une question que chaque nation civilisée doit se poser !

Entre la rigueur extrême chinoise et l’indulgence européenne, il y a une solution : la fermeté. Et nous n’avons pas besoin des camps de rééducation chinois, nous avons les nôtres : l’instruction publique, on entre dans son circuit à l’âge de 6 ans.

Quand j’étais petiot, les adultes me disaient que l’État doit assurer la sécurité de ses citoyens. Quand je songe à Patrick Jardin, je pense qu’on m’a menti.

Richard Mil

https://ripostelaique.com/la-chine-a-ses-deux-fleaux-coronavirus-et-coranvirus.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.