L’arroseur arrosé : Mélenchon victime de la République des juges-Macron

L’arroseur arrosé : Mélenchon victime de la République des juges-Macron

Bon, la semaine dernière, on apprenait que la députée LFI Ressiguier s’était fait traîner aux prud’hommes par ses 2 attachées parlementaires pour un harcèlement moral particulièrement ignoble. Définitivement morte au plan politique, avec 180 000 euros de dommages et intérêts demandés, elle va en plus s’en prendre plein la tronche au plan financier. Champagne, on ne la reverra plus.

Ces jours-ci, on apprenait également que les honorables Bayrou, Goulard, de Sarnez et quelques autres, eux aussi très grands donneurs de leçons, avaient été mis en examen pour détournement de fonds publics.

Et voilà qu’aujourd’hui, au terme d’une mise en scène digne de Guignol, l’insoumis Mélenchon et ses amis se voient à leur tour condamnés. Mélenchon trois mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende, Lachaud 6 000 euros d’amende, Muriel Rozenfeld 2 000 euros d’amende, Pignerol 8 000 euros d’amende, Bompard 7 000 euros d’amende. Carton plein pour les juges. Curieux, seul Corbière est relaxé. Si j’étais Méluche, je me demanderais ce qu’il a négocié dans mon dos.

Une tripotée d’arroseurs arrosés. Il est réconfortant de voir que tous ces fantoches qui nous en mettent plein la tête à longueur de temps avec leur moraline à deux balles  se voient enfin rattrapés par leurs propres turpitudes. Les uns pris les mains dans la caisse, les autres pour s’être comportés comme la racaille.

Bien fait pour Bayrou. Il a bonne mine, le Monsieur Propre du quinquennat Macron, qui prétendait instaurer une république exemplaire et rétablir la morale en politique. Les juges l’ont définitivement sorti du terrain. Le MODEM est mort et archi-mort, Macron l’a tué.

Exceptionnellement, pour Bayrou, laissons-nous aller à un peu de trivialité. Autrefois dans le milieu du BTP où on se lève tôt et où les coups tombent drus, on avait une formule synthétique qui s’applique très bien au cas Bayrou : « si quand, en train de pisser dans l’eau, tu te vois deux paires de couilles, surtout ne te prends pas pour un surhomme. » Il s’était vu beau, le François. Quasi faiseur de roi, il avait négocié des postes, des prébendes, des mandats. Il se prenait pour l’homme juste derrière Macron, une sorte de nonce du quinquennat. Et oui François, tu t’en voyais deux paires de pendues et tu t’es fait baiser comme un jeunot de 20 ans. Et maintenant que Macron t’a dégagé juste avant les municipales, il a les mains libres pour combiner à son aise et toi, tu es à poil. C’est qui le gros baisé, François ?

Méluche baisé comme un bleu par le jeunot. Patatras. Pourtant, quand cela arrivait à Marine Le Pen, à son père, à Sarkozy ou à Fillon, il disait que les lois de la République devaient s’appliquer à tous. Mais quand c’est lui, il dit que c’est un complot politique ! Faut savoir ! Lui aussi, ça lui tombe dessus pile poil au moment où il pensait se refaire une santé en croyant incarner le pouvoir de la rue après en avoir chassé les Gilets jaunes. Pas de bol, Jean-Luc. T’as l’air de quoi, maintenant que tu vas t’en prendre plein la tronche dans les médias ? Tu crois que les gens vont suivre un loser, un mec qui s’est fait foutre à poil par le jeunot ? Tu es cuit et archi-cuit, Jean-Luc. Pas de bol, toi aussi tu t’es fait baiser par le jeunot. Ceux qui comptaient sur toi vont en être pour leurs frais. Allez, tu as peut-être encore une chance au rattrapage si tu te ranges gentiment derrière Samia Ghali à Marseille. Mais un conseil, tu as intérêt à copieusement t’enduire de vaseline.

Fillon, l’autre gros baisé. Faut pas l’oublier celui-là, le mari de Pénélope, l’homme aux costards, le candidat qui s’est fait foutre à poil par les juges pour laisser le passage au jeunot.

Marine dans la file d’attente ? Pourra-t-elle seulement se présenter au départ ? En principe oui, c’est la candidate idéale de second tour. À moins qu’elle ne devienne trop dangereuse. Auquel cas… patatras, les juges… ?

Le jeunot planqué derrière les juges. Redevenons un peu sérieux. Macron n’est pas un surhomme. N’allons surtout pas croire qu’il ait des super-pouvoirs. Non, Macron est seulement le candidat du système. En fait, le candidat de l’État profond qui le protège et élimine les obstacles devant lui. Ses rivaux plongent, traqués par un agenda judiciaire qui est précisément calqué sur l’agenda électoral. Et ça, ça devrait être un très très gros problème pour les démocrates. Or pour l’instant, on n’entend personne, de peur sans doute de casser le vase en cristal.

Une justice ultra-politisée au service de donneurs d’ordre occultes. Quand la justice pèse de la sorte sur les élections, c’est qu’il n’y a plus de séparation des pouvoirs et que la république n’est plus qu’un mythe. On est alors en droit de se demander quels intérêts occultes elle sert et pour qui roulent les juges.

Macron fossoyeur de l’idée républicaine, Macron fossoyeur de la Nation. Archipelisation de la France et multi-partition territoriale programmées, listes communautaires admises, République des juges, justice pesant sur les élections au service de donneurs d’ordres occultes, le quinquennat de Macron est celui de l’enterrement  de la Nation et de l’idée républicaine.

Martin Moisan

https://ripostelaique.com/larroseur-arrose-melenchon-victime-a-son-tour-de-la-republique-des-juges.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.