Tarbes : encore une église saccagée, dans l’indifférence du pouvoir !

Tarbes : encore une église saccagée, dans l’indifférence du pouvoir !

Sise au centre de Tarbes, dans le bourg vieux, à mi-distance de la rue du maréchal Foch et de l’hôtel de ville de la capitale bigourdane, l’église Saint-Jean, de style gothique méridional flamboyant, a été profanée et vandalisée ce mercredi 20 novembre au milieu de la journée alors qu’elle se trouve dans un remarquable état de conservation et d’entretien régulier.

Située sur l’axe Sainte-Thérèse-d’Avila à l’est de Tarbes, juste au milieu avant la cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède où fut ordonné prêtre le futur saint Vincent de Paul, la chapelle de l’Ayguerote et Sainte-Anne à l’ouest de Tarbes, cette monumentale église du XVe siècle abrite un magnifique retable du sculpteur Jean Brunelo qui y a représenté le baptême du Christ, alors qu’au nord se trouve l’église Saint-Antoine.

Deux individus ont défoncé la porte d’entrée ainsi que la porte d’accès au clocher et ont déchiré les missels qu’ils ont ensuite allumés à l’aide des cierges et brûlés sur place ; l’un d’entre eux a déféqué à proximité, s’essuyant avec des feuilles de missel et un autre a uriné contre un mur : toutes choses marquant la profanation caractérisée et dont il faut espérer que l’analyse de l’urine et des selles permettra d’identifier les auteurs et de les arrêter car ils sont encore inconnus, tant la paroissienne qui les a surpris vers 15 heures se révèle incapable de les décrire, ce qui est tout de même assez étrange. Ils ont aussi déplacé la statue de saint Jean-Baptiste en l’enlevant de son socle et vidé un extincteur sur des bancs. Fort heureusement, le tabernacle n’a pas été atteint et les hosties sont restées intactes et pures… sans doute les profanateurs ont-ils été dérangés par l’arrivée intempestive de la paroissienne et n’ont-ils pas eu le temps d’achever leur sale besogne.

Ce vandalisme prolonge la liste déjà conséquente ce mois-ci : attaque de la cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie en Béarn prise d’assaut à la voiture-bélier au début du mois le 2, incendie de la cathédrale Saint-Luperc d’Eauze en Gascogne le 12, profanation d’une chapelle dans  l’Albigeois avec des salissures satanistes… liste non exhaustive se limitant à moins de 40 lieues autour. Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, déplore ces actes inadmissibles lors de la rencontre consécutive avec monsieur le maire de Tarbes, Gérard Tremege et monsieur le préfet des Hautes-Pyrénées, Brice Blondel accompagné de madame Janine Fourcade, directeur départemental des polices urbaines des Hautes-Pyrénées dans le lieu saccagé.
Hélas, le père Olivier Ribadeaui-Dumas, recteur des sanctuaires de Lourdes et ancien secrétaire général de la très progressiste conférence des évêques de France, relativise ce saccage en soulignant que beaucoup de gens ne savent pas ce qu’est une église et que tout leur y paraît permis, sans doute comme sur un terrain vague ou une décharge sauvage… tout comme certains médias officiels ajoutent qu’il est normal que les lieux de culte catholiques soient davantage vandalisés, saccagés et profanés car ils sont infiniment plus nombreux !

Ce discours politiquement correct permet d’évacuer le caractère antichrétien en général et anticatholique en particulier de ces actes par cette interprétation fallacieuse défiant l’entendement. Ces gens-là oublient simplement que si la République est laïque, la France est catholique mais, sans doute, leur objectif est de dédouaner certaines populations exotiques aux mœurs dignes des sauvageons, pour reprendre le terme même du préfet coordinateur national du renseignement en France Pierre Bousquet de Florian, errant dans les déserts, courant dans les savanes ou sautant de branche en branche dans la jungle.

Dès lors, que la paroissienne ne puisse décrire les auteurs du saccage s’explique aisément et démontre à quel point l’Église conciliaire renonce à ses misions fondamentales sous couvert d’ouverture et de dialogue et laisse libre cours au pape Bergoglio pour s’adonner aux rites païens comme celui de la Pachamama en Amazonie qu’il a ramené au Vatican.

Il convient aussi que l’Église conciliaire confie très largement ces églises sous-utilisées et parfois abandonnées aux organisations sacerdotales de la Tradition afin de les faire vivre spirituellement bien plus intensément en y attirant la présence de nombreux fidèles, ce qui dissuadera satanistes et sauvageons exotiques. Comme par exemple cela a été fait à Lourdes avec l’ensemble traditionaliste de la rue du Sacré-Cœur dont la chapelle Notre-Dame-Reine du Clergé de France et les Petites Servantes de Saint Jean-Baptiste.

Chaque Français doit être conscient que ces églises et cathédrales sont des lieux sacrés et affectés au culte catholique où des fidèles peuvent être blessés lors de ces saccages, autant spirituellement que physiquement. Tous ces monuments catholiques sont aussi l’œuvre de dizaines de générations de Français qui les ont patiemment édifiés au prix de lourds sacrifices et à la force de leur foi et ornés ainsi que sanctifiés par leurs prières. À la profanation religieuse s’ajoute donc l’atteinte à l’identité catholique et française. Enfin, tous ces monuments témoignent de la civilisation chrétienne en France et sont des sites d’attraction pour les touristes du monde entier, catholiques et non catholiques mais soucieux d’admirer la France et d’apprécier le génie des Français : ils permettent ainsi, par leurs achats, d’en assurer aussi l’entretien et le rayonnement de la France à l’étranger.

Désormais, il convient d’enquêter sur le nombre invraisemblable d’incendies dans les monuments catholiques et le nombre de profanations et d’atteintes diverses à l’encontre de la religion catholique, de ses monuments dont l’emblématique Notre-Dame de Paris et de ses fidèles. En croissance exponentielle depuis l’arrivée du mondialiste Macron, le maquereau en langue picarde, dont la grand-mère native de Bagnères-de- Bigorre doit s’inquiéter de la monstruosité.

Le Cercle Légitimiste de France exige que toutes les chapelles, églises et cathédrales bénéficient des mesures de protection et de surveillance afin d’en finir avec les répétitives profanations et les fort onéreux saccages et ce dans les mêmes conditions que les édifices des autres religions : policiers et gendarmes seront ainsi bien plus utiles qu’à bastonner, gazer, massacrer et plus encore les Gilets jaunes. À défaut de quoi les Français devraient alors aviser et prendre les dispositions utiles.

Fernand CORTES de CONQUILLA
Cercle Légitimiste de France
fcdc@bbox.fr

https://ripostelaique.com/tarbes-encore-une-eglise-saccagee-dans-lindifference-du-pouvoir.html

Un commentaire sur « Tarbes : encore une église saccagée, dans l’indifférence du pouvoir ! »

  1. On.sait qui attaque nos pompiers..nos églises dans le monde..nos femmes féminines dans les rues..pensons au bataclan et ces parents anéantis par les meurtres de leurs enfants et proches..les attentats sans nombre en France.. ces Français qui veulent pas voir..venez gauchos bobos habiter dans mon93par exemple..venez associations..dont on.taira les noms mais que tous auront compris..!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.