Révélations : Article – L’alimentation

close up of wine and fruits

Au Lendemain de la ratification du CETA et MERCOSUR, je voulais vous mettre au courant de ce qui se passe derrière nous, ce que l’on vous cache, ces gens qui décident de la mort ou de la vie, de ce que l’on doit manger ou pas ?

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet dont nous parlons tous les jours :

L’Alimentation

Avez vous déjà entendu parler du CODEX ALIMENTARIUS ????

Le codex Alimentarius (ou codex alimentaire) est un programme commun de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) consistant en un recueil de normes, codes d’usages, directives et autres recommandations relatifs à la production et à la transformation agroalimentaires qui ont pour objet la sécurité sanitaire des aliments, soit la protection des consommateurs et des travailleurs des filières alimentaires, et la préservation de l’environnement.

La Commission du codex Alimentarius en est l’organe exécutif. Cette commission internationale, où siègent les représentants de près de 200 pays, a été créée en 1963 par la FAO et l’OMS. Elle est chargée d’élaborer des normes alimentaires, des définitions et des critères applicables aux aliments, de contribuer à leur harmonisation et donc, notamment, de faciliter les échanges internationaux. Elle joue un rôle prépondérant dans la normalisation alimentaire mondiale et a été reconnue à ce titre par les accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1994, sous réserve que ses prescriptions n’entravent pas les échanges si elles ne sont pas suffisamment scientifiquement étayées. (données Wikipedia).

Qu’est-ce que le Codex Alimentarius en d’autres mots le Code Alimentaire ?

Celui-ci trouve son origine en 1962 et fut crée par les Nations Unies pour établir des normes mondiales régissant tous les aspects de la production alimentaire, de la distribution au commerce. S’il devient un sujet de controverse, ce n’est pas par simple hasard.

Les instigateurs de ce plan soutiennent avec leurs partisans qu’il ne s’agit que d’une série de lignes directrices pour faciliter des objectifs du commerce international. Il est bien entendu que ceci s’inscrit dans un agenda caché, plus large et de contrôle des populations via le contrôle de l’alimentation.

Afin de faire avaler la pilule du codex alimentarius les planificateurs soutiennent que l’accord de libre échange nord américain dénommé NAFTA est rendu plus facile par le biais de ce code alimentaire parce qu’il fixe des normes de confiance assurant la qualité des produits alimentaires que nous importons et plus important que nous exportons.

Bref il s’agit une fois de plus qu’un système de contrôle, dont on verra que le but est de favoriser certains gros intervenants (multinationales) par un système extra-territorial imposé par des puissants lobbies directement sous la coupe de puissants groupes.

Qui dit contrôle dit perte de liberté dans le choix le plus élémentaire ici de l’alimentation.

Il y a de plus en plus de critiques qui estiment que le Codex Alimentarius dépasse largement le cadre de son mandat, ce qui en fait une menace et pourrait réduire de façon spectaculaire la santé publique et nos libertés à cet égard.

Car l’alimentation est la base de la santé, en influant sur celle-ci vous pouvez augmenter aussi les ventes de médicaments de groupes dont les liens sont historiquement en connexion directe avec ces mêmes corporations du commerce alimentaire mondial, nous assistons de la sorte au partage de votre assiette alimentaire et des fondations de notre santé entre des cartels internationaux, dont l’actionnariat est issu de grandes familles aux plans EUGENISTES (Rockefeller) et ce historiquement sur notre planète, ce qui impacte les lobbys/alimentaires et pharmaceutiques, qui sont les uns les autres en liens directs,  (lire le lien datant de 2012)

On peut aussi mettre à charge le fait que les consommateurs avertis en matière de santé alimentaire vont petit à petit perdre des possibilités d’accès à l’alimentation biologique (acquis pourtant depuis de longue date) et à une nourriture organique ancestrale et voir se réduire comme une peau de chagrin l’accès aux suppléments alimentaires et herbes au fur et à mesures du durcissement orchestré mais discret des normes et contraintes que ce codex impose sous couvert du commerce international échappant de plus en plus aux états nationaux sous le couvert d’un niveau européen ou mondial.

60% de la population du monde dépend de médicaments à base de plantes, ceux-ci ne seront pas, voire plus, en mesure de payer les médicaments qui remplacent ces plantes. Entre parenthèse la fameuse herboristerie du coin n’est plus en France ce type de commerce n’est plus, titulaire d’un diplôme, la dernière est décédée, (article datant de 2018.) 

Il est évident que le codex alimentarius est une guerre contre l’accès à cette base ancestrale : les médicaments à base de plantes et l’alimentation biologique diversifiée, c’est l’aile ou la cuisse chimique contre la bonne tambouille… on ne va plus se faire bouffer tout cru, mais dissoudre dans de l’acide, dilué dans un premier temps, puis par l’édiction d’un contrôle tous azimuts, sous couvert du bien être du commerce des multinationales échappant à tout contrôle démocratique, par la force de la puissance économique, sachant qu’un lobbys ne va pas se mettre sur la route d’un autre lobbys, ils sont responsables, mettent en application des lois par l’intermédiaire des gouvernements.

Les nouvelles lois exigeant des cultures génétiquement modifiées, des pesticides, des hormones et des antibiotiques dans les aliments auront un coût prohibitif pour les personnes qui vivent dans les pays en développement (que l’on cherche à contrôler), dans un premier temps des milliards de personnes vont disparaître à la suite de ces politiques eugénistes camouflées derrière ces limitations sous formes de normes. Suite de l’article.

Quand on consulte le site officiel du codex, on remarque déjà 2 logos, celui de l’OMS (L’organisation mondiale de la santé) et celui de la FAO (l’organisation des nations unie pour l’alimentation et l’agriculture). Sur le site, on peut lire que le Codex alimentarius vise à garantir des denrées alimentaires sûres et saines pour tous et partout.

Après le site officiel, sur wiki. Les premières lignes reprennent la présentation officielle et que 200 pays sont présents dans la commission du codex.

Des personnalités médicales pensent que le codex n’est pas là pour servir les intérêts des consommateurs mais plutôt celui des multinationales de l’agroalimentaire. Bon rien de vraiment étonnant, on se doute bien que les mammouths de l’agroalimentaires ne vont pas se tirer une balle dans le pied. Ce qui devient plus inquiétant c’est la suite.

A force de tirer sur les ficelles de l’internet on tombe sur la vidéo d’Alexandre Rougé qui, à la suite de son article dans Nexus « Le codex alimentarius est-il toxique ??? », nous apprend lors de l’interview que les cartes sont vraiment truquées. En résumé, selon Alexandre, le codex est là pour faire disparaître les petites exploitations qui n’ont pas les moyens de se mettre aux normes dictées par le codex, pour au final laisser la place aux gros. Là où ça devient vraiment pervers et pourri. C’est que les gros de l’agro qui sont en faites les industries de la chimie qui vendent aussi bien des pesticides que des médicaments. Ces gros ont pour projet de nous servir des aliments de moins en moins bons en terme de qualité nutritionnelle pour nous rendre de plus en plus faibles pour au final nous vendre des médocs.

Après la vidéo d’Alexandre, visionnez la vidéo, médecin neurologique, Rima E laibow, qui nous explique que dans le codex les gros imposent :

  • Que les vitamines soient interdites

  • Que toutes les vaches soient traitées aux hormones de Monsanto

  • Que tous les animaux soient traités aux antibiotiques

  • Que la nourriture soit irradiée….

Pour couronner le tout, ils rendent à nouveau légal les 7 pires pesticides que 176 pays avaient interdit. Avec de telles règles c’est difficile de croire que le codex nous veut du bien. Les projections épidémiologiques des experts de l’OMC et de la FAO estiment comme résultat, un minimum de 3 milliards de morts. 1 Milliard de morts par famine et 2 milliards de malnutris.

La Commission européenne autorise de nouveau… des pesticides interdits

(Article à lire de 2016).

Ça fait froid dans le dos, n’est ce pas ???On n’a même pas envie d’y croire.

Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez les nations,

mais si vous contrôlez les semences, vous contrôlez l’alimentation.

Et celui qui contrôle l’alimentation tient la population en son pouvoir.

Henry Kissinger, protégé des Rockefeller

Nous savons bien toutes et tous que notre alimentation se dégrade, je vous parle de l’empire rouge de la tomate, en Chine, certains de vous ne sont pas au courant que  toutes les grandes marques mondiales, Heinz en premier, se ne sont pas des tomates poussées en Europe, mais en Chine. (Vidéo à regarder).

Pendant deux ans, le journaliste Jean-Baptiste Malet a effectué un tour du monde de la tomate. De Provence en Chine, des Etats-Unis à l’Italie en passant par le Canada et le Ghana, des circuits de production à sa commercialisation et à sa transformation, il en a tiré une solide enquête, L’Empire de l’or rouge,parue chez Fayard (2017).

« L’Empire de l’or rouge », de Jean-Baptiste Malet et Xavier Deleu.

Mise en images par l’expérimenté réalisateur Xavier Deleu, cette enquête offre un passionnant moment de télévision. Car à travers l’histoire d’un produit universel, c’est l’histoire d’un capitalisme brutal, sauvage et triomphant qui se dessine. Avec ses tradeurs richissimes, ses cueilleurs misérables, ses généticiens, ses intermédiaires, ses patrons d’usines peu scrupuleux, l’industrie de la tomate est un business très lucratif. Un marché dans lequel la Chine domine désormais, menant un combat sans merci à l’Italie et aux Etats-Unis. A visionné l’excellent reportage sur la Tomate, la sauce la mondialisation. De Bologne à Shanghai, révélations sur les secrets de « l’or rouge » et les derniers résistants de la tomate. Un reportage de « L’Angle éco ».

Qu’allons nous faire nous petits humains, qui subissons  les 4 grands cartels mondiaux :

  • chimie, biotechnologie, agro-alimentaire et médico-pharmaceutique.  Les consortiums de l’agro-alimentaire ont réussi à faire disparaître toute l agriculture vivrière, tout l’artisanat des métiers de bouches, toutes les particularités gastronomiques régionales, tout ce que les consommateurs pouvaient mettre dans leurs assiettes sans passer à leur caisse, avec la complicité des cartels de la distribution.
  • Comment l énorme comédie des normes alimentaires a-t-elle transformé notre nourriture en poison ? À qui sert réellement le codex Alimentarius ?
  • Et pour qui tourne réellement l OMC ? Depuis des décennies les grands groupes pharmaceutiques sont les financiers des plus grandes écoles et des formations de médecins, ils occupent en sous-mains les commissions sanitaires des pays et des instances internationales, ils sont partout, mais on ne les voit nulle part, comment opèrent-ils ?
  • Comment étouffent ils les scandales sanitaires ?
  • De la naissance à la mort, chaque individu est une mine d or pour eux, les pandémies des périodes fastueuses ?

Et la « vraie-fausse » pandémie de grippe A en est un exemple de plus. Pour comprendre les interconnections de ces systèmes mafieux il fallait dresser leurs portraits et pratiques dans un même ouvrage. C est désormais chose faite : après des mois d enquête, Claire Séverac nous démontre, dans ce réquisitoire implacable, pourquoi et comment notre santé est en danger.

Notre agriculture, nos agriculteurs, nos terres, notre alimentation, notre vie sont en danger dans les mains de ces cartels, de ces lobbys, qui se remplissent les poches avec votre argent, avec le labeur de ces gens qui prennent soin de notre Chère TERRE, pour  que les humaines puissent vivre il faut :

  1. LA TERRE
  2. L’EAU
  3. L’AIR
  4. LE BOIS
  5. LE MÉTAL

Ces éléments sont fondamentaux, pour vivre, c’est un science elle s’appelle la GÉOBIOLOGIE, je n’invente rien, Platon se consacre tout d’abord à la poésie,  au théâtre et la musique.
Son œuvre « Les Dialogues » nous est parvenue intacte. Elle traite de nombreux thèmes philosophiques tels que le devoir, la vertu, la sagesse, la beauté, l’amour …

Pour Platon, le monde s’appuie sur cinq éléments essentiels : le Feu, l’Air, l’Eau, la Terre et l’Univers. Il associe à chacun d’eux un polyèdre régulier inscriptible dans une sphère. Toutes ses faces sont des polygones réguliers isométriques : tous les côtés sont de même longueur et tous les angles sont de même mesure. Il en existe cinq et cinq seulement possédant de telles propriétés : le tétraèdre, l’octaèdre, l’icosaèdre, le cube et le dodécaèdre.  Selon Platon, la perfection de ces polyèdres symbolise par excellence les cinq éléments.  On les appelle aujourd’hui « Les solides de Platon »(Article à lire).

Résultat de recherche d'images pour "les 5 éléments de platon"

Résultat de recherche d'images pour "les 5 éléments de platon"

Maintenant vous avez des points de départs, des indices, alors à vous, de prendre votre avenir (à venir) en mains…

Bien à vous.

LaddyMarie

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.