Camps de Roms entre haine et révolte: « Salvini mérite une balle en pleine tête « 

Je prendrais tous ces gens qui puent  la haine  et retour chez eux ,  et je  souhaite  a  odieuse bonne femme    que le mal qu elle souhaite a Salvini se retourne contre elle ignoble de tenir de tels propos ,  dégage de l Italie .

Camps de Roms entre haine et révolte: « Salvini mérite une balle en pleine tête  »



C’est l’un des camps de Roms irréguliers à Milan. Un de ceux que Sala avait promis de fermer. Promis oui, et c’est tout.
 
Le village irrégulier est rigoureusement abusif. Les maisons de luxe (REGARDER LA VIDÉO) ont été construites sur des terrains non constructibles et les Roms y vivent tranquillement depuis plusieurs années. Ils nous l’expliquent en faisant les calculs. « J’ai au moins 20 ans », explique une femme. Mais les Roms sont tous autorisés, apparemment. « Ils continuent à construire », explique Silvia Sardone – conseillère municipale et eurodéputée de la Ligue – sur place pour une inspection. « Si je l’avais fait, j’aurais déjà tout tué », ajoute-t-il.
 
Dans le camp de Roms en révolte: « A Salvini une balle dans la tête »
Publier sur votre site
Les habitants du camp sont principalement des Slaves: certains sont en résidence surveillée, beaucoup ne travaillent pas et certains n’ont même pas les documents en ordre. Selon Sardone « c’est pour de telles situations que le recensement des Roms peut représenter un tournant pour comprendre qui vit réellement dans les camps », car « les citoyens veulent et méritent une légalité, pas des zones de ce type ».
 
Et c’est précisément après l’annonce du lancement du recensement demandé par le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, que la tension dans le camp du chef de la Ligue du Nord s’est accrue. « Ce connard de Salvini, il est toujours au milieu », attaque un Rom que nous avons approché. Mais en plus des insultes, il y a aussi quelqu’un qui parle du chef de la Ligue du Nord avec défi. « Viens ici pour nous parler, si tu as les couilles », crie une dame d’un ton clairement énervé. Les menaces commencent alors. « Un Salvini devrait avoir une balle dans la tête », crie une femme blessée assignée à résidence.
 
Mais les menaces et les vols ne suffisent pas pour fermer cette forteresse illégale câlinée par la gauche. Et ce sont les mêmes forces de police qui confirment la survie des habitants du camp grâce à des vols et des escroqueries (même des milliers d’euros).
 
Dans le village – parmi d’énormes tas de déchets, de vélos, de vélos, d’appareils électroménagers, de bouteilles de gaz, de carrosseries de voitures et de souris mortes – les enfants ne manquent pas. Et une inscription sur un muret en dit long: « Je ne vais pas à l’école ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.