Nantes. Elle retrouve sa maison squattée et saccagée par des migrants, elle lance un appel à l’aide et au sursaut

Nantes. Elle retrouve sa maison squattée et saccagée par des migrants, elle lance un appel à l’aide et au sursaut

MAJ : depuis ce matin, la victime a reçu de nombreux messages de soutien, mais aussi malheureusement des menaces. Pour protéger la victime, à sa demande – nous retirons les informations personnelles qu’elle avait laissé sur sa page facebook (sa publication a également été retirée, mais elle nous a donné l’autorisation pour la laisser dans l’article épurée de ses coordonnées notamment)

« Nous ne ferons pas l’économie d’une réémigration ultra massive sans quoi ce pays va finir comme l’Afrique du Sud. Pour ceux qui auront les moyens ce sera gardien, caméras, grilles, barbelés et mur d’enceinte. Pour les autres… la survie au quotidien.
Les frontières vont devenir intérieures autour des terrains privés ». Ces propos, signé JB Férut sur Facebook, résument parfaitement la situation que vit, dramatiquement, M, citoyenne française, nantaise, chef d’entreprise, qui vient de retrouver son domicile squatté et saccagé, notamment par des migrants.

Elle publie une lettre ouverte, sur son compte facebook, que nous reproduisons ci-dessous

LETTRE OUVERTE – Nantes, le 29 Juillet 2019. MIGRANTS : QUI SONT LES VRAIES VICTIMES ?

Depuis des mois, les médias alertent l’opinion publique sur la situation catastrophique des migrants en France.

Les politiques et collectivités locales quant à eux se disent être très largement mobilisés aux côtés des acteurs associatifs afin de défendre, d’aider et soutenir les migrants.

Toutefois, qui défend, soutient et aide les victimes des migrants en France ?

Car oui, ils font des victimes en France et tout le monde s’en moque, personne n’en parle.

Il est impossible de continuer à se taire !

Des maisons et des vies saccagées, mais tout semble normal.

Le mardi 23 Juillet, je rentre chez moi, suite à un déplacement professionnel de 10 jours, dans la maison dont je suis locataire depuis plus de 5 ans et qui se situe route de Vannes à Nantes non loin de Beauséjour. Il est 18h30 quand je mets la clé dans la serrure et là étonnement … impossible de tourner la clé. Impossible de rentrer dans la maison.
J’inspecte rapidement les autres ouvertures … porte de garage fracturée, volets roulants forcés.

Je tente de soulever un volet fracturé afin de voir à l’intérieur et là nouvel étonnement … ma maison est occupée, une odeur pestilentielle se dégage du salon, je vois des bouteilles de vin, de bière, un désordre indescriptible.

J’appelle la police qui se déplace très rapidement et rentre dans la maison par la fenêtre fracturée.

Après quelques minutes, ils ouvrent la porte d’entrée de l’intérieur. Une clé était dans la serrure. Ils m’indiquent que la maison est squattée, que les personnes ont du sortir car toutes leurs affaires se trouvent à l’intérieur. Ils font le tour de la maison et au bout de 20 minutes, ils me laissent rentrer dans le logement afin que je puisse constater les dégâts.

La vision est indescriptible ! la maison est saccagée, les meubles sont détruits ou brulés par des cigarettes, une odeur atroce se dégage (urine, excréments, vomi), des mégots de cigarettes et de pétards partout, des déchets jonchent le sol, un matelas est dans mon salon, des valises, des cigarettes par terre, du linge de toilette souillé, ma chambre est une scène d’apocalypse (vomi sur les matelas, sang, sperme, beurre …), mes vêtements ont été volés, portés ou brulés… il y a des slips d’homme et chaussettes sales partout… aucun centimètre carré de la maison qui en fait 100, n’est épargné.

Que pensez-vous que vous ressentiriez en voyant et sentant ce désolant spectacle ? Comment réagiriez-vous ?

Pour ma part, à ce moment précis, je suis dévastée ! tout est détruit !

La police fouille la maison et retrouve les papiers de certaines personnes qui squattaient depuis 10 jours (au dire de certains voisins, qui n’ont d’ailleurs pas trouvé étrange de voir des groupes de personnes investir la maison) mais aussi de la drogue, des téléphones portables, des valises d’objets volés lors  d’autres squats ou cambriolages.

Les squatteurs sont des migrants bien connus des services de police qui sont passés par le gymnase de Jeanne Bernard occupé depuis octobre 2018. Grâce aux différentes affaires laissées sur les lieux, la police réussit à identifier formellement au moins 2 personnes déjà très connues de leur service. Ces personnes sont arrêtées très régulièrement pour les même faits : violation de domicile, dégradation de bien privé, blessures aggravées…

Ces deux personnes ont été interpellées et mise en garde à vue. Malheureusement, ces migrants connaissent bien les ficelles de notre système judiciaire. Elles déclarent avoir 17 ans alors qu’elles en ont au moins 30. Etant mineurs, elles sont relâchées sans plus de poursuites que cela.

Elles quittent le commissariat et retournent squatter des maisons. C’est sans fin ! et on ne peut rien faire et personne ne dit rien.

Le mardi 23 Juillet, après le départ de la police qui m’ a demandé de venir porter plainte le lendemain, je me suis retrouvée seule face à cette maison saccagée, non sécurisée, sans logement, sans plus aucun bien personnel et désarmée sans savoir quoi faire.
J’ai contacté mon assurance afin de faire sécuriser la maison au moins pour la nuit afin d’éviter aux squatteurs de revenir, mais ce fut seulement pour une nuit…

Le lendemain, j’ai contacté le bailleur, le cabinet Bertaud Graff afin qu’il fasse à son tour sécuriser la maison, mais aucune réaction de leur part. Ils sont totalement indifférents à la situation et se permettent même d’être désagréables.

Existe-t-il vraiment des notions de compassion et d’empathie chez ces gens ?

Aujourd’hui, je suis une femme de 37 ans, chef d’entreprise, qui s’est battue et a travaillé dur pour avoir tout ce qu’elle a, mais tout m’a été arraché.  Rien n’est récupérable. Je n’ai plus de souvenirs, je n’ai plus de logement, je n’ai plus de vêtements, je me sens salie, je me sens abandonnée face à cette situation.

Les conditions sanitaires de ce logement sont déplorables : puces de lit, gâle, odeur d’urine, de vomi … qui peut retourner vivre là-dedans ?

Mais dans cette situation qui me soutient ? Qui m’aide dans les démarches administratives ? Qui m’aide à trouver un logement ? Qui s’inquiète de mes conditions de vie ? qui va m’aider à surmonter ce traumatisme ?

Personne !

Personne ne répond à mes appels à l’aide, ni le bailleur, ni les pouvoirs publics, ni les collectivités locales, ni les médias. Tout le monde semble préférer défendre les migrants !

Personne ne se sent concerné par mon histoire.

Mais le pire c’est que nous sommes plusieurs dans ce cas, victimes des migrants qui squattent nos maisons ! Ils sont délogés mais reviennent. Sans parler des riverains qui subissent un enfer depuis des mois autour du Gymnase du Lycée Jeanne Bernard.

Mais personne ne parle de nous, de notre détresse, de notre désarroi et de notre traumatisme.

Mais qui est responsable de cette situation ?

Les migrants ? les politiques ? les collectivités locales ? les associations de défense de migrants ?

Notre pays accueille des migrants, toutefois aucune infrastructure adaptée n’existe pour tous les accueillir. Certains viennent de pays en guerre ou opprimées mais d’autres pas.
Ils arrivent chez nous, dans le pays des droits de l’Homme pour certains espérant une vie meilleure, sans pour autant respecter nos lois, nos usages, nos coutumes et nos vies.

Ils sont logés dans des endroits bien souvent publics, ils bénéficient d’aides publiques, d’aides médicales publiques ou encore alimentaires… mais ce sont nos impôts qui paient tout cela ; ou alors ils squattent des propriétés privés et une fois de plus c’est le citoyen français qui doit payer !

Il faut également savoir que les associations les aident à investir les logements privés et à y rester.

Les politiques et collectivités locales (mairie de Nantes, mairie de Saint-Herblain, Préfecture, Région) les défendent et font en sorte de faire appliquer des règles d’indulgences et refusent de les expulser.

Par exemple, si vous vous faites squatter votre logement, sachez que vous n’avez que 24 heures pour les déloger par vous-même à Nantes. Au-delà vous devez entamer une procédure judiciaire afin de les faire quitter votre logement. Celle-ci peut prendre 1 an s’il y a une trêve hivernale sur cette période.

Qui est prêt à affronter cela ?

Parlons de la notion de liberté qu’ils viennent tous chercher chez nous.

Si nous reprenons les premiers articles du texte fondamental qui constitue notre démocratie, on comprend très vite que beaucoup de personnes en ont oublié le sens, en particulier les responsables de cette situation :

ARTICLE II
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression.

>>>Je ne jouis plus de ces droits : ma liberté a été piétinée, ma propriété a été dévastée et je ne suis plus en sécurité.

ARTICLE IV
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

>>> Des personnes au nom de leur liberté ont saccagé ma vie et tout ce qui m’appartenait.

Alors même que mes droits fondamentaux sont bafoués, qui me défend et m’aide ?

Personne !

Alors je renouvelle ma question initiale : qui sont les vraies victimes ? Migrants ou citoyens français ?

Il est plus que temps d’agir et d’oser défendre les citoyens français et non plus en priorité les migrants !

Cette internaute, comme d’autres citoyens français, est aujourd’hui totalement abandonnée par l’Etat qui est censé garantir sa sécurité et son droit de propriété. « C’est lorsque l’on est touché personnellement que l’on se rend compte que l’immigration n’est pas vraiment une chance pour la France » commente Adrien à la suite de ce témoignage bouleversant.

Si vous souhaitez aider cette dame, envoyez nous un email sur breizh-info@protonmail.com, nous vous mettrons en relation (ou plus simple encore, contactez là directement via sa page facebook)

Pour le moment, la presse mainstream locale, qui n’a eu de cesse de multiplier les articles vantant l’accueil inconditionnel des migrants en Loire-Atlantique (en parfait relais des associations et des autorités) n’a pas embrayé sur le sujet. Les associations, qui viennent en aide aux migrants, elles, ont totalement perdu la raison et multiplient les dérapages. Ainsi en est-il de la CIMADE, association qui n’existe que grâce à l’argent public, et qui vient de voler au secours d’un migrant au « lourd passé judiciaire », dont « des violences faites aux femmes ». Au nom de l’accueil de l’autre, les yeux sont fermés sur tout ce qui paraîtrait inacceptable et intolérable venant de la population autochtone.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 commentaires sur « Nantes. Elle retrouve sa maison squattée et saccagée par des migrants, elle lance un appel à l’aide et au sursaut »

  1. Cela ne va pas vous consoler mais j’ai plus de 70 ans et j’ai connu ce drame 4 fois. 1 fois à paris, 1 à Nice, 2 à Menton. Comme je suis handicapée et non remariée mon ami, a cru me mettre à l’bri du besoin en me léguant des biens sans luxe mais de quoi finir mes jours sans problème. Je vis sans problème mais petitement. Car moi j’étais propriétaire donc le procureur à Paris par exemple à dit à la police, elle vit sur la côte d’azur bon c’est bon. Et oui ils étaient là, depuis plus de 48 H donc chez eux. Avec mon fils je me suis rendue à Paris prendre repossession de mon appartement 10 ans plus tard. Nous avons appelé la police et ils m’ont répondue « madame vous navez pas le droit ils peuvent vous attaquer » eux ne risquent rien mais vous oui.
    Ce qui nous a sauvés c’est les vols et la drogue que nous avons trouvés alors là, la police nous a aidés ainsi que les voisins. Je vous épargnent toutes mes histoire pour vous raconter la plus longue 10 ans. J’ai perdu 50% de mon bien à chaque fois car partout tout était cassé, pourri même les plafonds n’étaient plus que béton faute d’assurance pour déclarer dégât des eaux. Bon courage mais déjà il y a plus de 30 ans tout leur était permis du moment qu’ils n’étaient pas solvables alors imaginez maintenant. Bon courage….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.