“Tous des cons Alexandre” : quand l’Élysée soutenait Benalla

“Tous des cons Alexandre” : quand l’Élysée soutenait Benalla

Ce lundi 29 juillet, Le Monde dévoile certains des messages contenus dans le téléphone perdu d’Alexandre Benalla. L’appareil, retrouvé par les enquêteurs, témoigne du soutien de l’Élysée à son ancien collaborateur.

Un an après les révélations concernant les faits de la place de la Contrescarpe, Le Monde publie deux articles concernant Alexandre Benalla, ce lundi 29 avril. L’un concerne des règlements suspects dans les comptes de campagne d’Emmanuel Macron lorsque celui-ci était alors candidat à l’élection présidentielle. L’autre porte sur les messages échangés entre le désormais ex-collaborateur de l’Élysée et le palais présidentiel, et ce après les faits du 1er mai 2018.

« L’assertion de M. Benalla est fausse »

Lors de sa première garde à vue, le 21 juillet 2018, Alexandre Benalla n’a en sa possession que son téléphone professionnel. « Je l’ai perdu (…). Je ne l’ai plus (…). Je ne souhaite pas donner d’éléments sur ce téléphone », dit-il alors de son téléphone personnel. Il affirme, le 5 octobre, que les données de cet appareil sont « sur une clé USB ». Puis, le 19 février 2019, il affirme que cette dernière « s’était perdue dans [ses] déménagements successifs ».

SUR LE MÊME SUJET

Mais les enquêteurs ont pu « retrouver la trace » du téléphone personnel, « aidés par le témoignage d’[Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée] et les réquisitions adressées par les juges à l’opérateur téléphonique », écrit Le Monde. Le 22 juillet, après la première garde à vue d’Alexandre Benalla, l’appareil est de nouveau actif à 22h01 et entre en correspondance avec le chef de cabinet de Brigitte Macron, Pierre-Olivier Costa. Les policiers en concluent que « l’assertion de M. Benalla, le 21 juillet 2018 : ‘Cet appareil, je l’ai perdu’, est fausse ».

« Tous des cons Alexandre »

Dans le téléphone, apparaissent plusieurs messages de soutien du palais présidentiel. L’un d’eux, supprimé puis récupéré, est émis par « Jean-Luc Minet, le commandant militaire en second de la présidence de la République, au lendemain des incidents du 1er-Mai », précise le journal. « Tous des cons Alexandre sois zen et fort c’est le patron qui décide et à 30 000 kilomètres il ne décide rien te concernant », écrit Jean-Luc Minet, alors qu’Emmanuel Macron est en voyage officiel en Australie. Réponse d’Alexandre Benalla : « Merci pour ton soutien ».

SUR LE MÊME SUJET

Avec le même appareil, l’ex-chargé de mission à l’Élysée écrit à Vincent Crase, le 4 mai : « Profil bas ça va se calmer. Dans un mois on n’en parle plus…». Le 18 juillet, il prévient Richard Lizurey, le directeur général de la gendarmerie nationale : « Bonjour Richard, je tiens à t’informer qu’un article va sortir dans Le Monde sur le 1er-Mai. Amitiés. Alexandre. » Le général répond : « Bjr Alexandre. Comme quoi les journalistes sont bien informés par nos amis… Amitié. Richard. » L’échange se poursuit, et Alexandre Benalla dit ce qu’il pense des informations publiées par le quotidien : « Le Monde, ça traduit un certain état d’esprit… ». Son interlocuteur acquiesce : « Oui exactement ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.