Les passeports volés à Barbès étaient vendus aux migrants en Turquie et en Grèce

Les passeports volés à Barbès étaient vendus aux migrants en Turquie et en Grèce

Des papiers d’identité volés à Paris – et cachés à l’hôpital Lariboisière ! – étaient rachetés à des pickpockets avant d’être revendus en Turquie et en Grèce. Huit personnes viennent d’être interpellées.

Des mains des pickpockets de Barbès, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, à celles de migrants arrivés en Turquie ou en Grèce et rêvant de France, d’Angleterre ou d’Allemagne. Des centaines de passeports ou de cartes d’identité volés à Paris ont ainsi servi à des réseaux de passeurs qui revendaient les documents à des migrants, selon nos informations.

Sept hommes et une femme qui géraient ce trafic ont été interpellés, lundi matin à Paris et à Nice (Alpes-Maritimes) par les policiers de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et l’emploi d’étranger sans titre (Ocriest). Mis en examen pour faux et usage de faux, recel de vol, association et malfaiteurs et aide au séjour irrégulier, six suspects ont été placés en détention provisoire. Les deux autres sont placés sous contrôle judiciaire. « Même s’ils ne sont inquiétés que pour 500 vols, on estime qu’il y en a sûrement eu quatre fois plus », confie une source proche de l’enquête.

C’est en 2016, lorsque deux Belges sont interpellés avec 130 passeports français, que les enquêteurs s’intéressent à ce réseau. Sans résultat pendant des mois. Mais en octobre dernier, la chance sourit enfin à l’Ocriest. Un Belge impliqué dans l’affaire de 2016 effectue un virement bancaire à une ressortissante Russe installée à Paris. Inconnue de la justice, cette jeune femme est toutefois en couple avec une vieille connaissance des policiers. Incarcéré jusqu’en juin dernier, ce Parisien d’une quarantaine d’années – interpellé avec une fausse carte d’identité belge – ne semble pas rangé. Les investigations permettent aux policiers de confirmer qu’il gère, depuis sa cellule, « une équipe très structurée ».

En bas de l’échelle, des petits pickpockets qui sévissent à Barbès . Sous le métro aérien, tous les voleurs à la tire avaient entendu parler de ces deux hommes chez qui on pouvait refourguer des cartes d’identité et des passeports. « Les receleurs achetaient les documents entre 20 et 50 €, confie un proche du dossier. Pour les pickpockets, en plus des téléphones ou du liquide, c’était du bonus. »

Pour les receleurs en revanche, c’était le jackpot. Car certains des documents – lundi, lors des perquisitions, 130 passeports et cartes d’identité ont été découverts cachés au sein de l’hôpital Lariboisière ! – étaient revendus le double à un faussaire installé à Nice. Un professionnel capable de changer la photo ou le nom sur un vrai passeport avant de le revendre 500 € pièce. Cet homme et sa femme auraient réalisé un bénéfice de 10 000 € en quelques mois…

La technique du « look like »

Le gain du cerveau de ce réseau – qui travaillait avec trois complices à Paris – est largement supérieur. « À l’étranger, un vrai passeport peut être vendu quelques milliers d’euros », assure un proche de l’enquête. Et des centaines d’autres passeports volés à Barbès ont été envoyés par coursier en Turquie ou en Grèce, portes d’entrée pour l’Europe.

Les papiers étaient écoulés auprès des migrants qui les utilisaient grâce à la technique du « look like ». « C’est assez commun, souffle une source proche de l’enquête. Les papiers sont vendus à des gens qui ressemblent physiquement aux propriétaires des papiers volés. Ils se retrouvent alors avec de vrais documents d’identité, et il suffit que le contrôle ne soit pas très poussé pour passer des frontières sans trop de difficulté. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.