Les retraités, grands oubliés des gains de pouvoir d’achat en 2019

Les retraités, grands oubliés des gains de pouvoir d’achat en 2019

 

VIDÉO – Un rapport de l’OFCE estime que le budget voté fin décembre, en pleine crise des «gilets jaunes», augmentera le pouvoir d’achat des ménages de 440 euros en moyenne, au détriment des retraités ainsi que du déficit public.

Selon une étude publiée ce mardi par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), la promesse formulée fin décembre par Emmanuel Macron de rendre du pouvoir d’achat aux ménages sera bel et bien tenue en 2019… Mais à un prix. Réalisé par Pierre Madec, Mathieu Plane et Raul Sampognaro, ce document revient sur le budget 2019, voté à la fin de l’année par le Parlement et se propose d’en analyser les gagnants et les perdants. Une fois encore, il semble que les retraités paieront la facture.

» LIRE AUSSI – Pouvoir d’achat: les gagnants et les perdants des mesures budgétaires de Macron

Selon les auteurs, le gouvernement a opéré un «rééquilibrage rapide et massif» en réponse au mouvement de contestation sociale des «gilets jaunes» dont bénéficieront en premier lieu les classes moyennes: celles-ci seront en effet les premières à recevoir les fruits des mesures d’urgence pour le pouvoir d’achat annoncées en décembre. A elles seules, ces dernières, qui devraient représenter un coût de 10,3 milliards d’euros, soutiendront le taux de croissance du PIB de «0,3 point» sur l’année. Dans l’ensemble, les transformations s’appliquant en 2019 permettront un gain moyen de pouvoir d’achat de l’ordre de 440 euros pour les ménages, s’échelonnant de 60€ annuels, pour le premier vingtile (les 5% de ménages les plus modestes) à plus de 600€ pour la classe moyenne supérieure, légèrement au-dessus du 12ème vingtile.

L’Ofce estime par ailleurs que ces gains seront largement distribués au sein de la population: selon ses calculs, les trois quarts des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter. La classe moyenne bénéficiera notamment de la baisse de la CSG et de la taxe d’habitation, tandis que les ménages les plus aisés ressentiront en premier lieu la suppression des cotisations sociales salarié. Les ménages les plus modestes, quant à eux, profiteront surtout des effets bénéfiques de la mise en place du reste à charge zéro, ainsi que de l’augmentation du chèque énergie sur l’année. Les gains de pouvoir d’achat iront croissant jusqu’à atteindre un pic au 12ème vingtile, puis baisseront progressivement avant d’augmenter à nouveau pour le dernier vingtile (les 5% de ménages les plus aisés de la population). Ainsi, «les ménages bénéficieront tous largement des mesures socio-fiscales mises en œuvre» et verront leur fiscalité s’alléger sur l’année. Présentant les résultats de l’étude à la presse, Mathieu Plane a salué un «tournant sur le plan fiscal», et a déclaré que l’Ofce anticipait un «effet de relance massif» cette année, principalement causé par les baisses d’impôt.

Les retraités et les ménages modestes, grands perdants du budget 2019

Pour autant, ces gains ne viennent pas sans coût associé. Selon l’Ofce, «25% des ménages devraient accuser une baisse de leur revenu disponible» à cause des mesures décidées par le gouvernement. Plus précisément, les ménages les plus modestes ainsi que les inactifs seront frappés par la baisse des aides au logementainsi que de certaines prestations sociales. «Si les ménages perdants sont minoritaires, ils accuseraient pour certains des pertes de revenu significatives pouvant atteindre 1%», souligne le rapport.

Toutefois, les plus grands perdants du budget restent, une fois encore, les retraités, à nouveau mis à contribution pour soutenir le pouvoir d’achat. Si les actifs pourront bénéficier de mesures leur étant favorables, comme la défiscalisation des heures supplémentaires et la revalorisation de la prime d’activité, leurs aînés, déjà lourdement frappés par la hausse de la CSG décidée l’an dernier, verront en effet leurs revenus baisser, principalement sous l’effet du «quasi gel des pensions de retraites». Les auteurs chiffrent la perte moyenne annuelle à 240 euros pour des retraités vivant seuls et à 390 euros pour un couple. Tous les retraités seront touchés, quel que soit leur niveau de vie.

» LIRE AUSSI – Pouvoir d’achat: le plan «gilets jaunes» atteint sa cible

De plus, l’ensemble des mesures, dont la transformation du CICE et les mesures d’urgence pour le pouvoir d’achat, restent extrêmement coûteuses pour l’Etat et grèveront au moins temporairement son budget. Celui-ci verra donc à nouveau son déficit public bondir au-dessus de la fameuse barre des 3% exigée par Bruxelles et devrait voir sa dette s’approcher dangereusement des 99% de PIB. Etabli à 2,7% en 2017 après près d’une décennie d’efforts, le déficit devrait passer cette année à 3,2%, selon les calculs de l’Ofce. Si l’Union a promis d’être clémente envers l’Hexagone, ce geste s’est accompagné d’un avertissement: Paris devra maîtriser son portefeuille rapidement, sous peine de susciter le courroux des élites européennes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.