Mediapart affirme que Macron et un procureur ont sciemment menti sur la blessée à Nice

CET ARTICLE EST DE MARS 2019 , JE LE PARTAGE POUR LES PERSONNES QUI NE L AURAIENT PAS  LU ,  IL EST  IMPORTANT  DE CONSTATER A QUEL POINT MACRON ET SES PROCHES SONT DES ODIEUX PERSONNAGES ET DES MENTEURS ……

Mediapart affirme que Macron et un procureur ont sciemment menti sur la blessée à Nice

Alors que le Président et le procureur de Nice ont affirmé que les forces de l’ordre n’avaient pas touché la septuagénaire Geneviève Legay grièvement blessée lors de l’acte 19 des Gilets jaunes, Mediapart a recueilli des «témoignages qui renforcent l’idée d’un mensonge orchestré» sur la charge brutale des manifestants, dont un rapport de la police.

Geneviève Legay a été hospitalisée après l’acte 19 des Gilets jaunes pour «hémorragie méningée frontale gauche, hématome occipital droit, hématome cérébelleux droit, fracture de l’os rocher droit, fracture de l’os pariétal droit, [et] fracture médico-sphénoïdale».

Emmanuel Macron et Jean-Michel Prêtre, le procureur de la République de Nice, ont depuis déclaré que la septuagénaire n’avait pas été blessée par les forces de l’ordre. Le procureur affirmant qu’elle a chuté «et s’est cognée contre un pylône fixe» et le Président assurant que «cette dame n’a pas été en contact avec les forces de l’ordre».Pourtant, les témoignages recueillis par Mediapart sont en contradiction avec la version des autorités françaises sur la raison des blessures de la femme âgée. Un rapport de police rendu le jour même atteste même que ce sont bien les forces de l’ordre qui l’ont bousculée.

«Selon les premiers éléments recueillis, la septuagénaire aurait été bousculée par un homme qui portait un bouclier, sans plus de précisions [sic]», a écrit un officier de police judiciaire (OPJ) dans un procès-verbal consulté par le média.

«Nous avons chargé, donc effectivement nous avons poussé les personnes devant nous. […] C’est après la charge en me retournant que j’ai constaté qu’une femme était à terre», a expliqué lors de son audition un autre policier ayant pris part à la charge.

En outre, Arié Alimi, avocat de la famille, a raconté que «lorsque Madame Legay s’est réveillée à l’hôpital, le samedi 23 mars 2019, elle a indiqué que des policiers sont venus à deux reprises dans sa chambre et qu’une policière a essayé avec insistance de lui faire dire que c’était un caméraman qui l’avait bousculée, et non les forces de l’ordre».Selon ce procès-verbal consulté par Mediapart, «lors de l’audition de Geneviève Legay, la policière l’interroge effectivement sur la présence d’un journaliste et lui demande si elle se rappelle de lui et de ses agissements. En revanche, lorsque la victime affirme avoir été poussée par les forces de l’ordre, elle ne lui demande pas de détailler son récit.»

Plusieurs témoins ont confié au média que Geneviève Legay avait été touchée par «un homme qui portait un bouclier.»

«Geneviève Legay a reçu un coup de bouclier au visage et s’est effondrée à ce moment-là. J’étais à un ou deux mètres d’elle avant et pendant la charge des policiers. Elle a bien reçu un coup des forces de police au visage, ce qui l’a fait tomber. Ensuite j’ai dû m’occuper d’un journaliste et je ne l’ai retrouvée que lorsqu’elle était à terre. J’ai voulu l’aider mais des policiers m’ont empêché de le faire», a déclaré le street medic Thibault Huart.

Son collègue René Paysant a publié une vidéo racontant les faits de ce samedi. Il a notamment souligné que les policiers avaient interdit aux street medics de venir en aide à la dame âgée.

Bernard M. a partagé qu’il avait vu Geneviève Legay «poussée par un policier et son bouclier pendant la charge. Une fois à terre, un policier l’a traînée. Elle a reçu des coups de pied. Et elle a été déplacée à deux mètres de sa chute, près d’un plot, d’un pylône».

«Le récit de Bernard soulève de grandes interrogations quant à la version du procureur selon laquelle Geneviève Legay aurait heurté un pylône. Ces coups pourraient-ils être à l’origine des côtes fêlées?», s’interroge-t-on dans l’article.

Mediapart conclut que le commissaire Rabah Souchi a donné l’ordre de charger, des policiers «ont affirmé lors de l’audition avoir poussé des manifestants lors de la charge», quelques-uns «ont enjambé Geneviève Legay alors qu’elle était déjà gravement blessée, allongée et presque inconsciente».

Plus tôt, «Arrêt sur images» a affirmé détenir la preuve que «contrairement aux propos d’Emmanuel Macron», un policier a poussé la septuagénaire. La preuve basée sur une vidéo de la manifestation filmée par Cnews dont le média ne s’est plus servi.Lors de la manifestation des Gilets jaunes à Nice, interdite par les autorités, Mme Legay a été sérieusement blessée à la tête près de la place Garibaldi et a été transportée aux urgences à l’hôpital Pasteur.

 

 

https://fr.sputniknews.com/france/201903291040534272-nice-manifestante-blessee-temoignages-mediapart/

2 commentaires sur « Mediapart affirme que Macron et un procureur ont sciemment menti sur la blessée à Nice »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.