Moscovici sur la montée du populisme en Europe: «Pour la première fois, j’ai peur»

Sombre idiot de Moscovici,  LE socialisme a fait plus de 300 morts en FRANCE,  a cause de votre laxisme , et nous avons des agressions,  et des carnages chaque jour en France toujours a cause de votre angélisme,  en soutenant les racailles étrangères , le populisme n a jamais tué personne , le populisme c est la montée des patriotes qui en ont ras le bol des connards socialistes qui détruisent nos pays en nous emportant de force des racailles étrangères , alors si vous avez peur bobo gauchiste minable dégagez de l ‘Europe car le POPULISME montera de partout ou il y a des cons socialistes qui gouvernent !! Anne M ………

Moscovici sur la montée du populisme en Europe: «Pour la première fois, j’ai peur»

Suède, Allemagne : l?extrême-droite qui inquiète l?Europe – Regarder sur Figaro Live

Le spectre de 1913 et des années 30

Dans ce contexte lourd, Pierre Moscovici soutient sans réserve le vote inédit du Parlement européen, qui a enclenché une procédure (article 7 des traités européens) de sanction contre la Hongrie. Il s’agit d’ «une décision courageuse», «un but marqué par les Européens et les démocrates contre ceux qui veulent saper l’identité de l’Europe», souligne l’ancien ministre de François Hollande. Et de rappeler que l’on ne peut pas faire partie d’un club si l’on n’en respecte pas les règles. La charte des droits fondamentaux, en l’occurrence, est l’une des règles que la Hongrie a bafouées.

» LIRE AUSSI – Le Parlement européen déclenche une procédure contre la Hongrie

«Quand je dis que j’ai peur», explicite le vice-président de la Commission, c’est en réaction au discours de Jean-Claude Juncker qui a fait un parallèle entre la période actuelle et l’insouciance de 1913, à la veille du premier conflit mondial. Pierre Moscovici, «fils d’un juif de Roumanie, venu trouver l’asile en France» dont la «mère a été cachée par des justes en Lozère» comme il l’a rappelé, pense davantage aux années 30. Certes, ajoute-t-il, «il n’y a pas d’Hitler». Quant à «des petits Mussolini, ça reste à vérifier». Une allusion transparente à l’Italien Matteo Salvini, «le plus nationaliste» des ministres de l’Intérieur, «alors que son pays a plus que tout autre besoin de la solidarité européenne».

«Quand je dis que j’ai peur, insiste-t-il encore, «je ne suis pas tétanisé, mais il faut réagir» en renforçant la souveraineté européenne face aux menaces externes. Pierre Moscovici ne s’attend pas à une majorité populiste dans l’enceinte de Strasbourg en mai prochain. Mais il pointe que 57 élus du PPE, le parti de centre droit d’Angela Merkel… et Viktor Orban, ont «quand même» voté contre l’article 7.

Offensif contre le candidat de Merkel

Le clivage entre Européens et adversaires de l’Union n’empêche pas, au contraire, les différences entre sociaux-démocrates et conservateurs. Le socialiste français réplique à Manfred Weber, le candidat de centre droit à la présidence de la Commission européenne soutenu par Angela Merkel, qui, la veille, a reproché à la gauche de ne proposer aucune alternative. Offensif, Moscovici interroge, en visant Weber: «un conservateur bavarois aurait-il combattu le Grexit (la sortie de la Grèce de la zone euro qui a failli survenir en juillet 2015)? Aurait-il soutenu la lutte contre l’évasion fiscale? S’engage-t-il pour taxer les géants du numérique?»

Autant d’attaques contre le candidat de la droite à la tête de l’exécutif européen qui pourraient ressembler à un rodage de candidature. Alors Pierre Moscovici va-t-il se lancer dans cette bataille dont l’issue sera en grande partie conditionnée par le résultat de l’élection au Parlement? «Je ne peux pas dire que c’est une question que je ne me pose pas», répond-il, un peu à la manière du Sarkozy d’avant 2007 et son célèbre «j’y pense en me rasant». Quoiqu’il en soit, l’ancien ministre français qui a rencontré récemment Emmanuel Macron et Édouard Philippe ne tergiversera pas longtemps. Il va évaluer ses chances. Et assure qu’il fera connaître ses intentions avant la fin du mois de septembre.

 

Publicités

2 commentaires sur « Moscovici sur la montée du populisme en Europe: «Pour la première fois, j’ai peur» »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.