Le Figaro : Serge Federbusch engage la bataille de Paris !

Si vous voulez virer la crasseuse incapable Anne Hidalgo voila pour qui il faudra voter pour sauver PARIS 

 Le Figaro : Serge Federbusch engage la bataille de Paris !

Retrouvez sur Aimer Paris l’intégralité de l’article de Serge Federbusch publié par Le Figaro du 8 septembre sur la reconquête de 2020 !

 

Réussir l’après Hidalgo pour sauver Paris

Comme on l’observe fréquemment avec les appareils politiques malades, Anne Hidalgo et sa municipalité ont définitivement cédé au syndrome de la fuite en avant.

L’esprit persifleur et caustique des Parisiens s’est saisi, ces dernières semaines, du dernier gadget en date, la cocasse affaire dite des « uritrottoirs », ces sortes de Playmobil géants d’une couleur rouge pétard où l’on peut uriner en public avec la caution morale du recyclage et de l’écologie.

Le goût du bon mot et de la provocation leur fit baptiser jadis « chiraquettes » les motocrottes. Voilà désormais que les « Uridalgos » égayent la gauloiserie parisienne. Cette installation laide et malodorante, disséminée çà et là, souvent dans les plus beaux endroits de la capitale comme sur l’île Saint Louis, sert déjà de dépotoir et provoque la consternation des amoureux de la ville et l’incrédulité des touristes.

Elle n’a d’égale, en laideur, que les soi-disant aménagements de la place du Panthéon, blocs de pierre incongrus et bancs de bois en forme de tatamis qui prétendent innover en mobilier urbain.

Qui se souvient encore, dans les bureaux et couloirs de l’Hôtel-de-Ville d’aujourd’hui, des « Promenades de Paris », le merveilleux ouvrage d’Adolphe Alphand et des ingénieurs et paysagistes de la ville, qui détaillait, en 1867, l’extrême élégance et l’harmonie des différents édicules conçus sous Haussmann ? Du kiosque à journaux au plus humble banc, tout y était méticuleusement étudié pour magnifier la beauté des rues et avenues rectilignes qui font le charme unique de cette ville. Cette sophistication et ce goût ont définitivement déserté les petits politiciens avides de communication et de tape-à-l’œil qui plastronnent à la mairie. Nous renverrons, pour ceux que cela irrite et intéresse, aux remarquables reportages de Didier Rykner, sur le site de la « Tribune de l’art », qui recense les atteintes au patrimoine parisien commis ces dernières années.

Car il ne faut pas que les uritrottoirs cachent la forêt des délires et incongruités parisiens qui se soldent tous par des dépenses hors de contrôle et des misères pour la population. Les Trissotins ne bornent pas leurs méfaits aux pissotières.

Ainsi, Anne Hidalgo va-t-elle bientôt publier un ouvrage au titre consensuel : « Respirer ». Elle prétend donner un sens à son action, celui de la santé et du bien-être des Parisiens et se heurter à d’affreux lobbies d’automobilistes. En fait de respiration, il ne s’agit que d’enfumage car sa politique même provoque engorgement de la circulation et pollution. Tous les chiffres qu’elle brandit sont faux ou manipulés. La réduction du trafic ne doit qu’à un mode de comptage qui inclut les ralentissements dus aux bouchons ou à l’usage désormais massif des deux-roues motorisés. La qualité de l’air s’améliore bien moins que dans la plupart des grandes métropoles.

Les missions essentielles d’une mairie sont négligées. Paris n’a jamais été aussi sale et il faut s’aventurer dans les villes du Sud de l’Italie les plus gangrenées par la mafia pour trouver des services publics aussi dysfonctionnels.

Le double langage municipal sur les clandestins, alternant appels d’air et appels au secours de l’Etat, n’a fait qu’aggraver une situation de quasi crise migratoire porte de la Chapelle et, par ruissellement, dans des zones de plus en plus étendues du Nord parisien.

La salle de shoot du 10ème arrondissement, qui focalise violences et nuisances et provoque la fureur des riverains, est un échec. Que croyez-vous que la mairie envisage ? En ouvrir quatre de plus, assorties d’un bus itinérant pour les consommateurs de crack. Autant faire de Paris la capitale de la toxicomanie.

La litanie des échecs d’Anne Hidalgo, digne continuatrice de Bertrand Delanoë, d’un marché immobilier excluant les jeunes et les classes moyennes à une dette multipliée par six alors que les impôts se sont considérablement alourdis est longue comme un jour sans Autolib’ ni Vélib’.

Face à ce fiasco de plus en plus mal dissimulé par la communication, quelle alternative s’offre aux Parisiens pour sauver leur ville ?

Les gazetiers ont cru qu’En Marche, fort des résultats triomphants d’Emmanuel Macron à la présidentielle dans les bureaux de vote parisiens, allait offrir une porte de sortie bienveillante aux bobos déçus par Hidalgo, permettre de tout changer pour que rien ne change, comme ce fut le cas après que François Hollande ait vu lui succéder à l’Elysée son ancien conseiller économique.

Qu’importe si, hormis quelques formules lénifiantes sur le Paris aux Parisiens et la réforme de pure forme, les « Marcheurs » n’ont rien à proposer d’autre que de poursuivre les politiques d’Hidalgo.

Hélas pour ces partisans du changement dans la continuité, l’affaire est mal engagée. L’étoile de Macron pâlit même à Paris, les candidats marcheurs potentiels pullulent et s’affrontent, d’autant plus agités en surface qu’ils sont identiques sur le fond. Et Hidalgo, appuyée sur son réseau clientéliste, ne se laissera pas faire, défendant avec hargne chaque voix de son cœur électoral.

Toute cette agitation doit redonner aux amoureux de Paris l’espoir et même la conviction que notre ville peut être sauvée des mauvais génies qui s’en sont emparés il y a bientôt vingt ans et de ceux qui veulent les remplacer pour chausser leurs bottes.

Plusieurs centaines de Parisiens se sont d’ores et déjà retrouvés au sein de l’association Aimer Paris qui offrira une alternative réelle et réfléchie à ces jeux politiciens en 2020.

Ils sont convaincus que Paris peut relever tous les défis. Ainsi est-il possible, en retrouvant ambition et pragmatisme, de désengorger la circulation tout en créant, dans le centre-ville notamment, une zone piétonne unique au monde où riverains et visiteurs pourront se déplacer aisément. Il est possible de réorganiser profondément les services municipaux, notamment ceux de la propreté, pour enfin nettoyer nos rues. Il est possible de cesser d’attirer migrants et toxicomanes pour les laisser errer dans nos jardins. Il est possible de mettre un terme à la crise du logement. Il est possible d’éviter que les Jeux olympiques ne se soldent par un gouffre financier où l’argent des Parisiens, déjà trop sollicité, ira s’abîmer.

Toutes celles tous ceux qui aiment Paris peuvent découvrir notre association sur son site aimerparis.fr et nous rejoindre lors des futures réunions et actions que nous engagerons dans les semaines et mois qui viennent.

Il ne faut pas rater le rendez-vous démocratique de 2020. Aimons Paris et sauvons notre ville.

Article à lire et à relire également sur le Figaro :

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/09/07/31001-20180907ARTFIG00368-paris-fiasco-d-hidalgo-et-impopularite-de-macron-donnent-une-chance-a-la-droite.php

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.