Le “Poing final” de Patrice Quarteron : “Cher Benzema, tu es un ennemi de la République”

J adore Patrice Quarteron son franc parlé plein de Fraîcheur;   sa  franchise , et je peux vous dire qu il cogne dur ,  et pas que sur le ring il a mis cette fois KO BENZEMA BON DÉBARRAS !!

bravo Patrice .

Le “Poing final” de Patrice Quarteron : “Cher Benzema, tu es un ennemi de la République”   

Poing final. Chaque semaine, le boxeur Patrice Quarteron livre pour Valeurs actuelles son regard sur l’actualité. Une respiration de franc-parler garantie sans politiquement correct.

Victoire !
Quelle soirée mémorable !
Benzema, la sentence est tombée. Le couperet est aiguisé et a clôturé à jamais ta présence dans l’équipe de France.
Ça fait tellement longtemps que j’attends ça.
Trois ans exactement.
Depuis le 13 novembre 2015.
Et ce jour maudit où tu t’es permis de cracher pendant la Marseillaise.
Ce crachat, c’était un symbole.
LE symbole que tu hais ton pays.
Que tu hais tes compatriotes.
Que tu ne respectes pas les fans de foot qui paient des places pour venir voir jouer l’équipe de leur coeur.
Tu as pris les Français pour des cons trop longtemps.
Comme si tu souffrais du syndrome de la tourette, tu recommençais, toujours plus fort, toujours aussi bêtement.
Au début, je ne m’étais pas rendu compte de ton manège.
Ton mollard était un mollard de vérité.
Tu nous montré que tu étais un ennemi de la France.
Un soubassement d’idées venimeuses.
Une maladie qui ronge en profitant de son hôte.
Un champignon, un cancer, une chiasse incontrôlée. Choisit celle qui te correspond le plus.
Je ne pouvais pas laisser tranquille un homme comme toi, parce que derrière ton comportement tu entraines trop de « fans » qui ne comprennent pas ce que tu es réellement.
Tu as donné une image. Benzema : la propagande de l’intolérance. Tu nous a fais croire que tous les arabes et tous les noirs pensaient comme toi alors qu’ils ne sont qu’une infime minorité.
Tu es un ennemi de la République, du vivre ensemble.
Tu prête le communautarisme, comme pour l’élever au pinacle des valeurs des minorités du pays.
C’est faux.
Tu n’as rien compris.
Tu n’as rien compris parce que tu fais parti de cette génération d’enfants gâtés.
Ces enfants qui ne jurent que par le « bled » en crachant sur le pays qui les a mis au monde.
Ces enfants qui paient en euros au lieu de la monnaie locale a la valeur bien moins forte.
Ces enfants qui aiment leur pouvoir d’achat mais préfèrent le bled. Un bled qu’ils ne connaissent même pas. Enfin si, ils connaissent sans doute le bled mais pas le pays. Car ils n’y sont pas nés. Leurs racines sont encrées en France. Des enfants perdus.
Des enfants qui, comme toi, jouaient au foot pendant que le pays d’origine de leurs aïeuls était en guerre.
Deschamps ne t’a pas prit. C’est un homme clairvoyant.
Tu aurais été le symbole de la dissension.
Du clivage.
Tu aurais essaimé de la haine dans le groupe.
Tu l’aurais fait parce que c’est dans ta nature.
J’imagine ton visage. Ta mine déconfite. Tu te dis que c’est fini pour toi. Tu ne joueras plus pour ton pays pour des matchs aussi prestigieux.
C’est bien.
Je n’aurai jamais soutenu un type comme toi.
Tu es le dernier représentant des rageux dans cette équipe.
Tu sais, cette génération qui dit « nique la France ». Cette mentalité de merde.
Tu as tenté de nous amadouer avec ta campagne de com’.
De nous montrer que tu étais un chic type.
Que tu étais revenu sur le droit chemin, même si personne n’a jamais réussi à te faire chanter la Marseillaise.
Mais je ne crois pas en la déradicalisation.
Tu ne chantes pas la Marseillaise, mais ça ne te gêne pas d’être dans un clip de rap de merde avec des pistolets et de la drogue etc
Ça ne te gêne pas de trainer avec d’anciens braqueurs pour racketer un collègue footblalleur.
Tu es une vedette mec. Un Symbole. Mais un symbole pathétique.
Tu ne sais pas à quel point on est heureux.
Les gens comme toi, qui nous tirent des balles dans le dos (et qui se tirent une balle dans le pied), on ne les supporte plus.
Tu nous ralentis. Tu vas à contre-sens de l’histoire. Tu es un boulet.
J’espère que les autres footballeurs vont prendre l’exemple des autres pays.
Des pays  qui ont plus de problèmes que nous : guerre, économie, société, social….
Les gars, si vous faites comme à la coupe d’Europe, on sera derrière vous quelque soit les résultats.
On vous suivra comme un seul homme, comme pour la coupe d’Europe.
Vous serez nos héros, on vous portera, on criera vos noms pour vous donner des ailes !
Allez la France !!!
Et enfin…
Benzema : Adieu. »

Publicités

Un commentaire sur « Le “Poing final” de Patrice Quarteron : “Cher Benzema, tu es un ennemi de la République” »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.