Politique de la ville: les propositions floues des candidats à la présidentielle

Politique de la ville: les propositions floues des candidats à la présidentielle

Les candidats ont dépêché leurs conseillers pour un grand oral devant les Maires de France. Verdict des élus: peut (beaucoup) mieux faire, ils ont dû se contenter de généralités et d’approximations.

Les représentants de cinq candidats à la présidentielle ont tenté mercredi de répondre aux questions des maires de France sur la politique de la ville et en particulier des «quartiers prioritaires», parfois avec approximation. Aucun des onze candidats à l’élection présidentielle n’était présent pour répondre aux interrogations des associations France urbaine, Ville & Banlieue et de l’Association des maires de France (AMF) à Paris. Le grand oral a simplement réuni les représentants de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et François Fillon.

» Lire aussi – Expulsée de son HLM parce qu’elle était «trop riche»

Tous devaient répondre à quatre questions précises sur la politique de la ville et l’avenir des «quartiers prioritaires», en passant par le logement, l’éducation et l’emploi. Mais dans l’ensemble, les équipes se sont contentées de considérations générales. «Il faudrait remplacer la politique de la ville par la politique de la banlieue», a ainsi proposé le représentant de Marine Le Pen, Mikaël Sala, devant la quarantaine d’élus locaux réunis dans l’auditorium de l’AMF.

«Pourriez-vous être plus précis?»

«Il faut consacrer 50% du temps à l’école à l’apprentissage du français, afin de faire baisser le chômage dans les quartiers», a proposé le représentant de la candidate FN. Chez les autres candidats, quelques approximations aussi, malgré des programmes plus précis. Jean-Luc Mélenchon a envoyé Jeannick Le Ladagec, adjointe au maire de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), présenter ses propositions «pour un logement universel et durable». Interrogée par une élue sur la place des femmes dans la ville, elle a confessé qu’elle «n’avait pas étudié en détail» cette problématique et a invité l’auditoire à consulter le programme du candidat de La France insoumise.

«Pourriez-vous être plus précis?», ont pourtant demandé plusieurs participants aux émissaires des candidats. Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse qui présidait la rencontre, a ainsi regretté que «la politique de la ville soit peu débattue» pendant la campagne, malgré les satisfecit qu’il a décernés aux représentants de MM. Macron et Fillon.

 http://immobilier.lefigaro.fr/article/politique-de-la-ville-les-propositions-floues-des-candidats-a-la-presidentielle_5787e904-2520-11e7-a231-685445acce23/?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&xtor=AL-155-[twitter]&utm_source=Twitter#link_time=1492622084
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s