La dérive autoritaire et anti-européenne du néo-Sultan Erdogan

La dérive autoritaire et anti-européenne du néo-Sultan Erdogan

Alors que le communautarisme turc s’est clairement exprimé lors des incidents du match de football Lyon-Besiktas, il ne faut pas le dissocier de la montée en puissance d’Erdogan. Car avec son referendum, plus que son pays, c’est bien l’Europe qu’il compte menacer. 

Le 16 avril prochain, les électeurs turcs vont voter oui ou non dans le cadre d’un référendum visant réformer la Constitution en faveur d’un nouveau régime hyper présidentiel qui donnerait les quasi pleins pouvoirs au nouveau sultan turc-ottoman adepte d’une synthèse islamo-nationaliste ». Erdogan poursuit par là un triple objectif :

– Achever ce qu’il a appelé lui-même le « changement de civilisation » de son pays, qui, en rompant avec la démocratie libérale et l’Occident « mécréant », va redevenir une Turquie autoritaire, islamique, néo-ottomane et réconciliée avec sa culture moyen-orientale;

– Rester en place jusqu’à 2024 et être le dirigeant turc qui aura régné le plus longtemps à la tête de la Turquie, ceci afin de détrôner Atätürk, le père de la Turquie nationaliste moderne, dont il a démantelé progressivement, au nom des réformes européennes, tous les édifices laïques.

– S’emparer des pleins pouvoirs y compris judiciaires afin de bloquer définitivement les investigations judicaires concernant son implication (puis celle de son fils et de plusieurs ministres AKP) dans de graves affaires de corruption.

Rappelons que ces investigations ont été l’œuvre de juges et policiers liés au mouvement de Fetullah Gulen, son ancien allié politique, qu’il a tenté de décapiter dès 2013 et qui s’est vengé en tentant un coup d’Etat en juillet 2016.

Le phénomène Erdogan autoritaire, qui a semblé décevoir et surprendre moult âmes européennes démocratiques n’est pourtant pas nouveau. Déjà, en juin 2013, lorsque les violents affrontements opposèrent les forces de l’ordre turques aux manifestants laïcs et de gauche qui dénonçaient un projet de réaménagement urbain d’Istanbul visant à détruire le parc Gezi de la place Taksim (haut lieu de rassemblement des démocrates et des minorités) pour y construire à la place la copie d’une ancienne « caserne ottomane », l’opposition laïque et progressiste, alors cible de plus de 2000 arrestations, dénonçait la dérive autoritaire d’Erdogan suspecté de poursuivre depuis des années son « agenda caché » islamiste. Atteint non seulement d’autoritarisme mais aussi de folie des grandeurs, Erdogan inaugura d’ailleurs, en octobre 2014, son palais présidentiel impérial sur mesure de 200.000 mètres carrés de style «néo-seljoukide» conçu pour rappeler la « grandeur du sultanat califat ottoman » qui couta aux contribuables turcs 500 millions d’euros. Depuis son ascension au pouvoir suprême au début des années 2000, le président turc n’a jamais caché son désir de devenir l’équivalent moderne d’un néo-sultan-calife, ni même son intention de faire réviser la constitution turque afin de s’auto-attribuer un pouvoir absolu.

L’Europe concernée au premier chef

Au-delà de l’enjeu crucial pour sa crédibilité et son leadership national et international, cet enjeu concerne l’Union européenne pour deux raisons au moins.


Read more at http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/derive-autoritaire-et-anti-europeenne-neo-sultan-erdogan-alexandre-del-valle-3019110.html#oRkgtThDCl6CsH0j.99

Read more at http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/derive-autoritaire-et-anti-europeenne-neo-sultan-erdogan-alexandre-del-valle-3019110.html#oRkgtThDCl6CsH0j.99

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s