Non Alain Finkielkraut, la « vieille France » de Fillon n’est pas celle que vous croyez!

Non Alain Finkielkraut, la « vieille France » de Fillon n’est pas celle que vous croyez!

Pour le philosophe Alain Finkielkraut, « ce qu’on déteste en François Fillon, ce ne sont pas les magouilles, mais le côté vieille France ». Quelle insulte faite à cette « vieille France »!

Alain Finkielkraut et François Fillon auraient-ils le monopole de « la vieille France »? Dans le souci de blanchir « son » candidat empêtré, l’essayiste engagé tente, dans une longue interview au Figaro, de ranger le pays profond de leur côté, comme si la vertu publique n’avait rien à faire dans les « affaires ». Tout à son opération d’escamotage des fautes de l’enfant de Sablé, Finkielkraut, que n’habite plus le doute depuis fort longtemps, croit certain que « ce qu’on déteste en François Fillon, ce ne sont pas les médiocres magouilles, mais le côté vieille France ». Diantre ! Mais quelle insulte faite à la « vieille France » (il faut comprendre, bien sûr, sous la plume du philosophe la « vraie France ») que de considérer qu’elle put s’accommoder du mensonge, de l’enrichissement familial indu, du mauvais exemple, de la cupidité, du culte de l’argent! Tout ce que le même Tartuffe, François Fillon, a par ailleurs prétendu combattre avec les plus extrêmes rigueurs et détermination!

Cette France de la tromperie, de la corruption même costumée des étoffes les mieux coupées, ne peut pas ressembler à la France, ni même prétendre à la rassembler, tant elle montre son mépris élitiste des efforts qu’elle prétend imposer à ceux d’en bas tout en se les épargnant allègrement! Mais Finkielkraut a édicté « la » règle. Quelle règle? Qui s’en prend à Fillon veut en réalité détruire la « vieille France »! Est-ce stupide? Sans doute, c’est en tout cas écrit.

Pour justifier son rapt abusif, son kidnapping tricolore, Alain Finkielkraut a de nouveau recours à son manichéisme myope, pour ne pas dire aveugle, qui lui fait partager le monde entre « les planétaires » d’un côté et « les sédentaires » de l’autre, « les globaux » et « les locaux », « les hors sol » et « les autochtones « . Pour lui, « les hors sol » seraient « ouverts à toutes les innovations » tandis que les « autochtones », eux, seraient « attachés aux traditions ». Ce simplisme vise évidemment à faire main basse sur la tradition – ce que tente de faire François Fillon en amalgamant les droites patrimoniales, celle de l’argent et celle des « valeurs », qui prétendaient elles aussi avoir le monopole de la famille et du bien, autant financier que moral. Prétention qui démontre chaque jour davantage l’hypocrisie éthique de François Fillon. Et l’académicien français Finkielkraut soutient cette démarche à l’inverse de toute morale? Nous nous attendions de sa part à davantage de raison. Car en effet, si l’on observe François Fillon de près et nous ne doutons pas qu’Alain Finkielkraut s’y astreigne lui aussi, la priorité à la cellule familiale s’est transformée en privilèges indus pour son clan. 

Un aveuglement coupable

Ensuite, notre penseur ultraconservateur s’égare sur ces fameux « locaux » qu’il prétend pourtant défendre. Au nom de quoi « les locaux » ne pourraient-ils pas être eux aussi « soucieux d’innovations », attachés à la construction de l’idéal européen et désireux d’être présents au monde? Et pourquoi ceux qui sont ouverts aux grands espaces ne pourraient-ils pas être à l’inverse attachés aux « traditions », aux petits et grands bonheurs du terroir, à toutes les formes de la grande culture française?  D’ailleurs de quelles traditions et donc de quelle France le nouveau duo Finkielkraut-Fillon entend-il nous parler? Cette interrogation est même primordiale.

Que le philosophe et le candidat à la présidence de la République nous pardonnent: nous nous entêtons à préférer la France « propre » du général de Gaulle, celle qui avait les mêmes exigences pour les siens et pour le peuple, à celle qui prétend incarner la vertu et justifie de tous les accommodements comme de toutes les entourloupes avec le bien public. On peut tout à fait trouver le programme punitif de François Fillon adapté la situation du pays – ce n’est pas notre cas, car il est trop peu social, pour ne pas dire antisocial – mais faire semblant de ne pas se rendre compte qu’avec ses multiples petites carambouilles, l’ex-Premier ministre l’a lui-même dévalorisé au sens littéral, qu’il le décrédibilise, c’est faire preuve d’un aveuglement coupable. Pourquoi Alain Finkielkraut se prête-t-il à ce jeu indigne de lui? Parce qu’il exècre à ce point toute idée de modernité et que celle-ci pourrait être accolée au candidat Macron?

L’écœurement que François Fillon a provoqué dans une (grande?) partie de la droite républicaine et la révulsion instillée partout ailleurs le rendent inéligible, sinon au poste de président, du moins au magistère moral qui devrait aller avec. Comment Fillon pourrait-il jamais instaurer dans ce pays troublé une autorité respectée quand il s’est montré lui-même aussi irrespectueux de ses propres engagements? Il avait pourtant promis l’exemplarité vertueuse et, désormais, sa stature est minée par ses inconstances inconsidérées. Comment être le nouveau maître de la France et de « l’Ecole effondrée » qui seraient à redresser quand on n’inspire plus le respect? Étrange qu’Alain Finkielkraut, si attaché à la réhabilitation de l’école républicaine, ne tienne pas compte de cette insurmontable contradiction. https://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017/non-alain-finkielkraut-la-vieille-france-de-fillon-n-est-pas-celle-que-vous-croyez_464451?xtor=RSS-78&utm_content=buffer41c0e&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s