Les troubles affaires de François Fillon et Fouad Makhzoumi

IL EN FAIT QUOI DE TOUT CE FRIC ??

Les troubles affaires de François Fillon et Fouad Makhzoumi

Le candidat des Républicains a reçu 45 000 euros en échange d’une mission de bons offices auprès de l’homme d’affaires libanais, notamment lié au régime syrien.

Deux versements de 22 500 euros chacun ont été effectués, à l’été 2015 puis début 2016, sur le compte de la société de conseil de François Fillon, 2F Conseil, en échange d’une mission de bons offices du député de Paris envers le milliardaire libanais Fouad Makhzoumi. Il s’agissait, pour M. Fillon, d’aider ce dernier à développer son « pouvoir d’influence » en France et dans d’autres pays, dont la Russie. Autrement dit, à y faire des affaires.

Comme le Canard Enchaîné daté du 22 mars, Le Monde a eu connaissance du contrat secret à 45 000 euros (l’équivalent, alors, de 50 000 dollars), passé il y a deux ans entre 2F Conseil et le groupe fondé et dirigé par le richissime homme d’affaires, Future Pipe Industries (FPI), leader mondial des pipelines en fibre de verre domicilié à Dubaï (Emirats arabes unis) et fournisseur des grandes monarchies du Golfe.

Ce contrat de lobbying, valide un an, du 10 juin 2015 au 10 juin 2016, était jusqu’ici resté confidentiel, jusqu’à ce que Mediapart en prouve l’existence, le 14 mars. L’entourage du candidat du parti Les Républicains à l’élection présidentielle s’était auparavant évertué à en nier la réalité.

Le contrat accepté par M. Fillon est, de fait, assorti d’un objet dénué d’ambiguïté, qui tranche avec la mission d’intérêt général et la neutralité assignées aux élus de la République : exploiter, à des fins commerciales, le carnet d’adresses de l’ex-premier ministre de Nicolas Sarkozy, redevenu député après l’alternance de 2012.

Soupçons de « trafic d’influence »

Eminemment sensible, mais conclu dans le secret de sa société de conseil et au titre de son activité de consultant, il n’a pas été déclaré, de ce fait, par François Fillon, au déontologue de l’Assemblée nationale. Les obligations déclaratives des députés sont en effet limitées, aujourd’hui, aux éventuels cadeaux et voyages obtenus en lien avec leurs mandats d’élu.

Ce contrat et ses contours pourraient toutefois bien focaliser l’attention des enquêteurs, dont le champ d’investigation, centré sur les possibles emplois fictifs de la femme et de deux des enfants de François Fillon, a été élargi, le 16 mars, à des soupçons de « trafic d’influence » – le Journal du dimanche ayant révélé que des costumes de luxe d’une valeur de 13 000 euros avaient été offerts à François Fillon par un généreux « mécène »…

Un mécène qui s’est ensuite révélé être Robert Bourgi, avocat parisien…

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/22/les-troubles-affaires-de-francois-fillon-et-fouad-makhzoumi_5098656_5070021.html#OkPx6u6hFSVzG88F.99

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/22/les-troubles-affaires-de-francois-fillon-et-fouad-makhzoumi_5098656_5070021.html#OkPx6u6hFSVzG88F.99

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s