Bruno Le Roux, la chute d’un des derniers hollandais

Bruno Le Roux, la chute d’un des derniers hollandais

Le ministre de l’Intérieur, hollandais de la première heure et fidèle de la dernière, démissionne, à 33 jours du premier tour de la présidentielle.

Les hollandais ne savent plus d’où ils tombent. Pour l’un, c’est de sa « chaise », pour l’autre, de « l’armoire ». L’un des leurs, et pas des moindres, le ministre de l’Intérieur, a démissionné ce mardi 21 mars 2017, après l’ouverture d’une enquête du Parquet national financier. Motif : il a employé deux de ses filles lycéennes ( !) à l’Assemblée nationale, pour un total de 24 contrats CDD représentant pas moins de 55 000 euros d’argent public. Les détails de l’affaire révélée par l’émission Quotidien sur TMC lundi soir paraissent surréalistes, comme ce premier contrat signé par l’une des filles Le Roux lorsqu’elle n’avait que 15 ans, ou encore cet autre contrat effectué en doublon avec un stage chez Yves Rocher.

Lire aussi : Coignard – Bruno Le Roux : jamais sans ses filles !

« C’est embêtant », euphémise un proche de François Hollande. Un autre admet qu’il est trop difficile de commenter cette affaire, s’agissant d’un « ami ». L’un d’eux tente une analyse plus globale : « Évidemment, c’est très mauvais, parce que tout le monde paie cash. Ça donne le sentiment que c’est une pratique généralisée. La seule chose qui nous sauvera, c’est si à chaque fois qu’une affaire touche un socialiste, il n’échappe pas à sa responsabilité. » Au groupe PS à l’Assemblée nationale, où l’on observe avec stupeur et commente avec gourmandise depuis près de deux mois l’affaire Fillon, un seul mot d’ordre : « Justice pour tous ». Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle, a jugé, à Bruxelles, que l’exemplarité « s’applique à tous ».

Fidèle à toute épreuve

Avec la chute de Bruno Le Roux tombe symboliquement, au crépuscule du quinquennat, l’un des derniers soutiens de François Hollande. Il avait d’ailleurs été récompensé d’une nomination Place Beauvau en décembre 2016 – rien que ça – pour sa fidélité à toute épreuve au chef de l’État. Pendant cinq ans, les interventions de Bruno Le Roux , d’abord président du groupe PS à l’Assemblée nationale, n’ont quasiment pas varié. Un jour, il trouve que « François Hollande a un agenda, un cap particulièrement clair », un autre, que « l’impopularité, c’est la rançon du courage ».

Un matin, il juge que « sa main ne tremble pas quand il faut prendre des décisions sur le terrain intérieur ». Un soir, il s’adresse ainsi au président : « Tenez bon, monsieur le président (…), parce que nous avons toutes les raisons de lever la tête et d’en être fiers. » Même la calamiteuse affaire Leonarda, cette adolescente expulsée avec sa famille vers le Kosovo, à qui François Hollande avait proposé dans une allocution d’anthologie de rentrer, mais sans sa famille, Bruno Le Roux l’avait jugée maîtrisée de main de maître : « Avec ces décisions justes, le président de la République permet de mettre fin dignement à cette affaire. »

« Bruno Le Relou »

Quant à la sortie du livre  Un président ne devrait pas dire ça , qui a scellé le sort de François Hollande tant ses confidences sur plus de 600 pages aux journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont créé de remous, elle n’a officiellement pas ébranlé Bruno Le Roux : « François Hollande y apparaît à la fois constant et déterminé, grave et impliqué, décidé et tenace, habité par le souci constant de l’unité du pays », avait décrété Bruno Le Roux, qui n’a jamais cessé de combattre, en « off » comme en « on », « l’image du mou qui ne sait pas décider » qui a collé à la peau de son champion.

Il ne pensait sans doute pas qu’il assombrirait encore un peu plus un quinquennat si difficile. Pour se détendre, les socialistes peuvent toujours se passer en boucle cet extrait d’une conférence de presse du porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, hollandais pur et dur et ami de Bruno Le Roux, qui avait malencontreusement rebaptisé ce dernier : « Bruno Le Relou ».

SUR LE MÊME SUJET http://www.lepoint.fr/politique/bruno-le-roux-la-chute-d-un-des-derniers-hollandais-21-03-2017-2113669_20.php
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s