Nouvelles accusations : Fillon aurait touché sept chèques issus d’une cagnotte secrète

Nouvelles accusations : Fillon aurait touché sept chèques issus d’une cagnotte secrète

Le candidat de la droite à la présidentielle aurait bénéficié de sept chèques de 3.000 euros chacun, théoriquement réservés à la rémunération des assistants.

Déjà empêtré dans l’affaire d’emplois fictifs de son épouse Pénélope, François Fillon, fait face à de nouvelles révélations, à quelques heures de son grand meeting ce soir porte de La Villette à Paris,

Selon le Journal du Dimanche et Médiapart, le candidat de la droite pour la présidentielle a touché sept chèques -à son nom- de crédits théoriquement réservés à la rémunération des assistants lorsqu’il était sénateur entre 2005 et 2007. Ces chèques, d’une valeur d’environ 3.000 euros chacun (21.000 euros au total), qui correspondaient à des reliquats de crédits, ont été versés par une association visée par la justice depuis quelques temps.

« Comment ne pas considérer qu’il y a des forces qui sont à l’oeuvre pour me faire taire et tenter d’affaiblir ma candidature, voire tenter de m’empêcher de me présenter ? Comment expliquer une telle violence ? Quel clan ai-je dérangé ? Quels intérêts ai-je remis en cause ? C’est une manipulation grossière, mais je suis certain que la justice ne se laissera pas instrumentaliser par ces manoeuvres qui puent la calomnie. »

« Je ne me laisserai pas abattre (…) On n’a pas le droit de laisser abîmer la démocratie par ces officines. C’est la raison pour laquelle je vais me battre de toutes mes forces. Et jusqu’au bout », prévient François Fillon qui ajoute que, « sur le fond » de l’affaire, il « ne répondra plus qu’à la justice » et ne « se soumettra pas au tribunal médiatique ».

Il ajoute avoir déjà remis aux enquêteurs « des bulletins de salaire notamment, pour établir les montants et les dates ».

Pourquoi a-t-il cessé de rémunérer son épouse comme assistante parlementaire ? « La première raison » est que « nous sommes bien conscients que l’opinion a évolué sur ces sujets ».

Quant à l’autre présumé emploi fictif de Mme Fillon à la Revue des Deux Mondes -5.000 euros brut par mois- l’ancien Premier ministre affirme que c’est son épouse qui « a souhaité arrêter » cette collaboration: « elle aurait aimé en faire plus mais elle a bien senti l’hostilité du directeur de la revue » d’alors, Michel Crépu.

Une soixantaine de sénateurs seraient concernés par ce système (qui a duré entre 2003 et 2014). Dans ce cadre, les sénateurs Henri de Raincourt et René Garrec, et Jean-Claude Carle, ex-trésorier du groupe UMP, ont été mis en examen pour « recel de détournements de fonds publics ». François Fillon, lui, n’est pas visé par l’enquête qui concerne seulement la période après 2009. L’ancien Premier minister a quitté le Sénat en 2007 et ne peut donc être inquiété par la justice pour l’instant.

« Manipulation grossière »

Dans le même journal, François Fillon tente de reprendre la main et assure dans une interview qu’il ne se « laissera pas abattre » par les accusations et qu’il se battra « jusqu’au bout » face aux « forces » qui « sont à l’oeuvre pour (le) faire taire. »              http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170129.OBS4512/fillon-nouvelles-accusations-de-detournements-de-fonds-publics.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s