Législatives : l’accord de François Fillon avec l’UDI passe mal

FILLON LE FOSSOYEUR DE LA DROITE

Législatives : l’accord de François Fillon avec l’UDI passe mal

Plusieurs figures de la droite dénoncent la trop grande place accordée aux centristes pour les élections législatives. Ils craignent une inflexion du programme de François Fillon, notamment sur les questions de société.

Ancien officier de la marine marchande, Xavier Lemoine est de nouveau dans la tempête. Maire de Montfermeil, membre du Parti chrétien-démocrate (PCD), il était investi par Les Républicains (LR) pour être candidat aux législatives dans la 12e circonscription de Seine-Saint-Denis. Suite au pacte conclu le 14 mars entre LR et l’Union des démocrates indépendants (UDI), il fait partie des candidats de droite « sacrifiés » pour un candidat centriste.

En effet, le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde a obtenu 92 circonscriptions de François Fillon, ainsi que 42 « primaires », où les candidats LR et UDI seront en concurrence lors du premier tour des législatives.

Xavier Lemoine « sacrifié » en Seine-Saint-Denis

Xavier Lemoine voit donc son investiture retirée au profit de Ludovic Toro, maire UDI de Coubron, et proche de Jean-Christophe Lagarde. « Désinvesti », le maire de Montfermeil se pose de « sérieuses questions » sur la stratégie de François Fillon. « C’est l’électorat conservateur qui l’a porté lors des primaires. C’est l’électorat conservateur qui lui a sauvé la mise à la manifestation du Trocadéro. François Fillon le trahirait de manière éhontée ? », interroge l’édile. « Si nous visons le moindre mal, alors il faut soutenir François Fillon, mais sans aucune illusion. À un moment donné, il faudra se fâcher ! », prévient Xavier Lemoine, toujours soutenu par le président de la fédération LR de Seine-Saint-Denis, le sénateur-maire de Pavillons-sous-Bois Philippe Dallier, qui fait campagne pour lui.

« La droite de conviction est le dindon de la farce ! »

Ce sentiment d’abandon est partagé par Anne Lorne. Jeune conseillère régionale LR et déléguée nationale de Sens Commun, elle devait recevoir l’investiture de la droite et du centre pour les législatives dans la première circonscription du Rhône. Bien que présente à la manifestation du Trocadéro aux côtés de François Fillon, elle fera face à une candidate UDI, Djida Tazdaït, qui se trouve être une ancienne députée européenne écologiste ! « Qu’avons-nous à voir avec ces gens-là ? La droite est le dindon de la farce de cet accord ! », déplore Anne Lorne. « Je comprends l’objectif du rassemblement. Mais là, on abandonne les convictions au profit de la politique politicienne », accuse l’élue.

Anne Lorne défend sa capacité à emporter sa circonscription, située à cheval sur des quartiers aisés et pauvres de Lyon : « cela fait un an que je laboure le terrain, là où le socialisme ne fait plus de social, et là où la droite était absente sur la dignité humaine et sur la famille », analyse-t-elle. « Il y a un énorme travail à faire sur le logement social. Nous pourrions faire accéder à la propriété les bénéficiaires de logements sociaux, d’ici 20 ou 30 ans. Je souhaite également porter une loi sur les troubles à l’apprentissage des enfants », énumère la candidate.

Face à l’alternative entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, Anne Lorne défend toujours François Fillon : « Mon espérance est que le bon sens français prenne le dessus. Nous ne pouvons pas avoir le cheval de Troie du Hollandisme, ou le cheval de guerre », juge-t-elle, en craignant que « la laïcité sectaire du Front national n’amène la guerre dans nos villes ». Mais la candidate avertit son parti : « Aujourd’hui, la France n’est pas au centre ! Les attentes des Français sur l’économie, la sécurité, l’éthique, ne sont pas au centre ! », plaide Anne Lorne.

L’UDI, intrus libéral libertaire ?

Avec l’apparition d’Emmanuel Macron au centre-gauche, le centre-droit représenté par l’UDI n’offre justement pas une ligne idéologique claire. Fondé en septembre 2012, le mouvement est une confédération de plusieurs partis centristes, unis autour d’un libéralisme économique modéré et d’un engagement proeuropéen. Député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), Jean-Christophe Lagarde en est le président depuis 2014. Habitué des médias, le personnage s’affiche résolument libéral libertaire, partisan du mariage homosexuel comme de la légalisation du cannabis.

« La tendance portée par notre président est certes bruyante, mais elle ne représente pas tout le parti », temporise Charles de Courson, député UDI de la Marne. Ce parlementaire expérimenté rappelle que sur 30 élus formant le groupe centriste à l’Assemblée nationale, seuls cinq – dont Jean-Christophe Lagarde – ont voté pour le « mariage pour tous » en 2013. « Je ne suis pas un conservateur, mais je veux conforter la cellule familiale et le droit de l’enfant », affirme Charles de Courson, qui est intervenu contre l’extension du délit d’entrave à l’IVG. « Le niveau de civilisation d’un peuple se mesure à sa capacité de protéger les plus faibles, surtout ceux qui ne peuvent pas se défendre », commente-t-il.

Toutefois, le député reconnaît la grande diversité du parti : « l’UDI se distingue par une liberté de vote sur ces questions », admet-il. Que feraient les centristes, si François Fillon, élu président, retirerait l’adoption plénière aux couples de même sexe, comme il s’y est engagé ? « Moi, je le voterais », assure Charles de Courson, sans être certain que ses collègues en fassent autant.

Xavier Lemoine en est persuadé : si elle retrouve le pouvoir, la droite ne pourra pas compter sur le soutien des centristes. « Avec cet accord électoral, François Fillon donne à l’UDI la possibilité d’être une minorité de blocage sur beaucoup de sujets », s’alarme-t-il. À moins que l’ancien Premier ministre ne soit poussé par sa base à tenir ferme : « Les conservateurs doivent être tenaces pour peser autour de Fillon », glisse un ami proche du candidat. « Il faut l’encourager à s’engager sur l’identité catholique et les questions éthiques ».

Pierre Jova-  –           http://www.famillechretienne.fr/politique-societe/presidentielle-2017/legislatives-l-accord-de-francois-fillon-avec-l-udi-passe-mal-214989

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s