Le subterfuge de la victimisation de la gauche et de l’islam est en train de tuer l’Occident

Le subterfuge de la victimisation de la gauche et de l’islam est en train de tuer l’Occident

Dans cette édition spéciale du Glazov Gang, Christine Williams, journaliste et analyste politique, dévoile la tactique de la victimisation utilisée par la gauche, alliée aux suprématistes islamiques pour détruire l’Occident.

 

J’ai traduit avec plaisir ce brillant exposé, car il concerne aussi tous les Européens de souche.

La narration victimaire est devenue une norme acceptée dans notre culture. Elle se nourrit du sentiment de culpabilité des Blancs et domine le discours public par ces mots :

« Vous êtes colonialiste. Vous êtes raciste. Vous avez violé les droits humains et vous méritez votre punition »

 

Malheureusement, les idéologues gauchistes adhèrent aveuglément à ce thème de la punition et en sont devenus virtuellement pratiquement les otages. Or, cette narration victimaire est une arme utilisée par les djihadistes et ceux qui en bénéficient matériellement, en favorisant la rhétorique du « nous » par opposition à « eux ».

L’association du mouvement Black Lives matter avec les suprématistes islamiques en est un exemple.

Le leader du mouvement Nation of islam, Louis Farrakhan, a déclaré :

« Je dis aux sœurs et aux frères de Black Lives Matter : persévérez, nous sommes avec vous et ne laissez personne changer votre récit. »

En 2015, Farrakhan appela à assassiner des policiers au nom de l’islam. Lors d’un sermon à l’église baptiste du Mont Sion à Miami, il déclara avec passion, sous les cris de joie et les applaudissements, qu’il cherchait 10 000 hommes sur un million, prêts à clamer que « la mort est plus douce que la vie sous la tyrannie ». Il prêcha également, dans cette église de Miami, que « le coran enseigne que la persécution est pire que le meurtre et si le gouvernement fédéral n’intercédait pas dans “nos” affaires, nous devrions alors nous lever et tuer ceux qui nous tuent, les traquer et les abattre.

 

Farrakhan est un leader digne de confiance pour ses partisans : un public d’Afro-américains endoctrinés à accepter un cycle de désespoir et d’impuissance, privé de son autonomie par la répétition de phrases telles que : “tu ne t’en sortiras pas”, “tu ne pourras pas t’échapper du ghetto” et “si tu essayes — ce que de nombreux Noirs font, et réussissent très bien dans leur vie — alors, tu es un Oncle Tom et tu seras considéré comme un traître.”

En Amérique, de nombreuses communautés noires sont endoctrinées à la victimisation, ce qui les incite à s’insurger avec rage et à intimider par la violence les soi-disant “oppresseurs”. Ils s’unissent dans le thème commun de la haine de l’Amérique.

Les communautés musulmanes en Occident subissent un endoctrinement identique, non seulement de la part d’imams, mais également favorisé par les classes politiques au pouvoir. La multiplication d’attentats en est la conséquence tragique.

Avec la fusion entre “Nation of Islam” et “Black Lives Matter”, un duo mortel s’est formé, où rage, échec, pauvre estime de soi et haine s’allient dans un seul but : mener la guerre sainte contre l’infidèle, vu comme un oppresseur. Le djihad devient le moyen et le martyre le but ultime.

Petite parenthèse sur la secte “Nation of islam”

 

Logo de la secte “Nation of islam”

 

Le site italien de “Nation of islam” (NOI), créé récemment, défend l’Etat Islamique, insulte la mémoire d’Oriana Fallaci, coupable d’avoir offensé les musulmans par ses écrits islamophobes, de les avoir accusés injustement de terrorisme, alors que les vrais terroristes sont les juifs, et il appelle les musulmans italiens à faire triompher la charia à Rome.

L’objectif premier de cette secte intégriste afro-américaine (Black Muslims) fondée en 1930 fut la création d’un Etat islamique noir aux USA. Malcom X était membre de la secte, avant de se faire assassiner par des frères. Cassius Clay (Muhammad Ali) rejoignit également Nation of Islam. Cette secte diffuse un islam politique radical, anti-blanc, antisémite, antiaméricain : les Blancs sont une race inférieure, créée par un scientifique noir du nom de Yacub il y a 6 000 ans (!). Leur religion, le christianisme, est la religion des Blancs, de l’esclavage et du mal (!). L’islam est la véritable religion de l’homme noir et est réservée aux Noirs.

Nation of Islam s’oppose à l’homosexualité et à l’avortement, distille la haine de l’Occident et de quiconque s’oppose à la propagation de l’islam. Mais sa véritable obsession, c’est… Israël, et il ne se prive pas de proférer des insanités à l’encontre de la nation juive : “Un monde sans Juifs serait un monde sans cancer.” “Eliminons Israël de la surface de la Terre.”

La secte donne également des conseils pour éviter les attentats : “cessez de bombarder l’EI et laissez le califat prospérer jusqu’à Rome.”

En Italie, comme ailleurs en Occident, les néo-convertis à l’islam et les musulmans de la seconde génération éprouvent un sentiment de frustration exacerbé. Les germes de la radicalisation éclosent aussi rapidement que les amanites phalloïdes, ou calices de la mort, par une chaude matinée humide d’automne. Pour ces frustrés minables et toxiques, la démocratie a lamentablement échoué et elle doit être remplacée par la loi d’Allah, d’où l’importance du jihad pour imposer la charia à l’Italie. Ces “précieuses richesses culturelles musulmanes des plus pacifiques” laissent “rêveuses” nos élites bien pensantes… d’où les appels pressants des leaders politiques et religieux à accueillir de plus en plus de migrants, dévoués à la cause d’Allah.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La Nation islamique : le pouvoir de légiférer revient à Allah. Aucune démocratie. Démocratie va en enfer.

La charia : la solution pour l’Est et l’Ouest

Des leaders comme Farrakhan et les prédicateurs jihadistes attisent les flammes de la discorde à leur propre profit et pour asseoir leur propre pouvoir.

Farrakhan est une honte pour sa communauté et la mémoire de Martin Luther King, qui épousa la cause de la paix :

“L’homme naquit dans la barbarie, à une époque où le fait de tuer son semblable était une condition normale de l’existence. Il fut par la suite doté d’une conscience et aujourd’hui, il est arrivé à un stade où tout acte de violence à l’encontre d’un être humain doit devenir aussi répugnant que le fait de manger de la chair humaine.” (Martin Luther King)

Farrakhan et la Nation de l’islam, aujourd’hui alliés au mouvement Black Lives Matter, enseignent à leurs partisans à dévorer la chair des Américains dans la haine et la colère, oubliant opportunément qu’un président noir fut élu pour deux mandats successifs et que de nombreux Noirs ont obtenu des postes de pouvoir à haute responsabilité, non seulement en Amérique, mais également dans les pays occidentaux.

Ceux qui incitent à la victimisation et en profitent, comme Farrakhan, ne disent pas à leur public que 90 % des Afro-américains victimes d’homicides sont tués par d’autres Noirs.

Farrakhan et ses copains sont de faux héros, ils bernent leurs communautés.

Les discours “d’encouragement”, martelés à leurs partisans, sont trompeurs, car ils utilisent la violence et la haine pour prendre le pouvoir. Ils récoltent des dons massifs et même les plus pauvres parmi les pauvres leur donnent de l’argent pour les remercier de leurs rôles de leaders.

Ces leaders font de la narration victimaire un business et cela ne changera pas.

Des gens furent terriblement blessés par le racisme dans le passé et leur peine est exploitée par ces charlatans qui excellent dans la culture de la haine et dans son exploitation à leur avantage. Et maintenant, de nombreux gauchistes se sont joints à eux pour manipuler les esprits et vendre la culpabilité à une plus large frange de la société, plutôt que de se préoccuper des véritables problèmes du racisme contemporain.

Ces leaders, qui exploitent et vendent la victimisation, savent que le jour où l’Occident se réveillera, il s’unira et dira :

“Assez ! Nous défendons les droits humains, nous avons évolué, nous avons ouvert nos portes à une immigration de masse, le plus souvent à notre propre détriment.

Nous ne sommes plus responsables des erreurs passées et nous avons une constitution pour le prouver. Nous rejetons toute culpabilité, ainsi que ceux d’entre vous qui promeuvent l’islam, la loi de la charia.”

Une fois que l’Occident aura enfin fait cette déclaration, la fête sera terminée pour ces prédateurs.

La première Afro-américaine à être élue Miss Alabama fut bénie par l’Amérique : elle devait porter un message important, or elle utilisa cette chance pour déclarer qu’elle n’était pas outrée par les meurtres de cinq policiers à Dallas, bien au contraire, elle qualifia le tueur de “martyr”. Ses paroles rappellent celles des djihadistes palestiniens qui célèbrent la mort d’innocents civils israéliens et glorifient les “moudjahidines” comme des martyrs.

Il est temps de revenir à notre époque, il est temps de noter que l’Occident a progressé. Il est aussi composé d’une multitude de migrants qui ne se plaignent pas de leur vie dans une constante amertume. Le racisme et la discrimination existent aussi entre les cultures et au sein des cultures. Il est aussi temps de réaliser que les suprématistes islamistes sont des plus discriminatoires. Ils se voient comme des êtres supérieurs à n’importe quelle autre race et croyances.

Un autre terme est utilisé comme une arme létale : islamophobie. Le Canada a adopté une motion anti-islamophobie au parlement, un précédent dangereux et un premier pas vers la chasse aux sorcières contre les lanceurs d’alerte, ceux qui disent la vérité sur l’islam. Islamophobie est un mot inventé pour interdire la critique de l’islam.

Méfiez-vous : il existe une florissante activité lucrative source de pouvoir : le business du complexe de la culpabilité occidentale, celui de la victimisation des minorités.

Les Occidentaux ne sont plus des colonialistes.

Les constitutions démocratiques ont évolué pour protéger les droits de l’homme et la dignité humaine — contrairement aux États islamiques. Nous avons des libertés et des droits humains pour la protection de TOUS, ce qui inclut les immigrants et les groupes minoritaires, amoureux de la paix.

o=o=o=o=o

Christine a raison : le passé, c’est le passé et les générations actuelles et à venir ne sont pas responsables des erreurs de leurs ancêtres. Les peuples européens ne sont pas les seuls à avoir commis des atrocités au cours des siècles : d’autres peuples, d’autres ethnies, d’autres races ont commis des actes barbares, ont pratiqué l’esclavage, ont détruit des civilisations entières. Alors, pourquoi se focaliser exclusivement sur la culpabilité des Européens blancs et chrétiens, les seuls méchants, et la victimisation à outrance des non européens de confession musulmane, les seuls gentils ?

Quel est le but de cette nouvelle religion politique de la culpabilisation des Européens de souche basée sur le culte de la diversité sacrée, du multiculturalisme angélisé, et sur le dénigrement systématique de nos peuples, de notre civilisation judéo-chrétienne, de notre histoire ?

Seuls les Blancs européens sont sommés d’effacer leur histoire, leur culture, leurs traditions, leur foi, afin de ne pas brimer la sensibilité des minorités musulmanes. Et notre sensibilité, heurtée par la violence de l’islam, de la charia, de ses traditions, qui s’en soucie ? Nous sommes pourtant encore chez nous, mais ressentons de plus en plus l’amère impression de devenir des étrangers, des citoyens de seconde classe, des laissés-pour-compte dans nos propres pays, juste bons à travailler pour entretenir lahttp://www.dreuz.info/2017/01/31/le-subterfuge-de-la-victimisation-de-la-gauche-et-de-lislam-sont-en-train-de-tuer-loccident/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s