La cruelle sentence de Jean-Louis Borloo sur François Fillon qui « va finir à Fleury »

La cruelle sentence de Jean-Louis Borloo sur François Fillon qui « va finir à Fleury »

LE MATON ME GUETTE – Ça y est, c’est fait, François Fillon a été mis en examen dans le « Penelope gate » pour « détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux, et manquement aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique ». Mais ce nouvel épisode judiciaire dans l’affaire des emplois fictifs présumés ne devrait pas relancer de fronde contre le candidat de la droite.

[EDIT 10h50] Au Lab, Jean-Louis Borloo dément les propos rapportés par L’Opinion. Nicolas Perruchot, à qui le centriste aurait tenu ces propos, dément également. « Je tiens à apporter un démenti formel aux propos qui sont prêtés concernant F. Fillon », dit l’ex maire de Blois.

Pourtant, ils sont nombreux dans son camp à encore douter et à avoir des mots durs contre le vainqueur de la primaire. Ainsi Jean-Louis Borloo, que l’UDI a imaginé un moment comme plan B potentiel, a-t-il jugé l’affaire très grave auprès de l’ancien maire de Blois, selon des propos rapportés ce mercredi 15 mars par L’Opinion. D’une petite formule, l’ancien président de l’UDI aurait lancé que François Fillon pourrait passer par la case prison, une manière de dire que le champion de la droite pour la présidentielle risque gros dans cette affaire :

Il va finir à Fleury.

Celui qui fut un temps favori pour remplacer François Fillon à Matignon pendant le quinquennat Sarkozy fait évidemment référence à la prison de Fleury-Mérogis, en Île-de-France.

Le soir du Trocadéro, Jean-Louis Borloo avait d’ailleurs dîné avec quelques frondeurs de la droite, alors en attente d’un renoncement qui ne viendra jamais de la part de leur candidat.

Cette saillie de Jean-Louis Borloo vient confirmer le fossé qui se creuse entre François Fillon et les centristes, malgré l’annonce officielle de l’accord électoral pour les législatives entre les deux formations. L’ex-président de l’UDI est d’ailleurs fortement courtisé par Emmanuel Macron, déjà rallié par François Bayrou, une autre figure du centre.

Au plus fort de la tempête Fillon, Jean-Christophe Lagarde, le patron de l’UDI, avait milité pour une candidature Borloo si Les Républicains ne trouvaient pas de solution au problème posé par leur candidat. Ils en ont trouvé une, le maintien de François Fillon. Malgré sa mise en examen.http://lelab.europe1.fr/la-cruelle-sentence-de-jean-louis-borloo-sur-francois-fillon-qui-va-finir-a-fleury-3002981

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s